les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Martial Lekeu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
dim



Nombre de messages : 1619
Date d'inscription : 28/10/2008

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Ven 16 Juil 2010 - 11:05

Informant Gets Good Pay, Perks By Jim Leusner Of The Sentinel Staff | January 23, 1993 He has earned about $70,000 over the past two years, is provided with a leased car and [/u]negotiates multimillion dollar deals for the U.S. government[/u]. But Martial Lekeu, a Belgian transplant and independent contractor of sorts, is not exactly a legitimate businessman.He is an informant for the U.S. Customs Service who played a key role in the arrests of four persons now on trial in Orlando federal court. The four are charged with conspiring to buy and smuggle 400 anti-tank missiles and 34 launchers to Uganda. http://articles.orlandosentinel.com/keyword/questionable-motives/recent/2
Revenir en haut Aller en bas
dim



Nombre de messages : 1619
Date d'inscription : 28/10/2008

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Ven 16 Juil 2010 - 11:26

U.s. Wants To Deport Him Now That Intrigue Is Over By Jim Leusner of The Sentinel Staff | October 2, 1994 Charm, a French accent and the lure of making millions were Martial Lekeu's tools of the trade.With them, the former Belgian state police sergeant enticed 18 people to buy into deals for counterfeit jeans, illegal steroids and black-market military hardware.His skill at trolling for illegal arms dealers, counterfeiters and other wheeler-dealers made him a star federal informant for three years and turned Orlando into the capital of U.S. Customs Service sting operations.''He has a curious persona,'' said an investigator familiar with Lekeu. http://articles.orlandosentinel.com/keyword/belgian-police/featured/3

"Lekeu posed as the sales manager of a bogus company, Poseidon Trade Group, which offered to sell missiles without U.S. government permission."

"After Sharp dismissed the Ugandan missile case in February 1993, Lekeu was cut out of a case that broke this July involving a British businessman and an Iranian-born commodities broker. Lekeu made the initial contacts with the two, who were charged with trying to buy 54 Stinger anti-aircraft missiles for Iran."

"In January, things were so bad that Lekeu checked himself into a psychiatric hospital to be treated for depression. Lekeu says he did that after the government stopped him from setting up a Florida training camp for mercenaries, which helped lead to the break up of his company, International Intelligence Service of Auburndale."
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Mar 30 Nov 2010 - 20:46


Sur POSEIDON TRADE GROUP

Voir :

http://www.rwandadocumentsproject.net/gsdl/collect/usdocs/index/assoc/HASH0f8e.dir/0788.pdf

http://www.rwandadocumentsproject.net/gsdl/collect/usdocs/index/assoc/HASH0111/69e8d333.dir/0871.pdf

et

http://www.nytimes.com/1992/09/10/world/ugandan-aide-among-5-indicted-from-a-sting-on-illegal-arms-deal.html

Ugandan Aide Among 5 Indicted From a Sting on Illegal Arms Deal

By STEPHEN LABATON
Published: September 10, 1992

WASHINGTON, Sept. 9 — After an elaborate 10-month sting operation, a senior aide to the Ugandan President and four other people were indicted today on charges that they had illegally tried to export antitank missiles and launchers to Uganda. Two of the men were also accused of illegally trying to sell helicopter parts to Libya.

Federal officials said the Customs Service set up a phony arms company, the Poseidon Trade Group, in Orlando, Fla., that was used by the defendants and Uganda's Ambassador to the United States, to buy 400 TOW missiles and 34 launchers for $18.8 million.

The deal, described in court papers, was completed after a series of meetings this summer between undercover agents and the defendants in Orlando, at Kennedy International Airport in New York and at a nearby Hilton Hotel. It involved a dummy Swiss corporation set up by two of the arms dealers to funnel millions of dollars between the Ugandan Government and the fake arms company.

When the defendants were first arrested on Aug. 18, the Ugandan Ambassador to the United States, Stephen Kapimpina Katenta-Apuli, was also detained and questioned by Customs officials after he was seen on a videotape inspecting some of the missiles in Florida. He was released after asserting diplomatic immunity.

Innocent Bisangwa-Mbuguje, was released on a $1 million bond that was secured by a lien on Uganda House, the country's mission to the United Nations. Ugandan diplomats in the United States said they would assure that Mr. Bisangwa-Mbuguje, a 34-year-old assistant to President Yoweri K. Museveni, would not flee.

The missiles and launchers were to be privately insured and disguised as construction and refrigeration equipment. They were to be shipped from Jacksonville, Fla., through Limassol, Cyprus, and ultimately to Entebbe Airport in Uganda, the indictment said.

United States officials said today that they did not know if the ultimate destination of the TOW missiles was really Uganda or some other country. In some of the taped conversations, the arms dealers said the missiles would be used on helicopters that Uganda recently acquired.

"The brokers said they were going for Uganda's own defenses," said Bonni G. Tischler, special agent in charge of the Customs Service in Tampa, who supervised the sting operation. "They said they were going to use them against smugglers and poachers. But we have no reason not to think that they weren't going somewhere else." History of Arms Deals

The East African country has had a recent history of dealing in arms. A Ugandan plane was caught in Yugoslavia last year trying to smuggle arms there, and President Museveni has been accused of providing weapons to rebels fighting Government forces in neighboring Rwanda. Officials at the Ugandan Embassy in Washington did not return calls seeking comment.

The helicopter parts destined for Libya cost $15 million and were for Chinook CH-47C helicopters. The indictment said the parts were to be concealed as construction and building materials and sent from Jacksonville to Alexandria, Egypt, and then on to a company in Malta that was alleged to be a front for the Libyan Government.

In addition to Mr. Biangwa-Mbuguje, the indictment names two retired Egyptian military officials, an American adviser to the Ugandan Government and a New York arms dealer who pledged to insure the weapons. They are Mounir Fahmy Barsoum, 52, and Mohamed Fouad Sultan Abou Shenaf, 56, both of Cairo; Diane Lewis, 56, of Lancaster, Pa., and Nezih Kent, 48.

Mr. Fahmy, a former general in the Egyptian Air Force, was described by officials as the central broker in the deal, negotiating the terms of the sale with undercover agents and confidential informants. Mr. Sultan, a retired Egyptian colonel, is alleged to have set up a phony company, Myrion Holding Ltd., of Geneva, to handle the sale of the TOW missiles and launchers.

If convicted on all counts, Mr. Bisangwa-Mbuguje, Mr. Sultan and Ms. Lewis each face maximum sentences of 15 years in jail and fines of up $1.25 million. Mr. Fahmy and Mr. Kent face maximum sentences of 20 years and fines of up to $1.5 million.

Revenir en haut Aller en bas
totor



Nombre de messages : 1061
Date d'inscription : 11/11/2012

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Sam 16 Fév 2013 - 1:58

Quelle taille faisait M Lekeu ?
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7282
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Dim 12 Mai 2013 - 17:29

on sait:


Citation :
Il passa ensuite en brigade et quitta volontairement la gendarmerie en avril 1984, alors qu'il était en poste à Vaux-sur-Sûre.

>>24 avril 1984 :Le décès de Paul Latinus

Citation :
Das Manöver „Oesling84“ (offizielle Dauer: vom 24. April bis zum 15. Mai) endete keine zwei Wochen vor dem ersten Attentat der „Bommeleeër“ in Beidweiler (Anschlag auf die Stromleitung zur Versorgung des RTL-Senders am 30. Mai 1984


mais

Lekeu est à Vaux sur SURE à 10 km du lac où se passait plein de exercices en Luxembourg...

Lekeu part à ORLANDO en xx:04:84 et semble avoir travaillé en contact avec le Mossad à un moment en Belgique

Geib°en part aussi à ORLANDO mais en xx:xx :1986 après son carrière avorté au Lux puis au Monitor
donc en contact avec le MOSSAD ? mais là à ORLANDO , ça pête aussi !!!

car :lux presse: témoignage W. au Proces Bommeleer:

Citation :
Que s'est-il donc passé en octobre 1986? Selon le témoin, un homme s'est présenté un matin dans son magasin de meubles pour parler avec un vendeur qui était entraîneur d'arts martiaux en dehors de son travail. Ce dernier étant occupé avec un client, Théo Wormeringer a proposé à son hôte de patienter autour d'une tasse de café. Lors de ce bref entretien, l'homme en question s'est présenté comme étant Ben Geiben, qui était à l'époque chef de la sécurité au parc Disney en Floride aux États-Unis.

Grand fan de Disney, Théo Wormeringer s'est dit «fier et impressionné» par la carrière faite par son interlocuteur. Mais le plus intéressant dans cet entretien est encore à venir. Ben Geiben, qui comptait parmi les principaux suspects dans la série d'attentats, aurait affirmé qu'il «avait encore un deuxième nom» : «Je suis le Bommeleeër.» Théo Wormeringer aurait alors répliqué que «tout le monde pouvait affirmer cela». Sur quoi Ben Geiben aurait dit «qu'ils doivent le prouver», tout en faisant allusion que cela ne serait pas évident. «C'était une conversation assez détendue. Mais j'avais l'impression qu'il voulait frimer», a précisé le témoin sur demande du procureur d'État adjoint Georges Oswald.

Au mois de décembre de la même année, la famille Wormeringer s'est rendue à Orlando pour visiter le parc Disney. Sur place, Wormeringer a été informé que Ben Geiben avait été licencié. Une visite espérée des coulisses du parc est ainsi tombée à l'eau mais deux ou trois jours plus tard, le témoin a lu dans un journal local qu'un pylône électrique avait sauté non loin du parc. De là à conclure que Ben Geiben se trouvait également à la base de cette explosion, le témoin n'a pas voulu franchir ce pas hier. Les raisons du licenciement de Ben Geiben restent cependant ouvertes.

Geiben refute avoir connu cet employé F.mais une photo dans la presse le prouve peu après car G. était president du defence club de la gendarmerie où F était l'entraineur .

d'ailleurs bizar qu'un tentraineur -spécialiste de l'auto- defence en 1979 doit se reconvertir en vendeur de sofa's en 1986 non ? ou le firme de Worming est lui même une couverture.
difficile a savoir.

Mais : Pourqoui cet ORLANDO est un centre d'interêt pour tout cette faune à la recherche d'un emploi ? G et Lekeu se sont connu ? possible ! ou pas ?



Quand on habite à 5km de la frontière d'un autre pays ou se passent des drôle de choses au même moment ou peu après cela va des soi que on doit se poser des questions surtout que les stay behind belges et luxenbourgoises s'entrainent ou ont suivi des entrainement ensemble à Poole en UK déjà autour de 1979.


d'ailleurs interessant que le dernier des chefs des services de maintenant a été nageur de combat aussi en son temps (1979?).



et comme cérise : t'as bien remarqué que Latinus , grand admirateur de HAIG , se pend le jour du début de Oesling: exercice pour s'échauffer un peu ?

c'est décrit déjà que tout ce manœuvre c'est passé dans un drôle d'ambiance survoltée .
pourtant en mai , les ambassadeurs sont venus calmer le jeu un peu mais cela n'a pas aidé.
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7282
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Lun 25 Nov 2013 - 7:39

Quand on a lu les déclarations u gendarme RAES devant le comm

et on sait qu'il a demissioné le 20 avril 1982 (accepté le 1:07:1982) de la gendarmerie

puis

auliffe:

Citation :
Sujet: Re: Martial Lekeu   Sam 12 Mai 2007 - 18:19 Sélectionner/Désélectionner multi-citation Répondre en citant  

--------------------------------------------------------------------------------



Lundi 23 novembre 1992 (No 273) dans Le Soir
Auteurs: HAQUIN,RENE

Entretien avec l'ex-gendarme Lekeu: les plans de déstabilisation, la peur de la gendarmerie, le départ pour la Floride...
Des vieilles révélations à passer au tamis
«J'ai raconté pas mal d'histoires. Mais je maintiens avoir vu en 1976 un plan d'action conforme aux tueries du Brabant. Aujourd'hui, j'ai toujours peur.»

Martial Lekeu, 46 ans, est cet ancien gendarme passé en 1974 au groupe antiterrorisme «Diane», affecté à la BSR de Bruxelles de 1975 à 1977, puis en brigade à Vaux-sur-Sûre jusqu'en avril 1984, lorsqu'il démissionne. Fin 1983, les premières tueries ont réveillé de vieux souvenirs sur les plans d'actions qu'on m'avait montrés au groupe G vers 1976. J'ai averti la BSR de Wavre. On m'a dit qu'on savait, qu'on enquêtait. Puis les menaces téléphoniques ont commencé, sur moi et mes enfants. Elles venaient de gendarmes.
En août 1984, il quitte Bastogne avec les siens, pour la Floride.
Début 1989, il fait à un confrère des «révélations» sur l'existence d'un vieux projet de coup d'État en Belgique au «groupe G» (les gendarmes du «Front de la jeunesse»), sur les tueries du Brabant, sur la mort de Latinus. Il a fait une apparition la semaine dernière à Bruxelles. Nous l'avons rencontré. Il ne parle plus comme en 1989 d'un «service» qui aurait décidé d'éliminer Latinus. Il ne dit plus savoir que ce sont des agents de ce service qui se seraient débarrassés des armes des tueries dans le canal à Ronquières. Il dément avoir jamais dit qu'il surveillait Paul Vanden Boeynants. Rien que Latinus et le baron de Bonvoisin.
En 1989, six mois après ses premières révélations, Lekeu est interrogé au consulat belge d'Atlanta par les juges Lacroix (Charleroi) et Troch (Termonde), alors en charge des dossiers des tueries. A cette époque, il est signalé au bulletin central de renseignements comme témoin à entendre, ayant été mis en cause par un truand (mort depuis) dans le cadre de l'attaque des tueurs à Tamise, en 1982.
Trois ans passent.
La semaine dernière, Lekeu était en Belgique. Selon lui, pour raisons familiales, mais aussi, dit-il, pour rapporter la preuve que la justice belge ne le recherche pas, ceci à la demande d'un de ses employeurs, les Douanes américaines, en vue de sa comparution en janvier devant la Cour fédérale d'Orlando, comme témoin à charge de trafiquants d'armes qu'il a contribué à faire «tomber» l'été dernier.
UN PLAN, UN ORDRE BLEU
Nous étions une douzaine de gendarmes au groupe G. Il y avait un groupe similaire pour les militaires de l'ERM, un autre pour l'ULB. Moi, je restais d'abord gendarme. Quand j'ai vu ces fanatiques, j'ai fait rapport à la BSR, puis à un colonel de l'état-major, qui a alors tout fait stopper. Mais j'ai continué à les fréquenter, malgré l'ordre de les quitter. Je n'ai plus fait rapport à la gendarmerie, mais à d'autres, des Américains. Entre 1975 et 1976, j'ai vu le coordinateur du groupe G, le maréchal des logis Mievis, passer à Dossogne des dossiers de l'état-major, dont un politique. Clairement, il s'agissait de plans d'actions, de constituer des bandes pour des hold-up sanglants, de former des groupes politiques d'extrême-gauche pour des attentats. Il était bien question de grandes surfaces, de tueries déguisées en hold-up. Ainsi que de fournir armes et protection à des truands sans qu'ils sachent d'où ça venait. But: créer un climat de déstabilisation pour renforcer le pouvoir et les forces de l'ordre.
Sur les rapports faits à la BSR en 1976, Lekeu ne ment pas. C'est consigné dans des PV d'époque. Mais il n'y est pas question d'un tel plan d'actions.
L'ancien chef du «Front», Francis Dossogne, affirme:
Mievis ne m'a passé que des télex sur le terrorisme international d'alors. Aucun dossier de l'état-major. Pas même les fiches BSR qui nous concernaient. Quand Lekeu m'a dit être allé à l'état-major, j'ai écrit à Mievis et nous avons dissous le groupe G. Les enquêteurs ont ma lettre. J'ai été confronté à Mievis.
Pas de projet d'attaque, mais il était bien question de former un groupe au sein des forces armées pour renforcer l'État, une sorte d'Ordre bleu, nous dit un ancien du groupe M (militaire).
Les rapports de la BSR en 1976, transmis directement au commandement de la gendarmerie, n'ont donné lieu plus tard qu'à des mutations. Rien d'autre. Aujourd'hui, certains enquêteurs disent même que la liste originale des membres du groupe G (saisie début 1990) ne correspond pas à celle de la gendarmerie: ici, certains noms auraient été gommés, et d'autres ajoutés, dont Bouhouche (affaire Mendez).
UNDERCOVER ET PRIVÉ, PAS CIA
Pourquoi, de Floride, en 1989, parler du groupe G? Pour lancer un pavé, dit Martial Lekeu. Mais j'ai raconté alors pas mal d'histoires. Pourquoi y revenir aujourd'hui? J'ai encore peur de la gendarmerie. Je vais porter plainte. Moi, j'estime avoir fait mon devoir. Eux pas.
En Floride, je travaille pour le gouvernement (les douanes) et je fais du renseignement dans ma société, l'International Intelligence Service. Jamais, je n'ai travaillé pour la CIA.
On lui parle alors d'anciens collègues gendarmes, Pattijn et Fiasse, partis à la même époque que lui pour la Floride, où ils exercent des fonctions dans l'église de Scientologie. Une organisation qu'on dit liée à la CIA. Martial Lekeu a un sursaut, puis il affirme n'avoir là-bas aucun contact avec Pattijn ni avec la Scientologie. Rien qu'avec les douanes américaines.
RENÉ HAQUIN
on constate que les déclarations de Raes devant le comm parlem ne peuvent être en accord avec la periode où  Lekeu et Raes était ds le meme casernement a Bruxelles .

Lekeu n'aurait pu accompagner RAES à Anvers que pendant la période où il s"entendait encore un peu, puis  Raes a demandé de" ne plus travailler avec cet individu "

il y a des erreurs ds les dates qqs part. C'est difficile d'imaginer les 4 années plus qui séparent le départ de Lekeu, iso presto, vers l'Espagne le lendemain de Tamise sans prendre congé officièllement et une connaissance des lieux approfondie et récente de la situation à Tamise .
(correction :
depart de Lekeu vers Vaux:novembre 1977

départ de RAES:Las d'attendre une décision et s'estimant brimé, M. Raes va démissionner le 20 avril 1982, 6 jours après le prononcé dans l'affaire François. Cette démission est acceptée le 1er juillet 1982

donc peu probable que Raes a encore rencontré Lekeu à bruxelles pour aller au Boxing club à Anvers ensemble )


de l'autre côté , vu que la fenêtre cassée du lab (à droite de la porte d'entrée) se trouvait juste a coté du fenêtre de la chambre à coucher des concierges il est probable que la situation du lab était connu , sans que les attaquants connaissait la présence d'un conciergerie de fraiche facture juste à coté ,car à ce moment là ils auraient pu s'attaquer à l 'autre fenêtre qui se trouve à droite de la porte d'entrée ou à la porte du lab elle même.

naturellement on ne peut plus savoir si les débris du fenêtre se trouvait plutôt à l'intérieur ou a l'extérieur.(>entrer par ailleurs puis casser  pour sortir et charger les gilets après l'assassinat.

je me demande aussi si le moindre bruit ds le lab à côté n'aurait déjà reveillé le couple .

je pense que l'usine est rasé maintenant mais il y a qqs années on pouvait voir que le fenêtre de gauche du lab avait été réparé et changée



add. :mêmes dates:

Citation :
>>>Martial Lekeu se dit un ancien du groupe antiterrorisme Diane. Exact, mais La Dernière Heure omet de préciser qu'il n'y est resté qu'un mois, pendant l'été 1974, à l'époque où se constituait le groupe. Il venait du 5e groupe mobile et fut affecté ensuite au contrôle des trains pendant environ un an, avant d'entrer à la B.S.R. de Bruxelles en juillet 1975 pour la quitter en novembre 1977 après des ennuis dus à une réputation de violent et à des problèmes familiaux. Il passa ensuite en brigade et quitta volontairement la gendarmerie en avril 1984, alors qu'il était en poste à Vaux-sur-Sûre.
puis aussi comm parl:

RAES:Las d'attendre une décision et s'estimant brimé, M. Raes va démissionner le 20 avril 1982, 6 jours après le prononcé dans l'affaire François. Cette démission est acceptée le 1er juillet 1982
Revenir en haut Aller en bas
Frédéric



Nombre de messages : 522
Date d'inscription : 12/05/2012

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Mer 16 Avr 2014 - 23:35

Kranz a écrit:

Il ressemble effectivement un peu au portrait robot n°4 du tueur. Et quel parcours étonnant (mais il n'est pas le seul dans ce cas-là).
Revenir en haut Aller en bas
dim



Nombre de messages : 1619
Date d'inscription : 28/10/2008

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Jeu 17 Avr 2014 - 8:13

avec le tueur, un peu, mais surtout avec "G9", non? (ce qui ne prouve rien, d'ailleurs)

Revenir en haut Aller en bas
thiry



Nombre de messages : 405
Date d'inscription : 10/10/2013

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Jeu 17 Avr 2014 - 8:50

oui je trouve aussi, le nez, visage carré, les sourcils, a part les oreilles plus petite, ça y ressemble
Revenir en haut Aller en bas
perplexe



Nombre de messages : 546
Date d'inscription : 20/02/2013

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Jeu 17 Avr 2014 - 9:03

Et il était impliqué dans quoi ? "G9" ?
Revenir en haut Aller en bas
Luc



Nombre de messages : 100
Date d'inscription : 02/12/2008

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Jeu 17 Avr 2014 - 9:31

Revenir en haut Aller en bas
thiry



Nombre de messages : 405
Date d'inscription : 10/10/2013

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Jeu 17 Avr 2014 - 9:49


https://i57.servimg.com/u/f57/18/56/22/34/femmeb10.jpg
Revenir en haut Aller en bas
Frédéric



Nombre de messages : 522
Date d'inscription : 12/05/2012

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Jeu 17 Avr 2014 - 9:50

Le texte de "télémoustique" est étonnant, car l'intéressé parle de faits qu'il a l'air de bien connaitre. Son profil est très particulier mais je n'apporte là rien de bien nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Frédéric



Nombre de messages : 522
Date d'inscription : 12/05/2012

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Jeu 17 Avr 2014 - 9:51

Thiry : votre lien n'a rien à voir avec M. Lekeu. Vous devriez poster au bon endroit.
Revenir en haut Aller en bas
dislairelucien



Nombre de messages : 1145
Age : 77
Localisation : B - 6660 Houffalize
Date d'inscription : 14/06/2008

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Jeu 17 Avr 2014 - 11:39

thiry a écrit:
oui je trouve aussi, le nez, visage carré, les sourcils, a part les oreilles plus petite, ça y ressemble
 

A lire vos interventions délirantes vous avez déjà un des tueurs?
Votre oncle en l’occurrence?

Deuxième tueur débusqué Lekeu?
Non. Pour la simple raison que Lekeu est parti aux States en août 84 donc n'était pas en Belgique au moment de la deuxième vague des tueries.
N.B. Vous allez vite en besogne: sur 15 jours vous avez "avancé" plus que touts les enquêteurs depuis 29 ans...
Vous faites surtout rire de vous  geek 
Revenir en haut Aller en bas
Frédéric



Nombre de messages : 522
Date d'inscription : 12/05/2012

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Jeu 17 Avr 2014 - 12:34

Sa photo a du être montrée à la personne qui s'est fait braquer son véhicule : elle n'a pas du le reconnaitre.

Par contre, être aux USA ne signifierait pas grand-chose (un avion, un congé,...).

Cette personne a un parcours intrigant et il est normal que certains enquêteurs aient voulu le faire ramener en Belgique. Leur hiérarchie n'a pas suivi semble-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Frédéric



Nombre de messages : 522
Date d'inscription : 12/05/2012

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Jeu 17 Avr 2014 - 12:51

Dislaire a écrit:
plus que touts les enquêteurs depuis 29 ans...

Les malfrats qui nous intéressent ici étaient de toute évidence rusés et précautionneux. Ils connaissaient peut-être aussi les méthodes d'investigation des enquêteurs et savaient y faire face (brouillage de pistes systématique). La désorganisation du système judiciaire n'a rien arrangé.

Le fait que M.L soit parti aux Etats-Unis est précisément un moyen de se protégrer face à un système judiciaire.

Mais cela ne prouve en rien sa culpabilité, cela va de soi.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Mer 28 Jan 2015 - 20:37


Sur Lekeu et Degrelle, voir

http://www.lachambre.be/doc/flwb/pdf/49/0573/49k0573011.pdf#search=%22degrelle%22

Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 1388
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Jeu 29 Jan 2015 - 0:14

Sacré trouvaille, Herve !
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7282
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Jeu 29 Jan 2015 - 9:26

seul reference c'est que a ce moment là , Lekeu devait être voisin de Latinus et cricri connaissait ou pas Latinus

c'est pas parce que pour Lekeu Degrelle est un dieu que il reçoit des ordres de Degrelle


par contre lekeu et le gendarme RAES ont ete ds le meme service et il accompagnait Raes de temps en temps a anvers quand Raes allait a Wilrijk ds le club de boxe où Broeders s'entrainait


mais Lekeu faisait ses propres affaires à Anvers dixit Raes donc aucun preuve que lekeu connaissait Broeders ou qu'il connaissait l'usine de Tamise

par contre aussi +Raes constatait que et (bouhoucheà et lekeu venait des chasseurs ardennais ou il avait ete muté pour punition.
les deux avait un si mauvais comportement que Raes disait qu'ils ont du avoir un piston pour entrer ds le a gendarmerie ces deux là ne devait jamais rentrer ds ce service, dixit

devant le comm 1?
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Jeu 29 Jan 2015 - 10:44


Martial Lekeu a été jusqu'à faire le voyage en Espagne pour rencontrer Léon Degrelle.

Il ne faut certainement pas négliger le rôle de Léon Degrelle dans les dossiers qui nous intéressent (voir Simon Gevenois, etc) et se souvenir qu'il revenait probablement de temps en temps en Belgique (par exemple au moulin de Longeau où il retrouvait des sympathisants, dont probablement des membres de la famille Militis). Sur ce sujet, voir le fil de discussion sur Degrelle. Ce dernier n'était pas isolé puisqu'il était proche de Otto Skorzeny et donc de Gehlen, de Genoud, de Dickhoff et de la CIA ... sans oublier l'Egypte et le terrorisme palestinien. Ces personnes ont probablement remis leurs listes de contacts aux "services" américains... ce qui inclut les sympathisants de Léon Degrelle restés en Belgique. N'oublions pas de Robert K. Brown (Soldier of Fortune) a rencontré Skorzeny et connaissait peut-être Jean Bultot ; il connaissait en tout cas Jim Shortt qui connaissait Jean Bultot. Jim Shortt a écrit un article sur Masy ("La "Renaissance"), un grand ami de Guillaume Vogeleer (très proche de Jim Coyne qui est - encore maintenant - très proche de Robert K. Brown ; Guillaume Vogeleer connaissait aussi le commandant François, Farcy, Vienne, etc). N'oublions pas les liens  de Robert K. Brown avec John Singlaub qui connaissait très bien William Casey (CIA) et Robert Close (OTAN, etc) ... et nous retombons sur la WACL, l'IEPS et les "Stay-behind"...

Il faut regarder

http://www.dailymotion.com/video/x1td0y5_aptes-au-service-les-recrues-fascistes-et-nazies-de-la-cia-docu_webcam

Voici ce que dit " L'enquête " (Hugo Gijsels) sur Lekeu :

















Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7282
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Jeu 29 Jan 2015 - 13:54

hotel de la pompe   a bruxelles ? , café de la pompe a vilvorde !


pompez! on se noie !


le 19 mai 81 ,de morgen avait publié le note de la sureté

mais on sait que au cabinet du ministre x ,un cabinetard a changé un peu la traduction en exagèrant

On connaît la suite un peu ....


J'ai lu récemment en anglais le nom de ce cabinetard ds un texte en anglais

En connaissant les conneries répétés à la longeur des sciècles
j'aimerais connaitre le nom de ce cabinetard  par d'autres sources

..belle carrière....
Revenir en haut Aller en bas
g.damseaux



Nombre de messages : 347
Date d'inscription : 31/07/2014

MessageSujet: Who's who :: les suspects :: Martial Lekeu   Ven 30 Jan 2015 - 9:52

Seuls commentaires : imaginer que des idiots affichent des drapeaux nazis ou des emblèmes de ce type dans des locaux de la Gendarmerie ... enlève toute crédibilité à l'ensemble des affirmations.
( Imaginez la tête d'un officier qui passe dans ces locaux et découvre la chose !! )

Pour ceux qui m'ont lu, vous retrouvez le même phantasme concernant les assertions sur Bultot.

La grande question est de savoir le motif invoqué par Lekeu auprès des autorités américaines pour obtenir un permis de séjour assorti d'un faux nom ( si cet élément est vrai ). Nous avons appris d'autres sources que Lekeu a été employé aux States par des services officiels ( Il posait sur une photo publiée dans la presse belge à côté de flics US ).
Ce fait est curieux eu égard aux éléments de suspicion relayés par la presse belge à son encontre, éléments que la CIA n'ignore pas ( Il y a une cellule à l'ambassade US de Bruxelles qui décortique la presse tous les jours)

A ma connaissance, le seul élément transmis concernant le financement du NEM par de Bonvoisin se limite à une phrase : '' D.B. loue les locaux du NEM "
Selon vos opinions vous en titrerez la signification que : DB paie la location des locaux du NEM ( donc qu'il finance le NEM ) ou bien qu'il met à disposition du NEM des locaux contre rétribution ( dans ce cas, l'argent prend le chemin inverse, DB recevant le prix de la location...) ( Le rapport SE s'est bien gardé de préciser )

Le fait que Lekeu ait rencontré Degrelle en Espagne, ne signifie en aucun cas qu'il soit allé y prendre des ordres de déstabilisation de l'Etat.
Vous pouvez obtenir une audience auprès du Pape, sans pour autant remettre à l'honneur la sainte inquisition ...
La visite espagnole doit se comprendre dans le cadre d'une démarche admirative pour ce que Degrelle a représenté à une époque ... que Lekeu n'a pas vécue.

Tout ce texte est un "meltingpot" que chacun peut interpréter librement.
Il est franchement regrettable que la justice, si prompte à embastiller le Baron Noir, n'ait pas jugé nécessaire de tirer au clair les affirmations de Lekeu concernant le vol des gilets à Tamise.
Pour ce qui est du vol d'armes à l'ESI, nous savons qui l'a commis, les armes ont été retrouvées ( sans qu'elles aient voyagé à Charleroi, ce me semble.)
Bref, beau texte journalistique !
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7282
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Ven 30 Jan 2015 - 10:09

le 19 mai 81 ,de morgen avait publié la note de la sureté

mais on sait que au cabinet du ministre x ,un cabinetard a changé un peu la traduction en exagèrant

Citation :
On connaît la suite un peu ....


J'ai lu récemment en anglais le nom de ce cabinetard ds un texte en anglais

En connaissant les conneries répétés à la longeur des sciècles
j'aimerais connaitre le nom de ce cabinetard  par d'autres sources

..belle carrière....



belle carrière  chez vous , ...si cela s'avère correcte .....
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Mer 7 Oct 2015 - 8:38



http://articles.orlandosentinel.com/1993-01-23/news/9301230582_1_horwitz-launchers-government

Informant Gets Good Pay, Perks

A Defense Attorney Questions The Motives Of A Key Figure In An Orlando Weapons-buying Case.

January 23, 1993 | By Jim Leusner Of The Sentinel Staff

He has earned about $70,000 over the past two years, is provided with a leased car and negotiates multimillion dollar deals for the U.S. government.

But Martial Lekeu, a Belgian transplant and independent contractor of sorts, is not exactly a legitimate businessman.

He is an informant for the U.S. Customs Service who played a key role in the arrests of four persons now on trial in Orlando federal court. The four are charged with conspiring to buy and smuggle 400 anti-tank missiles and 34 launchers to Uganda.

But, during cross-examination of Lekeu on Friday, defense attorney Mark Horwitz said the informant had an even cozier relationship with federal agents. He charged that Lekeu, 46, has been allowed to continue as an informant despite not being prosecuted for traffic, immigration or currency reporting violations.

Horwitz said Lekeu is using an undercover Customs office to run his private investigation business, International Intelligence Service.

The defense lawyer charged that the former Belgian detective sergeant, who earns $2,000 a month plus expenses and bonuses for his government operation, is allowed to continue living in the United States because of his work.

''So, as long as you can keep these cases going, your presence in this country is necessary?'' asked Horwitz.

''That's what I do for a living, yes,'' Lekeu replied.

''So, it's in your interest to keep these cases brewing so you can stay,'' Horwitz said.

''Yes, I guess you can say that,'' Lekeu said.

Lekeu has been the chief government witness during the 2-week-old trial before U.S. District Judge G. Kendall Sharp. Lekeu will be on the stand again Monday.

On trial are Horwitz's client Fouad Sultan-Abou Shenaf, 55, a retired Egyptian army colonel; Mounir Fahmy-Barsoum, 42, a retired air force general; Ugandan trade consultant Diane Lewis, 56, of New Holland, Pa.; and Nezih Kent, a contractor from New York.

All are accused of trying to ship the missiles and 34 launchers out of the United States without government approval. Attorneys for the four contend their clients simply discussed the deal but finalized nothing.

During seven days of testimony, Lekeu outlined how he queried companies around the world offering munitions and military hardware for sale by Poseidon Trade Group in Orlando. The company was a front for Customs agents trying to catch illegal arms merchants.

Lekeu testified he fled Belgium in 1984 after working undercover for seven years, identifying links between terrorist and right-wing groups with corrupt government and military officials. He said he fled after threats were made against his family and settled in Orlando.

Customs agent Stephen Arnold previously testified that Lekeu has been a honest and valuable informant since 1990. He said Lekeu works up to 60 hours a week for his agency.

But Horwitz sought to discredit Lekeu, pointing out that Lekeu has a suspended driver's license under an alias and that he failed to file currency reporting forms with the government after being paid in cash over $10,000.

The informant acknowledged to Horwitz that he lied on immigration forms stating that he had returned to Belgium after a tourist visa expired in 1985. He later sought political asylum in the United States.

Lekeu also admitted omitting aliases on an application to get a Florida private investigator's license; having Arnold write a letter to state officials to help obtain the license; and using a Customs undercover office for his own business.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Martial Lekeu   Aujourd'hui à 11:47

Revenir en haut Aller en bas
 
Martial Lekeu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» BARDET DE MAISON-ROUGE Martial. général et baron d'Empire.
» Quel est le lien entre l'art martial et le Zen ?
» Martial-Joseph Delroeux
» Martial (40-104)
» Martial Ménard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Who's who :: les suspects-
Sauter vers: