les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Nivelles, 17 septembre 1983

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 19 ... 35, 36, 37 ... 41  Suivant
AuteurMessage
CS1958



Nombre de messages : 3177
Age : 59
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: Nivelles, 17 septembre 1983   Lun 9 Oct 2017 - 21:41

Frédéric a écrit:
Désaxés par rapport aux normes de la société, et irrationnels à bien des égards (l'agression irraisonnée de van Camp  par exemple). Hors-normes même par rapport aux normes du grand banditisme. Il y a chez ces individus une volonté maladive de tuer, de détruire la société qu'ils exècrent probablement. Ils s'attaquent aux normes de la classe moyenne : famille, petite entreprise, courses en famille, taximan, etc...
De mon point de vue, l'angle psychiatrique associé à cette enquête est essentiel.
Je pense aussi qu'ils sont passé par la case prison, à un âge précoce.


Je pense, Frédéric, que vous avez une vision extrêmement lucide des choses. Vous êtes dans une logique qui conjugue la criminologie, la psychologie, la psychanalyse, dans un contexte que je qualifierai de cartésien. Je profite de l'occasion qui m'est donnée pour répondre à la négation péremptoire d'un internaute sur la question de savoir si, en définitive, nous n'étions pas dans une logique de concours de circonstances. Cela signifie concrètement qu'il faut alors scinder la première vague à la faveur d'éléments factuels et qui n'ont jamais été réellement envisagés. Nous sommes dans le contexte en l'occurrence du vol de la Golf aux trois canards. Je ne veux absolument pas m'étendre sur ce cas précis mais j'observe que pendant un temps certain voici que ce véhicule, repeint et qui plus est gardant son autocollant « I love Australia » est repéré dans toute une série de circonstances, qu'il s'agisse de Namur ou de Lobbes. N'est-ce pas de nature à nous interpeller ? Je ne détiens aucunement la vérité. Je me pose simplement la question de savoir si, après le vol de ce véhicule, à un moment donné, celui-ci n'est pas resté à un endroit donné, permettant à d'autres individus malintentionnés de se l'approprier et de perpétrer d'autres forfaits, ne sachant pas par définition quel était l'antécédent dudit véhicule ? Je trouve totalement extravagant que sachant que le véhicule en question a servi un crime, dans un contexte particulièrement sensible et médiatisé, en toute sérénité, celui-ci continue à circuler comme si de rien n'était, contrôle technique à la clé.
Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 1886
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Nivelles, 17 septembre 1983   Mar 10 Oct 2017 - 13:56

Raisonnement logique CS1958, mais qui (pour résumer) s'inscrirait dans le contexte de 2 vagues d'action différentes; notamment par le "professionnalisme" de la seconde qui induirait l'intervention d'une autre équipe.

Le vice comme la vertu répondent à une "échelle de valeurs", à une "croissance" acquise par l'expérience, à une affirmation de soi héritée de l'ancienneté. Hors, à moins de considérer que les assassins aient mis leurs temps de vacances à profit pour suivre des cours de perfectionnement, je m'explique assez mal cette brutale différence de tactique.

Autant la première vague peut apparaître brouillonne dans ses méthode et ses objectifs, autant la seconde affiche clairement la couleur; détruire pour détruire...   occasionner le plus de dégâts possible au regard des "bénéfices" escomptés. 

Le prédateur criminel s'épanouit rarement en bande. Il suffit de prendre un exemple ici parlant pour s'en convaincre; Dutroux...   qui n'hésita pas en enterrer vivant son complice pour des motifs apparemment futiles en comparaison des risques qu'ils avaient partagés. 

Le tueur "instinctif" (comment parler de "dérangement" à un certain niveau de pulsions sanguinaires ?) est par essence un loup solitaire. Non seulement il s'accommode mal de la concurrence, se montre très jaloux de son "art", mais en aucun cas il ne saurait (pourrait ?) supporter un supérieur hiérarchique. 

Au sens légal du terme 3 Trois individus forment une bande ...   pour la raison élémentaire qu'au delà de 2 il n'est plus question du simple rapport dominant et de dominé, mais d'une structure exigeant un chef; la fameuse "bande organisée" si chère aux émules de Fouquier-Tinville dans les cour d'assises.

Le caractère "irraisonné" de certains actes est -à mon humble avis- à manipuler avec la plus extrême prudence...    Un individu coupant le doigt de son fils aux fins fonds d'un bois apparait de fait comme un sadique...   pour celui qui ignorerait un début de gangrène ou la morsure fatale d'un animal au venin rapidement actif. Certes il est permis à chacun de "supposer"...   c'est de la pure imagination que naissent les inventions majeures, mais il est restrictif de vouloir appliquer la méthode à toutes données à première vue "inexplicables". Ce serait se priver d'autres voies à explorer.

L'armée s'ingénie à former des tueurs instinctifs pour les meilleures raisons; celles de la survie. Se poser des questions face à un ennemi déterminé, c'est à coup sûr avancer d'un pas allègre vers la tombe. Quelques uns ne s'en remettent jamais d'avoir tué...   d'autres argueront des meilleures raisons pour avoir pratiqué la torture afin "d'éviter des victimes innocentes"...   tout est question de sensibilité personnelle et de point de vue sur le premier des Dix Commandements. 

Mais lorsqu'on trouve réunis plusieurs individus dont les verrous des tabous sont sautés, il est sur et certain que la première des opportunités, la plus futile soit-elle, fera de l'un d'eux un assassin...   et des autres ses complices, au mieux indifférents. 

Le sieur Van Camp est peut-être mort pour une simple parole mal interprétée ou mal digéré par l'un des membres de la bande...   tout prosaïquement. Mille raisons sont possibles à cet assassinat. Et sans aveux du coupable, en déterminer une raison avec certitude relève de l'utopie...   à moins que tous les flics à avoir planché sur le dossier ne relèvent de la crasse nullité...   hypothèse quand même difficile à croire dans le cas d'une victime lambda.

CS...   l'usage de la Golf peut déconcerter, je le concède, mais elle n'a rien de si exceptionnel que cela. Des flics Belges planquant "illégalement" en France (sans avoir sacrifié aux formalités judiciaires d'usage...   ils espéraient rejouer le "kidnapping" d'Adriano Vittorio survenu quelques années plus tôt) dans des voitures faussement immatriculées n'avaient pas réalisé que leurs plaques s'imposaient comme suspectes aux yeux du premier quidam venu (fixées par des vis, pas de rivets "pops" obligatoires en France) et plus fort encore; l'absence de vignette sur le pare-brise...   fantaisie décorative ignorée outre-Quiévrain...   qui les rendaient aussi repérables qu'avec un gyrophare en batterie sur le toit. 

Vous voyez...  l'étourderie n'est pas l’apanage d'une frange sociale peu représentée sur les bancs de fac. La Golf a été repérée...   oui...   par quel miracle ? Je n'en sais rien (si tant est que ce fut bien elle et que nous n'ayons pas affaire à un de ces témoins "bien connus de nous mêmes" mais anonymes aux dossiers, si chers aux enquêteurs en mal de suspects au Plat-Pays) mais rien ne vient confirmer que la voiture était utilisée au quotidien.

Alors...   ici un éclaircissement s'impose quand même...   La voiture a été vue, si je ne m'abuse, dans un contrôle technique...   O.K !...   Pour y avoir fait passé de multiples voitures jadis, deux solutions sont possibles; le maquilleur avait habilement refrappé le numéro de série (détail infirmé par l'enquête puisque la voiture fut immédiatement identifiée grâce à ce N°) ou la voiture n'a jamais subi de contrôle effectif (débutant par le relevé de ce N° de série...   ben oui ! Ca tombe sous le sens dans un pays où les plaques d'immatriculation appartiennent au proprio, pas au véhicule) et en ce cas il aurait été hyper intéressant de procéder à une "interview" du contrôleur de Lobbes qui, pour se dépêtrer d'un acte de malversation, aurait certainement trouvé des choses capitales à raconter sur...   son client.  A savoir que les contrôleurs qui acceptaient le billet vert pour fermer les yeux sur des "défauts" n'agissaient qu'en parfaite connaissance de cause, et uniquement après en avoir causé avec une connaissance...   jamais avec un étranger qui aurait fort bien pu être un agent provocateur.  

Alors...   la police aurait-elle oublié d'éclaircir ce (curieux) "mystère ?...   Parce que là encore...   contrôle = adresse...   ou N° de TVA pour un garage.
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 3177
Age : 59
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: Nivelles, 17 septembre 1983   Mar 10 Oct 2017 - 15:38

Michel, je me suis probablement mal exprimé. Quand j'évoque l'hypothèse Van Camp/ Anderlues, je me situe bien dans la première vague mais je pourrais aller plus loin. Et cela m'a toujours taraudé, quel lien entre Mons, l'auberge de Beersel... ?
Vous parlez d'une "croissance acquise". Je suis très partagé là-dessus. D'abord je pense à l'espace-temps. Mais je pense aussi aux modes opératoires.
Tout à fait d'accord avec le caractère tout à fait relatif du contrôle technique. Et pourtant, et cela relève du mystère, toute une série de portraits robots sont passés à la trappe avec à le presque seule du portrait "Lobbes",portrait qui subsiste du coté CBW. Un phénomène concerté, s'étendant sur plusieurs années et sans solution, m'interpelle.
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 3177
Age : 59
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: Nivelles, 17 septembre 1983   Mar 10 Oct 2017 - 15:54

A savoir que les contrôleurs qui acceptaient le billet vert pour fermer les yeux sur des "défauts" n'agissaient qu'en parfaite connaissance de cause, et uniquement après en avoir causé avec une connaissance... jamais avec un étranger qui aurait fort bien pu être un agent provocateur". Là je ne suis pas tout à fait d'accord avec vous Michel. Il y eut un incident entre le conducteur et un tiers, nous avons d'ailleurs une vidéo (?) à ce sujet en provenance de la CB W. En revanche, il est tout à fait question d'un individu couché, blessé, à l'arrière. Le raccourci est tentant. Toutes les options sont ouvertes. Nous sommes restes est trop longtemps sur des certitudes, or, force est de constater que celle-ci en définitive ne mène à rien. Il nous faut donc trouver une explication alternative.
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 3177
Age : 59
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: Nivelles, 17 septembre 1983   Mar 10 Oct 2017 - 18:50

Je pense que nous devons être à ce stade très froids et chirurgicaux dans notre analyse des faits, au moins pour la première vague. Au demeurant, nous pouvons légitimement nous poser la question du rapport entre la première vague et la deuxième vague. C'est un autre débat.
1. Des faits hétérogènes ;
2. Exempts par définition de tout complotisme ;
3. Une incapacité évidente à faire en sorte que d'une manière ou d'une autre, épisode par épisode, la moindre vérité ne transparaisse ;
4. Le constat selon lequel depuis des décennies, malgré des liens entre les armes et les véhicules, nous en sommes au même point.
Je fais en sorte dans ce contexte d'être logique.
Je remets en cause le principe même d'un mythe traumatisant relayé par une presse réductrice.
Plusieurs bandes. Un effet d'aubaine et de facto une capacité d'analyse. Je n'ai pas vraiment le sentiment que jusqu'à présent, l'un ou l'autre était en mesure de s'inscrire en faux. Voici un véhicule laissé à l'abandon avec les clés. Un minimum de jugeotte qui consiste à maquiller le véhicule, et voici que sont perpétrés des faits totalement étrangers à ceux qui font aujourd'hui l'objet d'un bloc indissociable. Il en va de même des armes. Nous pouvons tout imaginer en la matière. L'inconscience totale d'un amateur de sensations fortes, profitant une fois encore de l'effet d'aubaine. Un développement de ma conception des choses, dans un néant soigneusement entretenu, serait par définition l'objet de sarcasmes.
Ainsi, très concrètement, quitte à me répéter, il ne saurait être question pour certains individus compromis, au demeurant très gravement et cela ne m'échappe pas, pour prendre les seuls exemples de Mons ou de l'auberge de Beersel, de ne pas endosser au nom de la réalité criminelle, ce qui constitue ce fameux bloc traumatisant.
Autre question, pourrait tout à fait honnête, est-ce qu'un épisode comme celui de Mons ou de l'auberge de Beersel ne constitue pas en lui-même, de par leur caractère odieux, le vecteur unique d'un silence profond sans qu'à un quelconque instant, nous nous posions la question d'une globalité constituée par l'addition d'une première vague et d'une deuxième vague ?
Je ne suis pas d'ailleurs convaincu que les appellations soient totalement cohérentes. Il est tout à fait possible que nous soyons dans la totale aberration lorsque nous adopterons la logique première vague par rapport à deuxième vague. Nous nous situons dans un confort intellectuel qui n'est probablement pas le reflet de la réalité. Je prends un seul exemple. Pour être le plus simple possible. Nous commençons par le vol d'une canardière à Dinant et nous terminons par un massacre à Alost, Braine et Overijse. Tout cela n'obéit à aucune logique. J'ose espérer, que les uns les autres, vous ne ferez pas le procès d'une simplification extrême et d'une certaine forme de remise en cause d'un dogme au nom d'une hétérodoxie de mauvais aloi.
Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 1886
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Nivelles, 17 septembre 1983   Mar 10 Oct 2017 - 19:37

CS1958 a écrit:
A savoir que les contrôleurs qui acceptaient le billet vert pour fermer les yeux sur des "défauts" n'agissaient qu'en parfaite connaissance de cause, et uniquement après en avoir causé avec une connaissance...   jamais avec un étranger qui aurait fort bien pu être un agent provocateur". Là je ne suis pas tout à fait d'accord avec vous Michel. Il y eut un incident entre le conducteur et un tiers, nous avons d'ailleurs une vidéo (?) à ce sujet  en provenance de la CB W. En revanche, il est tout à fait question d'un individu couché, blessé, à l'arrière. Le raccourci est tentant. Toutes les options sont ouvertes. Nous sommes restes est trop longtemps sur des certitudes, or, force est de constater que celle-ci en définitive ne mène à rien. Il nous faut donc trouver une explication alternative.
Peut-être ai-je foiré quant à la volonté de précision ?

Lorsqu'un véhicule est reçu au contrôle technique, le premier souci de l'opérateur est de vérifier si le N° de série correspond bien au N° repris sur la carte-grise...   Vous semblez croire qu'un quelconque manquement déontologique se limitait à une absence de vérification des parties mécaniques de la voiture...   Erreur ! La Belgique ne connaissait pas seulement une spécialisation mondialement reconnue dans le trafic d'armes. Certains de ses concitoyens excellaient (on en parle suffisamment sur ce site) dans le trafic de voitures...   et quoi de mieux qu'un contrôle technique récent pour endormir la méfiance de douaniers non corrompus ?

Donc, au risque de paraître lourd...  un quidam s'est pointé au contrôle technique avec une Golf volée...   sans retenir l'attention sur autre chose que ses concordances à un portrait robot ?

1) la voiture soigneusement maquillée arrive au CT...   et la seule chose à retenir l'attention est le conducteur ?...   soit !
2) la voiture n'a pas fait l'objet d'une refrappe de ses N° mais elle passe quand même...   là, il y a un souci. La voiture est-elle passée sous le nom de son légitime propriétaire...   que le pays entier savait victime d'assassinat et dont le vol de véhicule devait surement planer en tête des recherches...   ou alors elle est passée "entre amis" -quelles qu'en soient les modalités- et de fait; le contrôleur est impliqué au 1° degré.

C'est juste çà que je tenais à mettre en exergue. Ce contrôleur a-t-il été auditionné ?...   et si tel est le cas (dans la mesure où le témoin visuel ne serait pas lui-même) qu'a-t-il eu à présenté comme explication ?...   car il serait quand même extravagant que l'un des tueurs soit juste venu prendre un café à la machine, juste histoire de se faire repérer...   grâce à la voiture signalée comme volée.
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 3177
Age : 59
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: Nivelles, 17 septembre 1983   Mar 10 Oct 2017 - 20:23

Compromission michel, rien de plus classique. Un copain, un petit billet...
Revenir en haut Aller en bas
Cusmenne Claude



Nombre de messages : 1025
Date d'inscription : 23/10/2009

MessageSujet: Re: Nivelles, 17 septembre 1983   Mer 11 Oct 2017 - 8:42

Juste une petite question...je n'en peux plus là, d'où sortir de ma réserve me parait indispensable.....et donc le débât est le suivant, agression aux 3 canards, avec meurtre....,neutralisation des véhicules, vol de la Golf..., cela ce sont des faits, connus..! Mais alors là, que ce genre d'individus, tentent et avec succès semble t'il (selon certains intervenants) de passer ce véhicule au contrôle technique...là je m'étouffe presque..., et doit t'on s'étonner que rien n'a abouti dans ces foutues enquètes ? pauvre Belgique....
Revenir en haut Aller en bas
romeo



Nombre de messages : 170
Localisation : BXL
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Nivelles, 17 septembre 1983   Mer 11 Oct 2017 - 15:53

Cusmenne Claude a écrit:
Juste une petite question...je n'en peux plus là, d'où sortir de ma réserve me parait indispensable.....et donc le débât est le suivant, agression aux 3 canards, avec meurtre....,neutralisation des véhicules, vol de la Golf..., cela ce sont des faits, connus..! Mais alors là, que ce genre d'individus, tentent et avec succès semble t'il (selon certains intervenants) de passer ce véhicule au contrôle technique...là je m'étouffe presque..., et doit t'on s'étonner que rien n'a abouti dans ces foutues enquètes ? pauvre Belgique....

Tout à fait d'accord avec vous....
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 3177
Age : 59
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: Nivelles, 17 septembre 1983   Mer 11 Oct 2017 - 17:19

Claude et Roméo,
je respecte totalement votre point de vue. Vous estimez donc que la voie proposée n'est absolument pas pertinente.
J'ai simplement pour ma part évoquée une possibilité. La faculté de mettre en avant une nouvelle possibilité est légitimée par le silence pesant qui entoure cette tragique affaire depuis plus de 30 ans. Et c'est le début de ma focalisation sur une hypothèse qui peut vous paraître fantasmagorique.
Je pense qu'effectivement, il est assez probable que l'aubergiste des trois canards et fait l'objet d'un tir ciblé. La soustraction de l'un de ses véhicules (en réalité celui de sa fille) peut apparaître comme un mobile commode, crapuleux de l'extérieur et évitant dans la mesure du possible de se poser trop de questions sur le mobile exact de l'assassinat de Monsieur Van Camp. Donc, le véhicule Golf est volé pour les besoins de la cause, comme suggéré ci-dessus.
Comme le vol de ce véhicule n'est qu'un simple alibi, encore faut-il s'en débarrasser et le cas échéant faire porter le chapeau ultérieurement à des délinquants sans lien avec l'épisode du meurtre des trois canards.
Le véhicule en question est donc de laissé avec les clés dans un endroit propice, où traînent toute une série d'individus dont le palmarès a priori se résume à une délinquance basique.
C'est là que je parle d'effet d'aubaine.
Voici ce véhicule récupéré. Dans l'esprit du récupérateur, pas question de le laisser tel quel. Donc on le repeint soi-même ou on le fait repeindre par un garagiste complaisant. On fait en sorte qu'en cas de problème, il n'y ait pas de lien avec un vol. D'où le traficotage du numéro de châssis etc. Muni d'une fausse carte grise, nous voici en présence d'un véhicule propre.
Il est tellement propre qu'ils se baladent un peu partout et même jusqu'à Namur. On le voit de-ci delà, comme par exemple non loin de l'abbaye d'aulne. Tout cela se fait en parfaite quiétude.
Arrive bien évidemment l'épisode tragique d'Anderlues.
Le braquage d'une modeste bijouterie qui normalement aurait dû se passer de manière assez placide. Or, il en sera tout autrement. Le bijoutier est armé. Il y a des échanges de coups de feu. On notera au passage que sur les deux individus recensés, au moins un était loin d'être un va-t-en-guerre. Il est visiblement dépassé par les événements.
Or, rappelez-vous que dans la logique qui prédomine, nous avons des professionnels d'une particulière froideur, déterminés, des professionnels en quelque sorte.
Or, là encore, nous savons qu'il y a au moins l'un des délinquants qui ne correspond absolument pas au type de personnage communément décrit dans le processus criminel peut-être abusivement appelé de A à Z « les tueries du Brabant wallon.
Le choix des bijoux subtilisés ouvre la porte à toutes les supputations. Nous avons tous lus la rubrique. Ma question est simple : « tout ce qui brille n'est pas or". Une méconnaissance totale de la valeur des produits volés relève possiblement d'une totale méconnaissance de la valeur en question. Et à ce stade, nous pouvons nous poser également la question : « n'avions-nous pas affaire à de petits loubards » car les bandits traditionnels auraient certainement choisi une proie d'autre dimension. Faire brûler ensuite en forêt le véhicule n'a en l'occurrence aucune signification particulière.
Je ne cherche pas vous convaincre. J'émets une hypothèse. De manière globale, cette hypothèse consiste à fractionner les éléments de la première vague.
Tirer des plans sur la comète ? Peut-être.
Cette hypothèse permettrait de résoudre l'énigme du constat d'une véritable Omerta car avouer le vol d'une Golf et plus tard, un échange de tirs meurtriers dans le cadre d'un vol banal, cela ne revient pas à endosser ce que j'ai appelé tout à l'heure une globalité et par voie de conséquence un phénomène criminel indicible, protéiforme.
J'espère avoir été plus clair.
Je vous remercie de votre aimable attention.
Très cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Henry

avatar

Nombre de messages : 2208
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: Nivelles, 17 septembre 1983   Mer 11 Oct 2017 - 18:49

CS1958 a écrit:

Cette hypothèse permettrait de résoudre l'énigme du constat d'une véritable Omerta car avouer le vol d'une Golf et plus tard, un échange de tirs meurtriers dans le cadre d'un vol banal, cela ne revient pas à endosser ce que j'ai appelé tout à l'heure une globalité et par voie de conséquence un phénomène criminel indicible, protéiforme.


Cette hypothèse est celle d'un honnête homme habitué à une rigueur logique, imparable et suivant les règles écrites d'une société bien établie.
Ce ne sont pas les règles d'un homme vivant en marge et ayant certainement déjà eu affaire à la justice.

Imaginons le scénario suivant, j'insiste, c'est bien un scénario.

J' "emprunte" une voiture avec un autocollant Y Love Australia et je m'amuse un peu en allant braconner, vendre un peu de came et même visiter quelques maisons temporairement inoccupées, je ne risque pas grand chose car même si je suis pris et que la voiture soit confisquée, je m'en fous, elle n'est pas à moi.
Je remets la voiture à quelques amis qui vont aller la vendre pour pièces et je ne m'en soucie plus.
Et puis, un jour, j'apprends que cette voiture a servi à un crime et que ce crime est mélangé à la plus grande affaire criminelle de la Belgique contemporaine, je n'ai donc pas intérêt à en parler car je serais accusé de 28 meurtres.
Je n'ose imaginer ce qui se passerait si j'en parlais car il est évident que la presse s'en emparerait et que je ferais les gros titres pendant des mois, que la police enquêtera sur moi et mes allées et venues des années 80, ce dont je ne me souviendrais évidemment pas et que vu que le délai de prescription est reporté de dix ans (une belle connerie en parenthèse), j'ai toutes les chances de me retrouver derrière les barreaux sans compter que pour la vox populi et wikipédia, je serai un tueur du Brabant alors que je n'étais qu'un vulgaire voleur de poules.

Voilà CS, ce que pense un simple quidam d'éventuels aveux d'une personne impliquée au plus petit niveau de ces tueries.
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 3177
Age : 59
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: Nivelles, 17 septembre 1983   Mer 11 Oct 2017 - 20:05

Cher Henry,
vous présentez une déclinaison de ce que je considère comme une thèse alternative. Faute de mieux dans océan de chaos. Je vois une satisfaction, c'est l'impression que le scénario n'est pas complètement idiot. Cela étend dit, Henry, ne pensez-vous pas que nous pourrions aller plus loin dans le raisonnement ? Ce qui me frappe d'emblée, c'est d'une part l'épisode de Mons et d'autre part ni de l'épisode de l'auberge de Beersel. Je ne sais pas si vous me suivrez sur cette piste un peu hétérodoxe, c'est le moins qu'on puisse dire. Autant je trouve une cohérence en ce qui concerne la seconde vague, autant, en ce qui concerne la première vague, je suis vraiment dubitatif. J'y voyais une crapulerie protéiforme. Au-delà et je sais que je m'avance énormément, je ferai l'objet de critiques acerbes. Je remets en cause de manière très inconfortable je le conçois deux éléments objectifs, d'une part les véhicules (mais en la matière, je suis assez confortable dans mon raisonnement au nom de quelque chose peut-être d'anodin mais qui constitue le mode opératoire du vol, des vols, avec toujours les clés sur le contact) et d'autre part les armes. Et la, très franchement, je pourrais me sentir extrêmement mal à l'aise. À tort ou à raison. Je vais essayer d'être très pragmatique et en même temps exempt de toute tentation réductrice. Je sais d'avance ce que l'on va me dire. On va me sortir la théorie de l'arme chaude. Je le comprends parfaitement. Tout cela obéit à une certaine logique. Pour autant, la logique en question se situe dans un contexte bien particulier qu'est celui d'une certaine forme de banditisme. Or, n'aurions nous pas la capacité de raisonner d'une autre manière, dans un contexte d'ineffable amateurisme ? Je pense sincèrement que le banditisme ne se résume pas à un phénomène réfléchi, quelque chose de conceptualisé,, soigneusement préparé. Le banditisme à mon sens peut parfaitement être hors normes selon les normes que nous connaissons. Phénomène de bandes. Capacité à faire abstraction des éléments les plus élémentaires que constitue d'une part les armes et d'autre part les véhicules. Tout cela nous interpelle.
Très cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Chronos



Nombre de messages : 748
Date d'inscription : 08/05/2013

MessageSujet: Re: Nivelles, 17 septembre 1983   Mer 11 Oct 2017 - 23:54

 Pour info !

Citation :
Communiqué de Presse du 30 octobre 2002

Dans le cadre du dossier 26/90 de Messieurs les Juges d’Instruction LACROIX et RAYNAL, affaire dite « TUEURS DU BRABANT-WALLON » un avis de recherches est diffusé aux fins d’identifier la personne pouvant correspondre au portrait-robot ci-joint. 

Cette physionomie a été établie suite à un témoignage fiable d’une personne ayant eu en octobre 83 une altercation avec l’individu décrit. Ce dernier conduisait un véhicule de type GOLF de couleur noire, repeinte selon le témoin carrossier de profession, dont la banquette arrière avait été enlevée et où était installé une personne de grande taille semblant être blessée à une jambe. Cet incident s’est déroulé à LANDELIES à proximité de l’abbaye d’Aulne soit à 5 km du bois de Hourpes dont question ci-après.

Le témoin est formel pour dire avoir revu le même individu (voir portrait-robot) et ce au Contrôle Technique de LOBBES un ou deux mois plus tard. Le suspect présentait un véhicule de marque ignorée sur lequel étaient apposées des « plaques marchands »  d’usage à l’époque. Or,  le titulaire de cette marque d’immatriculation devait être domicilié dans une zone bien précise et représentée sur la carte ci-jointe.
 
La personne décrite semblait âgée, en octobre 83, d’environ 30 à 35 ans,  de taille moyenne (1.80 m),  d’allure et de mise sportive.

Force est de constater que le portrait-robot diffusé  présente des similitudes avec deux autres déjà établis et diffusés lors des campagnes d’affichage. Ces portraits-robots avaient trait à des faits commis également en 82 et 83.

Il apparaît de l’étude du dossier qu’à cette époque la même zone géographique décrite ci - avant semblait être celle de repli des auteurs et que d’ailleurs les faits de MAUBEUGE ( le 14.08.82 )  et ceux d ’ANDERLUES ( le 01.12.83 )  ne sont distants que de 25 Km.

Pour bien saisir l’importance de cette zone et du portrait-robot diffusé, il est nécessaire de rappeler que :

1° les auteurs ont dérobés un véhicule SANTANA à LEMBEEK Chaussée de Mons ( le 11.05.82 ) , avec lequel ils ont commis un vol à l’épicerie PIOT à MAUBEUGE le 14.08.82, et où ils ont tirés, au moyen d’une arme 7.65 sur les policiers pour couvrir leur fuite. C’est avec la même arme et le même véhicule qu’ils commettent l’agression à l’armurerie DEKAISE à WAVRE le 30.09.82. Le véhicule a été abandonné à UCCLE suite aux dégâts occasionnés lors de la fusillade d ’ HOEILAART.

2° Le 14.02.83 les auteurs volent par car- jacking un véhicule GOLF à PLANCENOIT.  Au moyen dudit véhicule ils commettent un hold-up au Colruyt de HAL le 03.03.83 où ils tuent le gérant. Le véhicule Golf ne sera découvert que le 07.06.83 partiellement démonté dans le Bois de Hourpes à LOBBES.

3° Le 02.10.83 les auteurs abattent J.VAN CAMP au restaurant « les Trois Canards » à OHAIN , avec les armes 7.65 volées aux gendarmes lors du vol au Colruyt de Nivelles le 17.09.83, et dérobent la GOLF GTI rouge de sa fille Catherine.

4° Le 07.10 83 au Delhaize de BEERSEL, avec ce véhicule repeint en noir , les auteurs commettent un hold-up et tuent le gérant avec un fusil Riot - Gun qui sera encore utilisé ultérieurement lors des faits de 1985.

5° Le 01.12.83 toujours avec le même véhicule et en utilisant les mêmes armes , les auteurs abattent le couple de bijoutiers SZYMUSIK à ANDERLUES. Le véhicule est découvert incendié, 15 minutes plus tard, dans le bois d’Hourpes à 300 mètres de l’endroit où avait été découvert l’autre véhicule GOLF. 

Tous les lieux cités sont situés sur la carte ci-jointe. 

Notre appel à témoin, hormis l’identification de la personne représentée sur le portrait-robot,  concerne également :

toutes informations sur les agissements au Bois d’Hourpes à LOBBES, le véhicule GOLF noir ayant circulé dans cette région, ainsi que sur une personne de grande taille blessée à une jambe à cette époque …

De plus, il appert que la GOLF VAN CAMP déjà repeinte en noir mais portant toujours sur le hayon arrière un autocollant "I LOVE AUSTRALIA"  se trouvait à NAMUR dans le parking RENAULT Rue de Fer le jeudi 06.10.83 dans l’après-midi, mais également Rue de l’étoile et Avenue Materne à JAMBES respectivement les vendredi 7 et samedi 8 octobre 83. Tous renseignements concernant cette présence à NAMUR sont recherchés.

En dernier lieu, lors des faits au DELHAIZE de BEERSEL le vendredi 07.10.83, les auteurs auraient abandonné la banquette arrière du véhicule GOLF et ce sur le parking dudit magasin,  or ce siège ne sera découvert par la Police que le lundi 10.10.83 sur indication d’un témoin.  A proximité se trouvait une sortie pour  piétons,  nous aimerions obtenir toutes informations concernant la présence de ce siège durant le week-end du 8 et 9 -10.83

Cellule Brabant Wallon – Tél : - 071/258.303 - Fax 071.375.091 E-mail cbw@killersbrabant.be
Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 1886
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Nivelles, 17 septembre 1983   Jeu 12 Oct 2017 - 12:09

Le véhicule avec lequel le suspect s'était présenté au CT de Lobbes n'était donc pas la Golf.

Dont acte.

Reste les plaques marchandes relevant (en principe) du district couvert par le CT de Lobbes concernant les "marchands". Ont-elles pu être identifiées ? Quelle est l'étendue du district dépendant de Lobbes pour le passage en C.T (à défaut de la "carte ci-jointe") ?
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 3177
Age : 59
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: Nivelles, 17 septembre 1983   Jeu 12 Oct 2017 - 14:32


Je me lance dans le difficile exercice qui consiste à relever peut-être un certain nombre de choses qui ne sont pas parfaitement claires mais j'ai bien conscience qu'à partir du moment où il s'agit d'un communiqué de deux juges d'instruction, l'exercice est difficile n'est-ce pas ?

"Cette physionomie a été établie suite à un témoignage fiable d’une personne ayant eu en octobre 83 une altercation avec l’individu décrit. Ce dernier conduisait un véhicule de type GOLF de couleur noire, repeinte selon le témoin carrossier de profession, dont la banquette arrière avait été enlevée et où était installé une personne de grande taille semblant être blessée à une jambe. Cet incident s’est déroulé à LANDELIES à proximité de l’abbaye d’Aulne soit à 5 km du bois de Hourpes dont question ci-après".

Ohain, 2 octobre 1983 . Puis nous nous trouvons un ou deux mois plus tard :
: :
"Le témoin est formel pour dire avoir revu le même individu (voir portrait-robot) et ce au Contrôle Technique de LOBBES un ou deux mois plus tard"

"Le suspect présentait un véhicule de marque ignorée sur lequel étaient apposées des « plaques marchands » d’usage à l’époque. Or, le titulaire de cette marque d’immatriculation devait être domicilié dans une zone bien précise et représentée sur la carte ci-jointe"..

De marque ignorée ? Cela exclut a priori la Golf. Sinon, il aurait été fait expressément référence à la marque de ce véhicule. Il s'agit donc d'un individu pour lequel a été établi un portrait-robot et qui pour une raison X ou Y fait passer au contrôle technique ce qui apparaît donc comme un autre comme un autre véhicule.

La personne décrite semblait âgée, en octobre 83, d’environ 30 à 35 ans, de taille moyenne (1.80 m), d’allure et de mise sportive.

"Force est de constater que le portrait-robot diffusé présente des similitudes avec deux autres déjà établis et diffusés lors des campagnes d’affichage. Ces portraits-robots avaient trait à des faits commis également en 82 et 83".

Oui, mais seulement voilà, dans cette affaire, si l'on s'intéresse au portraits-robots, on se retrouve avec une multitude de portraits-robots. Or, pour les neufs dixièmes, et même pour les plus symboliques, on n'en retient que 1 % pour schématiser. Et le portrait-robot dont il est question est tout à fait atypique. Il ne ressemble nullement aux autres.

"Il apparaît de l’étude du dossier qu’à cette époque la même zone géographique décrite ci - avant semblait être celle de repli des auteurs et que d’ailleurs les faits de MAUBEUGE ( le 14.08.82 ) et ceux d ’ANDERLUES ( le 01.12.83 ) ne sont distants que de 25 Km".

Là il n'apparaît qu'il y a quand même un abus de langage. À cinq ou 10 km près, en France, avec ce raisonnement, vous vous retrouvez de prime abord à Lille puis, à Douai. 25 km c'est tout et en même temps ce n'est strictement rien.

"1° les auteurs ont dérobés un véhicule SANTANA à LEMBEEK Chaussée de Mons ( le 11.05.82 ) , avec lequel ils ont commis un vol à l’épicerie PIOT à MAUBEUGE le 14.08.82, et où ils ont tirés, au moyen d’une arme 7.65 sur les policiers pour couvrir leur fuite. C’est avec la même arme et le même véhicule qu’ils commettent l’agression à l’armurerie DEKAISE à WAVRE le 30.09.82. Le véhicule a été abandonné à UCCLE suite aux dégâts occasionnés lors de la fusillade d ’ HOEILAART".

Nous sommes bien en amont de la logique Ohain-Anderlues et de toute façon, le véhicule n'est pas le même par définition. Donc nous sommes en dehors de notre logique.

"2° Le 14.02.83 les auteurs volent par car- jacking un véhicule GOLF à PLANCENOIT. Au moyen dudit véhicule ils commettent un hold-up au Colruyt de HAL le 03.03.83 où ils tuent le gérant. Le véhicule Golf ne sera découvert que le 07.06.83 partiellement démonté dans le Bois de Hourpes à LOBBES."

Oui, cette fois ci, il s'agit bien d'une Golf qui à l'époque, dans un contexte de délinquance, utilisait une Golf sans que cela puisse être logiquement mis en relation avec les trois canards ? S'agit-il de la même Golf ? On connaît l'épisode du bois de la Houssière. Il faut un certain temps pour établir qu'en définitive, le dit véhicule n'était pas celui qui avait été utilisé à Alost

"° Le 02.10.83 les auteurs abattent J.VAN CAMP au restaurant « les Trois Canards » à OHAIN , avec les armes 7.65 volées aux gendarmes lors du vol au Colruyt de Nivelles le 17.09.83, et dérobent la GOLF GTI rouge de sa fille Catherine".

Reste à déterminer ici dans quelles conditions scientifiques le lien de cause à effet entre les armes a été établi.
Reste ensuite à déterminer si le véhicule en question, qui normalement devait être une Porsche, sera de la partie ultérieurement.

"4° Le 07.10 83 au Delhaize de BEERSEL, avec ce véhicule repeint en noir , les auteurs commettent un hold-up et tuent le gérant avec un fusil Riot - Gun qui sera encore utilisé ultérieurement lors des faits de 1985".


De quelle Golf s'agit-il ? Y a une référence explicite à l'autocollant « I love Australia » ?

5° Le 01.12.83 toujours avec le même véhicule et en utilisant les mêmes armes , les auteurs abattent le couple de bijoutiers SZYMUSIK à ANDERLUES. Le véhicule est découvert incendié, 15 minutes plus tard, dans le bois d’Hourpes à 300 mètres de l’endroit où avait été découvert l’autre véhicule GOLF.


toutes informations sur les agissements au Bois d’Hourpes à LOBBES, le véhicule GOLF noir ayant circulé dans cette région, ainsi que sur une personne de grande taille blessée à une jambe à cette époque …

De plus, il appert que la GOLF VAN CAMP déjà repeinte en noir mais portant toujours sur le hayon arrière un autocollant "I LOVE AUSTRALIA" se trouvait à NAMUR dans le parking RENAULT Rue de Fer le jeudi 06.10.83 dans l’après-midi, mais également Rue de l’étoile et Avenue Materne à JAMBES respectivement les vendredi 7 et samedi 8 octobre 83. Tous renseignements concernant cette présence à NAMUR sont recherchés.

Quels dangers potentiels d'être identifié !

En dernier lieu, lors des faits au DELHAIZE de BEERSEL le vendredi 07.10.83, les auteurs auraient abandonné la banquette arrière du véhicule GOLF et ce sur le parking dudit magasin, or ce siège ne sera découvert par la Police que le lundi 10.10.83 sur indication d’un témoin. A proximité se trouvait une sortie pour piétons, nous aimerions obtenir toutes informations concernant la présence de ce siège durant le week-end du 8 et 9 -10.83


Parlons-nous de la Golf Van Camp ?

Et même si cela était le cas...

Très cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
guy mayeu



Nombre de messages : 932
Date d'inscription : 30/08/2016

MessageSujet: Re: Nivelles, 17 septembre 1983   Jeu 12 Oct 2017 - 15:23


CS,

tu as écris :

''Quels dangers potentiels d'être identifié !''

Je trouve aussi, surtout qu'avant cette Golf '' i love Australia '' ils sont plutôt discret avec leurs véhicules, et après aussi.
Mais être repérés à l'opposée de leur origine Ixelloise n'est-elle pas plutôt rassurante?
L'enquête est alors délocalisée de l'autre coté de leur terrain de chasse.
Cette réaction ne fait-elle pas suite à un besoin?

Cordialement CS
Revenir en haut Aller en bas
katleen

avatar

Nombre de messages : 98
Age : 38
Localisation : gilly
Date d'inscription : 08/08/2017

MessageSujet: Re: Nivelles, 17 septembre 1983   Jeu 12 Oct 2017 - 15:55

C'est dommage que la personne qui était au contrôle technique n'ait pas relevé le numéro de la plaque garage. Mais n'ont -ils pas d'archive au CT? Ca pourrait permettre peut-être de remonter jusqu'au garage qui présentait cette voiture.

Bonne fin de journée
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7564
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Nivelles, 17 septembre 1983   Jeu 12 Oct 2017 - 19:59

Les archives sont détruites tous les 10 ans.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 3177
Age : 59
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: Nivelles, 17 septembre 1983   Mar 24 Oct 2017 - 18:34

Par rapport au site CBW, à la rubrique : «Pièces à conviction":

"Differents magazine retrouvés dans le Bois de La Houssière ».

Je note au sujet de l’un des magazines, sur Internet :


« L'AMATEUR D'ARMES n° 30 - DAN WESSON - KAKASHNIKOV - UZI ...
www.ebay.fr › Livres, BD, revues › Revues › Autres
1. En cache
L'Amateur d'Armes n°30- 1983 : Dan Wesson Carabine Browning ... Remboursement si vous n'avez pas reçu ce que vous aviez commandé en cas de paiement «....etc

En couverture, on constate qu’il était question de l’utilisation par les forces de l’ordre (belges?) de l’utilisation des pistolets-mitrailleurs UZI.

Et par ailleurs, pour Nivelles, l’un des tueurs, au sujet des gendarmes dit : « les salauds, ils ont des UZI ».

Je ne sais pas très bien ce qu’il faut en déduire. scratch

Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
deach



Nombre de messages : 368
Date d'inscription : 29/12/2007

MessageSujet: Re: Nivelles, 17 septembre 1983   Mar 24 Oct 2017 - 18:49

Je ne pense pas qu'il ai dit " les salauds ..... " mais plutôt dans le style " le pourri, il a un Uzi"
Du reste, je ne suis pas sur du tout que le Uzi a été retrouvé ?
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 3177
Age : 59
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: Nivelles, 17 septembre 1983   Mar 24 Oct 2017 - 19:00

deach a écrit:
Je ne pense pas qu'il ai dit " les salauds ..... " mais plutôt dans le style " le pourri, il a un Uzi"
Du reste, je ne suis pas sur du tout que le Uzi a été retrouvé ?


Sur le fond, je ne pense pas que cela change grand chose; soit la phrase exacte prononcée.
J'imagine que cette affirmation ne peut venir que du témoignage du collègue miraculé......
Revenir en haut Aller en bas
deach



Nombre de messages : 368
Date d'inscription : 29/12/2007

MessageSujet: Re: Nivelles, 17 septembre 1983   Mar 24 Oct 2017 - 19:09

Oui il me semble que Lacroix a entendu cette phrase en faisant "le mort"
Revenir en haut Aller en bas
Hoho



Nombre de messages : 895
Date d'inscription : 17/10/2010

MessageSujet: Re: Nivelles, 17 septembre 1983   Mar 24 Oct 2017 - 20:41

Peut-être de l'envie ou de la jalousie
Revenir en haut Aller en bas
Frédéric



Nombre de messages : 790
Age : 42
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 12/05/2012

MessageSujet: Re: Nivelles, 17 septembre 1983   Mar 24 Oct 2017 - 20:43

Je crois : "ils avaient des Uzis". Traduction : ils étaient correctement armés et auraient pu nous faire mal.
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7564
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Nivelles, 17 septembre 1983   Mar 24 Oct 2017 - 20:47

Le uzi a été abandonné dans la saab car ils ne savaient même pas comment se procurer des munitions.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nivelles, 17 septembre 1983   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nivelles, 17 septembre 1983
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 36 sur 41Aller à la page : Précédent  1 ... 19 ... 35, 36, 37 ... 41  Suivant
 Sujets similaires
-
» Bientôt, le 9ème anniversaire des "attentats " du 11 septembre...
» en ce 19 septembre, nous fetons Notre-Dame de La Salette
» Du 31 août au 8 septembre Neuvaine de la Nativité de Marie
» Neuvaine du 6 au 14 septembre
» Horaire examens septembre 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Les faits :: Nivelles, 17 septembre 1983-
Sauter vers: