les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Anderlues, 1 décembre 1983

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 24, 25, 26  Suivant
AuteurMessage
C.P.



Nombre de messages : 644
Age : 61
Localisation : Hainaut
Date d'inscription : 05/01/2018

MessageSujet: Re: Anderlues, 1 décembre 1983   Sam 22 Déc 2018 - 11:25

@Glen
La digression de K n'est pas si inintéressante que çà.
Il faut bien se rendre compte que la Golf incendiée dans le bois de Hourpes indique un lien géographique (je souligne deux fois géographique en rouge) avec les "bras cassés" du WNP.
Il faut se rappeler que certains membres du WNP sont très familiers du coin. Lammers pour ne pas le nommer, a été sorteur dans un dancing d'Anderlues, mais aussi dans d'autres de la région (dont le "Titos" ) que j'ai évoqué plus haut. Il était en prison le 1er décembre 83, soit.
Autre "proximité" dans le mode opératoire à ne pas perdre de vue: Barbier a exécuté de deux balles de 7,65 derrière (je souligne trois fois en ROUGE) la tête le couple Vandermeulen/Arcoulin.
Ajouez à cela la manière dont Barbier s'est débarrassé du 7,65, j'y remarque d'étranges similitudes avec les morceaux de 7,65 repêchés à Ronquieres.
De là à dire que Anderlues est un coup du WNP, il y a un pas que je n'ai pas (encore) franchi.
Revenir en haut Aller en bas
C.P.



Nombre de messages : 644
Age : 61
Localisation : Hainaut
Date d'inscription : 05/01/2018

MessageSujet: Re: Anderlues, 1 décembre 1983   Sam 22 Déc 2018 - 11:55


pour étayer ma thèse, extraits de R. Haqui, "Des Taupes dans l'Extrême-Droite" :



Revenir en haut Aller en bas
guy mayeu



Nombre de messages : 1459
Date d'inscription : 30/08/2016

MessageSujet: Re: Anderlues, 1 décembre 1983   Sam 22 Déc 2018 - 12:51

Bonjour,

il y a beaucoup de passage dans un bois. . .Dans une ville.
Je ne comprends pas comment on aurait pu reconnaitre la banquette de la Golf Van Lindt dans
une passat si celle ci est incendiée ?

Le 06 Décembre, ST Nicolas à aussi du faire une halte par Anderlues, je ne pense pas qu'il soit un tdb , même si il ressemble plus au P.R 19 que C. Bonkofsky.

Pour continuer en ce sens, ce serait intéressant de publier cette article avec la passat et le siège golf?
Sinon, il y a un fil '' barbier ''et une question intéressante de Pierre.


Cordialement,
_________________________________________________________________________________

Qui a donné l'ordre de laisser Alost sans défense ce jour là ?
Revenir en haut Aller en bas
Human



Nombre de messages : 240
Date d'inscription : 21/11/2015

MessageSujet: Re: Anderlues, 1 décembre 1983   Lun 24 Déc 2018 - 9:18

Bonjour,
D'après bvn l'attaque à Anderlues se situe dans un plan visant à opérer un chantage sur des grands magasins.
cette hypothèse serait développée dans "Insane Killers..."

De eerste golf feiten diende om hun warenhuis afpersingsproject te voorzien van geld en attributen die men nodig had
- Ze hadden veel geld nodig voor De vele garageboxen en huur van hun huis waar ze aan het graven waren
- Nijvel = grote metalen vaten om er brandbommen  van te maken, die je kan verbergen in een warenhuis
- Anderlue = speciaal zaak in klokken = timer om aansteker van de brandbommen te maken
Het doel was altijd de Borains er voor te laten opdraaien.

Anderlues = spécialisé en horlogerie -> vol de timer pour le déclenchement de bombes incendiaires placées dans des grands magasins dans le but d'opérer un chantage.

Qu'en pensez-vous? est-ce réaliste au vu de ce qui a été volé?
Revenir en haut Aller en bas
C.P.



Nombre de messages : 644
Age : 61
Localisation : Hainaut
Date d'inscription : 05/01/2018

MessageSujet: Re: Anderlues, 1 décembre 1983   Lun 24 Déc 2018 - 10:14

@ Human
Bien qu'il soit toujours possible de bricoler quelque chose avec des réveils mécaniques, cela ne me semble pas réaliste. Un tel massacre pour ça ? Bof...
Roulio a une théorie plus intéressante, j'espère qu'il aura bientôt assez d'éléments pour la développer.
Bien à vous,
Revenir en haut Aller en bas
Human



Nombre de messages : 240
Date d'inscription : 21/11/2015

MessageSujet: Re: Anderlues, 1 décembre 1983   Lun 24 Déc 2018 - 10:50

Effectivement, difficile à gober tel quel mais je n'ai pas lu le livre.
existe-t-il un inventaire de ce qui a été dérobé?
Revenir en haut Aller en bas
Manicon



Nombre de messages : 260
Date d'inscription : 02/05/2018

MessageSujet: Re: Anderlues, 1 décembre 1983   Lun 24 Déc 2018 - 11:33

Des "biesses" timers se trouvent aisément dans des grands magasins style Brico, Hubo,...
Revenir en haut Aller en bas
Jean-MARC D



Nombre de messages : 60
Date d'inscription : 12/01/2017

MessageSujet: Re: Anderlues, 1 décembre 1983   Lun 24 Déc 2018 - 18:06

Human a écrit:
Effectivement, difficile à gober tel quel mais je n'ai pas lu le livre.
existe-t-il un inventaire de ce qui a été dérobé?

Bonjour,

Je vous conseille de le lire car l'auteur développe une théorie globale qui ne manque pas d'interet.
Il peut certainement se tromper dans l'évaluation de certains actes particuliers mais je crois que comme il se montre assez précis dans son identification des auteurs la réfutation éventuelle de ce qu'il avance doit se faire par rapport à cette identification et non sur des "détails" qui peuvent avoir mal interprétés.

cdt

JMD

Revenir en haut Aller en bas
Chronos



Nombre de messages : 901
Date d'inscription : 08/05/2013

MessageSujet: Re: Anderlues, 1 décembre 1983   Dim 6 Jan 2019 - 0:20

C.P. a écrit:
@Chronos
Pourquoi attirez-vous notre attention sur ce chemin en particulier ?
Il y'a pas mal d'endroits où le 2e véhicule aurait pu être parqué le long de la rue de Hourpes à proximité de l'endroit où ils ont brûlé la voiture, y compris à quelques centaines de mètres à travers bois, côté Avigroup.

Si les tueurs ont utilisé un véhicule relais pour prendre la fuite, celui a dû être placé à proximité immédiate du lieu d’abandon de la Golf, afin de perdre un minimum de temps sur place. Cet endroit me semble dès lors à priori le plus adéquat.
Revenir en haut Aller en bas
Chronos



Nombre de messages : 901
Date d'inscription : 08/05/2013

MessageSujet: Re: Anderlues, 1 décembre 1983   Dim 6 Jan 2019 - 0:55

glen a écrit:
Chronos a écrit:
Je suis maintenant plutôt d'avis que les tueurs avaient stationné un autre véhicule dans les bois et qu'ils ont pris la fuite à son bord vers Landelies via le chemin de halage longeant la Sambre. Et qu'aucun des tueurs n'habitait finalement, et contrairement aux apparences, la région.
Alors que plein d'indices nous ramène, pour un des auteurs, vers Ixelles (et je vous suis sur ce point), nous avons ici 5 faits bien précis dans un périmètre restreint.
2x une voiture brûlée dans le bois d'Hourpes.
L'altercation avec le pêcheur a Landelies.
Le témoignage au contrôle technique de Lobbes.
L'attaque de la bijouterie à Anderlues.
Sans parler de l'obligation de très bien connaître la région pour disparaître dans la nature par de petites routes forestières.
Bizarre que dans le cas présent, contrairement à Ixelles, vous ne croyiez pas qu'un des auteurs puisse habiter la région.
Cela ne collerait pas avec votre "théorie du français" ?

La localisation de la cache à Ixelles se base sur un nombre considérable d’éléments, ce qui fait qu’en termes de probabilité, la marge d’erreur est très faible.

Pour Lobbes, les éléments sont pour le moins ténus et rien ne permet de penser que cette région aurait pu être une zone de confort de la bande.

L’élément le plus probant reste l’abandon dans le bois d’Hourpes, juste après le vol de la Saab à Braine l’Alleud, de la Golf volée à Plancenoit. Il est évident que l’un des membres de la bande ne s’est pas amusé à amener ce véhicule jusque dans ce bois pour ensuite retourner à Bruxelles. Mais il aurait très bien pu l’abandonner quelque part sur le chemin le menant vers son domicile. Cette information n’est donc pas déterminante.

Concernant l’altercation à Landelies, elle ne démontre rien. Car s’il est possible d’envisager qu’un ou plusieurs tueurs ne possédaient pas de véhicule en 1982, après la série de hold-up dans les supermarchés début 1983, l’homme étant ce qu’il est, il est difficile d’imaginer que cela fut encore le cas fin 83.

Aussi, si les deux tueurs faisaient simplement du tourisme à Landelies, ils ne se seraient pas retrouvés à bord d’un véhicule recherché activement par toutes les polices du royaume mais logiquement à bord d'un de leur propre véhicule !

Ce petit détail laisse donc à penser qu’ils étaient là en reconnaissance et que cette route est celle qu’ils ont vraisemblablement empruntée après avoir bouter le feu à la Golf.

Quant au fait que le témoin aurait revu au contrôle technique de Lobbes l’individu avec qui il a eu l’altercation, je doute que cela soit cette même personne mais simplement quelqu’un qui lui ressemblait vaguement. Lors de l’altercation, le témoin se trouvait debout à droite du véhicule alors que son interlocuteur était lui assis au volant de celui-ci. Il n’a donc pas pu voir son visage dans de bonnes conditions. Le portrait-robot de cet individu dressé à partir de son témoignage ne ressemble d’ailleurs pas à celui du tueur de la bande.

Par ailleurs, le hold-up d’Anderlues est le seul commis dans la région et de plus, de toutes les attaques perpétrées par la bande, c’est la seule où les tueurs semblent avoir eu recours à un véhicule relais (ce qui laisse supposer qu’ils ne disposaient pas de cache dans les environs). Le fait que les tueurs aient agi sans masque laisse également à penser que le risque que l’un d’entre eux puisse être reconnu devait être nul.

Dès lors, si aucun des tueurs n’habitait de ce côté-là, comment se fait-il qu’ils aient eu l’idée d’attaquer un commerce dans cette région ?

Tout à bord je rejoins Roulio quant au fait que cette attaque fût suggérée par Tueur. Mais si celui-ci résidait à Paris, comment pouvait-il connaître le bois d’Hourpes et le chemin de halage longeant la Sambre ?

La réponse pourrait être en réalité toute simple. Pour vous rendre de Paris à Bruxelles en train, en 82 / 83, vous aviez 2 possibilités :

- soit via le direct Paris-Bruxelles, ce train passant entre autres par Maubeuge, Mons, Braine-le-Comte, et Halle.

- soit via l'IC Paris-Düsseldorf, en s'arrêtant en gare de Charleroi ou de Namur pour y prendre une correspondance vers Bruxelles (correspondance qui passe notamment par Nivelles et Braine-l’Alleud).

Ce train Inter-City passait la frontière franco-belge au niveau des villes de Jeumont et Erquelinnes, transitait par Lobbes et Thuin avant de traverser le bois d’Hourpes et de longer par moment le canal de la Sambre.

Il est donc possible que cet individu lors d'un des ses trajets en train a dû se dire que ce bois pouvait être un lieu idéal pour y abandonner un véhicule et que ce chemin, pour le moins discret, le long du canal pouvait constituer un excellent itinéraire de fuite en cas de hold-up dans la région.
Revenir en haut Aller en bas
Etienne



Nombre de messages : 1319
Date d'inscription : 26/11/2015

MessageSujet: Re: Anderlues, 1 décembre 1983   Dim 6 Jan 2019 - 2:55

Revenir en haut Aller en bas
glen



Nombre de messages : 155
Date d'inscription : 11/12/2008

MessageSujet: Re: Anderlues, 1 décembre 1983   Dim 6 Jan 2019 - 4:03

Chronos a écrit:
glen a écrit:
Chronos a écrit:
Je suis maintenant plutôt d'avis que les tueurs avaient stationné un autre véhicule dans les bois et qu'ils ont pris la fuite à son bord vers Landelies via le chemin de halage longeant la Sambre. Et qu'aucun des tueurs n'habitait finalement, et contrairement aux apparences, la région.
Alors que plein d'indices nous ramène, pour un des auteurs, vers Ixelles (et je vous suis sur ce point), nous avons ici 5 faits bien précis dans un périmètre restreint.
2x une voiture brûlée dans le bois d'Hourpes.
L'altercation avec le pêcheur a Landelies.
Le témoignage au contrôle technique de Lobbes.
L'attaque de la bijouterie à Anderlues.
Sans parler de l'obligation de très bien connaître la région pour disparaître dans la nature par de petites routes forestières.
Bizarre que dans le cas présent, contrairement à Ixelles, vous ne croyiez pas qu'un des auteurs puisse habiter la région.
Cela ne collerait pas avec votre "théorie du français" ?

La localisation de la cache à Ixelles se base sur un nombre considérable d’éléments, ce qui fait qu’en termes de probabilité, la marge d’erreur est très faible.

Pour Lobbes, les éléments sont pour le moins ténus et rien ne permet de penser que cette région aurait pu être une zone de confort de la bande.

L’élément le plus probant reste l’abandon dans le bois d’Hourpes, juste après le vol de la Saab à Braine l’Alleud, de la Golf volée à Plancenoit. Il est évident que l’un des membres de la bande ne s’est pas amusé à amener ce véhicule jusque dans ce bois pour ensuite retourner à Bruxelles.
Citation :
Mais il aurait très bien pu l’abandonner quelque part sur le chemin le menant vers son domicile.
Cette information n’est donc pas déterminante.
Pourquoi rouler de Bruxelles jusqu'à Hourpes pour mettre le feu à la voiture, et se retrouver tout seul en plein bois. Si ce n'est que vous connaissez très bien la région et vous enfuir à travers bois ou que vous n'habitez pas loin.

Concernant l’altercation à Landelies, elle ne démontre rien. Car s’il est possible d’envisager qu’un ou plusieurs tueurs ne possédaient pas de véhicule en 1982, après la série de hold-up dans les supermarchés début 1983, l’homme étant ce qu’il est, il est difficile d’imaginer que cela fut encore le cas fin 83.

Citation :
Aussi, si les deux tueurs faisaient simplement du tourisme à Landelies, ils ne se seraient pas retrouvés à bord d’un véhicule recherché activement par toutes les polices du royaume mais logiquement à bord d'un de leur propre véhicule !

Ce petit détail laisse donc à penser qu’ils étaient là en reconnaissance et que cette route est celle qu’ils ont vraisemblablement empruntée après avoir bouter le feu à la Golf.
Qu'ils faisaient du tourisme ou qu'ils étaient là en reconnaissance pour leur route de fuite ne change rien au fait qu'ils étaient deux et qu'ils roulaient, comme vous dites à bord d'un véhicule recherché activement par toutes les polices du royaume.
Quant au fait que le témoin aurait revu au contrôle technique de Lobbes l’individu avec qui il a eu l’altercation, je doute que cela soit cette même personne mais simplement quelqu’un qui lui ressemblait vaguement. Lors de l’altercation, le témoin se trouvait debout à droite du véhicule alors que son interlocuteur était lui assis au volant de celui-ci. Il n’a donc pas pu voir son visage dans de bonnes conditions. Le portrait-robot de cet individu dressé à partir de son témoignage ne ressemble d’ailleurs pas à celui du tueur de la bande.

Par ailleurs, le hold-up d’Anderlues est le seul commis dans la région et de plus, de toutes les attaques perpétrées par la bande, c’est la seule où les tueurs semblent avoir eu recours à un véhicule relais (ce qui laisse supposer qu’ils ne disposaient pas de cache dans les environs). Le fait que les tueurs aient agi sans masque laisse également à penser que le risque que l’un d’entre eux puisse être reconnu devait être nul.

Dès lors, si aucun des tueurs n’habitait de ce côté-là, comment se fait-il qu’ils aient eu l’idée d’attaquer un commerce dans cette région ?

Tout à bord je rejoins Roulio quant au fait que cette attaque fût suggérée par Tueur. Mais si celui-ci résidait à Paris, comment pouvait-il connaître le bois d’Hourpes et le chemin de halage longeant la Sambre ?

La réponse pourrait être en réalité toute simple. Pour vous rendre de Paris à Bruxelles en train, en 82 / 83, vous aviez 2 possibilités :

- soit via le direct Paris-Bruxelles, ce train passant entre autres par Maubeuge, Mons, Braine-le-Comte, et Halle.

- soit via l'IC Paris-Düsseldorf, en s'arrêtant en gare de Charleroi ou de Namur pour y prendre une correspondance vers Bruxelles (correspondance qui passe notamment par Nivelles et Braine-l’Alleud).

Ce train Inter-City passait la frontière franco-belge au niveau des villes de Jeumont et Erquelinnes, transitait par Lobbes et Thuin avant de traverser le bois d’Hourpes et de longer par moment le canal de la Sambre.

Il est donc possible que cet individu lors d'un des ses trajets en train a dû se dire que ce bois pouvait être un lieu idéal pour y abandonner un véhicule et que ce chemin, pour le moins discret, le long du canal pouvait constituer un excellent itinéraire de fuite en cas de hold-up dans la région.
Vous vouliez déjà le(s) faire prendre le train après les faits de Nivelles, et donc peut être plusieurs fois par après aussi. J'ai toujours autant de mal a croire qu'un malfaiteur puisse rentrer chez lui tranquillement en train après ses méfaits.. mais bon.. chacun ses idées.
Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
C.P.



Nombre de messages : 644
Age : 61
Localisation : Hainaut
Date d'inscription : 05/01/2018

MessageSujet: Re: Anderlues, 1 décembre 1983   Dim 6 Jan 2019 - 9:59

Human a écrit:
Bonjour,
D'après bvn l'attaque à Anderlues se situe dans un plan visant à opérer un chantage sur des grands magasins.
cette hypothèse serait développée dans "Insane Killers..."

De eerste golf feiten diende om hun warenhuis afpersingsproject te voorzien van geld en attributen die men nodig had
- Ze hadden veel geld nodig voor De vele garageboxen en huur van hun huis waar ze aan het graven waren
- Nijvel = grote metalen vaten om er brandbommen  van te maken, die je kan verbergen in een warenhuis
- Anderlue = speciaal zaak in klokken = timer om aansteker van de brandbommen te maken
Het doel was altijd de Borains er voor te laten opdraaien.

Anderlues = spécialisé en horlogerie -> vol de timer pour le déclenchement de bombes incendiaires placées dans des grands magasins dans le but d'opérer un chantage.

Qu'en pensez-vous? est-ce réaliste au vu de ce qui a été volé?

J'ai entretemps lu "Insane killers", cette théorie est intéressante, mais pourquoi venir de Bruxelles à Anderlues pour voler des mécanismes d'horlogerie qu'ils auraient pu piquer facilement n'importe où (dans les rayon de l'Inno ou des Galeries Anspach, p.ex.) dans la capitale?

Autre remarque, les mécanisme de l'époque étaient mécaniques pour la plupart, on n'en était pas encore au bidules électroniques programmables, et les rares mécanismes électriques fonctionnaient la plupart du temps sur le secteur.
Revenir en haut Aller en bas
C.P.



Nombre de messages : 644
Age : 61
Localisation : Hainaut
Date d'inscription : 05/01/2018

MessageSujet: Re: Anderlues, 1 décembre 1983   Dim 6 Jan 2019 - 10:16

Chronos a écrit:


Dès lors, si aucun des tueurs n’habitait de ce côté-là, comment se fait-il qu’ils aient eu l’idée d’attaquer un commerce dans cette région ?

Tout à bord je rejoins Roulio quant au fait que cette attaque fût suggérée par Tueur. Mais si celui-ci résidait à Paris, comment pouvait-il connaître le bois d’Hourpes et le chemin de halage longeant la Sambre ?

La réponse pourrait être en réalité toute simple. Pour vous rendre de Paris à Bruxelles en train, en 82 / 83, vous aviez 2 possibilités :

- soit via le direct Paris-Bruxelles, ce train passant entre autres par Maubeuge, Mons, Braine-le-Comte, et Halle.

- soit via l'IC Paris-Düsseldorf, en s'arrêtant en gare de Charleroi ou de Namur pour y prendre une correspondance vers Bruxelles (correspondance qui passe notamment par Nivelles et Braine-l’Alleud).

Ce train Inter-City passait la frontière franco-belge au niveau des villes de Jeumont et Erquelinnes, transitait par Lobbes et Thuin avant de traverser le bois d’Hourpes et de longer par moment le canal de la Sambre.

Il est donc possible que cet individu lors d'un des ses trajets en train a dû se dire que ce bois pouvait être un lieu idéal pour y abandonner un véhicule et que ce chemin, pour le moins discret, le long du canal pouvait constituer un excellent itinéraire de fuite en cas de hold-up dans la région.

Bonjour Chronos,

Je ne vous suis pas dans cette voie (de chemin de fer):

- Le train Paris-Bruxelles était le TEE, et il y avait encore des contrôle d'identité dans le train effectués par la Gendarmerie (belge dans un sens et française dans l'autre).

- Sur la ligne 130bis, Erquelinnes-Charleroi-Namur-liège, seul les "Omnibus" s'arrêtaient à Hourpes, et dans le sens Charleroi-Erquelinnes, seul le "Direct" continuait vers Maubeuge, toujours avec les mêmes contrôles d'identité au passage de la frontière. A moins d'avoir des complicité à la Gendarmerie d'Erquelinnes ou de Jeumont (ce qui devrait plaire aux partisans de la thèse du complot international Mad ), je vois mal les tueurs prendre le risque de passer ou repasser la frontière au grand jour.

- Ajoutons à cela, qu'ont-ils fait de leurs armes et gilets pare-balle? Dans bled comme Hourpes ou tout le monde se connait, comment imaginer que trois hommes, avec des têtes patibulaires, port gilets P-B et dissimulant des armes (2 par personnes?) n'aient pas été remarqués? Et peut-être au moins un avec des taches de sang sur ses vêtements).

- Distance Golf brûlée - quai = 1.2 km. Grand/géant qui traine la patte?

N'évoquiez-vous pas précédemment l'hypothèse fuite via le chemin de halage?

Bien à vous,
Revenir en haut Aller en bas
Chronos



Nombre de messages : 901
Date d'inscription : 08/05/2013

MessageSujet: Re: Anderlues, 1 décembre 1983   Dim 6 Jan 2019 - 12:49

C.P. a écrit:
Chronos a écrit:


Dès lors, si aucun des tueurs n’habitait de ce côté-là, comment se fait-il qu’ils aient eu l’idée d’attaquer un commerce dans cette région ?

Tout à bord je rejoins Roulio quant au fait que cette attaque fût suggérée par Tueur. Mais si celui-ci résidait à Paris, comment pouvait-il connaître le bois d’Hourpes et le chemin de halage longeant la Sambre ?

La réponse pourrait être en réalité toute simple. Pour vous rendre de Paris à Bruxelles en train, en 82 / 83, vous aviez 2 possibilités :

- soit via le direct Paris-Bruxelles, ce train passant entre autres par Maubeuge, Mons, Braine-le-Comte, et Halle.

- soit via l'IC Paris-Düsseldorf, en s'arrêtant en gare de Charleroi ou de Namur pour y prendre une correspondance vers Bruxelles (correspondance qui passe notamment par Nivelles et Braine-l’Alleud).

Ce train Inter-City passait la frontière franco-belge au niveau des villes de Jeumont et Erquelinnes, transitait par Lobbes et Thuin avant de traverser le bois d’Hourpes et de longer par moment le canal de la Sambre.

Il est donc possible que cet individu lors d'un des ses trajets en train a dû se dire que ce bois pouvait être un lieu idéal pour y abandonner un véhicule et que ce chemin, pour le moins discret, le long du canal pouvait constituer un excellent itinéraire de fuite en cas de hold-up dans la région.

Bonjour Chronos,

Je ne vous suis pas dans cette voie (de chemin de fer):

- Le train Paris-Bruxelles était le TEE, et il y avait encore des contrôle d'identité dans le train effectués par la Gendarmerie (belge dans un sens et française dans l'autre).

- Sur la ligne 130bis, Erquelinnes-Charleroi-Namur-liège, seul les "Omnibus" s'arrêtaient à Hourpes, et dans le sens Charleroi-Erquelinnes, seul le "Direct" continuait vers Maubeuge, toujours avec les mêmes contrôles d'identité au passage de la frontière. A moins d'avoir des complicité à la Gendarmerie d'Erquelinnes ou de Jeumont (ce qui devrait plaire aux partisans de la thèse du complot international Mad ), je vois mal les tueurs prendre le risque de passer ou repasser la frontière au grand jour.

- Ajoutons à cela, qu'ont-ils fait de leurs armes et gilets pare-balle? Dans bled comme Hourpes ou tout le monde se connait, comment imaginer que trois hommes, avec des têtes patibulaires, port gilets P-B et dissimulant des armes (2 par personnes?) n'aient pas été remarqués? Et peut-être au moins un avec des taches de sang sur ses vêtements).

- Distance Golf brûlée - quai = 1.2 km. Grand/géant qui traine la patte?

N'évoquiez-vous pas précédemment l'hypothèse fuite via le chemin de halage?

Bien à vous,

Bonjour C.P.,

Peut-être devriez-vous lire mon intervention avec un peu plus d’attention !

Car je ne prétends nulle part que les tueurs ont pris le train après avoir abandonné la Golf dans le bois d’Hourpes !

Je raconte simplement comment quelqu’un vivant à Paris aurait pu connaître le chemin de halage longeant le canal de la Sambre de la gare de Lobbes jusqu’à Landelies et avoir l'idée de s'en servir comme chemin de fuite.

La fuite effective s’étant faite en voiture bien évidemment, avec vraisemblablement pour destination finale Bruxelles (avec éventuellement un crochet par la gare de Charleroi).

Plan de fuite pour le moins ingénieux soit dit en passant.
Revenir en haut Aller en bas
glen



Nombre de messages : 155
Date d'inscription : 11/12/2008

MessageSujet: Re: Anderlues, 1 décembre 1983   Mar 8 Jan 2019 - 18:37

Chronos a écrit:
glen a écrit:
Chronos a écrit:




Concernant l’altercation à Landelies, elle ne démontre rien. Car s’il est possible d’envisager qu’un ou plusieurs tueurs ne possédaient pas de véhicule en 1982, après la série de hold-up dans les supermarchés début 1983, l’homme étant ce qu’il est, il est difficile d’imaginer que cela fut encore le cas fin 83.

Citation :
Aussi, si les deux tueurs faisaient simplement du tourisme à Landelies, ils ne se seraient pas retrouvés à bord d’un véhicule recherché activement par toutes les polices du royaume mais logiquement à bord d'un de leur propre véhicule !

Ce petit détail laisse donc à penser qu’ils étaient là en reconnaissance et que cette route est celle qu’ils ont vraisemblablement empruntée après avoir bouter le feu à la Golf.
Ils font quand même leur reconnaissance avec une voiture comme vous dites "recherché par toutes les polices du royaume "...quel différence entre du tourisme et reconnaissance puisqu'il s'agit de la même voiture?

Citation :
Quant au fait que le témoin aurait revu au contrôle technique de Lobbes l’individu avec qui il a eu l’altercation, je doute que cela soit cette même personne mais simplement quelqu’un qui lui ressemblait vaguement. Lors de l’altercation, le témoin se trouvait debout à droite du véhicule alors que son interlocuteur était lui assis au volant de celui-ci. Il n’a donc pas pu voir son visage dans de bonnes conditions. Le portrait-robot de cet individu dressé à partir de son témoignage ne ressemble d’ailleurs pas à celui du tueur de la bande.
Je remet ici un message de votre part le 11 oct.2017 : "Le témoin est formel pour dire avoir revu le même individu (voir portrait-robot) et ce au Contrôle Technique de LOBBES un ou deux mois plus tard. Le suspect présentait un véhicule de marque ignorée sur lequel étaient apposées des « plaques marchands »  d’usage à l’époque. Or,  le titulaire de cette marque d’immatriculation devait être domicilié dans une zone bien précise et représentée sur la carte ci-jointe.
 
La personne décrite semblait âgée, en octobre 83, d’environ 30 à 35 ans,  de taille moyenne (1.80 m),  d’allure et de mise sportive.

Force est de constater que le portrait-robot diffusé  présente des similitudes avec deux autres déjà établis et diffusés lors des campagnes d’affichage. Ces portraits-robots avaient trait à des faits commis également en 82 et 83.


Citation :
Dès lors, si aucun des tueurs n’habitait de ce côté-là, comment se fait-il qu’ils aient eu l’idée d’attaquer un commerce dans cette région ?
Vous avez la mémoire courte car vous avez donner la réponse à votre question: message du 9sept.2014: "… ou auriez-vous continué à commettre des hold-up mais en faisant de sorte que les enquêteurs n’imaginent pas que vous puissiez en être les auteurs ?

Vous êtes connu pour braquer des supermarchés. Pourquoi ne pas commettre alors un hold-up dans une bijouterie !

Vous êtes connu pour agir dans le Brabant Wallon. Pourquoi ne pas opérer dans le fin fond de la province du Hainaut !

Revenir en haut Aller en bas
Etienne



Nombre de messages : 1319
Date d'inscription : 26/11/2015

MessageSujet: Re: Anderlues, 1 décembre 1983   Mar 8 Jan 2019 - 21:07

Il est vrai que les objets volés ne pouvaient que constituer un appât irrésistible pour les tueurs.
D'autant qu'ils devaient se constituer un butin conséquent pour leur permettre de tenir jusqu'en septembre 85.
Difficile de ne pas céder à une telle évidence.
Revenir en haut Aller en bas
Chronos



Nombre de messages : 901
Date d'inscription : 08/05/2013

MessageSujet: Re: Anderlues, 1 décembre 1983   Ven 11 Jan 2019 - 19:50

glen a écrit:
Chronos a écrit:
Aussi, si les deux tueurs faisaient simplement du tourisme à Landelies, ils ne se seraient pas retrouvés à bord d’un véhicule recherché activement par toutes les polices du royaume mais logiquement à bord d'un de leur propre véhicule !
Ce petit détail laisse donc à penser qu’ils étaient là en reconnaissance et que cette route est celle qu’ils ont vraisemblablement empruntée après avoir bouter le feu à la Golf.

Ils font quand même leur reconnaissance avec une voiture comme vous dites "recherché par toutes les polices du royaume "...quel différence entre du tourisme et reconnaissance puisqu'il s'agit de la même voiture?

Des truands un minimum prudent n’utilisent pas leur propre véhicule lorsqu’ils effectuent une reconnaissance préalable des lieux où ils projettent d’y commettre un cambriolage ou une attaque à main armée

Certains témoignages (à Wavre et à Temse) sont là pour confirmer que les tueurs agissaient bien de la sorte.

glen a écrit:
Chronos a écrit:
Quant au fait que le témoin aurait revu au contrôle technique de Lobbes l’individu avec qui il a eu l’altercation, je doute que cela soit cette même personne mais simplement quelqu’un qui lui ressemblait vaguement. Lors de l’altercation, le témoin se trouvait debout à droite du véhicule alors que son interlocuteur était lui assis au volant de celui-ci. Il n’a donc pas pu voir son visage dans de bonnes conditions. Le portrait-robot de cet individu dressé à partir de son témoignage ne ressemble d’ailleurs pas à celui du tueur de la bande.

Je remet ici un message de votre part le 11 oct.2017 :

"Le témoin est formel pour dire avoir revu le même individu (voir portrait-robot) et ce au Contrôle Technique de LOBBES un ou deux mois plus tard. Le suspect présentait un véhicule de marque ignorée sur lequel étaient apposées des « plaques marchands »  d’usage à l’époque. Or,  le titulaire de cette marque d’immatriculation devait être domicilié dans une zone bien précise et représentée sur la carte ci-jointe.
 
La personne décrite semblait âgée, en octobre 83, d’environ 30 à 35 ans,  de taille moyenne (1.80 m),  d’allure et de mise sportive.

Force est de constater que le portrait-robot diffusé  présente des similitudes avec deux autres déjà établis et diffusés lors des campagnes d’affichage. Ces portraits-robots avaient trait à des faits commis également en 82 et 83.

Il s’agit là d’un extrait du communiqué de presse de la CBW du 30 octobre 2002 et non pas de ma propre opinion.

Pour moi, la seule similitude entre le PR de l’individu aperçu par le témoin au CT de Lobbes (PR 22) et les PR représentant le tueur de la bande (PR 4, 10 et 14) se situe au niveau de la forme du visage (forme rectangulaire). Pour le reste le PR 22 représente clairement un individu de type européen, les autres PR un individu d’origine nord-africaine.

Mais à chacun son avis.

glen a écrit:
Chronos a écrit:
Dès lors, si aucun des tueurs n’habitait de ce côté-là, comment se fait-il qu’ils aient eu l’idée d’attaquer un commerce dans cette région ?

Vous avez la mémoire courte car vous avez donner la réponse à votre question: message du 9sept.2014:

"… ou auriez-vous continué à commettre des hold-up mais en faisant de sorte que les enquêteurs n’imaginent pas que vous puissiez en être les auteurs ?

Vous êtes connu pour braquer des supermarchés. Pourquoi ne pas commettre alors un hold-up dans une bijouterie !

Vous êtes connu pour agir dans le Brabant Wallon. Pourquoi ne pas opérer dans le fin fond de la province du Hainaut !"


Nul problème de mémoire car la nuance vous a peut-être échappée mais les propos ci-dessus répondaient à une autre question :

"Pourquoi les tueurs n’ont-ils pas attaqué un supermarché Delhaize et pourquoi ont-ils opérés loin de leur zone habituelle."

Réponse donc : pour que les enquêteurs ne puissent se douter que c’est eux qui étaient les véritables auteurs du hold-up (à ce moment-là Cocu et Adriano avaient déjà fait leurs aveux, la bande avait par conséquent tout intérêt à se faire le plus discret possible).

Mais si l’un des tueurs était bruxellois, un autre Brainois et le troisième parisien, comment se fait-il que l’un des membres de la bande connaissait le bois d’Hourpes et surtout l'existence du chemin de halage longeant la Sambre, chemin qui offrait la possibilité pour un véhicule de s’éloigner de la région en toute discrétion ?

Tel était le véritable sens de ma question !

En revoici la réponse :

Citation :
La réponse pourrait être en réalité toute simple. Pour vous rendre de Paris à Bruxelles en train, en 82 / 83, vous aviez 2 possibilités :

- soit via le direct Paris-Bruxelles, ce train passant entre autres par Maubeuge, Mons, Braine-le-Comte, et Halle.

- soit via l'IC Paris-Düsseldorf, en s'arrêtant en gare de Charleroi ou de Namur pour y prendre une correspondance vers Bruxelles (correspondance qui passe notamment par Nivelles et Braine-l’Alleud).

Ce train Inter-City passait la frontière franco-belge au niveau des villes de Jeumont et Erquelinnes, transitait par Lobbes et Thuin avant de traverser le bois d’Hourpes et de longer par moment le canal de la Sambre.

Il est donc possible que cet individu lors d'un de ses trajets en train a dû se dire que ce bois pouvait être un lieu idéal pour y abandonner un véhicule et que ce chemin, pour le moins discret, le long du canal pouvait constituer un excellent itinéraire de fuite en cas de hold-up dans la région.

En espérant avoir été assez clair dans mes explications et que vous prendrez cette fois-ci la peine de les lire attentivement.
Revenir en haut Aller en bas
Léonidas



Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 08/01/2019

MessageSujet: Re: Anderlues, 1 décembre 1983   Sam 12 Jan 2019 - 7:46

Faudrait supprimer cette ligne de train, ou ce canal, il y aurait moins de problèmes dans la région.
Revenir en haut Aller en bas
glen



Nombre de messages : 155
Date d'inscription : 11/12/2008

MessageSujet: Re: Anderlues, 1 décembre 1983   Sam 12 Jan 2019 - 14:18

Citation :
Chronos a écrit:
glen a écrit:
Chronos a écrit:
Aussi, si les deux tueurs faisaient simplement du tourisme à Landelies, ils ne se seraient pas retrouvés à bord d’un véhicule recherché activement par toutes les polices du royaume mais logiquement à bord d'un de leur propre véhicule !
Ce petit détail laisse donc à penser qu’ils étaient là en reconnaissance et que cette route est celle qu’ils ont vraisemblablement empruntée après avoir bouter le feu à la Golf.

Ils font quand même leur reconnaissance avec une voiture comme vous dites "recherché par toutes les polices du royaume "...quel différence entre du tourisme et reconnaissance puisqu'il s'agit de la même voiture?

Des truands un minimum prudent n’utilisent pas leur propre véhicule lorsqu’ils effectuent une reconnaissance préalable des lieux où ils projettent d’y commettre un cambriolage ou une attaque à main armée

Certains témoignages (à Wavre et à Temse) sont là pour confirmer que les tueurs agissaient bien de la sorte.

Pour ma part, si je fait une reconnaissance d'un chemin de fuite, j'emprunte plutôt ma propre voiture. En cas de contrôle inopiné je ne risque rien ce qui n'est pas le cas si j'emprunte la golf recherchée. Encore faudrait t-il que j'ai une voiture personnelle, ce qui apparemment ne semblait pas être le cas.
Si je vous lis bien il est préférable d'utiliser une voiture "recherchée par toutes les polices du royaume" (comme vous le dites)pour faire une reconnaissance préalable des lieux plutôt qu'une voiture totalement anonyme ? et vous appelez ça "des truands un minimum prudent?


Citation :
"Le témoin est formel pour dire avoir revu le même individu (voir portrait-robot) et ce au Contrôle Technique de LOBBES un ou deux mois plus tard. Le suspect présentait un véhicule de marque ignorée sur lequel étaient apposées des « plaques marchands »  d’usage à l’époque. Or,  le titulaire de cette marque d’immatriculation devait être domicilié dans une zone bien précise et représentée sur la carte ci-jointe.
 
La personne décrite semblait âgée, en octobre 83, d’environ 30 à 35 ans,  de taille moyenne (1.80 m),  d’allure et de mise sportive.



Il s’agit là d’un extrait du communiqué de presse de la CBW du 30 octobre 2002 et non pas de ma propre opinion.

Pour moi, la seule similitude entre le PR de l’individu aperçu par le témoin au CT de Lobbes (PR 22) et les PR représentant le tueur de la bande (PR 4, 10 et 14) se situe au niveau de la forme du visage (forme rectangulaire). Pour le reste le PR 22 représente clairement un individu de type européen, les autres PR un individu d’origine nord-africaine.

Mais à chacun son avis.
Comme vous dites...chacun son avis.
Je retiendrai le terme "le témoin est FORMEL ".
Le témoignage ne date pas de plusieurs années mais de 1 ou 2 mois.
Et je pense que le fait d'avoir une altercation avec nos tueurs a dû lui laisser un très mauvais souvenir.
Le géant couché derrière n'a t-il pas dû calmer tueur en lui disant : "laisse tomber chef" ?
Il a dû donc très bien voir tueur.


Citation :
Mais si l’un des tueurs était bruxellois, un autre Brainois et le troisième parisien, comment se fait-il que l’un des membres de la bande connaissait le bois d’Hourpes et surtout l'existence du chemin de halage longeant la Sambre, chemin qui offrait la possibilité pour un véhicule de s’éloigner de la région en toute discrétion ?
La réponse est toute simple, l'un des membres de la bande habitait dans le coin, avait habiter dans le coin, ou avait une 2 ième résidence par là.
Je trouve cette hypothèse beaucoup moins alambiqué que l'un des auteurs aurait aperçu ce bois et le chemin de halage à travers la vitre d'un train naviguant a 60 km/h, et que de là aurait germé l'idée d'attaquer une bijouterie.
La logique voudrait quand même que les braqueurs choisissent d'abord une cible(la bijouterie dans notre cas) et ensuite envisagent un itinéraire de fuite et non l'inverse.

Revenir en haut Aller en bas
falco



Nombre de messages : 439
Date d'inscription : 25/11/2017

MessageSujet: Re: Anderlues, 1 décembre 1983   Sam 12 Jan 2019 - 18:03


Bonjour à toutes et tous,

Donc à propos d'Anderlues, j'aimerais apporter une modeste contribution à ce qui vient d'âtre écrit,

à savoir que:

La Golf a été volée le 02.10.1983 à Ohain

Elle a servi lors du hold-up Beersel le 07.10.1983

A été vue par un pécheur début octobre 1983 à Landelies étang la Clairière, sans autres précisions, suite à une altercation

A servi à l'attaque d'Anderlues le 01.12.1983

Non pas des mois après, mais bien fin octobre ou début décembre 1983(plutôt décembre), le conducteur de cette golf a été reconnu par le pécheur au contrôle technique de Lobbes)

Durant l'altercation, le pêcheur a remarqué que la banquette arrière de la Golf était manquante et qu'un homme de grande taille se trouvait couché à l'arrière, blessé à une jambe.
C'est grâce à l'intervention verbale de ce dernier, que le conducteur n'a pas agressé le pécheur; il lui a dit " fais pas le con chef" et la voiture a quitté les lieux.

Bien cordialement

Revenir en haut Aller en bas
Chronos



Nombre de messages : 901
Date d'inscription : 08/05/2013

MessageSujet: Re: Anderlues, 1 décembre 1983   Hier à 0:19

glen a écrit:
Pour ma part, si je fait une reconnaissance d'un chemin de fuite, j'emprunte plutôt ma propre voiture.

Et quelques jours après avoir commis votre hold-up, vous risquerez d’être tout abasourdi de voir débarquer la police à votre domicile, paire de menottes à la main !

Nul besoin de chercher qui aurait pu vous dénoncer, c’est votre imprudence commise lors de votre reconnaissance qui vous aura très probablement perdu.

Je vous laisse réfléchir au pourquoi !

glen a écrit:
En cas de contrôle inopiné je ne risque rien ce qui n'est pas le cas si j'emprunte la golf recherchée.

En plein jour, les probabilités de tomber sur un tel contrôle sont extrêmement faibles. Et si cela devait malgré tout arriver, rien ne vous empêche de prendre la poudre d’escampette en appuyant sur le champignon.

Maintenant inutile de courir ce risque pour faire du tourisme si vous possédez votre propre véhicule. Et il est difficile d’imaginer que fin 1983, après avoir volé au minimum plus de 4 millions de francs belges en quelques mois, aucun des deux individus n’en possédaient !

glen a écrit:
Si je vous lis bien il est préférable d'utiliser une voiture "recherchée par toutes les polices du royaume" (comme vous le dites)pour faire une reconnaissance préalable des lieux plutôt qu'une voiture totalement anonyme ? et vous appelez ça "des truands un minimum prudent?

Donc si je vous suis bien, vous n’utiliserez pas exceptionnellement la voiture "recherchée par toutes les polices du royaume" pour faire une reconnaissance, de peur de tomber sur un contrôle inopiné, mais par contre, vous serez prêt à l’utiliser pour faire du simple tourisme ?

Ne voyez pas une légère incohérence dans votre raisonnement ?

glen a écrit:
Comme vous dites...chacun son avis.
Je retiendrai le terme "le témoin est FORMEL ".
Le témoignage ne date pas de plusieurs années mais de 1 ou 2 mois.
Et je pense que le fait d'avoir une altercation avec nos tueurs a dû lui laisser un très mauvais souvenir.
Le géant couché derrière n'a t-il pas dû calmer tueur en lui disant : "laisse tomber chef" ?
Il a dû donc très bien voir tueur.

Aussi paradoxal que cela puisse paraître pour un néophyte en la matière, plus un témoin se déclare formel alors qu’il n’a pas pu voir dans de bonnes conditions le suspect ou l’auteur d’un crime (ce qui ne vous en déplaise est indiscutablement le cas ici), au moins son témoignage est fiable !

A noter que des études ont démontrée que si un témoin n'est pas auditionné dans l'heure qui suit son observation, son témoignage aura déjà perdu grandement en fiabilité.

glen a écrit:
La réponse est toute simple, l'un des membres de la bande habitait dans le coin, avait habiter dans le coin, ou avait une 2 ième résidence par là.

Cela reste bien évidemment une possibilité et je l’avais moi-même à un moment envisagée. Mais comme déjà expliqué ci-avant, le hold-up d’Anderlues est le seul commis par la bande dans la région et, de toutes leurs attaques, c’est la seule où ils ont semble-t-il utilisé un véhicule relais.

Lorsqu’on constate qu’à Alost, les tueurs n’en ont pas utilisé alors qu’ils avaient pourtant plus de 40 kilomètres à parcourir, cette information laisse supposer que la cache qu’il devait atteindre ce jour-là était fort distante de la bijouterie.


glen a écrit:
Je trouve cette hypothèse beaucoup moins alambiqué que l'un des auteurs aurait aperçu ce bois et le chemin de halage à travers la vitre d'un train naviguant a 60 km/h, et que de là aurait germé l'idée d'attaquer une bijouterie.
La logique voudrait quand même que les braqueurs choisissent d'abord une cible(la bijouterie dans notre cas) et ensuite envisagent un itinéraire de fuite et non l'inverse.

A moins qu’ils n’aient le choix, les braqueurs choisissent une cible certes, mais dans un espace géographique bien délimité (ni trop près de leur zone de confort, ni trop éloignée).

Avec l’arrestation des borains et leurs aveux, le contexte devenait fort différent du contexte habituel. Jusque-là, les tueurs optaient logiquement pour des cibles situés à distance raisonnable de leur cache.

Mais puisque la bande avait tout intérêt à agir de la manière la plus discrète possible, elle se devait maintenant de trouver une cible beaucoup plus éloignée de la périphérie bruxelloise.

Cependant, dans ce cas, relier d’une traite leur cache comme ils avaient l’habitude de le faire devenait beaucoup plus risqué (plus la distance à parcourir est grande, plus les risques de tomber sur un barrage sont élevés).

Ils devaient donc non seulement trouvés une cible dans une autre région (et de préférence une cible différente d’un supermarché) mais compte tenu de la distance, la réflexion quant à l’organisation de la fuite devenait primordiale.
Revenir en haut Aller en bas
glen



Nombre de messages : 155
Date d'inscription : 11/12/2008

MessageSujet: Re: Anderlues, 1 décembre 1983   Hier à 13:38

Chronos a écrit:
glen a écrit:
Pour ma part, si je fait une reconnaissance d'un chemin de fuite, j'emprunte plutôt ma propre voiture.

Citation :
Citation :
Et quelques jours après avoir commis votre hold-up, vous risquerez d’être tout abasourdi de voir débarquer la police à votre domicile, paire de menottes à la main !

Nul besoin de chercher qui aurait pu vous dénoncer, c’est votre imprudence commise lors de votre reconnaissance qui vous aura très probablement perdu.

Je vous laisse réfléchir au pourquoi !
Qu'est ce qui ferait de moi un suspect, si je passe tranquillement avec ma voiture personnelle en règle de papiers, le long du chemin de halage.
Vous croyez que les peu de personnes habitant le long de ce chemin, sont au bord de la route avec un bic et une feuille de papiers pour noter la plaque d'immatriculation.

glen a écrit:
En cas de contrôle inopiné je ne risque rien ce qui n'est pas le cas si j'emprunte la golf recherchée.

Citation :
En plein jour, les probabilités de tomber sur un tel contrôle sont extrêmement faibles. Et si cela devait malgré tout arriver, rien ne vous empêche de prendre la poudre d’escampette en appuyant sur le champignon.
Les probabilités de contrôle sont très faibles aussi bien avec la golf recherchée qu'avec une voiture personnelle.
Mais en cas de contrôle, je peut m'arrêter tranquille, avec ma propre voiture.
Avec la golf, je peut comme vous dites, pousser sur le champignon, mais avouer que ce serait idiot de me faire repérer dans la région, avant un braquage, que je veut faire en toute discrétion.

Citation :
Citation :
Maintenant inutile de courir ce risque pour faire du tourisme si vous possédez votre propre véhicule. Et il est difficile d’imaginer que fin 1983, après avoir volé au minimum plus de 4 millions de francs belges en quelques mois, aucun des deux individus n’en possédaient !
Je ne dis pas qu'ils n'avaient pas de voitures personnelles, mais je l'envisage, étant donné que c'est bien la golf qu'on a aperçu à Landelies.
Le débat se situe sur le fait (déjà débattu plus haut) que vous envisager qu'il y a moins de risques à reconnaître un chemin de fuite avec une voiture recherché qu'avec une voiture personnelle et moi le contraire.

glen a écrit:
Si je vous lis bien il est préférable d'utiliser une voiture "recherchée par toutes les polices du royaume" (comme vous le dites)pour faire une reconnaissance préalable des lieux plutôt qu'une voiture totalement anonyme ? et vous appelez ça "des truands un minimum prudent?

Citation :
Donc si je vous suis bien, vous n’utiliserez pas exceptionnellement la voiture "recherchée par toutes les polices du royaume" pour faire une reconnaissance, de peur de tomber sur un contrôle inopiné, mais par contre, vous serez prêt à l’utiliser pour faire du simple tourisme ?

Ne voyez pas une légère incohérence dans votre raisonnement ?
Je ne vois pas ou j'ai dis ça. Je suis persuadé que lors de l'altercation de Landelies ils étaient en repérage.

glen a écrit:
Comme vous dites...chacun son avis.
Je retiendrai le terme "le témoin est FORMEL ".
Le témoignage ne date pas de plusieurs années mais de 1 ou 2 mois.
Et je pense que le fait d'avoir une altercation avec nos tueurs a dû lui laisser un très mauvais souvenir.
Le géant couché derrière n'a t-il pas dû calmer tueur en lui disant : "laisse tomber chef" ?
Il a dû donc très bien voir tueur.

Citation :
Aussi paradoxal que cela puisse paraître pour un néophyte en la matière, plus un témoin se déclare formel alors qu’il n’a pas pu voir dans de bonnes conditions le suspect ou l’auteur d’un crime (ce qui ne vous en déplaise est indiscutablement le cas ici), au moins son témoignage est fiable !

A noter que des études ont démontrée que si un témoin n'est pas auditionné dans l'heure qui suit son observation, son témoignage aura déjà perdu grandement en fiabilité.
Sur quoi vous basez vous quand vous êtes formel, que le témoin n'a pas aperçu dans de bonnes conditions le suspect? Un PV d'audition ?

glen a écrit:
La réponse est toute simple, l'un des membres de la bande habitait dans le coin, avait habiter dans le coin, ou avait une 2 ième résidence par là.

Citation :
Cela reste bien évidemment une possibilité et je l’avais moi-même à un moment envisagée. Mais comme déjà expliqué ci-avant, le hold-up d’Anderlues est le seul commis par la bande dans la région et, de toutes leurs attaques, c’est la seule où ils ont semble-t-il utilisé un véhicule relais.

Lorsqu’on constate qu’à Alost, les tueurs n’en ont pas utilisé alors qu’ils avaient pourtant plus de 40 kilomètres à parcourir, cette information laisse supposer que la cache qu’il devait atteindre ce jour-là était fort distante de la bijouterie.
Il ne faut pas prendre en compte les braquages quand vous parler de voiture relais, mais bien quand ils ont brûler une voiture comme à Hourpes. Après les délits pas de voiture relais, puisqu'ont rejoins la cache. Par contre après avoir mis le feu à une voiture, ou, vous avez besoin d'une 2 ieme voiture, ou vous vous retrouver à pied.
Quand ils ont brûler la Peugeot, ils avaient la Golf "Van Camp".
Quand ils brûlent la 1ere Golf au bois de Hourpes, je suppose qu'il avaient donc aussi une voiture relais.
Quand ils brûlent la Santana, voiture relais ou pas ? admettons a pied ou en tram/bus rejoindre la place Flagey.
Quand ils brûlent la golf au bois de la Houssière, la aussi une 2 ieme voiture indispensable.

Donc même si il faut rejoindre le domicile de tueur, qui peut se trouver à plusieurs kilomètres du bois de Hourpes (voir l'entité de Lobbes..contrôle technique) il faut une voiture, voiture que vous rediriger vers Ixelles et moi vers le domicile de tueur.

glen a écrit:
Je trouve cette hypothèse beaucoup moins alambiqué que l'un des auteurs aurait aperçu ce bois et le chemin de halage à travers la vitre d'un train naviguant a 60 km/h, et que de là aurait germé l'idée d'attaquer une bijouterie.
La logique voudrait quand même que les braqueurs choisissent d'abord une cible(la bijouterie dans notre cas) et ensuite envisagent un itinéraire de fuite et non l'inverse.

Citation :
A moins qu’ils n’aient le choix, les braqueurs choisissent une cible certes, mais dans un espace géographique bien délimité (ni trop près de leur zone de confort, ni trop éloignée).

Avec l’arrestation des borains et leurs aveux, le contexte devenait fort différent du contexte habituel. Jusque-là, les tueurs optaient logiquement pour des cibles situés à distance raisonnable de leur cache.

Mais puisque la bande avait tout intérêt à agir de la manière la plus discrète possible, elle se devait maintenant de trouver une cible beaucoup plus éloignée de la périphérie bruxelloise.

Cependant, dans ce cas, relier d’une traite leur cache comme ils avaient l’habitude de le faire devenait beaucoup plus risqué (plus la distance à parcourir est grande, plus les risques de tomber sur un barrage sont élevés).

Ils devaient donc non seulement trouvés une cible dans une autre région (et de préférence une cible différente d’un supermarché) mais compte tenu de la distance, la réflexion quant à l’organisation de la fuite devenait primordiale
.
Vous ne répondez pas trop au fait que je trouve votre hypothèse du gars dans le train très alambiqué.
Si je vous suis, l'auteur parcourt Bruxelles, Charleroi ou n'importe quel autre ville en Belgique vers Paris (ou sa banlieue).
Je suppose que durant ses voyages il aperçoit de nombreux petit bois et autres chemins de campagne.
Mais, (et là se pose le pourquoi et comment)à travers la vitre du train roulant au minimum 60km/h et parcourant env. 300 km, il aperçoit l'espace de quelques secondes, le bois de Hourpes avec son chemin de halage et se dit:"voilà un beau bois avec un beau chemin de fuite..allons chercher une cible aux alentours"
Pour moi ça ne tient pas la route.
Si il voulaient agir de la manière la plus discrète possible (aux yeux des autorités Belges)il aurait mieux fait d'agir de l'autre côté de la frontière.
Je suppose qu'il doit aussi y avoir plein de petits bois avec des petites routes de fuite, et ensuite rejoindre la banlieue parisienne
.
Revenir en haut Aller en bas
glen



Nombre de messages : 155
Date d'inscription : 11/12/2008

MessageSujet: Re: Anderlues, 1 décembre 1983   Hier à 14:09

Citation :
Cependant, dans ce cas, relier d’une traite leur cache comme ils avaient l’habitude de le faire devenait beaucoup plus risqué (plus la distance à parcourir est grande, plus les risques de tomber sur un barrage sont élevés).

Encore une réponse que j'avais oublié concernant votre phrase plus haut.
Il n'y avait pratiquement aucun risque, puisque la voiture recherché est brûler et qu'ils prennent la fuite à bord de leur voiture personnelle, qui elle est totalement anonyme.
Revenir en haut Aller en bas
CQB241



Nombre de messages : 320
Localisation : Brabant Wallon
Date d'inscription : 11/04/2014

MessageSujet: Re: Anderlues, 1 décembre 1983   Hier à 18:16

@ Chronos :

Je rejoins tout à fait les propos de Glen.

Qu'est-ce qui différentie un "truand" lambda (et pas recherché) de vous et moi ?
Le délit de "sale-gueule" peut-être ?

Combien de fois je suis ne suis pas allé sur site : Delhaize de Braine, Overijse, Colruyt de Nivelles, bois de la Houssière avec mon propre véhicule,
celui de deach ou de C.P. ?

Sans jouer les paranos, je présume que nous n'avons pas toujours l'air de simples promeneurs, même si on essaye de rester discrets.
Lorsque je me "balade" avec la caméra à la main ou sur la voiture, ça ne passe pas inaperçu non plus.

Ça veut dire que s'il s'était passé un "crime" (au sens large) dans les jours qui suivirent, nous serions donc suspects ?

Comme n'importe quelle personne passant par là.

A moins que nous n'ayons pas la même vision d'un repérage ?
Quelle est votre point de vue ?

N.B. si d'autres veulent donner leur avis, il est naturellement le bienvenu.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Anderlues, 1 décembre 1983   

Revenir en haut Aller en bas
 
Anderlues, 1 décembre 1983
Revenir en haut 
Page 25 sur 26Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 24, 25, 26  Suivant
 Sujets similaires
-
» Affaire Poussin
» Messages spirituels - Décembre -
» Semaine du 29 novembre au 5 décembre 2010
» Froid début décembre
» En 1989 le 1 décembre en soirée, ville d'Eupen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Les faits :: Anderlues, 1 décembre 1983-
Sauter vers: