les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Fil restreint sur l'ouvrage de Gérald Damseaux; "Les années

Aller en bas 
AuteurMessage
michel-j



Nombre de messages : 2020
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Fil restreint sur l'ouvrage de Gérald Damseaux; "Les années    Mar 7 Nov 2017 - 20:13

Bonsoir Michel,

Tout est dit dans l'intitulé. Serait-il possible d'ouvrir un fil dédié à cet ouvrage. Un fil dont l’accès serait limité aux personnes l'ayant lu afin de limiter les extrapolations inutiles ?

Libre à tous les intervenants de rapporter ensuite sur le forum ouvert le contenu des discussions ou leur avis personnel... mais que ce site puisse permettre une avancée dans les données essentielles exposées par l'auteur.

Bien entendu, les modérateurs habituels y garderaient toutes leurs facultés d'intervention.

Merci de votre compréhension.

Michel
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7796
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Fil restreint sur l'ouvrage de Gérald Damseaux; "Les années    Mar 7 Nov 2017 - 20:19

Je pense qu'il serait préférable de continuer ici : http://tueriesdubrabant.winnerbb.com/t2715-les-annees-noires-vous-interessent?highlight=les+ann%E9es

Question de facilité.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 2020
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Fil restreint sur l'ouvrage de Gérald Damseaux; "Les années    Mar 7 Nov 2017 - 20:28

Un emplacement dans la rubrique "discussions non publiques" m'aurait semblé un endroit beancoup plus approprié pour un échange d'idées constructives.

J'ignore bien entendu si vous l'avez lu... mais je pense que le livre de Gérald, par la précision des témoignages qu'il apporte, serait à même de faire avancer les recherches. Dans le fil ouvert dont vous faites mention, rien que le nom de Dislaire (même "désamorcé") fait à lui seul figure de torpille.

Bien cordialement

M.
Revenir en haut Aller en bas
frederic lavachery



Nombre de messages : 330
Date d'inscription : 24/10/2010

MessageSujet: Re: Fil restreint sur l'ouvrage de Gérald Damseaux; "Les années    Mar 7 Nov 2017 - 21:08

Gérald a tapé dans le mille. J'ajouterais :


1 - A partir du début des années 70, la RDA se sent condamnée par la convergence Urss-RFA (Ospolitik + accords d'Helsinki).

2 - Le cheval de bataille de la stratégie de Brandt et de l'Occident, ce sont les droits de l'homme. Ils feront un merveilleux cheval de Troyes pour peser sur les contradictions internes de la société soviétique, qui ne peut pas refuser le combat sur ce terrain. L'Otan et l'Europe institutionnelle se foutent des droits de l'homme mais sur ce terrain, ils sont en position de force, inexpugnable.

3 - La RDA n'a aucune marge de manœuvre (en 76, je sais que le mur de Berlin va tomber, je t'en donnerai la preuve lorsque nous nous verrons). Elle n'a pas d'autre choix que de tenter le tout pour le tout pour affaiblir l'Europe institutionnelle sur le terrain des droits de l'homme. L' analyse de la page 390 de Gérald, je l'avais faite en 72 dans une brochure intitulée "Fascisme ou Etat fort", écrite avec Franz Legros, un chercheur de Bordet, avec lequel et quelques autres nous avions formé un groupuscule nommé Action Communiste, opposé au PCB, aux trotskystes, aux maoïstes, aux anars et compagnie ! Je ne le renie pas même si je ne partage plus mon idéologie d'alors. Luc Jouret -médecin, futur ex-para, futur Ordre du Temple du Soleil suicidé volontairement ou non - en faisait partie. Nous infiltrait-il ? Je l'aimais bien, franc et solide.

4 - La RDA va donc susciter et nourrir le terrorisme gauchiste, profitant de la situation des Palestiniens et du culte exotique révolutionnaire du gauchisme occidental pour les "luttes exemplaires des peuples opprimés par l'impérialisme Yankee" (Vietnam), exploitant dans le même mouvement la conjoncture sociétale de 68 qui a mis dans la rue une partie de la jeunesse des pays riches (conjoncture dangereuse pour la RDA elle-même, les montées de contestation populaire en Tchécoslovaquie et en Pologne avaient fait la jonction avec la jeunesse révolutionnaire des pays occidentaux).

5 - Le terrorisme RAF bande à Baader va provoquer exactement ce que Géralt décris page 390 (voir aussi les interdictions professionnelles). C'est cette dérive de l'Europe institutionnelle que j'analyserai aussi dans ma brochure sur la réforme du code pénal belge (82, éditions Labor). Je n'ai plus ces deux brochures, ma maison ayant complètement brûlé en 2010, mais elles doivent se trouver en bibliothèques publiques :

pour la première :

pallas.cegesoma.be/pls/opac/opac.search?lan=F&seop...
La stratégie du capital monopoliste dans la période historique actuelle : fascisme ou Etat fort ?. - S.l. : Action communiste, 1973. - 44 p.; 21,5 cm (BA 50.298)


A qui devaient profiter ces crimes ? En tout premier lieu à la RDA. D'un point de vue géostratégique, ils étaient bien plus nécessaires à la RDA qu'aux USA. Mais des manipulations croisées par infiltrations des uns par les autres ne sont pas à exclure. Je les considère même comme hautement probables, par simple logique.
Revenir en haut Aller en bas
frederic lavachery



Nombre de messages : 330
Date d'inscription : 24/10/2010

MessageSujet: Re: Fil restreint sur l'ouvrage de Gérald Damseaux; "Les années    Mar 7 Nov 2017 - 21:15

sur le fil Defense Intelligence Agency (DIA), en août 2016, ouvert grâce au boulot considérable de Hervé :

frederic lavachery

Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 24/10/2010


MessageSujet: Re: Defense Intelligence Agency (DIA) Jeu 18 Aoû 2016 - 8:19 Sélectionner/Désélectionner multi-citation Répondre en citant Editer/Supprimer ce message
Hervé : MessageSujet: Re: Defense Intelligence Agency (DIA) Hier à 14:59 Sélectionner/Désélectionner multi-citation Répondre en citant

Il ne faut pas oublier que l'implication de la Defense Intelligence Agency (DIA) est maintenant une certitude. Ce qui devrait étonner, c'est qu'il a fallu autant de temps pour créer un fil de discussion à son sujet.

Je n'ai pas le temps de lire la masse des documents mis en ligne par Hervé. Ce qui devrait étonner aussi, c'est le traitement qu'à connu sur le forum le livre de Gérald Damseaux. Hervé gratte par le haut et Gérald par bas. Croiser les deux me paraît inévitable. Je suis très surpris de lire page 353 du bouquin que pour la Sûreté, les CCC seraient des trostkystes. Je n'imagine pas la police du SHAPE de l'époque attribuer la prose Carette -Sassoye à des trostskystes. C'était à l'évidence du germano-stalinien. Damseaux le démontre : la Sûreté est une intégration de bêtise, de carriérisme et de mesquinerie. Et il pose la question, notamment à propos de CCC : est-ce un hasard ? Ironie superbe, ce non hasard conduira par hasard à l'arrestation des 4 CCC ! Le surréalisme est bien la marque de ce pays.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé En ligne
HERVE



Nombre de messages : 12063
Date d'inscription : 08/12/2009


MessageSujet: Re: Defense Intelligence Agency (DIA) Jeu 18 Aoû 2016 - 8:31 Sélectionner/Désélectionner multi-citation Répondre en citant

Sauf erreur de ma part, Gérald Damseaux reconnaît lui-même qu'il n'avait pas entendu parler de la DIA avant de venir sur le forum.

Dans l'interview de Christian Smets

https://sites.google.com/site/tueriesdubrabant/interviews/interviewchristiansmets

on peut lire :

- Que pensez-vous du DIA (créé sous/par Lyman Lemnitzer) ? Paul Latinus a affirmé qu'il travaillait pour le DIA. Quelqu'un comme Jacques Monsieur devait aussi être en contact avec le DIA (et bien entendu les renseignements militaires belges). Quelles auraient pu être les relations entre la CIA et le DIA ? Que faisait la Sûreté dans tout cela ?

Si vous voulez parler de la D.E.A. (Drugs Enforcment Administration), voyez plutôt la police ou la gendarmerie. La Sûreté de s’occupait pas vraiment de drogues… et quoi encore ? Elle n’y faisait donc absolument rien du tout. Je sais que Latinus l’a affirmé mais il disait tant de choses. Est-ce vrai ???

_ _ _


Cette interview récente semble montrer que Christian Smets ne savait pas encore ce qu'était la DIA !

Je trouve cela assez incroyable puisque Paul Latinus avait lui-même affirmé qu'il avait été recruté par la DIA. Nous savons aussi depuis plusieurs années que Guillaume Vogeleer travaillait pour le DIA à son arrivée en Asie ... et Jacques Monsieur (SDRA) a plus que probablement travaillé lui aussi pour la DIA.

Comment la Sûreté de l'Etat pouvait-elle ignorer que la DIA était active en Belgique ?

La "revue de la presse américaine" au début de ce fil de discussion ne couvre que l'année 1982. Il serait fastidieux de faire de même jusqu'en 1985 mais il est clair que la DIA était connue, même si publiquement il était surtout question des POW/MIA, de la formation des attachés militaires et des activités ("High frontier" ou "guerre des étoiles") de Daniel O. Graham (ancien directeur de la DIA).

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
frederic lavachery



Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 24/10/2010


MessageSujet: Re: Defense Intelligence Agency (DIA) Jeu 18 Aoû 2016 - 9:05 Sélectionner/Désélectionner multi-citation Répondre en citant Editer/Supprimer ce message
HERVE a écrit:

Sauf erreur de ma part, Gérald Damseaux reconnaît lui-même qu'il n'avait pas entendu parler de la DIA avant de venir sur le forum.

Dans l'interview de Christian Smets

https://sites.google.com/site/tueriesdubrabant/interviews/interviewchristiansmets

on peut lire :

- Que pensez-vous du DIA (créé sous/par Lyman Lemnitzer) ? Paul Latinus a affirmé qu'il travaillait pour le DIA. Quelqu'un comme Jacques Monsieur devait aussi être en contact avec le DIA (et bien entendu les renseignements militaires belges). Quelles auraient pu être les relations entre la CIA et le DIA ? Que faisait la Sûreté dans tout cela ?

Si vous voulez parler de la D.E.A. (Drugs Enforcment Administration), voyez plutôt la police ou la gendarmerie. La Sûreté de s’occupait pas vraiment de drogues… et quoi encore ? Elle n’y faisait donc absolument rien du tout. Je sais que Latinus l’a affirmé mais il disait tant de choses. Est-ce vrai ???

_ _ _


Cette interview récente semble montrer que Christian Smets ne savait pas encore ce qu'était la DIA !

Je trouve cela assez incroyable puisque Paul Latinus avait lui-même affirmé qu'il avait été recruté par la DIA. Nous savons aussi depuis plusieurs années que Guillaume Vogeleer travaillait pour le DIA à son arrivée en Asie ... et Jacques Monsieur (SDRA) a plus que probablement travaillé lui aussi pour la DIA.

Comment la Sûreté de l'Etat pouvait-elle ignorer que la DIA était active en Belgique ?

La "revue de la presse américaine" au début de ce fil de discussion ne couvre que l'année 1982. Il serait fastidieux de faire de même jusqu'en 1985 mais il est clair que la DIA était connue, même si publiquement il était surtout question des POW/MIA, de la formation des attachés militaires et des activités ("High frontier" ou "guerre des étoiles") de Daniel O. Graham (ancien directeur de la DIA).


Que Gérald Damseaux n'ait pas entendu parler de la DIA ne disqualifie pas son bouquin, bien au contraire.

Voilà le message que je lui ai envoyé ce matin :

J'en suis à la page 379. Stupéfiant une fois de plus. Tu l'annonces depuis pas mal de pages : cette affaire des CCC est suspecte.

Deux choses, dans l'immédiat mais il faudra reprendre ton bouquin page par page pour en tirer une analyse du pays que personne encore n'a faite.

1 - Tu poses la question américaine à deux ou trois reprises : Buslick et Lequeux. Je ne peux pas concevoir que les USA aient pu louper l'analyse des services belges de sécurité et de renseignement. La police du SHAPE sait en juillet 80 que je suis inscrit depuis mai à la fac de droit de l'ULB ! J'ai découvert, je ne sais plus comment ni quand (probablement début des années 80), que le SHAPE faisait plancher des universitaires sur la sociologie vivante de chaque village de Belgique. Autrement plus intelligent que d'entretenir des stay behind, sauf que ces dangereux zozos pouvaient former un écran de fumée d'autant plus efficace qu'une fois découvert, on n'irait pas gratter plus profondément. Simple hypothèse.

2 - La phraséologie de Carette - Sassoye n'aurait jamais dû être prise pour de la prose trotskyste. C'était du stalinien cul-de-fer pur jus. Il y avait quatre sources de gauchisme (donc, à la gauche du PCB) : les maos, les stals nostalgiques, les troskos et les anars. Plus quelques hybridations (maos-anars étant la plus curieuse). Dans le contexte de l'Ostpolitik de Brandt et des accords d'Helsinki, il me paraissait évident que Carette roulait au mark stalinien, comme Action Directe, mais en nettement moins crétin. J'ai eu des échanges avec Frédéric Oriach. A pleurer de connerie, ce type. Carette, en 82 ou 83, m'a imprimé une brochure dans laquelle je faisais une analyse du projet de réforme du code pénal pondu par la commission Vanderpoorten, en 78 ou 79. J'arrivais à la conclusion que tu exposes page 351 :
" Moralité : cette nouvelle loi, qui veut encadrer les activités de la Sûreté, permettra dans l'avenir de poursuivre toute personne dérangeante. ". Une Sûreté intelligente aurait dû te placer dans un bureau d'études stratégiques. Mais l'intelligence de la Sûreté ne se trouvait-elle pas ailleurs qu'à la Sûreté : même pas au gouvernement mais plutôt au sommet de je ne sais quelle loge, voir outre-atlantique ?

J'ai posé, dans le bouquin mal écrit avec ce pauvre Jean Nicolas, les bases d'une recherche croisée sur l'histoire de nos institutions contemporaines et de l'histoire de la criminalité organisée, en la plaçant dans l'axe d'analyse des traités secrets sur l'uranium signés à Londres par Pierlot et Spaak. Tant dans la documentation DIA que dans le récit de Damseaux, je retrouve cet axe d'analyse.
Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 2020
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Fil restreint sur l'ouvrage de Gérald Damseaux; "Les années    Mar 7 Nov 2017 - 21:30

J'ai repris le bouquin depuis le début (2 AVC depuis la première lecture) et je bloque surtout sur le chapitre Schmilblick... totalement hallucinant quand tu vois la façon dont est traité le cas Buslick, avec quelle désinvolture on ui remet son passeport sachant pertinemment qu'il jouit d'une double nationalité.

Je prend des notes Very Happy
Après je rouvre d'autres bouquins pas dégueu... mais j'ai aussi d'autres travaux a achever. Le façonnage de pierres pour chapeauter les pilastres extérieurs dont la maîtresse des lieues attend l'achèvement avec impatience.
Revenir en haut Aller en bas
AS1987

avatar

Nombre de messages : 96
Date d'inscription : 20/10/2017

MessageSujet: Re: Fil restreint sur l'ouvrage de Gérald Damseaux; "Les années    Mar 7 Nov 2017 - 22:06

frederic lavachery a écrit:

J'ai posé, dans le bouquin mal écrit avec ce pauvre Jean Nicolas, les bases d'une recherche croisée sur l'histoire de nos institutions contemporaines et de l'histoire de la criminalité organisée, en la plaçant dans l'axe d'analyse des traités secrets sur l'uranium signés à Londres par Pierlot et Spaak. Tant dans la documentation DIA que dans le récit de Damseaux, je retrouve cet axe d'analyse.

Difficile de ne pas mentionner les États-Unis, qui occupent notre pays avec l'OTAN et le SHAPE depuis belle lurette, prouvant ainsi la soumission du continent à l'Oncle Sam. J'ignore ces histoires liées à l'uranium, mais je sais très bien que les vrais dirigeants des États-Unis considèrent l'Europe comme un allié soumis à leur volonté. Il suffit de relire feu Brzezinski, par exemple. Celui-ci fut le conseiller de nombreux présidents américains, le "stratège de l'empire". Voici quelques extraits tirés du Grand échiquier :

Citation :
« L’Eurasie demeure, en conséquence, l’échiquier sur lequel se  déroule le combat pour la primauté globale. […] À l’ouest [de l’Eurasie], l’Amérique exerce directement son pouvoir sur l’étroite frange périphérique [l’Europe]. »
Citation :

« L’Europe deviendrait, à terme, un des piliers vitaux d’ une grande structure de sécurité et de coopération, placée sous l’égide américaine et s’étendant à toute l’Eurasie. Surtout, l’Europe est la tête de pont géostratégique fondamentale de l’Amérique. Pour l’Amérique, les enjeux géostratégiques sur le continent eurasien sont énormes. Plus précieuse encore que la relation avec l’archipel japonais, l’Alliance atlantique lui permet d’exercer une influence politique et d’avoir un poids militaire directement sur le continent. Au point où nous en sommes des relations américano-européennes, les nations européennes alliées dépendent des États-Unis pour leur sécurité. Si l’Europe s’élargissait, cela accroîtrait automatiquement l’influence directe des États-Unis. À l’inverse, si les liens transatlantiques se distendaient, c’en serait fini de la primauté de l’Amérique en Eurasie. […] Le problème, cependant, tient au fait qu’une Europe vraiment «européenne» n’existe pas. C’est une vision d’avenir, une idée et un but ; ce n’est pas une réalité. L’Europe de l’Ouest a certes réussi à mettre sur pied un marché commun, mais son unité politique est encore dans les limbes. […] Pour le dire sans détour, l’Europe de l’Ouest reste dans une large mesure un protectorat américain et ses États rappellent ce qu’étaient jadis les vassaux et les tributaires des anciens empires
Citation :

« L’élargissement de l’Europe et de l’OTAN serviront les objectifs aussi bien à court terme qu’à plus long terme de la politique américaine. Une Europe plus vaste permettrait d’accroître la portée de l’influence américaine – et, avec l’admission de nouveaux membres venus d’Europe centrale, multiplierait le nombre d’États pro-américains au sein des conseils européens – sans pour autant créer simultanément une Europe assez intégrée politiquement pour pouvoir concurrencer les États-Unis dans les régions importantes pour eux, comme le Moyen-Orient. »

Le bouquin de Gérald Damseaux est très intéressant, même s'il est assez "nébuleux" par moments.
Revenir en haut Aller en bas
frederic lavachery



Nombre de messages : 330
Date d'inscription : 24/10/2010

MessageSujet: Re: Fil restreint sur l'ouvrage de Gérald Damseaux; "Les années    Mar 7 Nov 2017 - 22:11

michel-j a écrit:
J'ai repris le bouquin depuis le début (2 AVC depuis la première lecture) et je bloque surtout sur le chapitre Schmilblick...   totalement hallucinant quand tu vois la façon dont est traité le cas Buslick, avec quelle désinvolture on ui remet son passeport sachant pertinemment qu'il jouit d'une double nationalité.

Je prend des notes Very Happy
Après je rouvre d'autres  bouquins pas dégueu...   mais j'ai aussi d'autres travaux a achever. Le façonnage de pierres pour chapeauter les pilastres extérieurs dont la maîtresse des lieues attend l'achèvement avec impatience.

A Bxls ces jours-ci, je n'ai pas le Damseaux sous la main. J'y retournerai la semaine prochaine, en espérant pouvoir détourner une partie de mon temps consacré au façonnage de poutres de douglas de 35 cm de section dont la patronne de mon cœur attend la mise en place depuis deux ans.

Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 2020
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Fil restreint sur l'ouvrage de Gérald Damseaux; "Les années    Mar 7 Nov 2017 - 22:17

@ frederic; Pin douglas de 35²...   bigre; quel chantier !

@ AS; en fait...   et je m'en aperçois à la relecture, l'erreur à ne pas commettre avec l'ouvrage de Gérald c'est de l'ouvrir avec l'empressement de quelqu'un qui va trouver la vérité étalée en grand...   comme dans l'encart publicitaire d'autres auteurs sur le sujet. Gérald ne promet pas; il distille...   et il faut toujours rester très attentif, même s'il semble aborder un sujet sur le ton de la plaisanterie...   Surtout !! oserais-je même dire...  car il ne fait alors que semer des petits cailloux blancs pour permettre de retrouver le fil.
Revenir en haut Aller en bas
AS1987

avatar

Nombre de messages : 96
Date d'inscription : 20/10/2017

MessageSujet: Re: Fil restreint sur l'ouvrage de Gérald Damseaux; "Les années    Mar 7 Nov 2017 - 22:19

Citation :
@ AS; en fait...   et je m'en aperçois à la relecture, l'erreur à ne pas commettre avec l'ouvrage de Gérald c'est de l'ouvrir avec l'empressement de quelqu'un qui va trouver la vérité étalée en grand...   comme dans l'encart publicitaire d'autres auteurs sur le sujet. Gérald ne promet pas; il distille...   et il faut toujours rester très attentif, même s'il semble aborder un sujet sur le ton de la plaisanterie...   Surtout !! oserais-je même dire...  car il ne fait alors que semer des petits cailloux blancs pour permettre de retrouver le fil.

Je ne conteste pas cela... Je pense qu'il est possible de s'exprimer plus clairement, même quand on souhaite distiller des informations...
Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 2020
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Fil restreint sur l'ouvrage de Gérald Damseaux; "Les années    Mar 7 Nov 2017 - 22:22

Bien sur... mais à chacun son style. Gérald n'est pas un professionnel de la plume... et il ne le prétend pas. Il convient d'accueillir sa prose comme un rapport un tantinet irrévérencieux... personnellement j'aime assez son style "fouteur de gueule", provocateur.
Revenir en haut Aller en bas
AS1987

avatar

Nombre de messages : 96
Date d'inscription : 20/10/2017

MessageSujet: Re: Fil restreint sur l'ouvrage de Gérald Damseaux; "Les années    Mar 7 Nov 2017 - 22:25

Oui, voilà ! C'est une question de style. Je préfère la prose claire, nette, et sans bavure. À la Michel, quoi !
Revenir en haut Aller en bas
frederic lavachery



Nombre de messages : 330
Date d'inscription : 24/10/2010

MessageSujet: Re: Fil restreint sur l'ouvrage de Gérald Damseaux; "Les années    Mar 7 Nov 2017 - 22:30

AS1987 a écrit:
frederic lavachery a écrit:

J'ai posé, dans le bouquin mal écrit avec ce pauvre Jean Nicolas, les bases d'une recherche croisée sur l'histoire de nos institutions contemporaines et de l'histoire de la criminalité organisée, en la plaçant dans l'axe d'analyse des traités secrets sur l'uranium signés à Londres par Pierlot et Spaak. Tant dans la documentation DIA que dans le récit de Damseaux, je retrouve cet axe d'analyse.

Difficile de ne pas mentionner les États-Unis, qui occupent notre pays avec l'OTAN et le SHAPE depuis belle lurette, prouvant ainsi la soumission du continent à l'Oncle Sam. J'ignore ces histoires liées à l'uranium, mais je sais très bien que les vrais dirigeants des États-Unis considèrent l'Europe comme un allié soumis à leur volonté. Il suffit de relire feu Brzezinski, par exemple. Celui-ci fut le conseiller de nombreux présidents américains, le "stratège de l'empire". Voici quelques extraits tirés du Grand échiquier :

Citation :
« L’Eurasie demeure, en conséquence, l’échiquier sur lequel se  déroule le combat pour la primauté globale. […] À l’ouest [de l’Eurasie], l’Amérique exerce directement son pouvoir sur l’étroite frange périphérique [l’Europe]. »
Citation :

« L’Europe deviendrait, à terme, un des piliers vitaux d’ une grande structure de sécurité et de coopération, placée sous l’égide américaine et s’étendant à toute l’Eurasie. Surtout, l’Europe est la tête de pont géostratégique fondamentale de l’Amérique. Pour l’Amérique, les enjeux géostratégiques sur le continent eurasien sont énormes. Plus précieuse encore que la relation avec l’archipel japonais, l’Alliance atlantique lui permet d’exercer une influence politique et d’avoir un poids militaire directement sur le continent. Au point où nous en sommes des relations américano-européennes, les nations européennes alliées dépendent des États-Unis pour leur sécurité. Si l’Europe s’élargissait, cela accroîtrait automatiquement l’influence directe des États-Unis. À l’inverse, si les liens transatlantiques se distendaient, c’en serait fini de la primauté de l’Amérique en Eurasie. […] Le problème, cependant, tient au fait qu’une Europe vraiment «européenne» n’existe pas. C’est une vision d’avenir, une idée et un but ; ce n’est pas une réalité. L’Europe de l’Ouest a certes réussi à mettre sur pied un marché commun, mais son unité politique est encore dans les limbes. […] Pour le dire sans détour, l’Europe de l’Ouest reste dans une large mesure un protectorat américain et ses États rappellent ce qu’étaient jadis les vassaux et les tributaires des anciens empires
Citation :

« L’élargissement de l’Europe et de l’OTAN serviront les objectifs aussi bien à court terme qu’à plus long terme de la politique américaine. Une Europe plus vaste permettrait d’accroître la portée de l’influence américaine – et, avec l’admission de nouveaux membres venus d’Europe centrale, multiplierait le nombre d’États pro-américains au sein des conseils européens – sans pour autant créer simultanément une Europe assez intégrée politiquement pour pouvoir concurrencer les États-Unis dans les régions importantes pour eux, comme le Moyen-Orient. »

Le bouquin de Gérald Damseaux est très intéressant, même s'il est assez "nébuleux" par moments.

Citations judicieuses.

Pour l'uranium, rapidement : le programme nucléaire américain conçu à partir de 39 supposait le contrôle rigoureux des ressources en minerai. Or, de 39 aux premières années 50, c'est la Belgique qui détenait l'essentiel des ressources connues, nécessaires au développement d'une industrie militaire et civile de la radioactivité. Il était donc vital, pour les USA, d'avoir un contrôle total sur la Belgique, son régime et de ses élites. Ce fut mis en place dès 1943, à Londres, par la signature d'un traité secret sur l'uranium du Congo, signé par Spaak et Pierlot d'un côté, les anglo-saxons US, britanniques et canadiens de l'autre. Traité ignoré du parlement et resté secret jusqu'en 56. Replacez les innombrables documents recensés par ce forum (grâce à Hervé et quelques autres) dans ce contexte de 39-55, et vous comprendrez pas mal de choses, à commencer par la gestion de la Question royale et la corruption au sein des élites.




Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 2020
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Fil restreint sur l'ouvrage de Gérald Damseaux; "Les années    Mar 7 Nov 2017 - 22:36

Certain ! Mais en n'oubliant surtout pas la goinfrerie de l'Oncle Sam sur les productions sensibles.

Remember Kissiger pourtant en temps de paix ; "Le pétrole est un élément bien trop vital pour en laisser la gestion aux Arabes"
Revenir en haut Aller en bas
AS1987

avatar

Nombre de messages : 96
Date d'inscription : 20/10/2017

MessageSujet: Re: Fil restreint sur l'ouvrage de Gérald Damseaux; "Les années    Mar 7 Nov 2017 - 22:41

Intéressant M. Lavachery, merci ! Je possède encore une copie de votre livre avec M. Nicolas, je devrais m'y plonger prochainement, mais j'ai tellement de choses à lire !

Quelqu'un - mais qui ? - avait un jour déclaré que les tueries auraient pu servir, entre autres, à mettre la pression sur la Sûreté, qui se voulait un peu trop indépendante et européenne au goût de certains Américains...
Revenir en haut Aller en bas
frederic lavachery



Nombre de messages : 330
Date d'inscription : 24/10/2010

MessageSujet: Re: Fil restreint sur l'ouvrage de Gérald Damseaux; "Les années    Mar 7 Nov 2017 - 22:47

michel-j a écrit:
@ frederic; Pin douglas de 35²...   bigre; quel chantier !

@ AS; en fait...   et je m'en aperçois à la relecture, l'erreur à ne pas commettre avec l'ouvrage de Gérald c'est de l'ouvrir avec l'empressement de quelqu'un qui va trouver la vérité étalée en grand...   comme dans l'encart publicitaire d'autres auteurs sur le sujet. Gérald ne promet pas; il distille...   et il faut toujours rester très attentif, même s'il semble aborder un sujet sur le ton de la plaisanterie...   Surtout !! oserais-je même dire...  car il ne fait alors que semer des petits cailloux blancs pour permettre de retrouver le fil.

la plus courte fait 1,5 m, les trois autres 7. Et je suis seul pour les manipuler, faire les entailles pour loger des solives de 20x25 et bâtir la charpente du plancher de la grange, encore 200 m2 à faire sur 300. Leviers, palans et rouleaux. Et 200 m2 de planches brutes de sciage sur grumes à déligner. Le tout entrecoupé chaque jour de posts et autres travaux de clavier, au fur et à mesure de mes cogitations sur le chantier. Bref, inefficace dans tous les domaines, à vouloir tout faire en même temps. Ou plutôt à ne vouloir rien lâcher nulle part.

Pour le style de Gérald, j'ai bien aimé le ton moi aussi, mais sans ma vieille expérience de mêle-tout de terrain, je crois que j'aurais eu du mal à m'y retrouver, je comprends AS1987. Le style de Gérald témoigne de sa probité intellectuelle. J'ai eu une longue amitié partagée avec un autre fonctionnaire des services armés de l'Etat, lui aussi bien doté d'humour et très allusif. Mais son style trahissait une forme de perversion de l'esprit et il a fini par servir la soupe aux plus hautes huiles de la franc-maçonnerie au sein de la magistrature du Royaume. En cherchant bien, vous devriez en trouver les traces sur le forum.



Revenir en haut Aller en bas
frederic lavachery



Nombre de messages : 330
Date d'inscription : 24/10/2010

MessageSujet: Re: Fil restreint sur l'ouvrage de Gérald Damseaux; "Les années    Mar 7 Nov 2017 - 23:05

AS1987 a écrit:
Intéressant M. Lavachery, merci ! Je possède encore une copie de votre livre avec M. Nicolas, je devrais m'y plonger prochainement, mais j'ai tellement de choses à lire !

Quelqu'un - mais qui ? - avait un jour déclaré que les tueries auraient pu servir, entre autres, à mettre la pression sur la Sûreté, qui se voulait un peu trop indépendante et européenne au goût de certains Américains...

C'est dans ce bouquin, dont Jean Nicolas n'a pas compris la moitié qu'il n'a pas écrite, il ne peut pas mettre en rapport plus de deux idées ce qui n'enlève rien à ses talents de fouille-merde et de marchand de soupe, c'est dans ce bouquin que se trouve exposé pour la première fois le lien entre les traités uranium et le destin du régime belge comme tête de pont US au sein de l'Europe, conjointement avec l'alliance Cosa Nostra-Usa en Italie. Je crois que, depuis, quelques auteurs ont exploré cette piste uranium mais je ne les ai pas lus. En fait, c'est mon professeur d'histoire comparée des institutions, Jacques Vanderlinden, qui a le premier, avec son co-auteur Pierre Buch, eu l'intuition que ces traités pouvaient avoir eu une incidence sur l'Europe. Il avait décortiqué ces traités de 43 et 44 au plan strictement juridique. Lorsque je suis allé le trouver pour lui faire part de mes hypothèses, il m'a dit "vous, vous êtes capable de tirer du jus d'un caillou". Je ne suis pas sûr que c'était un compliment !

Une référence sur le net :

HISTOIRE L'URANIUM CONGOLAIS, MARCHE DE DUPES OU SUCCES DIPLOMATIQUE?

Réagir
Mis en ligne le 24/02/1995 à 00:00
Christian Laporte
HISTOIRE

L'URANIUM CONGOLAIS, MARCHÉ

DE DUPES OU SUCCÈS DIPLOMATIQUE?

De la matière fissile «belge» dans les premières bombes atomiques

On y verrait bien un scénario parfait pour un James Bond puisque tous les ingrédients sont réunis à l'exception peut-être de quelques jeunes et accortes espionnes: des matières premières exceptionnelles pour faire une arme absolue, des diplomates plus rusés les uns que les autres, des hommes d'affaires malins comme pas deux et la perspective d'une nouvelle déflagration mondiale.

L'histoire ici doit toutefois s'écrire avec une majuscule: c'est celle de l'uranium du Congo alors encore belge qui sera convoité tant par les États-Unis que par la Grande-Bretagne en pleine deuxième guerre mondiale...

LA BELGIQUE MISE DEVANT

LE FAIT ACCOMPLI

On l'a peut-être un peu oublié aujourd'hui, mais, pendant une bonne quarantaine d'années, entre 1921 et 1960, la Belgique joua un rôle de tout premier plan dans tout ce qui avait trait à l'uranium. On peut même dire qu'à l'époque les Belges étaient maîtres du marché mondial du radium découvert par Marie Curie.

En 1942, alors que leur nation venait d'entrer elle aussi en guerre, les Américains allaient s'intéresser de plus en plus à la mine de Shinkolobwe, exploitée par l'Union minière du Haut-Katanga, une mine qui attira aussi la Caisse nationale de la recherche scientifique française dirigée par Frédéric Joliot, le gendre de Marie Curie.

En fait, depuis 1939, on était parfaitement conscient de l'exceptionnelle puissance énergétique de la fission du noyau d'uranium. Ce n'est pas un hasard non plus si, la même année, l'Union minière installait à New York un de ses principaux dirigeants, Edgar Sengier.

Celui-ci allait être directement approché par l'armée américaine en septembre 1942 qui allait négocier avec lui l'achat d'uranium qui devait servir à fabriquer les premières bombes atomiques. Sans le savoir dans un premier temps, la Belgique fournit ainsi 75 pour cent du matériau fissible destiné à ces armes destructrices.

Et elle fut, d'une certaine manière, mise devant le fait accompli puisque, de la convention privée, on passera à un accord politique en bonne et due forme dont la négociation débutera à Londres pour se terminer au retour du gouvernement au pays après la libération de septembre 1944. Un accord qui vit le jour laborieusement et dont la mise en pratique fut aussi influencée par la montée des idées communistes à la Libération, ce qui se traduisit, du reste, par la présence de membres du Parti communiste belge dans les premiers gouvernements de l'après-guerre.

Si on pouvait comprendre la conclusion d'un pareil accord dans le contexte de la fin de la seconde guerre mais aussi dans la perspective de la guerre froide toute proche, on peut néanmoins se demander comment les Américains mais aussi les Britanniques ont pu, aussi facilement, s'emparer du contrôle de l'uranium dont l'Union minière était alors le premier producteur mondial. Mais ce n'est pas le seul point sur lequel la Belgique s'est, pour le dire poliment, fait avoir par ses puissants alliés: ainsi, il était prévu que notre pays aurait aussi accès à une série d'informations scientifiques en échange de la livraison du précieux minerai. On peut comprendre le vote d'un Atomic Energy Act, aussi appelé loi McMahon, pour bloquer la diffusion du savoir américain, mais pourquoi l'avoir étendu aussi aux «alliés» directs qui venaient de lui fournir la matière première tant recherchée?

ACCÈS À LA TECHNOLOGIE

AMÉRICAINE: TROP TARD

Ces questions et bien d'autres tournant autour de l'entrée de la Belgique dans le monde de la recherche sur l'atome dominent un passionnant ouvrage de Pierre Buch et de Jacques Vanderlinden (1) qui vient de paraître dans la collection Pol-His. Les deux auteurs, qui ont collaboré ensemble pendant un quart de siècle à l'Université libre de Bruxelles - Jacques Vanderlinden a aussi publié récemment une importante biographie du gouverneur général du Congo, Pierre Ryckmans -, ont voulu savoir si ce fut un marché de dupes ou plutôt un chef-d'oeuvre diplomatique à partir d'une étude fouillée de nombreuses sources et d'un agenda très précis tant sur le plan politique que scientifique. Sans oublier le rôle de la presse qui exerça bien son rôle dans les années de reconstruction.

Un fait est certain quand on referme l'ouvrage: il aura fallu cinq ans à nos compatriotes pour obtenir une compensation sous la forme d'une surtaxe destinée à financer le programme nucléaire. Et s'il est vrai qu'en 1955 la Belgique bénéficia de certaines facilités d'accès à la technologie américaine, c'était bien tard comme le soulignent les auteurs... Retour en arrière: non seulement, l'uranium congolais s'épuisait, mais, en même temps, s'annonçait la fin de la colonie belge en Afrique centrale...

CHRISTIAN LAPORTE

(1) «L'Uranium, la Belgique et les Puissances», Pierre Buch et Jacques Vanderlinden, Pol-His, De Boeck-Université, 188 p., 680 F.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fil restreint sur l'ouvrage de Gérald Damseaux; "Les années    

Revenir en haut Aller en bas
 
Fil restreint sur l'ouvrage de Gérald Damseaux; "Les années
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Zen et Christianisme", le titre d'un ouvrage. J'ignorais...
» ouvrage Gildas Buron, breton Guerande
» Le Nostradamus étasunien Gérald Celente prédit la révolution, des émeutes de la faim et plusieurs rébellions contre les impôts d'ici 2012
» Le cas Gérald Gâteau dans « L'Odyssée de l'étrange » (1995)
» ouvrage critique poésie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Les lieux-
Sauter vers: