les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Martial Lekeu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
K



Nombre de messages : 7282
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: l'article   Jeu 5 Nov 2009 - 11:39

bien lire cet article et aussi la ligne Philippe Beyls
Revenir en haut Aller en bas
oeilneuf



Nombre de messages : 34
Age : 35
Localisation : Basècles
Date d'inscription : 04/07/2008

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Jeu 5 Nov 2009 - 12:55

Sur les pages du télé moustique, il y a une pub de mini-europe qui du 12 juillet au 03 aout fait la " fête autrichienne "

L'Autriche est rentrée dans l'union le 01 janvier 1995, ça peut peut être aider à trouver les dates des articles
Revenir en haut Aller en bas
m verdeyen



Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 29/10/2009

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Jeu 5 Nov 2009 - 16:40

Très très intéressant Monsieur Lekeu et son parcours.
Revenir en haut Aller en bas
billbalantines



Nombre de messages : 1380
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Jeu 5 Nov 2009 - 21:57

wil a écrit:
billbalantines a écrit:
Kranz a écrit:

Il me paraît utile de reprendre contact avec la fille de Lekeu, une certaine Yael? Elle confirme le profil d'extreme-droite de son père et le dépeint comme un manipulateur dangereux.
Elle devrait sans doute pouvoir en dire plus sur son caractère, ses activités et ses relations.

Son témoignage serait certainement intéressant, mais pas neutre.

Evidemment si on cherche la neutralité... Question
La vérité me suffit
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7282
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: verité   Ven 6 Nov 2009 - 19:37

En connaissant les idées de Walter de Bock sur la tentative d'infiltration de l'extrème droite

je me suis decidé de découper tout les messages/données /PV de
lekeu,libert,latinus,kausse etc et van Engeland un peu , beaucoup
parce que partant des déclarations de la famille de Lekeu, de ses enfants etc
il me semble que plein dépositions sont à relire avec les principe de "false flag" sinon plusieures couches en dessus.

c'est vraiment compliqué ,je m'en sors pas.

J'ai l'impression que G,front de la jeunesse ,WNP ...ont existé un a coté de l'autre et comme dit Libert,même dissous par décision de la justice ,cela va jamais s'arrêter.



P.S. Cet URI s'appelle Geller! tout le monde le connait! blageur ce Lekeu!
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7282
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: les tests du, groupe G   Sam 7 Nov 2009 - 16:21

Citation :
4. Les membres du groupe G étaient chargés de certaines
missions ou de certains exercices. Ainsi devaient-ils:
- photocopier des documents militaires;
- copier des fiches politiques, plus particulièrement les
fiches de l'adjudant Tratsaert de la section info de la BSR de
Bruxelles, qui avaient été « empruntées» à son insu.
Ces pièces ont été transmises à l'organisation et à Dossogne.
Le nombre de fiches politiques dérobées de cette façon
était très considérable.
Lekeu cite encore d'autres « tests », qui ont été réellement
exécutés:
- le vol de 3 véhicules de l'ESI, pour faire une excursion
jusqu'à Charleroi et les ramener sans que cela se remarque
et sans laisser de traces;
- l'enlèvement de 3 gardes de la Légion mobile qui
seront ensuite redéposée, nus et démunis de leur arme de
service, devant la caserne.
C'est dans le même contexte qu'il situe:
- l'attaque du véhicule de la BSR (affaire Goffinon);
- l'attaque perpétrée contre le major Vernaillen.
Ces deux derniers faits auraient toutefois été des actions
improvisées de membres individuels du groupe G, que l'organisation
a rappelés à l'ordre. ».
Rien de surprenant, à la lumière de cette déclaration,
que, peu après - le 1er mars 1989 le Groupe Delta interroge
Miévis (31). Celui-ci considérait ce qui s'était passé
comme une erreur de jeunesse et, disait-il, il « n'avait plus
rien à voir avec ces affaires-là ». Il s'était un peu fourvoyé
entre mars 1976 et décembre 1976. A l'époque, il travaillait
au BCR et y avait rencontré un beaujour un certain Maquet
Thierry qui, tout comme lui, s'intéressait beaucoup aux
militaria. Ce Maquet lui avait fait lire un jour le Nouvel
Europe Magazine et ce qu'il avait lu dans cette revue l'avait
fait réagir: « J'avais notamment l'impression que l'on critiquait
trop vite et par trop la gendarmerie. ». Cela donna aux
deux collègues l'idée d'avoir un entretien avec l'auteur des
articles en question, Francis Dossogne, qui était également
(3') Tt, 9A, PV 100282, lee mars 1989.

qui connait cet histoire rocambolesque ,c'etait quand?
Merci
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7282
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: mélange de vérités et de mensonges   Sam 7 Nov 2009 - 21:24

ds un des rapport parmlementaire:

Citation :
Dernière Heure:

La publication de cette interview retentissante avec
Lekeu dans La Dernière Heure des 3 et 4 mars 1989 a
conduit le juge d'instruction Troch à tenter d'établir un
contact téléphonique avec Lekeu aux Etats-Unis. Mais il
ressort des questions qu'il a posées à Lekeu pendant cette
interview qu'il souhaitait également vérifier les déclarations
des gendarmes qui avaient été interrogés quelques
jours auparavant concernant leur connexion avec Miévis et
Lekeu (35). Dans cet entretien, Lekeu a répété qu'il avait
quitté le pays parce que lui et ses enfants avaient fait l'objet
de «menaces bien précises» après qu'il ait essayé «de
mettre les enquêteurs sur la piste de l'extrême droite
et des

(34) Tt, 9A, PV 100291, 3 mars 1989, PV 100290, 04-03-1989,
PV 100280, 4 mars 1989.
(35) La transcription de cet entretien figure dans Tt, 7A.



---------------
membres de la gendarmerie ». Lorsque Troch lui a demandé
qui était encore membre du Groupe G après 1976, Lekeu a
répondu:
«A mes yeux, c'était encore Miévis. Il était encore en
contact avec les autres, je le savais, et je n'avais de contacts
qu'avec lui »,
Interrogé au sujet de la persistance du Groupe G après
1979 - c'est-à-dire après qu'il ait quitté Bruxelles, Lekeu
a répondu:
« Non, tout ce que je savais, c'est que lorsque toute cette
affaire a commencé.j'ai reconnu exactement les projets qu'ils
avaient échafaudés.
Il y a quelque chose qui n'a jamais été
divulgué. J'ai évidemment été informé par la presse également.
La fameuse affaire des Cellules Communistes Combattantes,
les CCC, ... je savais très bien qu'il s'agissait d'un
plan élaboré en 1976 ou en 1977.
Des plans avaient été établis à l'époque.
L'un portait sur un volet politique, il consistait à
organiser des groupes d'extrême-gauche
, comme les CCC,
pour commettre des attentats,
et un deuxième plan était le
volet banditisme. Je me suis dit :« bien, ils vont être arrêtés,
mais je n'ai jamais rien vu qui puisse l'indiquer », »,


Le juge d'instruction Troch a répété sa question un peu
plus tard:
« Lekeu: Oui, naturellement.
Troch :Et connaissez-vous les noms de ceux qui faisaient
partie du groupe « G » à ce moment?
Lekeu: Miévis.
Troch : Encore en 1980 ?
Lekeu: Oui.
Troch : Et vous en êtes certain ?

Lekeu: J'en suis certain, monsieur. Ecoutez, lorsque j'ai
quitté Bruxelles, c'est l'unique personne avec qui j'en avais
parlé, et avec qui je suis resté en contact car, que s'est-il
passé? Lorsque j'ai rédigé mon rapport pour la BSR de
Bruxelles, ils ont averti l'Etat-major général. Miévis je pense
a été convoqué chez un col et lui a dit: « faites attention »,
C'est tout. Alors, l'affaire a commencé à tourner mal pour
moi. J'ai dit: « mais enfin, vous n'allez quand même pas
réagir comme cela? Je connaissais le projet. Miévis m'a
appelé immédiatement et il a dit qu'il avait été déplacé. »,


Troch : Mais cela se passait en 1976 ?
Lekeu: C'était effectivement en 1976. J'ai ensuite parlé
avec M. Vandewalle qui, à l'époque, était mon chef de section
à la BSR. Je lui ai raconté tout ce qui était en train de se
passer. Je lui ai dit que je n'osais pas couper brutalement les
ponts, que je n'osais pas quitter et c'est ainsi que je suis resté
en contact avec eux.
Vandewalle avait obtenu lui-même, à ce moment-là, des
informations provenant d'anciens amis, de collègues, de
l'état-major, et Vandewalle m'a incité à quitter Bruxelles et
à laisser tomber et m'en a même donné le conseil. C'est
pourquoi j'ai donc quitté Bruxelles, je voulais absolument
couper les ponts. J'avais très peur parce que je savais qu'ils
étaient très fanatiques et qu'ils ne « laisseraient aucun témoin".

Troch :Vous saviez donc, au moment de quitter Bruxelles,
que « G "existait encore et que ses membres étaient très
fanatiques.
Lekeu: Oui, et qu'ils continuaient à se réunir. Je ne
voulais qu'une chose, c'était me retirer de ce milieu, parce que
je savais ce qu'ils préparaient. Au moment où je suis arrivé
dans les Ardennes, j'ai commencé à oublier un peu. Le seul
courrier que je continuais à recevoir était lejournal du front
de la jeunesse. Mais c'était tout. »,


C'est quand meme bizarre que Mievis ,punis est muté vers le BCR =Etat -Major?

BCR faisait qoui ds la gendarmerie?

que ce que ce chef de section Van de walle du BSR est devenu?

et pour ceci:
Citation :
Lekeu a répété qu'il avait
quitté le pays parce que lui et ses enfants avaient fait l'objet
de «menaces bien précises» après qu'il ait essayé «de
mettre les enquêteurs sur la piste de l'extrême droite
Je cherche toujours la date du préavis de Lekeu.



il ment ou mélange les pédales / ailleurs il avait declaré:

Citation :
Je suis resté à la BSR jusqu’en 1978 sans pouvoir être affecté
à la section Info. J’ai travaillé avec François Raes sous les
ordres de l’adjudant Vandewalle.

En 1978 j’ai été muté à la brigade de Bruxelles suite à une accusation d’une jeune fille qui prétendait que je lui avait fait des avances.

(comment de K: ds un article de presse: c'était une amie de sa fille et c'est passé à une fête d'ecole)


"...Sur conseil de Uri j’ai décidé de quitter Bruxelles et j’ai
demandé à rejoindre la brigade de Tenneville où je suis resté
de 1979 à 1983, date à laquelle j’ai été affecté à la brigade de
Vaulx-sur-Sûre.
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7282
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: toujours des questions...   Sam 7 Nov 2009 - 22:32

après avoir denocé le fait que mievis donnait de photos et info à dossogne
et que Miévies à du s'expliquer chez un colonel:

Citation :
J'ai compris que je devais faire attention également etje
n'ai plus fait de rapport à la gendarmerie sur mes activités
ultérieures. Miévis ne m'a plus parlé de cela par la suite. J'ai
encore assisté à deux autres réunions chez Miévis où se
trouvaient Dossogne, Miévis, Ponchelet, moi-même et 4 jeunes
gendarmes du district de Nivelles,
dont j'ai oublié les
noms. Les 4 réunions chez Miévis on eu lieu en 76-77. A la
cellule état-major gendarmerie Miévis m'a cité comme membre
(...J qui s'occupait de télex à l'état-major. Cette cellule
état-major ne comprenait que des sous-officiers travaillant à
l'état-major.

ces gendarmes de Nivelles ont été identifies ?
-
qui etaient de service le soir de Nivelles?
-
Qui étaient postés au cosmos
-
qui étaient ds la voiture de la gendarmerie qui venait au secours de leur collègues abattus au colruyt de nivelles

-qui arrivaient au secours de policiers de Braine blessés après le fusillade devant le diable?

qui avaient envoyé le premier equipe loin de Nivelles le soir avant l'alarme?
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7282
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: menaces sur les enfants de Lekeu et son préavis?   Sam 7 Nov 2009 - 22:51

Citation :
Fin 1983, début 1984 je suis allé chez Latinus dans les
circonstances suivantes; après les faits du Colruyt de Nivelles,
l'ai pensé que les faits avaient pu être commis par un
groupe formé par le Front et organisé par des gendarmes. A
cette époqueje nepensais pas précisément à Bouhouche. J'ai
alors rencontré un membre de la BSR de Wavre à qui/ai fait
part de mon opinion. Il m'a répondu que l'on s'en occupait.
Unpeu après/ai reçu des menaces et/ai téléphoné à Latinus
qui m'a mis rendez-vous à Bruxelles. Nous avons discuté
dans ma voiture et il m'a dit qu'il devait éclaircir cette
affaire, qu'il allait prendre contact avec quelqu'un. Je lui ai
dis qu'à la Sûreté il devait y avoir des renseignements. Il n'a
pas répondu de sorte que/ai pensé qu'il allait contacter un
membre de la Sûreté. Les menaces je les ai reçues fin 1983 et
l'ai rencontré fin 83, début 84. Latinus ne m'a pas parlé de la
rue de la Pastorale. Maintenant je soupçonne Bouhouche
d'avoir à un moment donné pris le contrôle d'un certain
groupe mais pas de l'organisation. Vous me demandez de
préciser surquoije me fonde. Je pense notamment à l'affaire
Schwartz. (...)

Donc préavis de trois mois (?)en Janvier 1984 et départ
le premier avril 1984 après les menaces?
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7282
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: confrontation   Sam 7 Nov 2009 - 23:12

et le voilà le PV

on a essayé en vain de trouver les 4 gendarmes , 8 ans après les faits
et on a rien trouvé....

pour moi toute l'histoire de Nivelles est à revoir sous une angle jamais
suivie par nous: la confrontation recherchée..........

Citation :
« G3» : Galetta Jean-Louis;
« G4 » : Ponchelet Daniel;
« G5» :Bouhouche Madany. »,
La lettre susmentionnée, adressée par Miévis à Dossogne,
parlait en outre d'un- G6 ». Miévis indiquait dans cette
lettre que la candidature de « G6 » était importante car,
d'une part, il avait accès à des informations politiques au
sein de la gendarmerie et, d'autre part, il avait un neveu à
la sûreté de l'Etat. Comme Miévis l'a communiqué ultérieurement,
« il avait déjà confié à G6 plusieurs missions qui
apporteraient plus d'informations qu'il n'en avait fournies
jusque-là », Les enquêteurs ont conclu que « G6 »ne pouvait
être que Lekeu. Et ils ont ajouté qu'une audition de Miévis
s'imposait parce qu'il ne parlait jamais d'un « G5 » et était
resté relativement vague au sujet d'un « G6 ». Le fait que
l'on a « signalé Lekeu pour audition» le 21 juillet 1990
indique que l'on aurait souhaité le sonder sur certains
questions (53). Entre-temps, on a vérifié dans quelle mesure
il était possible de déterminer avec précision la date à
laquelle le document controversé sur le Groupe G avait été
fabriqué. Les possibilités de ce faire sont apparues limitées
(54).
Dans le prolongement de ces constatations, Francis Dossogne
est à nouveau interrogé le 19 juillet 1990 (55). Il
déclara que le document en question devait effectivement
être de la main de Miévis. Il s'étonnait du fait que Lekeu
n'apparaissait pas dans ce document, et affirmait ne pas
mentir « lorsqu'il disait que le nom de Bouhouche en tant que
membre du groupe G lui était inconnu », Il pensait par
ailleurs également que les documents du BCR lui avaient
été fournis par Miévis. Lors d'une émission de TV, il nia
« farouchement» avoir dit aux journalistes en question
«qu'il y avait deuxjeunes officiers, mais qu'il ne voulait pas
donner les noms (...J. Lhost, Gérard, connais pas », Il a
également déclaré ne pas avoir connaissance « de missions
que Miévis aurait confiées à Lekeu », Enfin, il estimait qu'il
était impossible « qu'il ait existé des contacts entre les membres
du Groupe Get ceux du WNP »pour la simple raison que
« le WNP n'a été créé que quelques années plus tard »,
Le 27 août 1990, Miévis est à nouveau interrogé (56).
Après que l'on eut quelque peu insisté, il déclara qu'il devait
effectivement être la personne qui avait transmis les documents
du BCR à Dossogne. En ce qui concerne les documents
relatifs au Groupe G, il a affirmé que ce n'était pas lui
qui avait dressé la liste des membres du Groupe G et qu'il ne
pouvait plus se rappeler avoir écrit la lettre en question à
Dossogne. Il pensait du reste que « G3 »devait être Lekeu et
pas Maquet. Et il était très étonné, disait-il, que «G5»
correspondait à Bouhouche, Il niait catégoriquement:
«( ...J avoir recruté Bouhouche. S'il avait jamais fait
partie du groupe, c'était par l'entremise de quelqu'un d'autre
et sans que/en ait été mis au courant. »,
Selon lui, il n'avait non plus jamais été question de la
présence d'officiers au sein du groupe . G »; il n'avait jamais
connu Lhost. En outre, il trouvait ridicule l'affirmation de
(53) Tt, SA,PV 10100644, 24 juillet 1990.
(54) Tt, 9A, PV 100605, 9 juillet 1990. La partie concernée du
dossier répressif contient d'ailleurs un procès-verbal dans lequel il
dit que l'on a tenté d'identifier à Nivelles « quatre jeunes gendarmes
». Cependant, les recherches sont restées sans résultat. Voir
Tt, SA,PV 100075, 25 janvier 1990.
(55) Tt, 9A, PV 100635, 19juillet 1990.
(56) Tt, 9A, PV 100720, 27 août 1990.
- 573/10 - 95/96


Dernière édition par K le Dim 8 Nov 2009 - 12:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
billbalantines



Nombre de messages : 1380
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Sam 7 Nov 2009 - 23:57

K a écrit:
et le voilà le PV

on a essayé en vain de trouver les 4 gendarmes , 8 ans après les faits
et on a rien trouver....

pour moi toute l'histoire de Nivelles est à revoir sous une angle jamais
suivie par nous: la confrontation recherchée..........

Citation :
« G3» : Galetta Jean-Louis;
« G4 » : Ponchelet Daniel;
« G5» :Bouhouche Madany. »,
La lettre susmentionnée, adressée par Miévis à Dossogne,
parlait en outre d'un- G6 ». Miévis indiquait dans cette
lettre que la candidature de « G6 » était importante car,
d'une part, il avait accès à des informations politiques au
sein de la gendarmerie et, d'autre part, il avait un neveu à
la sûreté de l'Etat. Comme Miévis l'a communiqué ultérieurement,
« il avait déjà confié à G6 plusieurs missions qui
apporteraient plus d'informations qu'il n'en avait fournies
jusque-là », Les enquêteurs ont conclu que « G6 »ne pouvait
être que Lekeu. Et ils ont ajouté qu'une audition de Miévis
s'imposait parce qu'il ne parlait jamais d'un « G5 » et était
resté relativement vague au sujet d'un « G6 ». Le fait que
l'on a « signalé Lekeu pour audition» le 21 juillet 1990
indique que l'on aurait souhaité le sonder sur certains
questions (53). Entre-temps, on a vérifié dans quelle mesure
il était possible de déterminer avec précision la date à
laquelle le document controversé sur le Groupe G avait été
fabriqué. Les possibilités de ce faire sont apparues limitées
(54).
Dans le prolongement de ces constatations, Francis Dossogne
est à nouveau interrogé le 19 juillet 1990 (55). Il
déclara que le document en question devait effectivement
être de la main de Miévis. Il s'étonnait du fait que Lekeu
n'apparaissait pas dans ce document, et affirmait ne pas
mentir « lorsqu'il disait que le nom de Bouhouche en tant que
membre du groupe G lui était inconnu », Il pensait par
ailleurs également que les documents du BCR lui avaient
été fournis par Miévis. Lors d'une émission de TV, il nia
« farouchement» avoir dit aux journalistes en question
«qu'il y avait deuxjeunes officiers, mais qu'il ne voulait pas
donner les noms (...J. Lhost, Gérard, connais pas », Il a
également déclaré ne pas avoir connaissance « de missions
que Miévis aurait confiées à Lekeu », Enfin, il estimait qu'il
était impossible « qu'il ait existé des contacts entre les membres
du Groupe Get ceux du WNP »pour la simple raison que
« le WNP n'a été créé que quelques années plus tard »,
Le 27 août 1990, Miévis est à nouveau interrogé (56).
Après que l'on eut quelque peu insisté, il déclara qu'il devait
effectivement être la personne qui avait transmis les documents
du BCR à Dossogne. En ce qui concerne les documents
relatifs au Groupe G, il a affirmé que ce n'était pas lui
qui avait dressé la liste des membres du Groupe G et qu'il ne
pouvait plus se rappeler avoir écrit la lettre en question à
Dossogne. Il pensait du reste que « G3 »devait être Lekeu et
pas Maquet. Et il était très étonné, disait-il, que «G5»
correspondait à Bouhouche, Il niait catégoriquement:
«( ...J avoir recruté Bouhouche. S'il avait jamais fait
partie du groupe, c'était par l'entremise de quelqu'un d'autre
et sans que/en ait été mis au courant. »,
Selon lui, il n'avait non plus jamais été question de la
présence d'officiers au sein du groupe . G »; il n'avait jamais
connu Lhost. En outre, il trouvait ridicule l'affirmation de
(53) Tt, SA,PV 10100644, 24 juillet 1990.
(54) Tt, 9A, PV 100605, 9 juillet 1990. La partie concernée du
dossier répressif contient d'ailleurs un procès-verbal dans lequel il
dit que l'on a tenté d'identifier à Nivelles « quatre jeunes gendarmes
». Cependant, les recherches sont restées sans résultat. Voir
Tt, SA,PV 100075, 25 janvier 1990.
(55) Tt, 9A, PV 100635, 19juillet 1990.
(56) Tt, 9A, PV 100720, 27 août 1990.
- 573/10 - 95/96

La déposition de Galetta existe. D'autres PV semblent corroborer la version ci-dessus. Bouhouche était instructeur tir pour le FJ, non? Il était à Laeken. J'ai lu cela quelque part sur le site. Mais appartenance formelle à 'G' contestée mais extreme droite, avéré et reconnu par l'intéressé 'plutôt à droite' lors de son procès...
Revenir en haut Aller en bas
minus



Nombre de messages : 356
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Dim 8 Nov 2009 - 4:01

Bouhouche n'était pas instructeur de tir pour le FJ. Bouhouche avait monté un club de tir et était instructeur pour toute personne qui faisait partie de ce club. Parmi les membres, il s'est trouvé deux ou trois personnes attachées au FJ.
Revenir en haut Aller en bas
Cusmenne Claude



Nombre de messages : 979
Date d'inscription : 23/10/2009

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Dim 8 Nov 2009 - 12:12

Tiens revoilà G.L "par le pur hasard.......cité ds les affaires chaudes....,et qui à poursuivi sa retraite (haha) au sein du bureau de sécurité de la commission européenne, recruté par les introductions de P.Eveillard......(voir cabinet VBD en son temps) >>>>frere de C.Eveillard, au sein de la Police >>>>> Etterbeek ( par le pur Hasard)>>>>client >>>>DOLO, hihi mdr,.....suite articles chauds ( RH) concernant les TBW, GL "muté" par PE vers ISPRA, centre de recherche à VARESE des institutions, (pour se faire oublier ?) ensuite retour dans les batiments Square de Meeus..anciens bureaux SE, maiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiis tout ceci n'est que le fruit d'un pur hasard....
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7282
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Laeken   Dim 8 Nov 2009 - 13:26

Minus à ecrit:

Citation :
Bouhouche avait monté un club de tir et était instructeur pour toute personne qui faisait partie de ce club

oui il me semble que Bousquet et son jules venait d'un seance de Tir de Bouh.
quand son copain c'est pris à cet "arabe"? qui enmerdait B.

tout ceci à 300 mètres de "Forces Nouvelles" et en face:l'"Angelou" !

"Forces Nouvelles" où l'officier de service avait tout de suite envoyé ses gendarmes abusés pour chercher les armes volées de ESI.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Mar 5 Jan 2010 - 10:45

A essayer :

http://www.123people.fr/


Voir aussi ::

http://books.google.fr/books?id=xTCikarln3wC&pg=PA50&lpg=PA50&dq=Martial+Lekeu&source=bl&ots=jFAceM6N6n&sig=HWwwov0N2O1FQKQh_8BI2WygtuU&hl=fr&ei=8AdDS4KlBcmk4QaKt7WqCA&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=7&ved=0CCIQ6AEwBg#v=onepage&q=Martial%20Lekeu&f=false
Revenir en haut Aller en bas
SiscoF



Nombre de messages : 251
Age : 61
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 13/01/2010

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Sam 26 Juin 2010 - 7:37

En tout cas le nom de Lekeu croise de nombreuses pistes envisagées dans les TBW.

- Gendarme (BSR Bruxelles)
- Extrême droite (FJ, Latinus, ...) + Liens avec Bouhouche
- Moeurs
- Portrait robot (je vous laisse trouver lequel) + Témoignage du gendarme ayant poursuivi les TBW

Je reste persuadé que Lekeu avait beaucoup à apporter à l'enquête. Dommage qu'il soit décédé.
Revenir en haut Aller en bas
sansavis



Nombre de messages : 110
Date d'inscription : 04/03/2010

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Sam 26 Juin 2010 - 17:46

SiscoF a écrit:
... Je reste persuadé que Lekeu avait beaucoup à apporter à l'enquête. Dommage qu'il soit décédé.
Il a été entendu bien avant d'être décédé et il n'avait rien à apporter à l'enquête.
Revenir en haut Aller en bas
SiscoF



Nombre de messages : 251
Age : 61
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 13/01/2010

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Sam 26 Juin 2010 - 18:00

sansavis a écrit:
SiscoF a écrit:
... Je reste persuadé que Lekeu avait beaucoup à apporter à l'enquête. Dommage qu'il soit décédé.
Il a été entendu bien avant d'être décédé et il n'avait rien à apporter à l'enquête.

En effet mais il est dit que la CBW voulait l'interroger lors d'une ultime rencontre, qui n'a pas eu lieu puisque Lekeu est décédé avant.

*Et par apporter à l'enquête je n'entendais pas des informations qu'il aurait pu livrer mais des informations qu'on aurait obtenues sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 1388
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Sam 26 Juin 2010 - 18:05

Possédez-vous parmis vos connaissances quelqu'un qui a tenté d'obtenir une "green carde" ?... Interrogez-le sur le parcours du combattant que ça représente... surtout si on a des casseroles accrochées au train !

L'anti-communisme farouche, oui... mais ça n'explique pas tout pour s'installer, comme çà, d'un claquement de doigts aux USA !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Sam 26 Juin 2010 - 18:53

Lekeu avait été muté à Bastogne ou Arlon, dans quelle année ? Quelqu'un peut me renseigner ? Pourquoi cette mutation ? Il voulait se faire oublier ?
Revenir en haut Aller en bas
Henry



Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Sam 26 Juin 2010 - 19:52

Martial Lekeu était à la brigade de Tenneville de 1979 à 1983 puis a été affecté à la brigade de Vaux-sur-Sure .
Il a quitté la gendarmerie en 1984.
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7025
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Sam 26 Juin 2010 - 20:00

Faits de moeurs?

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
auliffes



Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 04/05/2008

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Sam 26 Juin 2010 - 21:22

sansavis a écrit:
SiscoF a écrit:
... Je reste persuadé que Lekeu avait beaucoup à apporter à l'enquête. Dommage qu'il soit décédé.
Il a été entendu bien avant d'être décédé et il n'avait rien à apporter à l'enquête.

Notre ami Sansavis a bien connu Lekeu...il est préférable de Tamise.... r ses propos : chacune de ses dénégations équivaut

à une affirmation : Lekeu était l'un de ses employés dans les TBW.
Revenir en haut Aller en bas
Henry



Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Sam 26 Juin 2010 - 23:04

michel a écrit:
Faits de moeurs?
C'est en 1978 qu'il a été muté à la brigade de Bruxelles suite à l'accusation d'une jeune fille.
Revenir en haut Aller en bas
auliffes



Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 04/05/2008

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Sam 26 Juin 2010 - 23:31

sansavis a écrit:
SiscoF a écrit:
... Je reste persuadé que Lekeu avait beaucoup à apporter à l'enquête. Dommage qu'il soit décédé.
Il a été entendu bien avant d'être décédé et il n'avait rien à apporter à l'enquête.

Oyez, oyez,

Le cerveau des TBW est là ...

Posez-lui vos questions !






Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Aujourd'hui à 0:10

Revenir en haut Aller en bas
 
Martial Lekeu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» BARDET DE MAISON-ROUGE Martial. général et baron d'Empire.
» Quel est le lien entre l'art martial et le Zen ?
» Martial-Joseph Delroeux
» Martial (40-104)
» Martial Ménard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Who's who :: les suspects-
Sauter vers: