les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Elnikoff Christian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
auliffe
Invité



MessageSujet: Elnikoff Christian   Sam 26 Mai 2007 - 10:42

Samedi 15 juillet 1989


CRIMES DE LA PASTORALE: UN VIEUX DU WNP AVOUE ET DISCULPE BARBIER...
Crimes de la Pastorale:
un vieux du WNP avoue
et disculpe Barbier...
Rebondissement dans les dossiers brûlants sur lesquels la commission d'enquête sur le banditisme et le terrorisme a «planché» jusqu'il y a huit jours: Christian Elnikoff, un des «vieux» du groupe néo-nazi «Westland New Post» de Paul Latinus, s'accuse aujourd'hui du double assassinat de la rue de la Pastorale le 18 février 1982 à Anderlecht, pour lequel Marcel Barbier, aujourd'hui en prison, fut condamné à perpétuité en 1987. Assez peut-être pour recommencer le procès.

Elnikoff a posté jeudi ses aveux, notamment à notre adresse. Puis il a téléphoné à un proche et au 101 avant de tenter un double suicide à son domicile à Etterbeek: taillades profondes dans le bras droit, électrocution dans le bain.
Il n'est pas mort. Vendredi matin, nous l'avons trouvé salle 9, aux urgences de l'hôpital d'Etterbeek.
Elnikoff, alias Müller au WNP, nous a répété ses aveux: «En 1982, il (Paul Latinus) m'a demandé de liquider le couple VDMeulen-Arcoulin, sous le prétexte habituel pour lui qu'ils étaient ennemis. J'ai exécuté la mission, de la façon qu'il avait demandée, je les ai tués deux fois».
Aveux écrits, signés, authentifiés par l'empreinte du pouce droit, qu'Elnikoff, 57 ans, ancien de l'OAS et militant WNP, nous a confirmés avant de les répéter à la police judiciaire: «Oui, c'est moi, accompagné d'un autre gars, qui ai tué à la rue Pastorale en février 1982. Un troisième était dehors, qui se promenait à côté de la voiture.
» Maintenant, puisque j'ai décidé d'arrêter les frais, d'en finir, j'aime autant que ce ne soit pas un pauvre type comme Marcel Barbier (condamné à perpétuité par les assises du Brabant en mai 1987, sur aveux ensuite rétractés mais sans preuve) qui paye les pots.
» Après cette affaire, Latinus m'a dit d'étouffer et de cavaler. J'ai quelqu'un pour porter le chapeau, me disait-il.»
RENÉ HAQUIN.



Barbier, la victime d'une erreur judiciaire?
Voir début en première page.

J'ai toujours pensé que l'enquête aboutirait ailleurs que sur la tête de Barbier. Je crois avoir utilisé un colt que j'ai remis à Latinus après. Et une dague que... je ne sais plus... j'ai jetée je pense dans le canal. J'ai eu tellement d'armes dans ma vie...»
Christian Elnikoff, un Français né à Lille le 27 avril 1932 et qui vit depuis des années au troisième étage du 121, avenue Hansen-Soulie à Etterbeek, raconte aussi ce qui devait être jeudi sa dernière après-midi:
«J'ai posté mes lettres vers 14 heures. J'ai ensuite téléphoné à un proche, en lui donnant le mot-code dont il connaissait la signification. Ceci pour dire que j'allais me supprimer. Puis j'ai appelé au 101 des «personnes compétentes pour faire le ménage» avant que ma femme rentre, vers 17 ou 18 heures. Inutile qu'elle trouve mon corps elle-même. Je me suis entaillé le bras. Je suis rentré chez moi, je me suis allongé dans le bain avec la radio branchée sur le secteur. J'ai balancé le poste dans l'eau. J'ai senti comme un tressaillement dans les mollets et une douleur derrière la cuisse.»
L'ambulance et la police sont arrivés à 14 h 45. Sur le palier, le plomb du tableau électrique avait sauté. Sur la porte de l'appartement, Elnikoff avait laissé un mot indiquant aux policiers qu'il fallait tourner trois fois à droite et leur demandant de fermer la porte quand tout serait fini, pour que le chat ne s'échappe pas. Il leur avait aussi laissé une copie de la lettre de sept pages postée quelques instants plus tôt et que nous avons trouvée hier matin dans notre courrier. La police paraît n'avoir pas compris immédiatement le message. Christian Elnikoff n'avait encore été interrogé par personne quand nous l'avons retrouvé à l'hôpital d'Etterbeek. Voici quelques extraits significatifs de sa lettre:
Marcel Barbier est innocent, pour moi, du crime de la Pastorale dont on l'a accusé; d'accord il avait fait des aveux, mais sur l'ordre du «maréchal» Latinus (lequel avait en quelque sorte subjugué Marcel depuis que ce dernier avait l'âge de 16 ans (...) Je me suis fait pigeonner comme pas mal d'autres (...) Je crois quand même être parvenu à égaliser plus ou moins le score, comme on dit, puisque par chance et sans y avoir grand mérite, je suis parvenu à démolir les CCC. On ne peut pas toujours gagner, mais on ne peut pas perdre toujours non plus; moi je suis fini, malade, rendu de ce fait totalement inutile, ou presque, ce qui explique cette mise au point.
Je demande à tous (...) comprenez (...) que j'en suis arrivé à un point de fatigue morale et physique que je n'avais pas encore atteint. Et que je VEUX me REPOSER (...) Je pense que certaines des personnes concernées me comprendront et voudront bien excuser le retard que je mets à «régler le problème». Adieu à tous (...) En 1982, il (Latinus) m'a demandé de liquider le couple VDMeulen Arcoulin (...) J'ai exécuté la mission, de la façon qu'il avait demandée, je les ai tués deux fois (...) A noter que Latinus m'avait certifié qu'il ferait «porter le chapeau» à l'un de nos ennemis. Avoir agi comme je l'ai fait était une connerie (...) c'est l'une des raisons pour lesquelles je tiens à remettre les choses en place (...) Dans ce coup-là, il sera, je pense, possible de le (Barbier) sortir de cette situation qu'il n'a pas méritée (...) Même pour cette erreur, il n'est qu'en très minime partie responsable, car il existe une personne qui sait très bien pourquoi Marcel faisait ainsi confiance...
Elnikoff n'en dit pas plus sur l'identité de cette personne, ni sur celles des deux personnes qui selon lui l'accompagnaient en février 1982 pour perpétrer le double assassinat de la rue de la Pastorale. Datée du 10 juillet (lundi), postée le jeudi 13 après-midi, la lettre qui nous est parvenue hier matin est signée Feu Christian Elnikoff, alias G. Béranger, alias Müller. Nous nous sommes aussitôt rendus à son appartement et y avons appris, par un voisin, qu'Elnikoff avait été hospitalisé jeudi après midi. La police d'Etterbeek a confirmé l'information, sans se rendre compte que la lettre d'adieu laissée près de la baignoire apportait des éléments de nature à faire rouvrir le procès du double assassinat de la rue de la Pastorale.
Dans cette lettre, Elnikoff cite d'autres membres de l'extrême-droite, il parle des CCC, il évoque la «carrière» et le «suicide» de Paul Latinus, il dénonce le rôle d'agents de la Sûreté dans le contexte d'un plan de déstabilisation politique et fait référence, sans les nommer toutes, à d'autres personnes impliquées, sur lesquelles nous reviendrons plus tard.
Bréviaire creux
Ancien de l'OAS, venu s'installer en Belgique après la guerre d'Algérie, Elnikoff avait rencontré Latinus il y a une dizaine d'années, dans la région d'Ottignies. Une tête brûlée qui vendredi matin à l'hôpital d'Etterbeek, sortant de sa mauvaise nuit, nous faisait encore d'étranges réponses.
- «Qu'est-ce qui me prouve maintenant que vous n'avez pas inventé toute cette histoire?» Elnikoff n'apporte aucune preuve à l'appui de ses aveux, mais il les confirme même pendant la courte visite que lui rend sa femme, après le repas de midi:
- Le crime de la Pastorale, c'était un jeudi. Je crois que j'avais un colt, que j'ai dû remettre par la suite à Latinus, et une dague, que j'ai jetée dans le canal, si je me souviens bien.»
- «Ce double assassinat n'a servi à rien. Si c'est bien vous et pas Marcel Barbier qui avez tué Alphonse Vandermeulen et sa compagne Francesca Arcoulin en 1982, vous l'avez regretté par la suite? Vous en avez du remords?»
Il rit: «Remords? Zéro. C'était du boulot, pour moi. J'ai été pendant deux ans à Alger le chef d'un commando de tueurs, et je m'y réservais les boulots difficiles. Par exemple, j'ai flingué une salope dans un hôpital, pour un «travail» qui n'était pas terminé. Il y avait deux flics à la porte. Pour y arriver, j'avais passé une soutane et j'avais un bréviaire creux... Nous avions à notre actif plus de deux cents attentats avant le putsch d'Alger. Après, j'ai appartenu au groupe Lambda chargé de faire la police interne...»
«Pourquoi avoir décidé jeudi d'expédier vos aveux par la poste puis d'en finir?»
«J'ai envoyé mes aveux à la commission d'enquête, au procureur, à vous et à un certain nombre de personnes que cela intéresse. Pour moi, c'était fini. Dès le moment où les lettres ont été postées, tout était décidé. Je ne sers plus à rien. J'étais moniteur d'auto-école, je n'ai plus obtenu les certificats médicaux. J'ai écrit, déchiré, réécrit. Puis quand ça a été terminé, j'ai décidé...»
Rien que des aveux
L'histoire judiciaire enseigne que les aveux ne valent jamais preuve. Le procès des Borains aux assises de Mons l'a bien illustré l'an dernier. Il y a donc lieu de prendre les révélations d'Elnikoff avec les réserves d'usage, en notant qu'il n'apporte aucune autre précision que des détails révélés dans la presse depuis longtemps. A une exception: la présence d'un troisième homme rue de la Pastorale le soir du double assassinat. Mais Elnikoff refuse de révéler les identités de ses deux complices.
Ces aveux doivent aussi être évalués dans le contexte du double suicide manqué, qui à première vue n'a rien d'une comédie: c'est bien malgré lui qu'Elnikoff a survécu à l'hémorragie et à l'électrocution. Vendredi au début d'après-midi, il nous a demandé de lui apporter des cigarettes, en attendant l'arrivée de la police...
R. Hq.

Une chance de comprendre le trouble crime
de la Pastorale et les mystères du WNP
La chose est jugée: Marcel Barbier est un assassin. En mai 87, douze jurés de la Cour d'Assises du Brabant s'en sont dit convaincus, et ont donc condamné le militant du WNP à la prison à perpétuité. C'était le châtiment infligé à celui qu'on tenait pour coupable du double «crime de la Pastorale» et qui croupit toujours en prison.
Mais le procès avait laissé un goût amer. Procédures bâclées, enquêtes ratées, faux témoignages... Et par dessus-tout: cette impression qu'on avait d'être «à côté» d'une terrible vérité que personne ne voulait faire surgir. Ni ceux qui pouvaient, ni ceux qui devaient. La vérité du WNP, cette milice néo-nazie qui fait peur et intrigue aujourd'hui encore.
Hier, Elnikoff, un autre «soldat» du WNP s'est accusé du double assassinat. Il en a disculpé Barbier. Un peu tard, sans doute... mais en offrant aussi, peut-être, une nouvelle chance de percer l'énigme des crimes de la Pastorale et, surtout, les mystères du WNP.

C'était le 18 février 1982, vers 22 h 30. Deux hommes arrivés en voiture montèrent l'escalier d'un petit immeuble situé au 97 de la rue de la Pastorale, à Anderlecht. Dans l'appartement du 1er étage cohabitaient Francesca Arcoulin (44 ans) et Alfons Vandermeulen (31 ans).
Les voisins du rez-de-chaussée n'avaient rien entendu. Pas de coups de feu. Seulement, dirent-ils aux policiers, deux «forts bruits sourds»... Sans doute le choc des deux corps tombant au sol.
Les deux victimes de la rue de la Pastorale avaient été assassinées. Méthodiquement. Presque rituellement. Gorges tranchées puis trois balle dans la tête de Francesca et deux autres dans la nuque d'Alfons.
Dix-huit mois plus tard seulement, un coin du voile allait commencer à se lever sur ce mystère... Le 16 août 83, la police de Forest avait appréhendé un certain Marcel Barbier en pleine rixe avec son frère. Chez Barbier, on avait découvert de nombreux documents secrets volés à l'Etat-major général des armées. En octobre 83, au cours d'un interrogatoire à la police judiciaire, Barbier... avait avoué le double crime, révélé l'existence d'une milice à laquelle il appartenait, le WNP, et donné (ou confirmé) le nom de son complice: Eric Lammers.
Le vol des secrets de l'Otan, le double crime de la Pastorale... ce n'étaient qu'une petite partie de l'iceberg qui sortait alors du brouillard: le Westland New Post (1). Une organisation criminelle d'inspiration néo-nazie conduite par le «maréchal» Paul Latinus. L'une des plus énormes et des plus inquiétantes énigmes de l'histoire criminelle du pays.
Depuis la découverte du WNP, on n'a cessé de s'interroger sur cette organisation dont le chef est mort suicidé ou assassiné. Dont les membres avaient été à la fois instruits, entraînés... et surveillés par des agents de la Sûreté de l'Etat. Dont les plus fidèles soldats fichaient des ennemis présumés, préparaient des attentats, tuaient et menaçaient. Tout cela au nom d'un fumeux «intérêt supérieur» et «sur ordre».
«Sur ordre»... c'est la phrase que Barbier a écrite en novembre à son juge d'instruction et qu'il a répétée en mai 1987 au cours du procès d'assises mettant un point final - on le croyait - à l'affaire du double crime. «J'ai avoué le double assassinat sur ordre de mon chef, Paul Latinus». Lammers, lui, nia toujours farouchement, présentant même l'alibi de sa présence obligatoire à l'Ecole royale militaire (où il était élève) le soir du crime.
Le 25 mai 1987, les douze jurés de la Cour d'Assises du Brabant acquittèrent donc Eric Lammers... et condamnèrent Marcel Barbier à la prison à perpétuité. Pour le jury, les aveux de Barbier, c'était la vérité; ses rétractations, des mensonges.
La rixe avec son frère... c'était en août 83. Voilà bientôt six ans que Barbier vit donc au rythme des lourdes clés qui claquent dans la porte de sa cellule, matin et soir. Le voilà peut-être, avec les aveux d'Elnikoff, qui se prend déjà à espérer qu'on va refaire son procès. Ce procès qui avait laissé un goût amer. Ce procès qui n'était jamais sorti de son trouble arrière-fond de mensonges, de manipulations, de procédures bâclées, d'enquêtes ratées, de faux témoignages (dont celui d'un agent de la Sûreté).
ALAIN GUILLAUME.
Revenir en haut Aller en bas
auliffe
Invité



MessageSujet: Re: Elnikoff Christian   Sam 26 Mai 2007 - 10:47

le Lundi 17 juillet 1989

WNP: ELNIKOFF S'EST RETRACTE ET EST INCULPE
WNP: Elnikoff
s'est rétracté
et est inculpé
Christian Elnikoff a rétracté les aveux qu'il avait formulés vendredi. N'empêche: le juge d'instruction l'a inculpé du double assassinat de la rue de la Pastorale, à Anderlecht.

Elnikoff, le «vieux» du groupe néo-nazi WNP se remet de sa tentative de suicide. Ses aveux concernant l'«exécution» du couple de la rue de la Pastorale en 1982 contiennent, au moins, un faux détail: le type d'arme utilisé pour ces meurtres perpétrés, dit-il, sur ordre de Paul Latinus, le chef du WNP retrouvé pendu deux ans plus tard. Les assises du Brabant ont condamné à perpétuité Marcel Barbier: lui aussi avait passé des aveux à propos de ce double meurtre «d'amis du KGB»; lui aussi les avait rétractés. On sait qu'il y avait deux tueurs le 18 février 1982 rue de la Pastorale: il reste donc une place vide pour un assassin présumé. Malgré ses rétractations, Elnikoff l'occupe.

Les assassinats de la Pastorale: Elnikoff
se rétracte mais est inculpé et arrêté
Christian Elnikoff, le «vieux» du groupe néo-nazi Westland New Post, a rétracté vendredi soir, déjà, et à nouveau samedi, les aveux écrits qu'il nous avait fait parvenir la veille et qu'il nous avait verbalement confirmés vendredi matin à l'hôpital d'Etterbeek, après sa double tentative de suicide. Bien des éléments peuvent aujourd'hui donner à penser qu'Elnikoff était décidé à utiliser son suicide pour semer un peu plus de brouillard encore dans le dossier du double assassinat de la Pastorale en février 1982 en tentant à la fois d'en «sortir» le jeune Marcel Barbier, condamné par la cour d'assises du Brabant aux travaux forcés à perpétuité.
L'affaire a cependant été mise à l'instruction chez le juge De Ruyver qui a inculpé Elnikoff du double assassinat et l'a placé sous mandat d'arrêt, le temps d'ordonner les devoirs d'enquête indispensables pour «bétonner» ce dossier.

Il faudra manifestement plus que la lettre d'adieu de sept pages et les aveux d'Elnikoff aujourd'hui rétractés à deux reprises déjà pour envisager la révision du procès de la Pastorale. Le 18 février 1982, les concierges de la rue de la Pastorale avaient vu deux tueurs. Pour ce double assassinat, Barbier a été condamné en mai 1987 à perpétuité. Dans ses premiers aveux, il avait donné au juge Lyna un détail terrible qui n'était à ce moment connu que des seuls enquêteurs: les journaux avaient toujours écrit que le couple de la rue de la Pastorale avait été exécuté par balles dans les yeux puis égorgé, Barbier déclara avoir tiré dans la nuque. Ce qui correspondait aux derniers rapports des experts. Eric Lammers, qui a toujours nié, fut acquitté. Il reste donc une place vide, pour un tueur présumé: c'est provisoirement Elnikoff qui l'occupe, après ses aveux rétractés.
Dans la lettre d'adieu, les aveux d'Elnikoff sur le double assassinat de la Pastorale tiennent en quelques lignes. La plus grande part des sept pages contient des attaques contre des membres de l'EPE (le «parti européen» de Borsu, à Schaerbeek, auquel Elnikoff appartint avant 1982), contre des militants du WNP et contre Paul Latinus, le chef «pendu» en avril 1984.
Elnikoff y décrit aussi le rôle qu'il a tenu au WNP: c'est lui qui a rédigé «par paquets» des rapports qui ont été retrouvés chez Libert en 1983, notamment un projet d'attaque du palais royal. «Ce projet, ce n'était évidemment pas sérieux, nous a dit Elnikoff vendredi, puisqu'en principe on travaillait avec la Sûreté et avec la police.» Le «vieux» soupçonne nombre de militants du WNP d'avoir été des «infiltrés de gauche», ce qui explique ce passage de la lettre: Je me suis fait pigeonner comme pas mal d'autres par des gens qui disaient avoir formé un élément valable dans le contexte européen.
Au sujet du double assassinat de la Pastorale, Elnikoff innocente Barbier sans apporter un seul élément concret de preuve, mais plutôt en argumentant l'innocence sur base d'éléments bien connus du dossier, et qui avaient d'ailleurs semé quelque doute dans l'esprit des jurés du Brabant en 1987. Elnikoff s'accuse en se bornant à dire qu'il avait exécuté la «mission» sur ordre de Latinus qui aurait expliqué que Fons Vandermeulen était un agent du KGB et était en contact avec un général soviétique. Elnikoff nous a dit lui-même ne guère croire à cette explication: il suppose que l'objectif réel du double assassinat était plutôt de supprimer la femme, Francesca Arcoulin, qui, selon Elnikoff, aurait été une ancienne amie d'un commissaire de la Sûreté. Elnikoff reprend ici une rumeur qui a circulé depuis quelques années dans certains milieux, mais qui n'a jamais trouvé confirmation.
Vendredi, quand il nous a répété verbalement ses aveux après son suicide manqué, Elnikoff nous a aussi fourni un faux détail sur l'arme utilisée selon lui pour abattre le couple de la Pastorale. «Je crois que j'avais pris mon colt...» nous a-t-il dit. Le couple avait été abattu par un pistolet FN 7,65 mm. Ce faux détail, il l'a répété à la PJ vendredi soir, avant de se rétracter.
Il n'est pas inutile de rappeler ici que, en 1983, quand Paul Latinus nous donna sa version en accusant Barbier, il nous précisa avoir détruit le pistolet, à la demande de Barbier, et il le fit en ces termes:
Je l'ai alors démonté. J'ai limé l'extracteur et l'intérieur du canon, j'ai limé le percuteur, j'ai passé toutes les pièces au détergent, j'ai scié le canon en deux et je me suis rendu près de Basse-Wavre, le long de la Dyle. J'ai jeté les morceaux dans la rivière, de part et d'autre d'un pont, un morceau du canon à gauche, un autre à droite. Même si un jour quelqu'un devait retrouver tous ces morceaux, ils ne pourraient plus servir à rien. L'arme était devenue blanche, non identifiable (Des taupes dans l'extrême droite, p. 64).
Nous n'avons jamais compris pourquoi depuis cette époque le juge Lyna n'a jamais ordonné de fouilles dans la Dyle à cet endroit. Le juge nous a dit que le lit de la rivière était sablonneux, que les recherches seraient inutiles et que même en cas de découverte d'une pièce de l'arme, cela ne prouverait rien, puisqu'elle était blanchie. Six ans après, nous continuons à croire que cette recherche aurait pu, peut-être, permettre de vérifier au moins la vraisemblance des propos que nous avait tenus Latinus fin 1983, six mois avant sa pendaison.
Le juge a déjà désigné un psychiâtre pour examiner Elnikoff. Il ordonnera sans doute d'autres devoirs d'enquête pour «bétonner» dans un sens ou dans l'autre le dossier Pastorale. Elnikoff a-t-il vraiment voulu se suicider? Le juge va désigner un expert électricien. Elnikoff a-t-il encore des révélations à faire? Peut-être parlera-t-il des deux attentats à la bombe commis début 1983 contre Air France, boulevard Adolphe Max, et contre l'ambassade de France, boulevard du Régent. Deux attentats qui à l'époque, au moment de l'extradition de Bolivie de Klaus Barbie, le bourreau de Lyon, furent attribués par la police à des fascistes. Peut-être aussi la Justice voudra-t-elle vérifier les accusations d'Elnikoff contre la Sûreté de l'Etat. Peut-être aussi voudra-t-elle savoir si Elnikoff dit vrai, quand il affirme avoir travaillé avec le SDRA, la Sûreté militaire belge, dans le cadre de l'enquête sur les attentats commis par les Cellules communistes combattantes (CCC) entre octobre 1984 et décembre 1985.
RENÉ HAQUIN.
Revenir en haut Aller en bas
auliffe
Invité



MessageSujet: Re: Elnikoff Christian   Sam 26 Mai 2007 - 10:52

Mardi 18 juillet 1989

Pastorale: les aveux d'Elnikoff embarrassent...
Le parquet de Bruxelles a confirmé lundi matin l'inculpation de Christian Elnikoff pour le double assassinat de la Pastorale, tout en qualifiant ses aveux rétractés de «prétendues révélations». L'affaire est donc mise à l'instruction, ce qui empêche pour l'instant la défense de Marcel Barbier, condamné à perpétuité pour ce double assassinat, d'engager une procédure en révision du procès de 1987.

Elnikoff a confirmé avoir bien tenté de se suicider. Il s'est accusé dans une série de lettres envoyées à des magistrats, des avocats, des services de police, des journalistes, pour donner un maximum de publicité à ses prétendues révélations, a déclaré en substance, lundi matin, le Premier substitut André Vandoren.
Un des avocats de Marcel Barbier, Me Vergauwen, avait également reçu, vendredi matin, la lettre de sept pages dans laquelle Christian Elnikoff s'accusait du double assassinat de la Pastorale en 1982 et disculpait Marcel Barbier. Me Vergauwen constate qu'Elnikoff n'apporte dans cette lettre aucun élément précis sur lequel s'appuyer pour rendre crédibles ses aveux deux fois rétractés. D'où un certain étonnement chez le défenseur de Barbier d'observer que le parquet semble ne pas accorder foi aux aveux, mais qu'Elnikoff est néanmoins inculpé et arrêté pour le double assassinat.
Tant que durera l'instruction du juge De Ruyver, il ne pourra être question d'envisager une procédure en révision du procès de Barbier aux assises du Brabant en mai 1987. Le parquet a précisé lundi que l'enquête est confiée à la police judiciaire, plus précisément au commissaire Marnette, du groupe de répression du banditisme, l'officier qui, en 1983, avait recueilli les aveux (rétractés par la suite) de Marcel Barbier.
R. Hq.
Revenir en haut Aller en bas
auliffe
Invité



MessageSujet: Re: Elnikoff Christian   Sam 26 Mai 2007 - 10:55

Mardi 25 juillet 1989
Elnikoff (WNP)
libéré
Le parquet de Bruxelles a confirmé lundi matin la remise en liberté de Christian Elnikoff, ce militant du groupe d'extrême droite «Westland New Post» (WNP) de Paul Latinus qui s'était accusé, le 10 juillet dernier, du double assassinat commis le 18 février 1987, rue de la Pastorale à Anderlecht, avant de rétracter ses aveux quelques jours plus tard, après une tentative de suicide raté. Il a été remis en liberté par la chambre du conseil de Bruxelles, à la fin de la semaine dernière, sans que le parquet ne fasse opposition à cette décision.
Revenir en haut Aller en bas
undercover



Nombre de messages : 2173
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: Elnikoff Christian   Sam 26 Mai 2007 - 11:42

Intéressant ce jeune homme...
Ne serait il point mort?

Une chose m'interpelle (le terme est mal utilisé) :
On se rend compte de la manipulation de Latinus envers ses hommes.

Mais qui manipulait Latinus?

Pourquoi avouer, puis se retracter? Que s'est il passé entre ces deux moments?

Autre question...
Que faisaitent ces documents chez Barbier? Pourquoi pas chez Latinus (le chef maréchal)? Volontaire? Provocation? Volonté de montrer qu'on était en possession de ces documents? Le but du WNP n'était il pas de se faire enfin connaitre?
Revenir en haut Aller en bas
EVE



Nombre de messages : 566
Age : 95
Localisation : BANDANEIRA
Date d'inscription : 12/03/2007

MessageSujet: CHER WAGNER.......   Sam 26 Mai 2007 - 14:11

cher wagner, il y a un probleme auquel vous devriez faire fort attention. je vous donne la reference de la lettre faite par vous :VEORD WOTAN C(?)2 HORNUNG 50 REFER/50/SERPE/3/OOOIO ORT BRU DURCH AUTORITES SEREG ET SIPO "nommé au rang officiel d officier fonctionnel du SEREGEX le junker MULLER du gruppe centra (?) land schelde zonac bru. tout pouvoir discreditaire et tout pouvoir pour l utilisation des gens qu il aurait recrute !!!!!!" Michel cela ne vas pas. Ce " MULLER" se vente d avoir la carte seregex et surtout de bientot posseder la carte sipo.Il se vente aussi qu avec ces deux cartes il pourrait effectuer des operations et celle ci a son gout avec les gens qu il aurait choisi.Tu n es pas sans savoir non plus qu il y a eu des problemes avec lui dimanche 31 02 83 lors de leur sortie en ville . michel je t ai deja prevenu contre christian il y a un mois et tu refais exactement la meme chose avec olivier .....(?) ...ETC ETC
Revenir en haut Aller en bas
auliffe
Invité



MessageSujet: Re: Elnikoff Christian   Sam 26 Mai 2007 - 15:41

Eve a écrit:
dimanche 31 02 83

Dimanche 31 février 83...ah oui, le dimanche des calendes grecques...

aïe, gigike va débarquer !
Revenir en haut Aller en bas
EVE



Nombre de messages : 566
Age : 95
Localisation : BANDANEIRA
Date d'inscription : 12/03/2007

MessageSujet: Re: Elnikoff Christian   Sam 26 Mai 2007 - 15:47

SI JE ME CASSE LE C... A RECOPIER DES TRUCS AUQUELS JE NE COMPREND RIEN , C EST EN ESPERANT VOUS INTERESSER ...VOS COMMENTAIRES M ENERVENT.....
Revenir en haut Aller en bas
Henry



Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: Elnikoff Christian   Sam 26 Mai 2007 - 16:00

Continuez Eve, c'est le but de ce forum, rassembler un maximum de détails, et c'est peut-être une chose insignifiante qui fera bouger l'affaire.
Eventuellement, revérifiez la date.
Revenir en haut Aller en bas
EVE



Nombre de messages : 566
Age : 95
Localisation : BANDANEIRA
Date d'inscription : 12/03/2007

MessageSujet: Re: Elnikoff Christian   Sam 26 Mai 2007 - 16:49

compris, desolee ! mais c est bien ecrit DIMANCHE 310283 . posez la question a VON SALZA !!!! queen
Revenir en haut Aller en bas
EVE



Nombre de messages : 566
Age : 95
Localisation : BANDANEIRA
Date d'inscription : 12/03/2007

MessageSujet: Re: Elnikoff Christian   Sam 26 Mai 2007 - 16:54

........." tu n es ps sans savoir que cette meme personnea voulu tout abandonner le 0102832000!!!!! " ...... (?)
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11296
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Elnikoff Christian   Jeu 15 Nov 2012 - 16:52


Christian Elnikoff était membre de EPE créé par Jacques Borsu et est ensuite passé à Yggdrasil.

Il y avait un membre français à l'EPE : François Hamon

François Hamon avait des contacts avec Jacques Borsu :

http://books.google.be/books?id=FM8UAQAAIAAJ&q=Fran%C3%A7ois+HAMON,+Jacques+BORSU&dq=Fran%C3%A7ois+HAMON,+Jacques+BORSU&hl=fr&sa=X&ei=OeSkUKe4Jcyp0AX4_oCoAg&ved=0CCwQ6AEwAA

(on voudrait en savoir plus !)

François Hamon avait aussi un véritable arsenal.

On sait aussi qu'on était admis au WNP par un parrainage. C'est Jean-Louis NEMRY (surnommé "Ulysse") qui a été le parrain de Christian ELNIKOFF (alias G. Béranger, alias Müller, se procurant "facilement" des armes).

Interview de Eric Lammers par Guy Bouten :

En 1979, pendant une dispute dans un bistrot j’ai tapé sur un marocain. Mon compagnon Jean-Louis Nemry a fini le boulot. Il l’a tué. C’était un vrai nazi. Son diminutif était « Ulysse »

_ _


En ce qui concerne les calendriers ... le document dont on parle sur le site suivant est intéressant :

http://anneesdeplomb.topdiscussion.com/t804-doc-barbier-robert-frere-de-marcel-transcription-agenda

Il s'agit probablement de la retranscription d'un "journal" tenu par Robert Barbier, frère de Marcel Barbier (WNP).

Wewelsburg, références à Wotan, calendrier "païen" (?), Solstice d'Yggdrasil, etc ... cela doit venir des cours de Michel Libert.

Il pourrait y avoir un langage "celtique" ... "50" pourrait désigner l'année de l'avènement de Hitler en 1932 + 50, c'est-à-dire 1982 ...

Pour les mois : franget, pranget ...

On retrouve aussi l'importance des solstices ...

Il faudrait relire le tout en gardant cela en tête.

En tout cas, Christian Elnikoff mériterait plus d'attention car il pourrait être une charnière entre des néo-nazis français (FANE) et des néo-nazis belges (Yggdrasil, etc) ... notamment pour des armes et explosifs ...



Revenir en haut Aller en bas
titu



Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 04/01/2014

MessageSujet: Re: Elnikoff Christian   Dim 20 Avr 2014 - 22:51

Quelqu'un disposerait de photos de Elnikoff et de Lucien Marbaix qui datent de l'époque ? Merci !
Revenir en haut Aller en bas
Et In Arcadia Ego



Nombre de messages : 1141
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: Elnikoff Christian   Sam 23 Aoû 2014 - 0:22

.


Dernière édition par Et In Arcadia Ego le Mar 9 Sep 2014 - 3:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
luanda



Nombre de messages : 572
Date d'inscription : 05/12/2013

MessageSujet: Re: Elnikoff Christian   Sam 23 Aoû 2014 - 12:03

«Ce double assassinat n'a servi à rien. Si c'est bien vous et pas Marcel Barbier qui avez tué Alphonse Vandermeulen et sa compagne Francesca Arcoulin en 1982, vous l'avez regretté par la suite? Vous en avez du remords?»
Il rit: «Remords? Zéro. C'était du boulot, pour moi. J'ai été pendant deux ans à Alger le chef d'un commando de tueurs, et je m'y réservais les boulots difficiles. Par exemple, j'ai flingué une salope dans un hôpital, pour un «travail» qui n'était pas terminé. Il y avait deux flics à la porte. Pour y arriver, j'avais passé une soutane et j'avais un bréviaire creux... Nous avions à notre actif plus de deux cents attentats avant le putsch d'Alger. Après, j'ai appartenu au groupe Lambda chargé de faire la police interne...»
-----

le faite de quitter m barbier pour m vandermeulen ,m francesca arcoulin devenait dangereusse pour le groupe latinus

le fait que barbier s accusse dans ce crime (pour latinus?) peut servir a prouver sa loyauter
le fait d incriminer lammers permet d exercer une pression sur lui afin qu il comete des
fait criminel pour le groupe et l obliger a tenir sa langue (latinus?)
comme les photo sur bulthot dans la confiture ,les titres du cure de wieze(van esbroek) et les lecteurs video tomber du camion permette que m bulthot ne soit pas trop regardant
sur les dates des vacances pennitenciere de certaines personnes incarcerrer ?
Revenir en haut Aller en bas
Henry



Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: Elnikoff Christian   Sam 23 Aoû 2014 - 22:49

Et In Arcadia Ego a écrit:
EVE a écrit:
........." tu n es ps sans savoir que cette meme personnea voulu tout abandonner le 0102832000!!!!! " ......    (?)

Le 02 janvier 1983 était un dimanche. En notation anglo-saxonne la date s'écrit mm/jj/aa (mois/jour/année)
2000 est très probablement l'heure de la réunion au cours de laquelle l'incident en question a pris place (20:00h)

Apparemment tout le monde avait compris, bravo ! cheers clown
Il s'agit du 01/02/1983 à 20H00'
Tous les documents du WNP sont datées de la même manière, j'ai sous les yeux 2401831205 soit 24/01/1983 à 12H05' ou 2606821200 soit 26/06/1982 à midi.
Je ne vois pas pourquoi vous allez chercher la notation USA Very Happy Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Et In Arcadia Ego



Nombre de messages : 1141
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: Elnikoff Christian   Sam 23 Aoû 2014 - 23:18

.


Dernière édition par Et In Arcadia Ego le Mar 9 Sep 2014 - 3:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Henry



Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: Elnikoff Christian   Sam 23 Aoû 2014 - 23:43

No problemo, EIAE mais notre amie, EVE, que je salue en passant nous parlait aussi d'un 31 mais nous avons vu quelle avait fait une erreur de transcription.
Il se trouve que j'avais quelques documents sous les yeux et cela m'avait un peu interpellé ,il me semblait utile de rectifier,sans mauvaise intention à votre égard car vous savez que je vous apprécie beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
Et In Arcadia Ego



Nombre de messages : 1141
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: Elnikoff Christian   Sam 23 Aoû 2014 - 23:52

.


Dernière édition par Et In Arcadia Ego le Mar 9 Sep 2014 - 3:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Et In Arcadia Ego



Nombre de messages : 1141
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: Elnikoff Christian   Sam 23 Aoû 2014 - 23:57

.


Dernière édition par Et In Arcadia Ego le Mar 9 Sep 2014 - 3:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Henry



Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: Elnikoff Christian   Dim 24 Aoû 2014 - 1:40

Von Salza, c'est Barbier, il travaillait chez Wackenhut qui gardait à l'époque City 2.
Le message était adressé à Wagner alias Michel Libert, alias aussi, Von Graffenberg, Libert travaillait au centre de transmission d'EVERE.
Les documents que j'ai sous les yeux proviennent du livre de René Haquin, ""Des taupes dans l'extrème droite".
Revenir en haut Aller en bas
Et In Arcadia Ego



Nombre de messages : 1141
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: Elnikoff Christian   Dim 24 Aoû 2014 - 14:22

.


Dernière édition par Et In Arcadia Ego le Mar 9 Sep 2014 - 3:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Henry



Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: Elnikoff Christian   Dim 24 Aoû 2014 - 18:21

Allez voir sur Amazone, taper simplement le titre et vous serez surpris, j'ai trouvé celui de Massart sur ce site alors que je ne le trouvais nulle part ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7022
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Elnikoff Christian   Mer 15 Juin 2016 - 19:51

Elnikoff surnommé le "Bancal". Il aurait eu donc un pied plus court que l'autre.

Tiens le "géant" des tueries ne fut-il décrit comme boitant ou trainant la jambe?


_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
Merovingien



Nombre de messages : 164
Date d'inscription : 23/06/2011

MessageSujet: Re: Elnikoff Christian   Jeu 16 Juin 2016 - 9:00

michel a écrit:
Elnikoff surnommé le "Bancal". Il aurait eu donc un pied plus court que l'autre.

Tiens le "géant" des tueries ne fut-il décrit comme boitant ou trainant la jambe?


Vous vous trompez Michel.
Elnikoff était le vieux de la bande, il est né en 1932 et avait donc 50 ans en 1982 et 53 ans en 1985. Il était en tôle pendant la pause des TBW. Il en est ressorti fin août 1985 ...
C'est son compagnon Jean Paul Dauphin, également membre du WNP et plus jeune, qui est le 'Bancal' et qui a un drôle de marche.
Ces deux personnages sont fort intéressant!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Elnikoff Christian   Aujourd'hui à 9:08

Revenir en haut Aller en bas
 
Elnikoff Christian
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» christian Barnard : les greffes du coeur.
» Archives de Christian Soudet: les ovnis en Seine-Maritime
» RELATION DU PRIMAT CHRISTIAN DE BELGIQUE AVEC LE VATICAN
» 11/03 Anniversaires : Bossy, Christian Garnotel, Fanfoué, Gal82, Moter, Pierreaxe
» Bon anniversaire Girardeau Christian et Jerodia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Who's who :: les suspects-
Sauter vers: