les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Demol, Johan

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
undercover

avatar

Nombre de messages : 2182
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: Demol, Johan   Sam 16 Juin 2007 - 14:58

Le souci n'est pas de savoir si il formait une bonne équipe avec Nols.
Mais pourquoi le document a été gardé aussi longtemps.
Qu'est ce qui est le plus punissable?
Avoir signé un document d'adhesion ou l'avoir gardé autant d'années pour le sortir au moment opportun?
Question de valeur, me direz vous?

N'a t il pas un frere , officier à la gendarmerie à la meme époque???
Revenir en haut Aller en bas
Anonymou
Invité



MessageSujet: Re: Demol, Johan   Sam 16 Juin 2007 - 15:10

undercover a écrit:
Je connais cela, avec certains appartements et zone P.
Mais je pense à autre chose, encore.

Et si vous nous disiez ce à quoi vous pensez !
Revenir en haut Aller en bas
st@rik



Nombre de messages : 61
Localisation : brabant wallon
Date d'inscription : 07/03/2007

MessageSujet: Re: Demol, Johan   Sam 16 Juin 2007 - 20:35

C'est bien dans "solidaire" le journal du PTB qu'a été publié le document accusateur de Demol non ?
Revenir en haut Aller en bas
undercover

avatar

Nombre de messages : 2182
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: Demol, Johan   Sam 16 Juin 2007 - 21:18

st@rik a écrit:
C'est bien dans "solidaire" le journal du PTB qu'a été publié le document accusateur de Demol non ?

Le document n'était pas un faux. Sur ce sujet, je pense qu'il n'y avait pas de doute?
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin
avatar

Nombre de messages : 8005
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Demol, Johan   Sam 16 Juin 2007 - 21:32

undercover a écrit:
st@rik a écrit:
C'est bien dans "solidaire" le journal du PTB qu'a été publié le document accusateur de Demol non ?

Le document n'était pas un faux. Sur ce sujet, je pense qu'il n'y avait pas de doute?

Ce n'est pas l'avis de Francis Dossogne.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
billbalantines



Nombre de messages : 1364
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Demol, Johan   Sam 16 Juin 2007 - 21:46

st@rik a écrit:
C'est bien dans "solidaire" le journal du PTB qu'a été publié le document accusateur de Demol non ?

Où trouve-t-on les meilleurs infos sur l'extrême-droite? Dans les canards d'extrême-gauche... ; Où trouve-t-on les meilleurs infos sur l'extrême-gauche... rabbit
Mais la question est aussi...qui tire les ficelles en refilant les infos...? Basketball
Revenir en haut Aller en bas
undercover

avatar

Nombre de messages : 2182
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: Demol, Johan   Dim 17 Juin 2007 - 9:11

michel a écrit:
undercover a écrit:
st@rik a écrit:
C'est bien dans "solidaire" le journal du PTB qu'a été publié le document accusateur de Demol non ?

Le document n'était pas un faux. Sur ce sujet, je pense qu'il n'y avait pas de doute?

Ce n'est pas l'avis de Francis Dossogne.
Il nie le fait que Demol se soit inscrit ou le fait qu'il soit resté?
Car c'est différent.
Citation :
Mais la question est aussi...qui tire les ficelles en refilant les infos...? Basketball
Exact Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin
avatar

Nombre de messages : 8005
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Demol, Johan   Dim 17 Juin 2007 - 10:35

Dossogne semblait vouloir dire que Demol n'avait jamais été membre du Front.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
undercover

avatar

Nombre de messages : 2182
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: Demol, Johan   Sam 30 Juin 2007 - 23:59

Si j'ai bon souvenir il a fini par reconnaitre qu'il avait été membre pendant une période assez courte. Mais je fais peut etre erreur.
Mais l'important n'est pas la. Qu'il ait fait ou non parti de ce groupement, n'a pas beaucoup d'importance.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 14289
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Demol, Johan   Lun 1 Jan 2018 - 15:51


https://fr.wikipedia.org/wiki/Johan_Demol

http://www.dhnet.be/actu/belgique/johan-demol-ma-carriere-politique-est-derriere-moi-51b7a9b8e4b0de6db9866f23

http://www.lalibre.be/actu/belgique/johan-demol-vb-reconnait-et-minimise-51b89a59e4b0de6db9b2292b

_ _ _

Le nom de Johan Demol se retrouva en janvier 1982 sur une liste du Bureau central de recherche comme extrémiste de droite, comme Michel Vanhove, qui fit partie comme lui du groupe Diane (c'est l'ESI, l'escadron spécial d'intervention)

_ _ _

http://www.dekamer.be/FLWB/PDF/49/0573/49K0573010.pdf






Revenir en haut Aller en bas
pami75



Nombre de messages : 473
Date d'inscription : 23/04/2013

MessageSujet: Re: Demol, Johan   Lun 1 Jan 2018 - 16:26

HERVE a écrit:


_ _ _

Le nom de Johan Demol se retrouva en janvier 1982 sur une liste du Bureau central de recherche comme extrémiste de droite, comme Michel Vanhove, qui fit partie comme lui du groupe Diane (c'est l'ESI, l'escadron spécial d'intervention)

_ _ _


Michel Van Hove impliqué dans l'incendie de POUR (motards venant du café "De Pomp", lieu où les armes de Dekaise auraient été entreposées - voir fil "Bruno Vandeuren")

Qui étaient ses complices fréquentant "De Pomp" ?
Qui sont les protagonistes impliqués dans cet incendie? (cfr fil "POUR")
Revenir en haut Aller en bas
Human



Nombre de messages : 240
Date d'inscription : 21/11/2015

MessageSujet: Re: Demol, Johan   Lun 1 Jan 2018 - 16:50




A la fin des années 70, Demol est membre du Front de la Jeunesse, une milice privée, unitariste, royaliste et raciste. A cette même époque, Demol exerce sa fonction de gendarme auprès de l’Escadron Spécial d’Intervention (ESI).

Le soir

Mardi matin, il y avait collège à Schaerbeek. L'affaire Demol est revenue sur le tapis : le bourgmestre Francis Duriau a annoncé à ses échevins ce que tout le monde pressentait. Lors de son entrevue avec le commissaire la semaine passée, ce dernier a avoué avoir adhéré au Front de la jeunesse en 1979. Cette déposition a été actée par procès verbal et envoyée au gouverneur et au ministre de l'Intérieur.

Revenir en haut Aller en bas
Human



Nombre de messages : 240
Date d'inscription : 21/11/2015

MessageSujet: Re: Demol, Johan   Lun 1 Jan 2018 - 16:55

HERVE a écrit:

Le nom de Johan Demol se retrouva en janvier 1982 sur une liste du Bureau central de recherche comme extrémiste de droite, comme Michel Vanhove, qui fit partie comme lui du groupe Diane (c'est l'ESI, l'escadron spécial d'intervention)

Février 1994 — Johan Demol est nommé commissaire en chef de la police de Schaerbeek (commune de Bruxelles) par le ministre socialiste de l’Intérieur Louis Tobback... avec l’appui du SP et du bourgmestre Francis Duriau.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 14289
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Demol, Johan   Mer 9 Jan 2019 - 13:24


(Le Soir)

LE DOSSIER NOIR DU COMMISSAIRE DE SCHAERBEEK STARSKY ET HUTCH A LUI TOUT SEUL SCHAERBEEK EXIGE LA PLEINE LUMIERE

Mis en ligne le 15/01/1996 à 00:00
 Par Jean-Claude Vantroyenet Pierre Hannaert

Le dossier noir du commissaire de Schaerbeek

Johan Demol fut-il militant du Front de la Jeunesse ? Le «Morgen» accuse. Le commissaire nie. Farouchement.


Le week-end fut fiévreux à Schaerbeek. C'est que la manchette du «Morgen» de samedi matin accusait le commissaire en chef de la commune bruxelloise d'avoir été membre du Front de la jeunesse, ce groupe actif d'extrême droite de la fin des années 70. Mais l'intéressé nie. Fermement.

- Ce que dit le «Morgen» n'est qu'un tissu de mensonges, assène-t-il.

Mais que dit exactement Walter De Bock, qui signe cet article ?

Il affirme qu'à quatre reprises le nom de l'actuel commissaire en chef de Schaerbeek, qui fut gendarme jusqu'en avril 1980, policier à Bruxelles puis commissaire en chef de Schaerbeek dès février 1994, fut cité dans des dossiers d'extrême droite.

Un. En mars 1980, le parquet décida d'entamer une enquête pour définir le rôle de Johan Demol dans le Front de la jeunesse; une perquisition fut décidée, mais elle fut différée au dernier moment.

Deux. Quelques mois plus tard, la BSR de Bruxelles signala aux responsables de la police de Bruxelles que M. Demol était membre du Front. Une information restée sans suite.

Trois. Le nom de Johan Demol se retrouva en janvier 1982 sur une liste du Bureau central de recherche comme extrémiste de droite, comme Michel Vanhove, qui fit partie comme lui du groupe Diane (c'est l'ESI, l'escadron spécial d'intervention), qui quitta la gendarmerie en même temps que lui et qui fut condamné par la cour d'appel de Bruxelles, le 24 novembre 1982, à trois ans de prison pour l'incendie du journal « Pour».

Quatre. Un rapport «secret», mais dont Walter De Bock publie un fac-similé, rédigé par le major de gendarmerie Kensier, en octobre 1984, sur le vol d'armes à l'ESI en janvier 1982, cite le nom de Johan Demol, avec ceux d'autres ex-membres de l'ESI, Vanhove et Godin, avec ces mots : «... Un lien existe entre toutes les personnes précitées, à savoir leur sympathie ou leur appartenance à un mouvement d'extrême droite».

- Tout ceci est une cabale, un tissu de mensonges, réagit fermement Johan Demol. Je m'étonne qu'un rapport de gendarmerie me cite, quatre ans après que je l'eus quittée, sans qu'on me mette au courant. Je m'étonne évidemment que ce rapport secret arrive dans la presse et qu'aucune autorité ne s'en offusque. Quant au contenu de ce rapport, je le mets sérieusement en doute. Je n'ai jamais été membre du Front de la jeunesse, je n'ai jamais eu d'activité d'extrême droite.

Il ajoute qu'il pense déposer plainte en diffamation contre le «Morgen», son rédacteur en chef Yves Desmet et Walter De Bock.

- À Schaerbeek, la police travaille. Les autorités judiciaires, la commune et la population en sont heureux. Mais ça crée des jalousies. C'est sans doute de là que viennent ces attaques.

Walter De Bock ajoute encore qu'en quittant la gendarmerie Johan Demol voulait travailler pour Jean-François Ferrari-Calmette, un extrémiste de droite, ami intime de feu Paul Latinus qui fut, lui, leader du Westland New Post.

- J'ai en effet connu Calmette vers le milieu des années 70, admet Johan Demol. Nous fréquentions le même club de karaté. Il a pris contact avec moi début 1980, pour me demander de travailler dans l'agence de gardiennage qu'il créait. J'ai refusé.

Qui croire ? C'est toujours le même problème. Nous pouvons cependant fournir l'un ou l'autre élément supplémentaire dans ce dossier.

Francis Dossogne, qui fut le patron du Front de la jeunesse, a affirmé au «Soir» ne pas se souvenir d'avoir connu Demol dans les rangs du Front ni dans ceux du groupe G, qui regroupait des gendarmes proches du Front. Un conseiller communal schaerbeekois, Patrick Sessler, issu du Front de la jeunesse, confirme, dans un communiqué, que le commissaire Demol n'en a jamais été membre.

D'autre part, il semble étrange que ces accusations n'aient jamais été soulevées lors de l'accession de Johan Demol aux titres de commissaire adjoint, commissaire et commissaire en chef, mandats pourtant sévèrement contrôlés et pour lesquels le procureur du Roi, le gouverneur de province et le ministre de l'Intérieur visent le dossier.

Par ailleurs, il semble étrange que M. Demol affirme ne pas connaître des gens comme Vanhove ou Godin, avec qui il a travaillé à l'ESI. Surtout Michel Vanhove, qui a quitté la gendarmerie le même jour que l'actuel commissaire de Schaerbeek.

Hier déjà, le bourgmestre de Schaerbeek a écrit au ministre de l'Intérieur, Johan Vande Lanotte, pour lui demander de prescrire une enquête afin de confirmer ou d'infirmer les informations du «Morgen». Et, ce matin, le collège de la commune se réunit et auditionne le commissaire en chef.

JEAN-CLAUDE VANTROYEN

_

Schaerbeek exige la pleine lumière

A Schaerbeek, les esprits se sont quelque peu échauffés ce week-end. Tout le monde avait son mot à dire, de conviction profonde en appétit de faire la lumière. Ce lundi matin, en tout cas, le collège des bourgmestre et échevins se réunit. But : entendre le commissaire en chef et décider de l'attitude de la majorité à son égard.

- Pour le moment, en tout cas, je lui maintiens toute ma confiance, affirme le bourgmestre Francis Duriau. Tout le monde sait que j'aime beaucoup mon commissaire en chef. Il a transformé ma police : elle est maintenant complète et affiche un excellent état d'esprit. Mais c'est vrai qu'il faut voir clair.

D'où la demande du maïeur au ministre de l'Intérieur Johan Vande Lanotte de diligenter une enquête interne pour faire toute la lumière sur cette affaire.

- Ou bien c'est exact, et je ne comprends pas qu'il n'y ait pas eu d'instruction jusqu'ici ni comment M. Demol a pu passer le sévère barrage de ses nominations. Et c'est vrai que je serais déçu, d'autant plus que M. Demol m'a encore donné sa parole ce dimanche matin qu'il n'avait jamais milité dans l'extrême droite. Ou bien c'est inexact, et il faut le dire très clairement, et je ne comprends pas non plus comment ce genre d'attaques peut se faire.

Un complément d'enquête, c'est également ce que veulent d'autres personnalités politiques de Schaerbeek : Michel De Herde (FDF), Xavier Winkel (Écolo) ou Roland De Linge (PS).

- On ne connaîtra la vérité que s'il y a complément d'enquête, dit M. De Herde. C'est au ministre de l'Intérieur de l'ordonner.

- D'ici une semaine, ajoute M. Winkel, en fonction des informations dont nous disposerons, nous devrons décider si nous maintenons notre confiance envers Johan Demol ou si nous demandons sa suspension.

C'est que l'affaire dépasse le commissaire en chef lui-même. C'est toute l'image de la nouvelle majorité et de sa police qui est en cause.

- Si ça reste dans le flou, imaginez les réactions de la population, et surtout des jeunes Maghrébins et des associations qui oeuvrent dans le social, lance Michel De Herde. La police pourrait ne plus être respectée et ce serait un grave problème.

- Ça va empoisonner le climat, surenchérit Roland De Linge. On veut donner une autre image de Schaerbeek, ça va mieux et, hop, patatras... C'est dommage !

J.-C. V.

_

Starsky et Hutch à lui tout seul

Il y a presque un an, «Le Soir» titrait : «Les agents ont retrouvé le moral grâce aux méthodes du nouveau commissaire Demol». Et c'est vrai qu'en 1993 les policiers de Schaerbeek descendaient dans la rue pour exprimer leur ras-le-bol. Primes insuffisantes, mauvaises conditions de travail, démoralisation : les flics fuyaient massivement Schaerbeek. Et voilà qu'en 1995 c'était le regain. La police de Schaerbeek affiche aujourd'hui complet, les statistiques montrent une plus grande efficacité de la police, les agents se retrouvent dans la rue, aucun quartier n'est plus abandonné. Si l'on ose un mauvais jeu de mots, le corps de police de Schaerbeek a été dopé, c'est sûr.

Par quoi ? Non : par qui ? Johan Demol évidemment. Il a 38 ans aujourd'hui, il est commissaire en chef depuis février 1994 seulement et il a changé le petit monde policier de sa commune. On ne peut lui dénier des qualités de gestionnaire, de meneur d'hommes, ni des résultats. Et dans les rues de Schaerbeek, on n'en est pas malheureux. On ne peut lui dénier non plus une image de musclé.

- C'est une réputation qu'on m'a faite, sourit-il. Ce que nous faisons à Schaerbeek, c'est un travail de police, un vrai, mais dans le plus pur respect des règles légales. Il n'y a pas eu une bavure depuis que je suis à la tête de la police de Schaerbeek. Et il n'y a aucun corps de police de l'ensemble de la région où les règles légales sont aussi scrupuleusement respectées.

Mais le commissaire ne déteste pas la notoriété. Il accorde facilement des interviews. À «Humo», à «La Dernière Heure». Et même au journal interne du Vlaams Blok dernièrement : toute une double page. Il invite même VTM à venir filmer ses interventions dans la rue.

- Il ferait mieux de fournir des agents à la sortie des écoles pour contrer le racket et le deal, intervient Roland De Linge, échevin de l'instruction publique, qui n'apprécie pas toujours le côté trop médiatique du commissaire.

Johan Demol, c'est Starsky et Hutch à lui tout seul, lancent d'aucuns. Une réputation qui ne semble pas devoir vraiment déplaire à monsieur le commissaire.

J.-C. V.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 14289
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Demol, Johan   Mer 9 Jan 2019 - 13:33


(Le Soir)

D'UN COLONEL A L'AUTRE, L'ENQUETE SUR LE VOL DES ARMES DE L'ESI EN JANVIER 1982 TUERIES:UN RAPPORT COUVE,UN AUTRE OUBLIE

Mis en ligne le 21/05/1997 à 00:00
  Par René Haquin

(...)

Une liste de six anciens gendarmes transmise dès janvier 1982 par le BCR fit l'objet de vérifications. Mais le député Deleuze fait observer qu'un de ces ex-gendarmes, Johan Demol, alors passé à la police de Bruxelles (et actuel patron de la police de Schaerbeek) ne fut pas inquiété. Il était à l'époque de coutume de ne pas s'immiscer dans les affaires des autres services de police, répond Demessemakers.

L'enquête interne fut reprise par le colonel Gérard Lhost à son retour de congé, en février 1982. Dans son rapport de mai 1983, Gérard Lhost notait que les vérifications sur une intervention des milieux d'extrême droite, sur un ancien armurier ou sur les milieux albanais étaient toutes négatives, et concluait que de nombreuses pistes ont été suivies, mais en vain.

(...)

Dans un rapport d'octobre 1984 signé par son supérieur de l'époque le major Kensier, Alain Lemasson relevait dans la liste des six anciens gendarmes (dont trois anciens de l'ESI) leur sympathie ou leur appartenance à un mouvement d'extrême-droite. Il concluait que ces constatations pouvaient inciter à voir le vol des armes sous un angle nouveau, que les activités du WNP visaient en effet à créer un sentiment d'insécurité dans les organismes officiels et ce, afin de provoquer un renforcement des services de sécurité, qu'enfin il n'est pas interdit d'imaginer que le vol des armes ait pu être orchestré suivant les mêmes principes idéologiques afin de démontrer les carences de notre système de sécurité...

Son rapport, transmis par la voie hiérarchique, comme une invitation à reprendre l'enquête, resta lettre morte. Oublié. Lemasson en eut plus tard la confirmation en apprenant que le coordinateur des enquêtes sur les tueries n'en avait lui-même pas connaissance.

Sur une question du député Deleuze, le colonel Lemasson confirme que son rapport d'octobre 1984 fut principalement basé sur des informations figurant déjà dans le dossier du colonel Lhost avant que ce dernier rédige en mai 1983 ses conclusions sur le caractère négatif d'une éventuelle intervention de milieux d'extrême droite dans le vol des armes de l'ESI.

(...)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 14289
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Demol, Johan   Mer 9 Jan 2019 - 13:43


(Le Soir)

Mis en ligne le 5/01/1999 à 00:00

Le danger Demol, plus imminent que jamais

Celui qui n'a pas nos répugnances nous répugne, a écrit Paul Valéry. Le Vlaams Blok et Johan Demol ayant les mêmes répugnances, c'est en toute logique que le parti fasciste l'a enrégimenté le 24 février, juste un mois après que Johan Vande Lanotte l'eut démis de ses fonctions de commissaire en chef de Schaerbeek. Face aux objectifs, le président Frank Vanhecke lui a remis la carte de membre n o 69.511.

Le livre «Danger Demol», d'Eric Goeman et Ron Hermans, retrace le parcours de cet utopiste animé d'un idéal ascétique, jusqu'à ce qu'il devienne, aujourd'hui, le cheval de Troie du Blok à Bruxelles. Sitôt que l'ouvrage fut traduit en français, les «blokkers» ont déposé plainte en référé au tribunal de première instance de Bruxelles, et réclament un dédommagement de 10,5 millions de francs (260.288,20 R). On en saura plus ce mardi...

Né le 9 juin 1957, ce fils de boucher, issu d'une famille bourgeoise dont l'entreprise située à Alsemberg se nomme «Au repos du Wallon», a tôt la vocation de gendarme. Membre de l'Escadron spécial d'intervention (ESI), Johan Demol adhère en même temps au Front de la jeunesse, une milice privée unitariste, royaliste et raciste aujourd'hui dissoute. Quelques années après, il se tourne donc vers le Blok, séparatiste, antiroyaliste, mêmement raciste.

«POURQUOI PAS LE CVP?»

La girouette Johan Demol, quels que fussent ses idées, récrit son discours, par pur opportunisme électoral. Je suis bruxellois de naissance, je l'ai montré à suffisance et j'en suis fier, a-t-il déclaré au cours d'une interview pour le «Vlaams Blok Magazine». Durant toute mon existence, je me suis senti flamand. Par contre, je ne pourrais pas m'imaginer être wallon.

Raciste avéré, fasciste démasqué, chantre d'une politique sécuritaire musclée, Johan Demol a pourtant joui d'une complaisance équivoque. Sous la plume de l'éditorialiste du «Laatste Nieuws», Luc Van der Kelen, on a lu, comme le rappellent les auteurs de «Danger Demol»: De quoi s'agit-il dans le cas de Demol, si on ne peut trouver autre chose contre lui qu'une brève affiliation à une organisation dont on sait aujourd'hui qu'elle ne valait rien? Ce dont il s'agit, en réalité, c'est du fait que Demol accomplit bien son travail de commissaire en chef.

De même que les édiles schaerbeekois l'ont révéré pour sa prétendue incorruptibilité, de même, dans le landerneau politique, quelques-uns lui ont fait les yeux de Chimène. N'est-ce pas la ministre flamande Brigitte Grouwels, qui regrettait qu'un policier si probe ait rallié le Vlaams Blok, au lieu du CVP...

E. L.

«Danger Demol», Eric Goeman et Ron Hermans, éditions EPO, 215 p. (698 F, 17,3 R).

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Demol, Johan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Demol, Johan
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Bienvenu à toi Johan
» Johan Livernette sur “le meurtre du père” et le mondialisme luciférien
» Bon annif Johan !
» Johan David Akerblad
» PARUTION DE TIBET VOYAGE EN TERRE INTÉRIEURE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Who's who :: Autres-
Sauter vers: