les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Liens entre les TBW et l'affaire des Bommeleeër

Aller en bas 
AuteurMessage
titu



Nombre de messages : 70
Date d'inscription : 04/01/2014

MessageSujet: Liens entre les TBW et l'affaire des Bommeleeër   Dim 5 Nov 2017 - 18:20

Je me permets d’attirer votre attention sur les liens multiples entre l’affaire des TBW et des Bommeleeër. Ce que je vais écrire sur le forum est entretemps du domaine public.

La piste de la gendarmerie
Au Luxembourg, le procureur d’état Robert Biever lance le 25 novembre 2007 un pavé dans la mare en inculpant deux membres de l’unité spéciale BMG (Brigade Mobile de la Gendarmerie) dans la série des 18 attentats à la bombe qui a secoué le Grand-Duché de 1984 à 1986.
Dans les mois qui vont suivre, la population luxembourgeoise assistera à un défilé d’anciens officiers et sous-officiers de la gendarmerie qui vont se livrer à des témoignages accablants et qui se perdront dans des contradictions ruineuses.
Le résultat : six anciens membres de la gendarmerie que le procureur d’Etat souhaite voir inculpé.
Le commandant de la gendarmerie Aloyse Harpes, le chef des opérations Charles Bourg, le chef de la police judiciaire de l’époque Armand Schockweiler, le chef du GOR (Groupe d’Observation et de Recherche) Guy Stebens, le chef de la BMG Pierre Reuland et l’ancien membre de la BMG Marcel Weydert.
De nombreux indices semblent indiquer que la BMG a été directement impliqué dans les attentats à la bombe et que les malfaiteurs ont eu l’appui de la hiérarchie de la gendarmerie.
Prenant l’épisode de l’attentat au sommet européen. Lorsque la charge explose, les policiers veulent prendre la poursuite d’une AUDI blanche, mais ils reçoivent l’ordre du chef des opérations de « rester sur leur poste ». D’après le témoignage d’un ancien gendarme, la voiture aurait quand même été interceptée avec à bord, le membre de la BMG Jos Steil. On l’aurait laissé filer sans ne dire mot aux enquêteurs.
Les enquêtes mettent à jour de nombreux cas où la police et la gendarmerie recevaient l’ordre de quitter des lieux qui peu après allaient devenir des lieux d’attentats (Plusieurs pylônes, la cour de justice etc…)
Ces indices ne laissent plus de doute. Les dysfonctionnements dans les enquêtes n’ont pas été des bavures ou le résultat d’incompétence. Il s’agissait d’une complicité au plus haut niveau des forces de l’ordre. Il s’agissait d’un système qui permettait aux malfaiteurs d’être intouchable.

En Belgique on constate des faits similaires. Des patrouilles qui reçoivent l’ordre de libérer la voie qu’emprunteront les tueurs par après, des postes mal placés, des tireurs d’élite sur les toits des supermarché qui ne seront pas attaqués etc… cf. l’article dans la DH… Tout cela nous est bien connu. Et cela ressemble au même système !

Et en Belgique on a pour la première fois un témoignage qui pointe directement dans les rangs de la Gendarmerie.
Avec au milieu, une unité DIANE et une unité BMG qui se côtoyaient. Qui s’entraînaient ensemble ! Il existe des photos ces rencontres qui finiront par être publié dans les médias dans les semaines à venir.

Et dont les supérieurs avaient fréquenté les mêmes écoles, l’ERM (Ecole Royale Militaire) et partageaient les mêmes idées ? On se rappelle le témoignage sur le forum d’un ancien compagnon de Dossogne qui écrivait que beaucoup de candidats luxembourgeois à l’ERM sympathisaient avec le FJ.
Pas seulement une affaire de la gendarmerie.
Mais ne perdons pas des yeux la piste que les enquêteurs belges ont favorisée jusqu’aux récentes révélations. La piste du WNP !

Dans l’affaire des TBW tout un réseau de personnes semble avoir été impliqué. Ainsi p.ex. les membres du WNP auraient fait des missions de repérage sur des magasins de grandes surfaces. Libert, Lammers, Barbier ont exprimé leur conviction qu’ils avaient participé d’une façon ou d’une autre aux TBW.

Et du côté luxembourgeois ?
C’est assez surprenant qu’un détail n’a jusqu’à présent pas été repris dans la couverture de l’affaire des Bommeleeër. Lors des attentats sur le palais de justice et pour l’attentat dans les casemates, des guetteurs ont été aperçus qui sécurisaient les lieux. Des jeunes adultes de 18-19 ans en tenu militaire. Donc des personnes externes à la BMG.
Dans un reportage sur RTL une source décrivait qu’il aurait fait partie d’un groupe de jeunes scouts d’extrême-droite qui auraient été entraînés par un membre de la BMG, Jos Steil. Le groupe aurait porté le nom de Groupe d’Intervention et de Recherche du Luxembourg (GIRL).
Le plus intéressant était cependant que d’après la source, le groupe aurait eu comme mission principale la collecte d’informations, dont notamment sur des personnes publiques au Luxembourg et en Belgique.
http://www.rtl.lu/themen/bommeleer/491875.html

Devant les juges, la source s’est retractée. Mais les juges n’ont pas insisté non plus.
Je leur proposerais la lecture du livre de René Haquin sur le WNP ou peut-être un coup d’appel chez leurs collègues en Belgique pour savoir que de telles structures existaient bel et bien.
Affaire à suivre…
Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 2020
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Liens entre les TBW et l'affaire des Bommeleeër   Dim 5 Nov 2017 - 18:43

Depuis que Dulles a créé un bureau centralisateur en Suisse pour une expansion "métastasique" d'espionnage sur toute l'Europe, incluant en tout premier lieu des nazis de la plus belle eau (anti-bolchos génétiques), chercher midi à quatorze heures pour comprendre d'où vient le vent, c'est comme vouloir tamiser les plages du Nord avec un chinois.
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 3169
Age : 60
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: Liens entre les TBW et l'affaire des Bommeleeër   Dim 5 Nov 2017 - 19:08

michel-j a écrit:
Depuis que Dulles a créé un bureau centralisateur en Suisse pour une expansion "métastasique" d'espionnage sur toute l'Europe, incluant en tout premier lieu des nazis de la plus belle eau (anti-bolchos génétiques), chercher midi à quatorze heures pour comprendre d'où vient le vent, c'est comme vouloir tamiser les plages du Nord avec un chinois.


Justement, vous avez un chinois qui a été volé à l'Auberge des Chevaliers.... Sad
Il faut le faire quand même.
Et vous en déduisez quoi par rapport à la première vague et aux investigations de Mme Zucker ?
Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 2020
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Liens entre les TBW et l'affaire des Bommeleeër   Dim 5 Nov 2017 - 19:26

Rien de plus que ce que j'ai dit, pété et répété une bonne vingtaine de fois sur ce forum; deux vagues, un "pont" entre les deux pour le transfert des armes, et une action clairement politique pour la seconde "campagne" à contrario de la première, brouillonne au possible.

Des lascars qui deviennent "pros" après le fatras merdique d'agressions de la première période... franchement... à moins d'un stage de deux ans en immersion dans le Hezbollah... désolé mais, au regard de ma modeste expérience; impossible d'y croire !
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 3169
Age : 60
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: Liens entre les TBW et l'affaire des Bommeleeër   Dim 5 Nov 2017 - 19:41

michel-j a écrit:
Rien de plus que ce que j'ai dit, pété et répété une bonne vingtaine de fois sur ce forum; deux vagues, un "pont" entre les deux pour le transfert des armes, et une action clairement politique pour la seconde "campagne" à contrario de la première, brouillonne au possible.

Des lascars qui deviennent "pros" après le fatras merdique d'agressions de la première période...   franchement...   à moins d'un stage de deux ans en immersion dans le Hezbollah...   désolé mais, au regard de ma modeste expérience; impossible d'y croire !

un "pont" peut être constitué par une absence de répertoriation d'un certain nombre d'armes dans un certain nombre de services de police ou de gendarmerie territorialement indépendants ou non qui permet ensuite, d'établir un lien factice, au travers de divers échanges dans un groupe déviant. On met de côté certaines armes, on les conserve par devers soi et l'on n'a pas de compte à rendre. Il peut s'agir aussi d'une simple complaisance, a priori anodine. Les scellés sont ce qu'ils sont dans leur contenu. Et ensuite, on crée artificiellement par l'intermédiaire de Ronquières une corrélation hypothétique entre des faits qui sont totalement hétérogènes.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13823
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Liens entre les TBW et l'affaire des Bommeleeër   Sam 10 Mar 2018 - 10:41


https://www.linkedin.com/in/jean-de-luxembourg-25690534/

Jean de Luxembourg
 
Chef d'entreprise, Mea Aqua
INSEAD

Début 1987, le Prince Jean rejoint le cabinet américain de conseil en stratégie Booz Allen & Hamilton, où il se spécialise dans le secteur financier. A partir de 1991, il commence à développer ses propres activités à l’international et le conseil en financement structuré en Chine, en Asie centrale, au Moyen et Proche Orient et en Afrique du Sud.

Il rejoint Suez-Lyonnaise des Eaux en 1997 à la suite de la fusion de la Suez avec la Société Générale de Belgique pour prendre la direction du département du développement international.

Au cours de sa carrière au sein du groupe Suez, il a été successivement Directeur en charge du développement international de Suez et responsable de la stratégie de Degrémont. Il est membre pendant dix ans du Comité exécutif de Degrémont.

En 2006, il rachète WSSA, la filiale sud-africaine de Suez Environnement, et crée Mea Aqua, société qui développe des activités de traitement de l’eau en Afrique ainsi qu'au Moyen-Orient. En 2013, Mea Aqua emploie, à travers ses différentes filiales, environ 2000 personnes en Afrique Australe avec des projets récents en Australie et en Amérique Latine.

Education

Le Prince Jean a suivi une scolarité au Luxembourg, en Suisse mais aussi en France où il a passé le baccalauréat. En 1978, le Prince Jean rentre à l’Académie royale militaire de Sandhurst en Grande-Bretagne, dont il est diplômé. Il devient capitaine de l’armée luxembourgeoise en 1979.

Le Prince Jean poursuit ensuite ses études à l’Université de Genève et à la Webster University à Genève, avant d’être engagé en tant qu’analyste financier dans la société W.R. Grace à New York, conglomérat diversifié actif dans le monde entier. Il passera notamment 6 mois dans l’équipe de la Grace Commission créée par le président Reagan (1983) pour assainir le budget fédéral américain.

Après quatre ans passés aux États-Unis, il rentre en Europe où il obtient en décembre 1986 un MBA à l'heure INSEAD de Fontainebleau, en France.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13823
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Liens entre les TBW et l'affaire des Bommeleeër   Ven 6 Juil 2018 - 10:06


Pour information :

https://www.wort.lu/de/lokales/im-schatten-der-bommeleeer-5b3647fd182b657ad3b8f3d1

Im Schatten der Bommeleeër

02.07.2018

(...)


Revenir en haut Aller en bas
Cheshire cat

avatar

Nombre de messages : 956
Date d'inscription : 06/08/2013

MessageSujet: Re: Liens entre les TBW et l'affaire des Bommeleeër   Ven 6 Juil 2018 - 12:41

titu a écrit:

En Belgique on constate des faits similaires. Des patrouilles qui reçoivent l’ordre de libérer la voie qu’emprunteront les tueurs par après, des postes mal placés, des tireurs d’élite sur les toits des supermarché qui ne seront pas attaqués  etc…  cf. l’article dans la DH… Tout cela nous est bien connu. Et cela ressemble au même système !

Ita, et tales malefatores  fuerunt recepti injuftè, contra Legem, et feculi, ut dictur, "qui gladio interficit, gladio peribit"


ce qui signifie en latin (traduction approximative) : En conséquence, ce genre de malfaiteurs ont étés admis, injurieux devant la Loi, et ils ont été traités, comme on dit, "celui qui tue par l'épée, (par) l'épée périra" Wink
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13823
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Liens entre les TBW et l'affaire des Bommeleeër   Dim 15 Juil 2018 - 12:56


Pour information ...

Le prince Jean de Luxembourg, très probablement proche de la CIA, est soupçonné dans l'affaire du Bommeleeër.

Sur la photo ci-dessous, on le voit au mariage de sa fille ... à Marbella (2 septembre 2017) :





Il est question de Marbella dans le fil de discussion relatif à Adnan Khashoggi pour qui le frère aîné de la reine Fabiola a travaillé.

Ce frère - Jaime de Mora y Aragón - était un ami de Léon Degrelle...

Adnan Khashoggi a été un personnage central de IranContra dans les années 1980. Il était aussi impliqué dans le "Safari Club".


Revenir en haut Aller en bas
Cheshire cat

avatar

Nombre de messages : 956
Date d'inscription : 06/08/2013

MessageSujet: Re: Liens entre les TBW et l'affaire des Bommeleeër   Dim 15 Juil 2018 - 15:08

Léon Degrelle faisait du trafic (d'armes je présume) avec l’aimable collaboration de la société d'import/export de sa cousine  Laughing
Boubouche allait "dans les ardennes" voire son ami Lekeu (mais il ne savait probablement pas que Lekeu faisait du renseignement pour les américains). Il est même probable qu'il allait jusqu'au Luxembourg "pour ses affaires"...
Il faudrait savoir si Boubouche avait un compte dans l'une de ces banques "hors de Belgique" (au Luxembourg).
C'est probablement le cas vu ses activités.
Si il y a des mouvements bancaires après la date "officielle" de sa mort, permettrait de prouver que cette histoire n'est qu'une mise en scène et que le gars qui s'est pris un arbre en pleine tête....  ...ce n'est pas Boubouche, mais un pauvre bougre qui s'est fait "allongé" à sa place...
Evidement comme on a retrouvé le corps après plusieurs jours, ca n'a pas dû faciliter l'identification Wink

En ce qui concerne le Luxembourg
Citation :
Stockage et transferts clandestins

Déjà dans l’entre-deux-guerres, le Luxembourg  aurait  servi  comme  plaque  tournante du commerce d’armes international.
Des  trafiquants  y  auraient  opéré  pour  le compte de groupes communistes à travers l’Europe - du moins c’est ce que font penser des rapports de police locaux ainsi que des articles de presse des pays limitrophes.
Des  étrangers  soupçonnés  d’être  communistes  auraient  p. ex.  parcouru  le  Luxembourg  à  la  recherche  de  fusils  de  guerre  
abandonnés par les soldats allemands à la fin  de  la  Première  Guerre  mondiale  pour  les transférer vers Liège. La ville belge était alors identifiée comme centre névralgique du  commerce  d’armes  illégales  destinées aux  groupes  de  gauche  en  France.
(AnLux J-062-03. Note de la Légation de Belgique du 22 juin 1934, incl. 7 annexes)
Dans un  article  publié  en  février  1937,  l’hebdomadaire français de droite  "Le Gringoire" allégua  en  outre  qu’un  courtier  d’armes  nommé  Rosenfeld  entretenait  au  Luxembourg  sept  dépôts  d’armes  clandestins  au  profit  de  réseaux  communistes  divers. (ibid. Note du 8 février 1937). Le  même  hebdomadaire  précisa  quelques  mois  plus  tard  que  des  « stocks  d’armes  
[étaient]  constitués  par  le  Komintern  au  
Luxembourg ». (Le Gringoire du 22 octobre 1937).
Les  rapports  des  années  30  ont  une  certaine  similitude  avec  des  articles  de  presse  qui  secouèrent  le  Luxembourg  en  2015,  quelque  temps  après  les  attentats  meurtriers à Paris. Un atelier de remilitarisation d’armes entretenu par des trafiquants français avait été démantelé à Rumelange. Une dizaine  de  personnes  avaient  été  interpellées  au  Luxembourg,  tandis  qu’en  France  le  nombre  s’élevait  à  70.  Au  total,  546 armes, quelques grenades et 30 000 munitions avaient été saisies. Plusieurs journaux avaient suggéré qu’un réseau international de  trafiquants  d’armes  était  implanté  au  Luxembourg, vu la position géographique avantageuse  du  Grand-Duché  au  centre  de l’Europe. Le journal "Le Quotidien"  avait même  soulevé  la  question  de  savoir  si  les  armes utilisées par les djihadistes en France n’avaient pas transité par le Luxembourg (“Le Luxembourg, plaque tournante du trafic d’armes de guerre”, Le Quotidien, 9 mars 2016. http://www.lequotidien.lu/politique-et-societe/exclusif-le-
luxembourg-plaque-tournante-du-trafic-darmes-de-guerre/)

L’affaire  amplement  médiatisée  donna  suite  à  plusieurs  questions  parlementaires en 2015 et 2016. Dans leur réponse
conjointe  du  7  mars  2016,  les  ministres  Asselborn,  Schneider  et  Braz  avaient  soutenu  qu’il  n’existait  pas  « d’informations  
concrètes sur l’existence de routes de trafic illicite d’armes à travers le Luxembourg. ». Réponse du ministre des Affaires étrangères et européennes, du ministre de la Sécurité intérieure et du ministre de la Justice à la question N°1789 de Madame Françoise Hetto-Gaasch et de Madame Octavie Modert concernant Trafic d‘armes au Grand-Duché de Luxembourg. (Q-2015-O-E-1789-02))
Évidement,  la corruption c'est notoire à l'EU  Laughing 
Citation :

La place financière et les armes.

En 1989, Marc Schmitz, chercheur auprès du Groupe  de  recherche  et  d’information sur  la  paix  et  la  sécurité   (GRIP)  qualifia  
le  Luxembourg  de  « marchand  d’armes  sans  armes  (Schmitz, Marc, “Le Luxembourg : Un marchand
d’armes... sans armes”, dans : Adam, Bernard (et al.), “L’Europe des armes : Trafics et exportations vers le tiers monde”, Collection GRIP-informations n° 16-17, 1989, pp. 27-33)

En  effet,  bien  qu’il  n’y  ait  plus  d’armurier  qui  produise  du  matériel de  guerre  sur  le  sol  luxembourgeois,  le  
Grand-Duché héberge néanmoins des succursales d’un grand nombre de producteurs d’armes. (hales, BAE Systems, Triumph Group,
Honeywell, Finmeccanica (depuis l’année dernière “Leonardo”), Elbit, CASIC, pour n’en mentionner que quelques-uns).

En  outre,  la  place  financière offre  aux  contrebandiers  la  discrétion  requise pour des transactions illégales. C’est
justement  avec  l’essor  de  la  place  financière  que  le  phénomène  du  trafic  d’armes  illégal  s’est  réellement  accentué.  Prenons  
Bien qu’il n’y ait plus d’armurier qui produise du matériel de guerre sur le sol luxembourgeois, le Grand-Duché héberge néanmoins
des succursales d’un grand nombre de producteurs d’armes.

Prenons à titre d’exemple l’affaire Karachi. Afin de financer  sa  campagne  électorale  pour  les présidentielles de 1995, Édouard Balladur,ancien premier ministre français, est soupçonné d’avoir arrangé avec l’aide du courtier  d’armes  franco-libanais  Ziad  Takieddine  une  vente  de  sous-marins  Agosta  au  Pakistan.  La  transaction  impliquait  des  pots-de-vin  succulents,  mais  aussi  des  rétrocommissions qui auraient constitué une partie  du  budget  de  la  campagne  électorale de Balladur. L’argent a transité par une société  luxembourgeoise  nommée  Heine  S.A.,  créée  en  1994  avec  l’aval  de  Nicolas  Sarkozy  -  à  l’époque  ministre  du  Budget  sous  le  gouvernement  Balladur.  L’objectif  explicite de la création de la société aurait justement  été  l’obscurcissement  des  traces  de transactions illicites de ventes d’armes.

Takieddine  n’est  pas  le  seul  courtier d’armes à avoir profité de la place financière luxembourgeoise.  Des  intermédiaires  notoires  comme  Arkady  Gaydamak,  Adnan  Khashoggi  ou  Geza  Mezösy  auraient  également opéré à travers des sociétés opaques
immatriculées au Grand-Duché. Le travail des  courtiers  est  central  dans  une  transaction d’armes - surtout s’il s’agit d’une transaction  illicite.  Sans  nécessairement  entrer  en  contact  avec  la  marchandise,  le  courtier  sert  d’intermédiaire  entre  le  vendeur  et  l’acheteur  et  s’occupe  du  bon  déroulement  de  la  transaction.

L'article complet ; https://www.forum.lu/wp-content/uploads/2017/09/376_Hamdi.pdf
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 8288
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Liens entre les TBW et l'affaire des Bommeleeër   Lun 16 Juil 2018 - 10:46

si vous aviez lu certaines passages vous comprendriez que le coffre de B avait deux roues à un moment


une étude des dépences d'argent a été fait cfr acte accuss.

Revenir en haut Aller en bas
Cheshire cat

avatar

Nombre de messages : 956
Date d'inscription : 06/08/2013

MessageSujet: Re: Liens entre les TBW et l'affaire des Bommeleeër   Lun 16 Juil 2018 - 11:00

K a écrit:
si vous aviez lu certaines passages vous comprendriez que le coffre de B avait deux roues  à un moment
une étude des dépences d'argent a été fait cfr acte accuss.
Beaucoup de gens "aisés" faisaient ca à l'époque, avant que le Fisc ne s'y intéresse. C'était même notoire que "le Luxembourg était le jardin fiscal des belges". Et d'où les vagues de "régularisation fiscale" Laughing
Mais "klètes" comme étaient les enquêteurs de l'époque (sauf quelques uns) ils n'ont probablement pas vérifié si il y a eut des mouvement après la date de sa mort "officielle" qui est même très suspecte et qu'en plus 1. la Gendarmerie francaise n'a pas transmis l'info à la Belgique 2. le corps a été incinéré dans la foulée et cette pratique n'est pas courante à l'époque (en 1980, cette technique n’était utilisée que pour 0,9 % des obsèques)
Ceci dit on a vérifié si il n'y a avait rien en Suisse ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Liens entre les TBW et l'affaire des Bommeleeër   

Revenir en haut Aller en bas
 
Liens entre les TBW et l'affaire des Bommeleeër
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Liens entre les âmes
» Liens entre l'Apartheid, nazisme et sionisme.
» Benoît XVI évoque des liens entre Jésus et les juifs de Qum
» Liens entre l'ésotérisme et le fascisme...
» Les liens entre amour et mort.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: AXES D'ENQUÊTE :: Evolution future de l'enquête :: Explorer d'autres pistes-
Sauter vers: