les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Martial Lekeu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Mer 7 Oct 2015 - 8:44



http://articles.orlandosentinel.com/1994-10-02/news/9410020034_1_carol-hallett-customs-service-investigation-business

U.s. Wants To Deport Him Now That Intrigue Is Over

October 2, 1994|By Jim Leusner of The Sentinel Staff

Charm, a French accent and the lure of making millions were Martial Lekeu's tools of the trade.

With them, the former Belgian state police sergeant enticed 18 people to buy into deals for counterfeit jeans, illegal steroids and black-market military hardware.

His skill at trolling for illegal arms dealers, counterfeiters and other wheeler-dealers made him a star federal informant for three years and turned Orlando into the capital of U.S. Customs Service sting operations.

''He has a curious persona,'' said an investigator familiar with Lekeu. ''He just looks like one of those shady characters that you'd meet on the Marseilles waterfront who could get you into anything.''

But Lekeu's charm with his handlers has evaporated, his private investigation business is struggling and the Immigration and Naturalization Service is trying to deport him for overstaying his 1984 visitor's visa.

Suddenly, Lekeu is a man left out in the cold. He could be returned to his homeland, which he fled in 1984 after he exposed government links to right-wing terrorist groups.

''If I have to leave, I'll leave,'' said Lekeu, 47, at his small, south Orlando office filled with books on business, spy equipment and weapon systems. ''But I won't go back to Europe. I did everything for the U.S. government and I love this country.''

Much about his life remains a mystery. His former Belgian employers won't discuss him, citing a pending corruption case in which Lekeu provided information.

But one thing is for sure: The former policeman with short dark hair, droopy eyes and a hearty laugh was a valuable Customs Service informant in Orlando. As local office informant No. 006, he earned about $90,000 for his undercover work, starting when he tipped authorities about a shipment of counterfeit T-shirts in April 1990.

He worked full time for the agency from February 1991 to February 1993, when the agency jettisoned him. He claims he was blackballed after making allegations that his two Customs handlers tried to force him to make them secret partners in his private investigation business.

According to Lekeu, court records and former associates, he has done work with the CIA, Israeli intelligence, the U.S. Drug Enforcement Administration, the FBI and Customs. He eagerly shows newspaper clippings about his police exploits in Belgium - one related trial is ongoing - and correspondence with various federal agencies showing his ties.

Just two years ago, Lekeu was driving a new government-leased white Cadillac, flying to New York and Rome and making $2,000 a month, plus commissions, from Customs. There was another perk: As long as he worked for the agency, his immigration problems were held in abeyance.

A Customs agent even wrote a letter of reference so Lekeu, an illegal alien, could obtain a Florida private investigator's license.

In September 1992, then-U.S. Customs Commissioner Carol Hallett wrote the Justice Department asking that Lekeu, his former wife and four children be granted permanent residence in the United States because of his work against arms smuggling.

Hallett's letter details Lekeu's work as a police officer who infiltrated Belgium's pro-Nazis as an undercover agent for seven years.

''In Belgium, there were 30 murders associated with this pro-Nazi movement,'' Hallett wrote. ''As a result of Mr. Lekeu's involvement with the movement's investigation, his own life and the lives of his family were placed in jeopardy which resulted in their fleeing Belgium for the U.S.''

Hallett also said that Lekeu's work with U.S. intelligence agencies while in Belgium was exposed in a British Broadcasting Corp. documentary and that he cannot return to Europe for fear of reprisal.

But six months later, Customs abruptly severed ties with its star informant after U.S. District Judge G. Kendall Sharp threw out a case of Lekeu's involving an alleged conspiracy to smuggle 400 anti-tank missiles to Uganda.

Lekeu posed as the sales manager of a bogus company, Poseidon Trade Group, which offered to sell missiles without U.S. government permission. He recorded dozens of phone calls with the suspects, using his Louis Jourdan-style charm and a sense of humor to disarm suspicious buyers.

Four jurors in the case told The Orlando Sentinel that they planned to acquit the suspects because the government did not prove its case. They also thought questioning by defense lawyer Mark Horwitz had disclosed ''sleazy'' activities by Lekeu.

The informant admitted to Horwitz that he lied on immigration forms stating he returned to Belgium in 1985 after his visitor's visa expired. He also testified that he had a suspended driver's license under an alias, omitted aliases from his private investigator's application, failed to file required forms with banks after being paid more than $10,000 in cash by agents, and had conducted private business from an undercover Customs office.

Horwitz described the government's sting as a business setup to ''trick businessmen with lies.''

''I think his chosen profession of lying and cheating for the government was one he was well-suited for,'' Horwitz said. ''He was so good at it.''

After Sharp dismissed the Ugandan missile case in February 1993, Lekeu was cut out of a case that broke this July involving a British businessman and an Iranian-born commodities broker. Lekeu made the initial contacts with the two, who were charged with trying to buy 54 Stinger anti-aircraft missiles for Iran.

Agents later culminated the deal, getting the suspects to sign contracts and even providing one with a dummy missile. Both pleaded guilty last month.

Exactly why Customs dropped Lekeu is not clear. Prosecutors and agents declined to comment.

Lekeu claims he was dropped after he filed an internal affairs complaint against agents Stephen Arnold and David Moore, who supervised his sting operations.

Lekeu said the two pressured him into giving them a secret 50 percent interest in his private investigation company, which specialized in tracking down counterfeit goods for such companies as Reebok, L.A. Gear and Louis Vuitton.

Customs spokesman Michael Sheehan said an internal investigation cleared both agents, who have exemplary records.

''We no longer have a need for his services or information,'' Sheehan said, when asked why Lekeu was dropped as an informant.

Other former associates of Lekeu describe him as an opportunistic man who has left a trail of failed businesses in the Orlando area since 1989, including a dating service, construction business, an import-export company and an investigation service.

Orange County deputy sheriffs said Lekeu reported to them in June that his life was in danger and if he were found dead, the chief suspect should be one of his former business partners in a private investigation service.

After arriving in Orlando in 1984, Lekeu tried his hand at several jobs - driving a cab, and store and car sales. Dick Dickerman, owner of a Kissimmee port dredging company, met Lekeu about six years ago when he joined Americlub Inc., an Altamonte Springs dating service run by Lekeu.

Eventually, Dickerman said, he co-signed a $10,000 loan with Lekeu and his partner to help keep the business going. But within weeks, the business failed and Dickerman lost his money.

Over the next few years, he said, Lekeu called and asked him to invest in various import-export ventures but Dickerman declined. Dickerman harbors no bitterness toward Lekeu because through him he met ''a very nice lady'' whom he's been dating for six years.

''I think $10,000 was a little higher than most people have paid'' for a date, Dickerman joked. ''At least I have something to show for the $10,000.''

In January, things were so bad that Lekeu checked himself into a psychiatric hospital to be treated for depression. Lekeu says he did that after the government stopped him from setting up a Florida training camp for mercenaries, which helped lead to the break up of his company, International Intelligence Service of Auburndale.

''I thought about killing myself, to tell you the truth,'' Lekeu said. ''I handled Belgium, the problem with Customs, the problem with my business. . . . It was too much.''

Some good news came on Sept. 23, when an immigration judge in Orlando gave Lekeu an indefinite reprieve from deportation after attorney David Vedder said his client married an American woman this month. Lekeu and his new wife, Linda Martin, deny that it is a marriage of convenience to gain legal residency.

Meanwhile, deportation proceedings continue against Lekeu's first wife, whom he divorced in April, and three children, 27, 15 and 13, still living in Orlando. Another, 25, lives in Europe.

''We always wondered what happened to him,'' said a business associate who lost money with Lekeu. ''We thought he'd either be back in Belgium or here at the bottom of some lake.''


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Mer 7 Oct 2015 - 8:55



Global Secret and Intelligence Services I: Hidden Systems that deliver ...
Par Heinz Duthel (2014)





Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Mer 7 Oct 2015 - 9:06



http://www.browardpalmbeach.com/news/secrets-and-crimes-6343472

Secrets and Crimes
By Jay Cheshes

Thursday, April 22, 1999

(...) Before retiring in scandal in 1983, Bouhouche, whose father was North African, was well known on the police force for his extreme-right, neo-Nazi sympathies and for his affiliation with the Belgian neo-Nazi organizations Westland Newpost (WNP) and the Youth Front. According to Martial Lekeu, a former right-wing police officer who fled to Orlando in the '80s (he died of cancer a few years ago), Bouhouche was the core of an underground law-enforcement organization known as G Group. Lekeu told Belgian magazine reporter Gilbert Dupont that the group, which investigators confirm existed, started planning a right-wing coup d'etat in 1975. The G Group manifesto, published in 1990, calls for an organized struggle against the "red peril." It concludes with this bit of hyperbole: "For all time men of the west have fought against the eastern hordes and they will continue to struggle against them as long as they put our values, customs, and traditions in danger." Along with political organizing, G Group members, according to Lekeu, were fond of thrusting Nazi salutes and goose-stepping while on the job. Bouhouche, in whose house investigators found pictures of Adolf Hitler, never mentioned G Group. He did, however, admit to being involved with the WNP, a group he claimed to have infiltrated in the course of undercover police work. (...)

In that same period Bouhouche, Beijer, and a number of former right-wing police officers connected to them were scattering to the far corners of the world. Bouhouche was picked up in southern Spain in 1989 and held in custody until his trial five years later. Beijer was picked up in Thailand. Two others fled to Paraguay. Three, including Buslik, fled to Florida. Christian Pattyn and Martial Lekeu, both former colleagues of Bouhouche, settled in Clearwater and Orlando, respectively. Buslik, upon his arrival in Florida, is believed also to have lived briefly in Orlando before heading south, living in Vero Beach, then Boynton Beach, and for the last few years, North Palm Beach. (...)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Mer 7 Oct 2015 - 9:39



Il est beaucoup question de Martial Lekeu dans

http://www.dekamer.be/FLWB/PDF/49/0573/49K0573010.pdf

Ce qui suit n'est qu'un extrait.

Il est également question du "Groupe G".

Selon David Teacher, le "Groupe G" est fortement impliqué dans les tueries, de même que Nicolas de Kerchove.

Il faut aussi se souvenir que Edmond Bajart et Bob Denard ont rendu visite à Martial Lekeu aux USA. Martial Lekeu était un grand ami du commandant François, de Francis Dossogne et de Paul Latinus.








(...)


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Mer 7 Oct 2015 - 11:15



http://archives.lesoir.be/entretien-avec-l-ex-gendarme-lekeu-les-plans-de-destabi_t-19921123-Z062PM.html

ENTRETIEN AVEC L'EX-GENDARME LEKEU:LES PLANS DE DESTABILISATION LA PEUR DE LA GENDARMERIE,LE DEPART POUR LA FLORIDE... ...

HAQUIN,RENE

Lundi 23 novembre 1992

Des vieilles révélations à passer au tamis

«J'ai raconté pas mal d'histoires. Mais je maintiens avoir vu en 1976 un plan d'action conforme aux tueries du Brabant. Aujourd'hui, j'ai toujours peur.»

Martial Lekeu, 46 ans, est cet ancien gendarme passé en 1974 au groupe antiterrorisme «Diane», affecté à la BSR de Bruxelles de 1975 à 1977, puis en brigade à Vaux-sur-Sûre jusqu'en avril 1984, lorsqu'il démissionne. Fin 1983, les premières tueries ont réveillé de vieux souvenirs sur les plans d'actions qu'on m'avait montrés au groupe G vers 1976. J'ai averti la BSR de Wavre. On m'a dit qu'on savait, qu'on enquêtait. Puis les menaces téléphoniques ont commencé, sur moi et mes enfants. Elles venaient de gendarmes.

En août 1984, il quitte Bastogne avec les siens, pour la Floride.

Début 1989, il fait à un confrère des «révélations» sur l'existence d'un vieux projet de coup d'État en Belgique au «groupe G» (les gendarmes du «Front de la jeunesse»), sur les tueries du Brabant, sur la mort de Latinus. Il a fait une apparition la semaine dernière à Bruxelles. Nous l'avons rencontré. Il ne parle plus comme en 1989 d'un «service» qui aurait décidé d'éliminer Latinus. Il ne dit plus savoir que ce sont des agents de ce service qui se seraient débarrassés des armes des tueries dans le canal à Ronquières. Il dément avoir jamais dit qu'il surveillait Paul Vanden Boeynants. Rien que Latinus et le baron de Bonvoisin.

En 1989, six mois après ses premières révélations, Lekeu est interrogé au consulat belge d'Atlanta par les juges Lacroix (Charleroi) et Troch (Termonde), alors en charge des dossiers des tueries. A cette époque, il est signalé au bulletin central de renseignements comme témoin à entendre, ayant été mis en cause par un truand (mort depuis) dans le cadre de l'attaque des tueurs à Tamise, en 1982.

Trois ans passent.

La semaine dernière, Lekeu était en Belgique. Selon lui, pour raisons familiales, mais aussi, dit-il, pour rapporter la preuve que la justice belge ne le recherche pas, ceci à la demande d'un de ses employeurs, les Douanes américaines, en vue de sa comparution en janvier devant la Cour fédérale d'Orlando, comme témoin à charge de trafiquants d'armes qu'il a contribué à faire «tomber» l'été dernier.

UN PLAN, UN ORDRE BLEU

Nous étions une douzaine de gendarmes au groupe G. Il y avait un groupe similaire pour les militaires de l'ERM, un autre pour l'ULB. Moi, je restais d'abord gendarme. Quand j'ai vu ces fanatiques, j'ai fait rapport à la BSR, puis à un colonel de l'état-major, qui a alors tout fait stopper. Mais j'ai continué à les fréquenter, malgré l'ordre de les quitter. Je n'ai plus fait rapport à la gendarmerie, mais à d'autres, des Américains. Entre 1975 et 1976, j'ai vu le coordinateur du groupe G, le maréchal des logis Mievis, passer à Dossogne des dossiers de l'état-major, dont un politique. Clairement, il s'agissait de plans d'actions, de constituer des bandes pour des hold-up sanglants, de former des groupes politiques d'extrême-gauche pour des attentats. Il était bien question de grandes surfaces, de tueries déguisées en hold-up. Ainsi que de fournir armes et protection à des truands sans qu'ils sachent d'où ça venait. But: créer un climat de déstabilisation pour renforcer le pouvoir et les forces de l'ordre.

Sur les rapports faits à la BSR en 1976, Lekeu ne ment pas. C'est consigné dans des PV d'époque. Mais il n'y est pas question d'un tel plan d'actions.

L'ancien chef du «Front», Francis Dossogne, affirme:

Mievis ne m'a passé que des télex sur le terrorisme international d'alors. Aucun dossier de l'état-major. Pas même les fiches BSR qui nous concernaient. Quand Lekeu m'a dit être allé à l'état-major, j'ai écrit à Mievis et nous avons dissous le groupe G. Les enquêteurs ont ma lettre. J'ai été confronté à Mievis.

Pas de projet d'attaque, mais il était bien question de former un groupe au sein des forces armées pour renforcer l'État, une sorte d'Ordre bleu, nous dit un ancien du groupe M (militaire).

Les rapports de la BSR en 1976, transmis directement au commandement de la gendarmerie, n'ont donné lieu plus tard qu'à des mutations. Rien d'autre. Aujourd'hui, certains enquêteurs disent même que la liste originale des membres du groupe G (saisie début 1990) ne correspond pas à celle de la gendarmerie: ici, certains noms auraient été gommés, et d'autres ajoutés, dont Bouhouche (affaire Mendez).

UNDERCOVER ET PRIVÉ, PAS CIA

Pourquoi, de Floride, en 1989, parler du groupe G? Pour lancer un pavé, dit Martial Lekeu. Mais j'ai raconté alors pas mal d'histoires. Pourquoi y revenir aujourd'hui? J'ai encore peur de la gendarmerie. Je vais porter plainte. Moi, j'estime avoir fait mon devoir. Eux pas.

En Floride, je travaille pour le gouvernement (les douanes) et je fais du renseignement dans ma société, l'International Intelligence Service. Jamais, je n'ai travaillé pour la CIA.

On lui parle alors d'anciens collègues gendarmes, Pattijn et Fiasse, partis à la même époque que lui pour la Floride, où ils exercent des fonctions dans l'église de Scientologie. Une organisation qu'on dit liée à la CIA. Martial Lekeu a un sursaut, puis il affirme n'avoir là-bas aucun contact avec Pattijn ni avec la Scientologie. Rien qu'avec les douanes américaines.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Mer 7 Oct 2015 - 11:46



https://books.google.be/books?id=xTCikarln3wC&pg=PA50&lpg=PA50&dq=martial+lekeu&source=bl&ots=jHyeaEaU8q&sig=Bww3SyhadzdVU_SdFPNxKDhQrVw&hl=fr&sa=X&redir_esc=y#v=onepage&q=martial%20lekeu&f=false

L'enquête criminelle sur les tueurs du Brabant





(...)





(...)





(...)





(...)


















Revenir en haut Aller en bas
Niet Simpel



Nombre de messages : 82
Date d'inscription : 07/10/2015

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Mer 7 Oct 2015 - 22:47

Surtout la relation Lekeu - Bouhouche - Beijer est tres interessante (BOB Bruxelles)
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Ven 9 Oct 2015 - 9:58



Il faudrait aussi s'intéresser à ses contacts avec Bob Denard (ainsi qu'avec Edmond Bajart) :

http://archives.lesoir.be/apres-l-ete-une-commission-rogatoire-ira-consulter-les-_t-19970611-Z0DUV9.html

(...)   Martial Lekeu, âgé de 50 ans, pris d'un malaise en rue, a succombé à l'hôpital.

Cet ancien du groupe antiterroriste Diane, passé à la BSR de Bruxelles 1975 à 1977, fut muté à Vaux-sur-Sûre après avoir révélé l'existence du groupe G (les gendarmes du Front de la Jeunesse dont il faisait partie et avec lesquels il avait gardé le contact). Il disait y avoir vu des plans correspondant aux attaques des tueries du Brabant. En 1983, après les premières tueries, il démissionna de la gendarmerie et s'exila avec les siens en Floride. Son nom apparaît notamment dans le dossier de l'attaque de la fabrique de gilets pare-balles à Tamise (10 septembre 1983). En Floride, il collabora aves les douanes américaines et ouvrit un bureau de détective, l'International Intelligence Service. Il eut des contacts avec des mercenaires dont Bob Denard.

Lekeu, qui fit ses premières révélations à Orlando lors de la première commission sur les tueries, fut interrogé par les juges Troch et Lacroix partis en commission rogatoire en 1989 au consulat belge d'Atlanta. Ces dernières années, sa situation professionnelle et matérielle s'était dégradée, de même que sa santé. En février, Lekeu fut arrêté à Orlando pour une affaire de menaces par arme. Il a comparu en justice au début de juin. Les enquêteurs de Jumet négociaient son retour et devaient reprendre contact ce lundi pour l'informer que les choses s'arrangeaient. Trop tard. Son nom allonge la liste déjà longue des témoins ou suspects morts, que concernait toujours l'enquête sur les tueries du Brabant.   (...)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Ven 9 Oct 2015 - 10:19



Note :  

E.B. = Edmond Bajart, patron de Veeweyde
W.W. = Willy Weemaes, le secrétaire privé et ami de Léopold III.

http://objectifsecurite.be/objectif-s-curit/tueurs-du-brabant-wallon-la-seconde-vague-de-violence.html

(...)   Martial Lekeu, un ancien du groupe Diane a révélé, pendant les réunions du Front de la Jeunesse, un plan fut élaboré pour déstabiliser la Belgique et préparer un régime autoritaire. Ce plan était divisé en deux parties : une phase de terrorisme politique et une phase de banditisme.

J'ai travaillé à la seconde phase. J'étais l'un des spécialistes qui devaient former les jeunes gens à l'idéologie de l’extrême droite, il fallait en faire une bande d'individus prêts à tout. Ensuite, je devais rompre tout contact avec eux, de manière à ce qu'ils deviennent un groupe totalement indépendant et qu'ils commettent des attaques à mains armées sans réaliser qu'ils faisaient partie d'un complot parfaitement orchestré.

Cet ancien gendarme fut membre du Front de la Jeunesse, le président de ce mouvement d'une violence extrême travaillait avec plusieurs groupes politiques, ainsi qu'avec Monsieur E.B, le président d'une bien connue société de protection des animaux.

Victime de menaces anonymes, Lekeu s'exilera aux Etats-Unis. A son arrivée, il se verra délivré un port d'arme permanent et une protection du FBI. Il changeait de ville et de nom, plusieurs fois par mois.

Bizarrement, E.B, le président de l'importante protection des animaux, lui fit de nombreuses visites, parfois accompagné du célèbre mercenaire Robert Denard.

En fin de vie, Monsieur E.B, fut inculpé pour détournement, blanchissement d'argent, escroquerie, or et argent illicite, dissimulé en Suisse.

Dans sa villa à St Jeanet, fut découvert des documents, léguer par le comte de W-W. Ces dossiers lui permettaient de faire chanter n'importe qui en Belgique, fusse même le Roi et il le clamait haut et fort.

Cet homme prenait des vacances avec Léon Degrelle, dont l'ancienne épouse était sa voisine. Il dirigeait une agence de voyage, de publicité (dont son seul client était Delhaize) et de mannequins. Madani Bouhouche a travaillé quelques mois pour lui comme secrétaire.

Huit de ses connaissances ont été exécutées par les tueurs du Brabant Wallon, dont le banquier Léon Finé qui organisait ses transports d'argents.

Bizarrement, toutes ses activités ont été reprises par les américains.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Ven 9 Oct 2015 - 10:34



Sur Bob Denard

http://tueriesdubrabant.winnerbb.com/t1050-bob-denard-le-chien-de-guerre

notamment :






(...)








http://paramicalebelge.e-monsite.com/pages/1para-diest-58-kamina-3-paracodo.html

... Charles Masy ... Guillaume Vogeleer ...





Guillaume Vogeleer connaissait la DIA, John Singlaub, Stefano delle Chiaie, Tony Poe, Soldier of Fortune (Jim Coyne), le commandant François, Farcy, Vienne, le chauffeur de Paul Vanden Boeynants, etc

Charles Masy connaissait Soldier of Fortune (voir le reportage de Jim Shortt... qui a entraîné Jean Bultot).

Le lien avec Eveillard et - au moins indirectement - Jean Breydel mériterait d'être étudié...

Jean Breydel apparaît aux côtés de l'avocat Jean-Paul Dumont (proche de Sergio Ferrari, mafia belgo luxembourgeoise) à la tribune de JBJ.

A noter aussi : ce qui a relié Eveillard et SECURITAS (André Moyen ?)

A revoir :

https://www.youtube.com/watch?v=ikpa3a7I8xg





Revenir en haut Aller en bas
arthur29923



Nombre de messages : 115
Date d'inscription : 08/07/2015

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Sam 10 Oct 2015 - 1:08

.


ar10 ou ar15 dans les main de la personne de gauche  (petersoni ?  jempa lawifi  bounce )

bejer parle de cette arme sur ce cite
Revenir en haut Aller en bas
arthur29923



Nombre de messages : 115
Date d'inscription : 08/07/2015

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Sam 10 Oct 2015 - 5:53

bejer
Dans l'affaire Vernaillen, ce sont des fusils cal.223 RM qui ont tiré.
En réalité, ce sont des armes AR15 cal 222 RM achetées en vente libre (à l'époque) qui ont été utilisées. Mais elles ont été transformées par Dekaize en cal 223 RM,

------
vernaillen cherchais ....? qui m a tirer dessus et avec quel armes?
dekaise transformais...?

mais c est une entreprisse bruxelloise qui transforme les ar15??change ,le canon?


Sujet: Re: Wavre, 30 septembre 1982 Lun 27 Juil 2015 - 17:12

vernaillen trouve...?et des gendarme enqueteur meurt ?(chez dekaise, et avec fourez dewit)
http://tueriesdubrabant.winnerbb.com/t29p795-wavre-30-septembre-1982

Sujet: Vilvorde? Sam 6 Juin 2009 - 21:30
http://tueriesdubrabant.winnerbb.com/t159p75-question-attentat-vernaillen
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Sam 10 Oct 2015 - 12:18



https://www.youtube.com/watch?v=3BFkkwJtCQk





http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1542

« Le Groupe G était une section du Front de la Jeunesse au sein de la gendarmerie. En tant que gendarmes, ils ne voulaient pas se mélanger aux autres et risquer d’être impliqués lors de manifestations, etc... », expliqua Dossogne. Le Gendarme Martial Lekeu joua un rôle déterminant au sein du Groupe G puis plus tard au WNP. « Lekeu faisait partie du Groupe G, il en a été l’un des premiers membres », rappela Dossogne face à la caméra. « Il était si impliqué dans le groupe qu’il a par la suite informé le commandant en chef de la gendarmerie de son existence. » [84]

Lekeu servit dans la gendarmerie belge entre 1972 et 1984, après quoi il quitta le pays pour la Floride. Dans le documentaire consacré au Gladio, il faisait état dans un anglais approximatif de l’implication de certains éléments des services secrets militaires et de l’appareil sécuritaire belges dans les tueries du Brabant : « Mon nom est Martial Lekeu, je faisais partie de la gendarmerie belge. J’ai quitté la Belgique en août 1984 après que mes enfants aient reçu des menaces de morts sérieuses. Au début du mois de décembre 1983, je me suis rendu personnellement à la BSR [Brigade Spéciale des Recherches, une branche de la gendarmerie] de Wavre qui enquêtait sur les tueries [du Brabant]. » Lekeu avait découvert que les attaques impliquaient certains groupes au sein même de l’appareil sécuritaire. « Je m’étonnais qu’il n’y ait pas eu d’arrestation et je sais que j’ai moi-même signalé ce qui se passait – on ne traitait pas à la légère des tueries de ce genre – commettre des meurtres au hasard ou aller dans un supermarché pour y tuer des gens, et même des enfants. Je crois qu’ils ont tué une trentaine de personnes. J’ai donc dit à un homme [de la BSR] que j’ai rencontré : “Est-ce que vous réalisez que des membres de la gendarmerie et de l’armée sont mêlés à tout ça ?” Sa réponse a été : “Taisez-vous ! Vous êtes au courant, on est au courant. Occupez-vous de vos affaires. Et maintenant allez vous-en !” Ils disaient que la démocratie foutait le camp, que la gauche était au pouvoir, les socialistes et tout ça et qu’ils voulaient encore plus de pouvoir. » [85]

Un rapport d’enquête parlementaire belge sur les tueries du Brabant publié en 1990, quelques mois seulement avant que ne soit révélée l’existence de l’armée secrète belge vint confirmer cette version. « Selon ce rapport, les meurtriers étaient ou avaient été membres des forces de sécurité – des militants d’extrême droite adeptes des politiques sécuritaires qui préparaient un coup d’État. » « On pense à présent », put-on lire dans la presse britannique suite à la publication du rapport, « que les tueries du Brabant faisaient partie d’une vaste conspiration visant à déstabiliser le régime démocratique belge, peut-être pour préparer le terrain en vue d’un coup d’État de l’extrême droite ». [86] « La politique terroriste a été suivie par des paramilitaires et des gens appartenant à l’appareil sécuritaire ou liés à l’appareil d’État par une collaboration ou une certaine proximité », observa le terroriste Vincenzo Vinciguerra, résumant ainsi l’aspect le plus délicat de l’histoire des armées stay-behind. Dans toute l’Europe occidentale, des organisations d’extrême droite « étaient mobilisées pour le combat dans le cadre d’une stratégie anticommuniste émanant, non pas de groupuscules gravitant dans les sphères du pouvoir mais bel et bien du pouvoir lui-même, et s’inscrivant notamment dans le cadre des relations de l’État avec l’Alliance Atlantique ». [87]


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Ven 15 Jan 2016 - 12:16


Dans l'article ci-dessous, "P" est François Périlleux ...






Dernière édition par HERVE le Ven 15 Jan 2016 - 12:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Ven 15 Jan 2016 - 12:49


Sur François Périlleux :

http://archives.lesoir.be/francois-perilleux_t-20060624-005PEM.html

François Périlleux

MATRICHE,JOEL

Samedi 24 juin 2006

L'empathie de Maigret plutôt que la froideur des Experts et autres technoflics déshumanisés. La finesse de Colombo, au grand jamais les bourre-pifs de l'inspecteur Harry. François Périlleux, la patron de la crim' liégeoise, est de la vieille école. Et il aime ça. « La science a évolué mais fondamentalement, les choses n'ont pas changé depuis 50 ans, sourit-il. La base de notre métier, c'est l'humain. Pour faire cracher quelqu'un au bassinet, ça reste la même chose qu'avant. Les analyses ADN, la téléphonie, le travail de labo sont utiles mais ils ne viennent qu'en appui. »

Sa fiche d'identité, il la décline le plus naturellement du monde. Pas besoin de lui braquer une lampe torche sur le visage. On n'envisage même pas le coup du bottin. « Après mes humanités à l'internat Saint-Roch de Ferrières, puis l'école de crimino du ministère de la Justice, j'ai passé quelques années dans un service de police puis j'ai intégré la PJ de Bruxelles », avoue-t-il spontanément. Ensuite, il « bourlingue » quelques années dans la capitale, revient à Liège. Réussit l'examen d'officier. Retourne à Bruxelles pour diriger une équipe de lutte contre le grand bandistisme. Revient à Liège : commissaire, commissaire principal et, trois mois avant la réforme, commissaire divisionnaire. Il aurait pu, à ce moment, devenir directeur d'un service quelconque mais préfère rester sur le terrain. La vieille école, on vous disait. Mais pas de nostalgie pour autant : « Avant la réforme des polices, on se débrouillait avec les moyens du bord. On n'avait pas les appuis qu'on a maintenant. »  (...)

_ _ _


http://www.lesoir.be/954482/article/actualite/regions/liege/2015-08-05/crime-parfait-cela-n-existe-passelon-moi

«Le crime parfait, cela n’existe pas selon moi»

Laurence Wauters
Mis en ligne mercredi 5 août 2015, 10h11

François Périlleux a désormais bouclé son parcours professionnel. Il a accepté de jeter un regard dans le rétroviseur.





François Périlleux, boss de la crim’ liégeoise, a intégré cette section il y a presque 25 ans, à l’époque de l’affaire Cools. Au moment de son départ en pension, il nous livre avec les yeux qui pétillent, ceux du passionné, ses réflexions sur le crime parfait, sur les aveux, sur les rares affaires qui, durant ce quart de siècle, n’ont pas été élucidées. Mais elles pourraient l’être, un jour ou l’autre, car « ses » hommes n’abandonnent jamais.

Le crime parfait, pour lui qui a travaillé sur une centaine de meurtres et en a vu passer au total, dans sa section, plus de 500, n’existe pas. « Ou plutôt, c’est le crime dont on ne détecte pas qu’il s’agit d’une mort suspecte, étaye-t-il. Le médecin signe le permis d’inhumer, et c’est terminé. Il n’y a que celui-là qui est parfait ! Demandez à un médecin généraliste s’il n’a jamais eu un doute. Souvent, il connaît les personnes endeuillées ; socialement, humainement, il est difficile de refuser de signer le permis d’inhumer. » A ce sujet, une étude allemande menée dans les années 90 taraude François Périlleux : elle a consisté en des autopsies systématiques, dans tous les cas de décès, sur une zone géographique déterminée. Pour 11 % des morts déclarées comme étant « naturelles », il s’agissait d’un homicide…

Dès que le décès est qualifié de suspect, il y a un « rouleau compresseur » qui se met en route : « Il est terriblement difficile d’y échapper car on laisse toujours quelque chose, et on se retrouve face à des gens opiniâtres », ajoute François Périlleux. Des exemples ? Isabelle Hody, découverte en août 2007 dans son bain, le poignet tranché. Tout indiquait qu’il s’agissait d’un suicide. Mais il y avait du sang coagulé au fond de la baignoire ; le poignet était donc déjà fortement entaillé lorsqu’on avait fait couler le bain… Et le meurtrier avait pris soin de fermer le robinet, ce qu’elle n’aurait plus eu la force de faire. Bruno Amand, son compagnon, a écopé de 30 ans de prison pour cet assassinat.

Un an plus tôt, la vanne électronique de la compagnie liégeoise des eaux avait enregistré, la nuit de la disparition des petites Stacy et Nathalie en juin 2006, une variation de volume dans une canalisation d’eau située dans le quartier St-Léonard. L’augmentation de volume était liée au dépôt des corps des enfants dans cette canalisation, et l’heure à laquelle elle avait été enregistrée correspondait à celle où un petit vieux, allé prendre l’air à sa terrasse, avait vu Aït Oud à cet endroit.

Des détails, toujours des détails : c’est souvent là que se niche la vérité.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Sam 16 Jan 2016 - 12:16



Dans le livre "De elite van de macht ..." de Walter Baeyens :





Malgré l'orthographe, il s'agit de François Périlleux.

A la page 538 du livre, on apprend que cette note a été écrite par un magistrat lors d'un briefing le 23 janvier 1989.

"G.O." signifierait presque certainement "geheime operaties"

"KV" = Kogelvrije Vesten

Il faut rappeler que le 10 septembre 1983, des gilets pare-balles ont été volés chez Wittock à Temse.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Sam 16 Jan 2016 - 15:11


C'est l'occasion de relire

http://archives.lesoir.be/entretien-avec-l-ex-gendarme-lekeu-les-plans-de-destabi_t-19921123-Z062PM.html

ENTRETIEN AVEC L'EX-GENDARME LEKEU : LES PLANS DE DESTABILISATION, LA PEUR DE LA GENDARMERIE, LE DEPART POUR LA FLORIDE... ...

HAQUIN,RENE

Lundi 23 novembre 1992

Des vieilles révélations à passer au tamis

«J'ai raconté pas mal d'histoires. Mais je maintiens avoir vu en 1976 un plan d'action conforme aux tueries du Brabant. Aujourd'hui, j'ai toujours peur.»

Martial Lekeu, 46 ans, est cet ancien gendarme passé en 1974 au groupe antiterrorisme «Diane», affecté à la BSR de Bruxelles de 1975 à 1977, puis en brigade à Vaux-sur-Sûre jusqu'en avril 1984, lorsqu'il démissionne. Fin 1983, les premières tueries ont réveillé de vieux souvenirs sur les plans d'actions qu'on m'avait montrés au groupe G vers 1976. J'ai averti la BSR de Wavre. On m'a dit qu'on savait, qu'on enquêtait. Puis les menaces téléphoniques ont commencé, sur moi et mes enfants. Elles venaient de gendarmes.

En août 1984, il quitte Bastogne avec les siens, pour la Floride.

Début 1989, il fait à un confrère des «révélations» sur l'existence d'un vieux projet de coup d'État en Belgique au «groupe G» (les gendarmes du «Front de la jeunesse»), sur les tueries du Brabant, sur la mort de Latinus. Il a fait une apparition la semaine dernière à Bruxelles. Nous l'avons rencontré. Il ne parle plus comme en 1989 d'un «service» qui aurait décidé d'éliminer Latinus. Il ne dit plus savoir que ce sont des agents de ce service qui se seraient débarrassés des armes des tueries dans le canal à Ronquières. Il dément avoir jamais dit qu'il surveillait Paul Vanden Boeynants. Rien que Latinus et le baron de Bonvoisin.

En 1989, six mois après ses premières révélations, Lekeu est interrogé au consulat belge d'Atlanta par les juges Lacroix (Charleroi) et Troch (Termonde), alors en charge des dossiers des tueries. A cette époque, il est signalé au bulletin central de renseignements comme témoin à entendre, ayant été mis en cause par un truand (mort depuis) dans le cadre de l'attaque des tueurs à Tamise, en 1982.

Trois ans passent.

La semaine dernière, Lekeu était en Belgique. Selon lui, pour raisons familiales, mais aussi, dit-il, pour rapporter la preuve que la justice belge ne le recherche pas, ceci à la demande d'un de ses employeurs, les Douanes américaines, en vue de sa comparution en janvier devant la Cour fédérale d'Orlando, comme témoin à charge de trafiquants d'armes qu'il a contribué à faire «tomber» l'été dernier.

UN PLAN, UN ORDRE BLEU

Nous étions une douzaine de gendarmes au groupe G. Il y avait un groupe similaire pour les militaires de l'ERM, un autre pour l'ULB. Moi, je restais d'abord gendarme. Quand j'ai vu ces fanatiques, j'ai fait rapport à la BSR, puis à un colonel de l'état-major, qui a alors tout fait stopper. Mais j'ai continué à les fréquenter, malgré l'ordre de les quitter. Je n'ai plus fait rapport à la gendarmerie, mais à d'autres, des Américains. Entre 1975 et 1976, j'ai vu le coordinateur du groupe G, le maréchal des logis Mievis, passer à Dossogne des dossiers de l'état-major, dont un politique. Clairement, il s'agissait de plans d'actions, de constituer des bandes pour des hold-up sanglants, de former des groupes politiques d'extrême-gauche pour des attentats. Il était bien question de grandes surfaces, de tueries déguisées en hold-up. Ainsi que de fournir armes et protection à des truands sans qu'ils sachent d'où ça venait. But: créer un climat de déstabilisation pour renforcer le pouvoir et les forces de l'ordre.

Sur les rapports faits à la BSR en 1976, Lekeu ne ment pas. C'est consigné dans des PV d'époque. Mais il n'y est pas question d'un tel plan d'actions.

L'ancien chef du «Front», Francis Dossogne, affirme:

Mievis ne m'a passé que des télex sur le terrorisme international d'alors. Aucun dossier de l'état-major. Pas même les fiches BSR qui nous concernaient. Quand Lekeu m'a dit être allé à l'état-major, j'ai écrit à Mievis et nous avons dissous le groupe G. Les enquêteurs ont ma lettre. J'ai été confronté à Mievis.

Pas de projet d'attaque, mais il était bien question de former un groupe au sein des forces armées pour renforcer l'État, une sorte d'Ordre bleu, nous dit un ancien du groupe M (militaire).

Les rapports de la BSR en 1976, transmis directement au commandement de la gendarmerie, n'ont donné lieu plus tard qu'à des mutations. Rien d'autre. Aujourd'hui, certains enquêteurs disent même que la liste originale des membres du groupe G (saisie début 1990) ne correspond pas à celle de la gendarmerie: ici, certains noms auraient été gommés, et d'autres ajoutés, dont Bouhouche (affaire Mendez).

UNDERCOVER ET PRIVÉ, PAS CIA

Pourquoi, de Floride, en 1989, parler du groupe G? Pour lancer un pavé, dit Martial Lekeu. Mais j'ai raconté alors pas mal d'histoires. Pourquoi y revenir aujourd'hui? J'ai encore peur de la gendarmerie. Je vais porter plainte. Moi, j'estime avoir fait mon devoir. Eux pas.

En Floride, je travaille pour le gouvernement (les douanes) et je fais du renseignement dans ma société, l'International Intelligence Service. Jamais, je n'ai travaillé pour la CIA.

On lui parle alors d'anciens collègues gendarmes, Pattijn et Fiasse, partis à la même époque que lui pour la Floride, où ils exercent des fonctions dans l'église de Scientologie. Une organisation qu'on dit liée à la CIA. Martial Lekeu a un sursaut, puis il affirme n'avoir là-bas aucun contact avec Pattijn ni avec la Scientologie. Rien qu'avec les douanes américaines.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Dim 17 Jan 2016 - 10:03


http://www.rtcl.be/repas-conference-francois-perilleux-14-mars/

Repas Conférence François Périlleux – 14 mars
Posté le 1 mars 2013

_ _ _ _


http://www.ouest-france.fr/lescroc-aux-mille-visages-au-palais-de-justice-488637

_ _ _ _


http://www.provincedeliege.be/en/evenement/1?nid=5854&from=home

_ _ _ _


http://www.quefaire.be/conference-les-experts-aux-411848.shtml

_ _ _ _


http://www.saintrochferrieres.be/index.php?action=news&n=544

_ _ _ _


http://www.lexpress.fr/culture/livre/stagiaire-a-la-crim-de-liege_807910.html

_ _ _ _


http://www.todayinliege.be/Le-16e-Festival-Simenon-en-France.html


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Dim 17 Jan 2016 - 10:13






PV's Vittorio HU 's= Hold-ups


Pour remettre cet extrait dans son contexte :













Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Dim 17 Jan 2016 - 10:36


Une parenthèse (et cela vaudrait la peine de se renseigner sur http://es.awdnews.com/ que je ne connaissais pas ... une confirmation serait la bienvenue) :

http://es.awdnews.com/pol%C3%ADtica/isra%C3%ABl-reconna%C3%AEt-avoir-des-r%C3%A9seaux-d%E2%80%99-espionnage-en-france-pour-fomenter-des-troubles


Israël reconnaît avoir des réseaux d’'espionnage en France pour fomenter des troubles

   Política
   14 Enero 2016


L’ancien directeur du renseignement militaire israélien, le général Amos Yadlin, a révélé que les agents israéliens opèrent dans un certain nombre de pays européens, notamment la France, les Pays-BAS et la belgique, des pays où ils sont actifs.

Intervenant sur la chaîne de télévision israélienne Channel Seven, il a affirmé que la Division du renseignement militaire a établi des réseaux de collecte d’informations en France et en Belgique qui sont en mesure d’avoir une influence positive ou négative sur les scènes politiques, économiques et sociales de ces pays.

Le général à la retraite n’a pas donné de détails sur la nature exacte de ces réseaux, mais il a dit que des agents israéliens sont les plus actifs en France, où ils ont été mis en place depuis 1979. Yadlin est l’actuel chef de l’Institut d’études de sécurité nationale à l’Université de Tel Aviv et entretient encore des liens étroits avec la sécurité et les autorités politiques de l’Etat hébreu. Il a confirmé que des agents israéliens travaillent en profondeur au sein des institutions gouvernementales Francaises.

Il a dit que le travail de la Division du renseignement militaire contre «l’ennemi» est derrière l’escalade des tensions et troubles sectaires et sociaux partout où ses agents opèrent.




Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Dim 17 Jan 2016 - 19:54


https://bizstanding.com/directory/FL/LE/1888/





Sur Pierre P. Orosz :




(...)

_ _ _


http://www.dhnet.be/archive/un-nouvel-exploit-signe-eric-van-de-weghe-51b7e81ee4b0de6db9974159

Un nouvel exploit signé Eric Van de Weghe

Publié le vendredi 08 janvier 2010 à 00h00 - Mis à jour le vendredi 08 janvier 2010 à 00h00

ESCROQUERIES

Détenu à Moscou, VDW bénéficie de la prescription à Bruxelles

BRUXELLES Un nouveau procès en cause de l’homme d’affaires, Eric Van de Weghe, 43 ans, s’est clôturé hier à Bruxelles par l’extinction de l’action publique par prescription. Celui qui est officiellement aujourd’hui le bras droit du milliardaire russe Suleiman Kerimov répondait de 25 préventions, relatives pour la plupart à des escroqueries.

Tous les autres prévenus ont eux aussi bénéficié de la prescription. Parmi ceux-ci : Max-Olivier Cahen, le fils de feu l’ambassadeur de Belgique à Paris, Alfred Cahen, qui fut le véritable cerveau du ministère belge des Affaires étrangères pendant une trentaine d’années. On comptait aussi l’homme d’affaires liégeois Gabriel Uhoda, l’ancien gendarme Christian Amory et le mercenaire belge Pierre Orosz.

(...)

_ _ _


http://www.intelligenceonline.fr/intelligence-economique/2011/12/08...

Édition du 08 décembre 2011 - n°654

Pierre Orosz rattrapé par son passé

Venu à Paris rencontrer plusieurs sociétés françaises de sécurité avec lesquelles il avait des projets de partenariats, le consultant belge Pierre Orosz, basé au Brésil, a été refoulé par la police de l'air et des frontières. Garde du corps de l'ambassadeur américain auprès de l'Union européenne, James Dobbins, au début des années 90, Pierre Orosz s'est ensuite reconverti dans la sécurité privée et a participé, en septembre 1995, au renversement du président comorien Saïd Mohamed Djohar aux côtés de Bob Denard. Condamné en 2006 à une peine légère par la 14e chambre du tribunal correctionnel de Paris, tout comme les 26 autres participants à cette opération, ses entrées et sorties sur le territoire français sont désormais restreintes.

Après son expérience au Comores, qu'il a racontée en détail dans une interview au magazine américain Soldier of Fortune en 1996, Orosz a créé sa propre société, Inveco International Holding, incorporée au Costa Rica, enregistrée à Genève et opérant depuis la Floride.

_ _ _


http://www.socnet.com/showthread.php?t=71247

(...)





http://www.pressreleasenetwork.com/newsroom/news_view.phtml?news_id=1165

Statement from Inveco International Holding S.A.

Orlando, Florida - Feb 21, 2005 (PRN): INVECO INTERNATIONAL HOLDING S.A. is an International Company incorporated in San Jose, Costa Rica, with her Corporate Headquarters in Geneva, Switzerland.

INVECO GLOBAL SECURITY GROUP (I.G.S.G.) is a SUBSIDIARY of INVECO INTERNATIONAL HOLDING S.A. that provides Security Assistance and Advisory for clients worldwide.

Our personnel and staff are highly trained and experienced in all aspects of Security Operations.

Most of our personnel come from extensive backgrounds in the Military, Law Enforcement and Security Communities from various countries and have achieved long years of experience.

As part of maintaining our overall operational effectiveness, we continually look to staff important Security positions to serve our clients around the globe with the highest seriousness and professionalism in focus.

Even though it is not in the policy of INVECO INTERNATIONAL HOLDING S.A. to discuss operational details, we do assert that we DO NOT have any current contracts with the United States or Iraq Governments for providing Security Services in Iraq, NEITHER do we have any teams currently deployed in Iraq!

Mr. Pierre P. Orosz is INVECO INTERNATIONAL HOLDING S.A. Director of Security and the Director of INVECO GLOBAL SECURITY GROUP.

Mr. Pierre P. Orosz has achieved, over the years, an impressive record of Operational Security duties worldwide and has developed an important network of relations and friends all over the world.

Mr. Orosz is one of INVECO INTERNATIONAL HOLDING S.A. most valuable assets and his honorability and honesty cannot be disputed.

Mr. Frank Salewski and Mr. Heiko Seibold are NOT employees of INVECO INTERNATIONAL HOLDING S.A. or any of her SUBSIDIARIES.

The high degree of experience and professionalism of Mr. Salewski and Mr. Seibold and their friendship and loyalty to INVECO INTERNATIONAL HOLDING S.A., have been utilized in researching the possibilities of hiring Brazilian Security Specialists to fulfill our continuous needs in competent and experienced personnel.

Mr. Salewski and Mr. Seibold acted as "INDEPENDENT CONSULTANTS".

INVECO INTERNATIONAL HOLDING S.A. and all of her staff recognize the high quality of professionalism and experience of the Brazilian Security Forces and Military, and explored, therefore, the possibilities to recruit DEMOBILIZED and RESERVE personnel from those forces in a VOLUNTARY CAPACITY, as PRIVATE CITIZENS, sanctioned, after extensive pre-selection, with a PRIVATE CONTRACTOR'S AGREEMENT, to work in Security Details designated at the discretion of INVECO GLOBAL SECURITY GROUP, anywhere in the world where we do provide Security Services.

INVECO INTERNATIONAL HOLDING S.A. do not see that there is anything wrong in allowing Brazilian Security Specialists, being former Military or Law Enforcement personnel, as it is the main condition to expect any position with our organization, to be allowed to work "PRIVATELY" and "VOLUNTARILY" in Overseas Security Details, and put their experience and training at the service of clients worldwide, as do any other private companies or individuals from other countries.

Due to the international nature of our duties, INVECO INTERNATIONAL HOLDING S.A. did not feel the necessity, respectfully, to inform the Brazilian Authorities on her intentions of hiring some of their former employees, now being "PRIVATE CITIZENS' willing to make a living.

INVECO INTERNATIONAL HOLDING asserts that she DOES NOT have any business or operations in Brazil, therefore she shouldn't be submitted under the Brazilian Labor Laws and Regulations.

Mr. Pierre P. Orosz's strong ties to Brazil, where he is a legal resident through his marriage with a Brazilian citizen, are strictly for residency purposes.

Mr. Pierre P. Orosz's professional activities are strictly taking place overseas, therefore Mr. OROSZ shouldn't be submitted under the Brazilian Labor Laws and Regulations.

INVECO INTERNATIONAL HOLDING recognizes and respects the freedom of the

Press but CANNOT and WILL NOT allow so-called "Investigative Journalists", RODRIGO RANGEL and JOSE PASSOS, and a very well respected press organ, O GLOBO, to launch a smear campaign with the clear intend "TO HARM and DAMAGE" the reputation of a well respected Corporation and her agents and all associated, by asserting that we are nothing more than "Paid Mercenaries, bounded for Iraq" without verifying thoroughly their information before publication, and allowing these information to be released in the National and International Press.

This smear campaign is not only demeaning and purely a distortion of the truth, but it undermines greatly our Corporation from her real missions.

The "IRREPARABLE DAMAGES" caused to INVECO INTERNATIONAL HOLDING reputation and particularly to her Director of Security, Mr. PIERRE P. OROSZ, and the invasion of privacy in releasing information about Mr. OROSZ's family and location, which brings a "SECURITY TREAT" to himself and his family, due to the nature of his activities, constitute an extreme prejudice for all.

Furthermore, some comments made in a certain press that our activities and our attempts to hire "Brazilian mercenaries bounded for Iraq" would endanger the personal safety of the Brazilian hostage in Iraq, Mr. JOAO VASCONCELLOS Jr., not only are outrageously "INSULTING", but also "DEFAMATORY"!

OUR THOUGHTS AND PRAYERS ARE WITH Mr. VASCONCELLOS Jr., HIS FAMILY AND FRIENDS AND WE WISH FOR HIS SAFE RETURN HOME.

By launching this smear campaign against INVECO INTERNATIONAL HOLDING and her agents, and by releasing "FALSE INFORMATION", just for sensationalism purposes, O GLOBO and her journalists RANGEL and PASSOS, should and will bear the greatest responsibility should anything happen to Mr. Joao Vasconcellos Jr.!

THEREFORE INVECO INTERNATIONAL HOLDING S.A. and Mr. Pierre P. Orosz are officially mandating their counselors, to formally seize the Brazilian Justice Authorities, in defending our rights before any Penal or Civil Jurisdictions in Brazil or worldwide, for the irreparable damages caused by the smear campaign launched by the "O GLOBO" News Organization and the journalists " RANGEL and PASSOS".

Furthermore, we have asked our counselors to file a criminal complaint against "UNKNOWN", with the Brazilian Ministry of Justice for "GRAND THEFT OF CORPORATE INFORMATION AND MATERIAL WITH THE INTEND TO ARM AND DAMAGE" our corporation and her agents, as well as for "CALUMNY" and "DEFAMATION".

For more information, contact:

Corporate Headquarters:
San Jose, Costa Rica

Administrative Headquarters:
P.O. Box 3354 - 1211
Geneva 3 - Switzerland
Tel: +32 479 325804
Email: ppoglob1@aol.com

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Dim 17 Jan 2016 - 20:50


On retrouve aussi Martial Lekeu et Samiah Seramur dans U.S. SELTEC, INC.:

http://florida.intercreditreport.com/company/u-s-seltec-inc-p93000001367

(...)

Description

U.S. SELTEC, INC. has been set up 12/23/1992 in state FL. The current status of the business is Inactive. The U.S. SELTEC, INC. principal adress is 4546 SOUTH SEMORAN BLVD., SUITE 628, ORLANDO, FL, 32822. Meanwhile you can send your letters to 4546 SOUTH SEMORAN BLVD., SUITE 628, ORLANDO, FL, 32822. The company`s registered agent is SERAMUR SAMIAH M 4546 SOUTH SEMORAN BLVD., ORLANDO, FL, 32822. The company`s management are Director - LEKEU MARTIAL H, Director - SERAMUR SAMIAH M. The last significant event in the company history is ADMIN DISSOLUTION FOR ANNUAL REPORT which is dated by 8/13/1993. This decision is take in action on unknown.

(...)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Lun 18 Jan 2016 - 9:42


De elite van de macht ...
Par Walter Baeyens







(...)

_ _ _


"LR" serait Luc Robert ...

_ _ _


Il est beaucoup question de Martial Lekeu dans

http://www.dekamer.be/FLWB/PDF/49/0573/49K0573010.pdf

On y parle aussi de "l'Opération bleue" :


(...)



(...)

_


Voir aussi l'extrait suivant :





"Luc" serait-il "LR" ?

_


Déclarations de Jean-Claude Jandrain :





http://tueriesdubrabant.winnerbb.com/t1754-jandrain-jean-claude?highlight=jandrain


_ _ _


Il est intéressant de noter que, selon David Teacher, le "groupe G" et Nicolas de Kerchove d'Ousselghem ont joué un rôle important dans la stratégie de la tension en Belgique...


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Lun 18 Jan 2016 - 12:14



http://www.dekamer.be/FLWB/PDF/49/0573/49K0573010.pdf




(...)



(...)









Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Lun 18 Jan 2016 - 13:54


Pour en revenir à Pierre Orosz, le communiqué dont il a été question plus haut

http://www.pressreleasenetwork.com/newsroom/news_view.phtml?news_id=1165

Statement from Inveco International Holding S.A.

Orlando, Florida - Feb 21, 2005


a sans doute été motivé par des articles semblables à ce qui suit :

http://www.corpwatch.org/article.php?id=11832

BRAZIL: Investigation into Hiring of Mercenaries to Work in Iraq

O Globo newspaper says that more than 500 Brazilians have been hired as mercenaries to watch US military facilities in Iraq and the Brazilian Labor Ministry will investigate whether there were irregularities or not in the employment of Brazilians.

PERIÓDICO 26
February 8th, 2005

(...)

_ _ _


http://www2.senado.leg.br/bdsf/bitstream/handle/id/397654/complemento_1.htm?sequence=2

Título: Surgem indícios de que empresa não existe

Autor: Rodrigo Rangel
Fonte: O Globo, 10/02/2005, O Mundo, p. 26

_ _ _


http://www.comunidadenews.com/local/goianos-na-guerra-do-iraque-762

Goianos na guerra do Iraque

02/08/2005 04:00:00 PM

_ _ _


Voir :

https://www.wikileaks.org/plusd/cables/05BRASILIA388_a.html

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Aujourd'hui à 7:03

Revenir en haut Aller en bas
 
Martial Lekeu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» BARDET DE MAISON-ROUGE Martial. général et baron d'Empire.
» Quel est le lien entre l'art martial et le Zen ?
» Martial-Joseph Delroeux
» Martial (40-104)
» Martial Ménard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Who's who :: les suspects-
Sauter vers: