les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Frédéric Godefroid

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
michel
Admin


Nombre de messages : 7022
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Frédéric Godefroid   Mar 19 Juin 2007 - 21:02

Dit "Fredo". Commissaire à la police judiciaire de Bruxelles, il fut révoqué en 1983 pour avoir exploité un club privé où on se livrait à la prostitution. Il se recycla ensuite dans le banditisme avec certains autres truands. En 1992, il va comparaître devant le tribunal correctionnel de Bruges avec une trentaine de complices pour une quantitée de méfaits impressionnants : vol à main armée, vol avec effraction, vol de voitures, vol de bijoux, port d'armes prohibés, port de faux nom et de faux titre. Le Procureur demanda 20 ans de prison.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
Feu Follet



Nombre de messages : 643
Age : 50
Localisation : Charleroi
Date d'inscription : 08/01/2010

MessageSujet: Re: Frédéric Godefroid   Dim 7 Fév 2010 - 18:54

Ne serait-ce pas le policier lié à la découverte de la Santana suédoise ? Il travaillait avec Frans Reyniers, si je ne m'abuse...
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7257
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Frédéric Godefroid   Dim 7 Fév 2010 - 20:06

je ne sais plus
je pense plustot une braquage 2 ans après le constat du Santana, mais c'était Qui?
Revenir en haut Aller en bas
Cusmenne Claude



Nombre de messages : 979
Date d'inscription : 23/10/2009

MessageSujet: Re: Frédéric Godefroid   Ven 4 Fév 2011 - 12:13

il semble que cette personne est décédée... qqn en sait il d'avantage ?
Revenir en haut Aller en bas
Feu Follet



Nombre de messages : 643
Age : 50
Localisation : Charleroi
Date d'inscription : 08/01/2010

MessageSujet: Re: Frédéric Godefroid   Ven 4 Fév 2011 - 12:46

Je ne le retrouve pas sur le net, à part sur ce forum. Et Frans Reyniers ? Qu'est-il devenu ?
Revenir en haut Aller en bas
FAITESVITE



Nombre de messages : 989
Date d'inscription : 08/10/2010

MessageSujet: Re: Frédéric Godefroid   Sam 5 Fév 2011 - 1:04

@FF j'ai pas d'infos là dessus en revanche on sait maintenant qu'il n'y a jamais eu de Santana Suédoise. Les fameux bon suèdois retrouvés calcinés ds la santana sont en fait des documents présents dans toutes les santana puisqu'elles étaient fabriquées en suèdes et que certains documents de bords etaient redigés dans la langue u pays de production...donc un mystere de moins .
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7257
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Frédéric Godefroid   Jeu 13 Mar 2014 - 18:27

Citation :
LE TUEUR DE MINUIT LOGE UNE BALLE DANS LA TETE DE SA PROIE REGLEMENT DE COMPTES A KOEKELBERG
VUILLE,NICOLAS
Page 13
Jeudi 13 août 1992
Le tueur de minuit loge une balle dans la tête de sa proie
Règlement de comptes à Koekelberg
Dans la nuit de mardi à mercredi, un homme a été froidement abattu à Koekelberg alors qu'il rentrait chez lui, rue du Château. Peu après minuit, mercredi matin, Guy Mariavelle, 43 ans, venait d'ouvrir la porte du garage, avec sa commande à distance. Son box de garage se situait à l'arrière de bâtiments sis 8-12 rue du Château. Tapi dans l'ombre, un homme a surgi. Il a brandi une arme, s'est précipité sur Guy Mariavelle et lui a logé une balle dans la tête.
L'ASSASSIN NE S'EST PAS
SOUCIÉ DU TÉMOIN
M. Mariavelle a été tué sur le coup. Il s'est écroulé dans une flaque de sang devant la porte ouverte de son garage.
Au moment des faits, la victime était accompagnée de sa compagne, Josiane, qui a vu l'assassin prendre la fuite. Le tireur ne s'est pas intéressé à elle. Il a concentré son acte criminel sur Guy Mariavelle.
La victime était garagiste à Koekelberg où il était associé à trois partenaires.
Selon le parquet de Bruxelles, Guy Mariavelle était connu pour des faits de vol et de recel.
Son nom avait été notamment cité dans le cadre de l'affaire Godfroid, ancien commisssaire à la PJ de Bruxelles, condamné à douze ans en avril dernier par le tribunal correctionnel de Bruges pour une série de délits.
La «bande à Godfroid» était notamment poursuivie pour une impressionnante série de vols à main armée, commis aux quatre coins du pays. Le tribunal avait reconnu son implication dans la plupart des faits qui lui étaient reprochés. L'ex-commissaire niait toute implication dans ces faits, à l'exception d'un vol à main armée commis contre une bijouterie de Hoboken (2 millions de butin), deux vols à main armée commis à Blankenberge et à Ypres.
À l'issue de la lecture du jugement le condamnant, l'ex-commissaire s'était écrié: On veut me punir pour mon passé de commissaire à la PJ.
DES RÉVÉLATIONS
QUI ONT DÉMANTELÉ LA BANDE
Le Parquet, qui avait requis vingt ans, a interjeté appel à l'issue de ce procès où comparaissaient trente-quatre prévenus. Guy Mariavelle avait écopé d'un mois de prison avec sursis. Il était le 23e prévenu de ce méga-procés et avait été cité pour complicité de vol.
Il aurait été, en compagnie de l'ex-épouse de Fredéric Godfroid, à l'origine des révélations ayant mené au démantèlement de la bande dirigée par l'ex-commissaire de la PJ.
Les enquêteurs privilégient la piste d'un règlement de comptes.
Le tueur s'est, rappelons-le, en effet directement dirigé vers sa victime, ignorant sa compagne. Et rien n'a été volé.

N. V.



GODFROID : DIX ANS EN APPEL
SURMONT,EDDY
Page 16
Mardi 22 décembre 1992
Surprises en cour d'appel de Gand
Godfroid: dix ans en appel
Il aura fallu presque toute la journée de lundi, au président De Corte de la cour d'appel de Gand, pour donner lecture du verdict dans l'«affaire Godfroid»; un verdict d'une centaine de pages! Étant donné que presque tous les inculpés étaient francophones, il fallait que chaque phrase soit minutieusement traduite par un traducteur assermenté. Avec l'autorisation de la défense je vais passer certains passages, a annoncé le président.
Peu de public dans la salle d'audience bien gardée. Vu la réputation de l'ex-commissaire de la PJ de Bruxelles et de ses copains sévèrement condamnés, en première instance, par le tribunal correctionnel de Bruges le 27 avril, il n'était pas question de prendre des risques.
En correctionnelle, le procureur du Roi Jean-Luc Cottyn avait exigé vingt ans de prison ferme pour Frédéric Godfroid impliqué dans une série impressionnante d'attaques et de vols à main armée et d'autres faits qui vont du vol de voitures au port d'armes prohibées, en passant par trafic de stupéfiants et prise d'otages.
Godfroid et ses deux lieutenants Angel Gonzales et Alain Lavigne avaient été arrêtés à Ostende en décembre 1991 par la PJ de Bruges. Les trente et un autres inculpés ont été démasqués lors de l'enquête.
Le prononcé du verdict de la cour d'appel de Gand a donné lieu à quelques surprises de taille. Pour commencer, la condamnation de Frédéric Godfroid à dix et non à douze ans de prison. Ceci étant considéré comme la peine maximale puisque les deux dossiers contre Godfroid, pour des faits semblables perpétrés en 1989 et en 1990, ont été joints. Par contre, la peine de dix ans de prison de Angel Gonzales Garcia-Caro a été maintenue.
Autre grosse surprise, la condamnation à huit ans de prison ferme du français Jean-Luc Bernard et de Pascal De Boeck, domiciliés à Rhode Saint-Genèse. Le tribunal correctionnel s'était déclaré incompétent, en première instance.
Restaient encore le «menu fretin» De Keirsmaekers, condamné à deux ans de prison à Bruges et qui a vu sa peine réduite à neuf mois de prison ferme et quinze mois avec sursis. Quant à François Moyaert, accusé d'avoir renseigné la «bande Godfroid» quant à la façon de s'attaquer aux magasins GB, où il faisait partie de la sécurité, sa peine d'un an avec sursis a été transformée en six mois de prison ferme et six mois avec sursis. Seuls Godfroid, son lieutenant Angel Gonzales Carcia-Caro et Pascal De Boeck étaient présents.
EDDY SURMONT


à p peine six mois après ce meurtre le cour d'appel réduit certaines peines de 12 à dix mois

moralité ? pas de rapport ?
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7257
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Frédéric Godefroid   Jeu 13 Mar 2014 - 18:37

pas de rapport !!

Citation :
L'ASSASSINAT DE KOEKELBERG ELUCIDE DES AMANTS DIABOLIQUES DEMASQUES APRES TROIS ANS

VAN VAERENBERGH,OLIVIER

Page 17

Mardi 30 avril 1996

L'assassinat de Koekelberg élucidé

Des amants diaboliques

démasqués après trois ans

Il aura fallu trois ans aux enquêteurs de la PJ pour découvrir les assassins de Guy Mariavellé, l'importateur bruxellois des motos Harley Davidson.

Le 12 août 1992, vers minuit, Guy Mariavellé, 42 ans, rentre chez lui, rue du Château, à Koekelberg, en compagnie de sa concubine, Josiane Delongueville, 40 ans. Il ouvre la porte de son garage. Un homme surgit, un revolver à la main; il s'approche et, sans l'ombre d'une hésitation, loge une balle dans la tête de Guy.

L'enquête s'orientera rapidement vers un règlement de comptes. Guy Mariavellé n'était en effet pas un inconnu pour la justice. Patron d'un garage Harley Davidson à Bruxelles, qu'il exploitait en compagnie de Josiane, Mariavellé avait comparu devant le tribunal correctionnel de Bruges, en compagnie de 33 autres personnes. Celles-ci faisaient partie de la « bande à Godefroid», du nom de cet ancien commissaire de la PJ de Bruxelles, cerveau d'une bande spécialisée dans les attaques à main armée. Guy Mariavellé avait écopé d'un mois avec sursis : il avait été à l'origine des révélations menant au démantèlement de la bande.

Mariavellé avait un concurrent du nom d'André De Bever, un garagiste schaerbeekois, âgé de 48 ans aujourd'hui, mais qui était aussi... l'amant de Josiane depuis de nombreux mois. La fortune de Guy décida les deux amants à se débarrasser du gêneur qu'il était pour eux.

Selon une source non officielle, l'occasion se serait présentée lorsque Josiane a rendu visite à André, alors détenu en prison dans le cadre d'une autre affaire. Josiane y rencontra Yasmina Charbonnel, une serveuse dans un bar du boulevard Anspach. Elle-même rendait visite à un ami que nous appellerons Mario. Les deux femmes firent connaissance, devinrent amies. Josiane en vint même à expliquer à Yasmina son intention de tuer Guy Mariavellé. La nouvelle ne tomba pas dans l'oreille d'une sourde : Mario ferait très bien le «travail».

Le soir du 12 août 1992, Yasmina va conduire Mario jusqu'au domicile de la rue du Château. Josiane lui ouvre la porte de l'immeuble, avant de partir rejoindre son amant. C'est André qui a payé Mario. Tout se déroulera comme prévu.

Quelques jours plus tard, Josiane retirera à la banque une grosse somme d'argent; Mario fuira en Espagne.

La police judiciaire a interpellé il y a quelques jours Josiane Delongueville, André De Bever et Yasmina Charbonnel. Cette dernière a été remise en liberté par la chambre du conseil. Les deux amants restent en prison.

Quant à «Mario », une commission rogatoire devrait partir très prochainement pour l'Espagne.

O. V.V.
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7257
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Frédéric Godefroid   Jeu 13 Mar 2014 - 18:42

et Kaplan ?

Citation :
La mort de Guy Mariavelle jugée aux assises de Bruxelles Tué par le milieu ou par ses proches?

BORLOO,JEAN-PIERRE

Page 11

Lundi 13 mars 2000

La mort de Guy Mariavelle jugée aux assises de Bruxelles Tué par le milieu ou par ses proches?



L'affaire qui est jugée par la cour d'assises de Bruxelles, dès ce lundi, va faire du bruit. Pas seulement parce qu'il s'agit de l'assassinat de Guy Mariavelle, ex-importateur des bruyantes motos Harley Davidson. Il s'agit aussi d'un meurtre entouré d'une nébuleuse où se mêlent règlements de comptes, mafias, primes, tueurs, etc...

Le 11 août 1992, Guy Mariavelle rentrait chez lui après un repas pris à l'extérieur en compagnie de sa concubine, Josiane Delongueville, et de deux amis du couple. A l'avenue du Château, ils ouvrent la porte des garages avec la commande à distance. La Chevrolet s'avance vers le box 64.

La passagère sort du véhicule, ouvre la porte du box et se dirige vers l'immeuble. Guy Mariavelle devait ranger la voiture et la rejoindre. Il n'arrivera jamais.

Josiane Delongueville voit surgir une jeune personne vêtue de noir. Quelques secondes plus tard, elle entend un coup de feu. Et elle voit la même personne ressortir. Elle n'ose pas aller voir ce qui s'est passé et court prévenir le concierge de l'immeuble. Mais elle sait déjà ce qu'il est advenu à son concubin:

On a tiré sur Guy, et il est mort , répète-t-elle sans cesse.

Guy Mariavelle a été tué d'une balle en plein front.

Dans le garage, les enquêteurs ne trouvent ni l'arme ni la douille. Mais ils apprennent bien vite qu'il y avait des tensions autour de la personne de Guy Mariavelle.

Ils en viennent dès lors à examiner la piste du «milieu». Mariavelle est effectivement cité dans deux affaires pénales pour recel.

Une première affaire qui concerne la bande de Murat Kaplan. Une deuxième, dite «affaire Godfroid», jugée à Bruges. Dans le cadre de cette deuxième affaire, Guy Mariavelle aurait trop parlé. Il se sentait en danger, d'ailleurs. Il avait déclaré à la police judiciaire de Bruges qu'il avait été menacé de mort par un certain Jacky, s'il parlait.

L'autre piste suivie par les enquêteurs est celle des proches de Guy Mariavelle.




PLUS DE 8 MILLIONS RETIRÉS




C'est ainsi que sa concubine, Josiane Delongueville, et son ami, André De Bever, sont considérés comme les commanditaires et renvoyés devant la cour d'assises. Tous deux nient.

La thèse du ministère public leur attribue la préparation de l'assassinat, en expliquant qu'ils entretenaient une relation.

La concubine de la victime disposait aussi d'une procuration sur ses comptes bancaires. Elle s'empressa d'ailleurs d'y retirer plus de huit millions de francs.

La cour d'assises de Bruxelles aura aussi à statuer sur deux autres personnes, Constantino Ordonez y Amigo et Yasmina Charbonnel, les exécutants de ce meurtre prémédité.

Une prime d'un million et demi était, semble-t-il, en jeu.





JEAN-PIERRE BORLOO
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7257
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Frédéric Godefroid   Jeu 13 Mar 2014 - 19:12

finalement on ne sait pas:

Citation :
Seul le commanditaire du crime a été condamné aux assises de Bruxelles Mariavelle: le tueur court toujours

BORLOO,JEAN-PIERRE

Page 18

Samedi 25 mars 2000

Seul le commanditaire du crime a été condamné aux assises de Bruxelles Mariavelle: le tueur court toujours

Des jurés attentifs ont été confrontés à un dossier mal ficelé. Un des quatre accusés a été reconnu coupable: 15ans.







C'est un jury particulièrement méticuleux qui a jugé l'affaire Mariavelle à la cour d'assises de Bruxelles deux semaines durant. N'hésitant pas à poser de nombreuses questions, les jurés ont aussi pris le temps qui s'impose pour réfléchir. Jeudi, après neuf heures de délibération, trois des quatre accusés ont été acquittés. Seul André De Bever, le commanditaire, est revenu vendredi pour assister au débat sur la peine. Il a été condamné à 15 ans de réclusion.

Guy Mariavelle, importateur de motos Harley Davidson, avait été assassiné le 11août 1992. Il venait de passer la soirée en compagnie de sa compagne, Josiane Delongueville (acquittée) et d'André De Bever. En rentrant chez lui et en rangeant sa Chevrolet dans le box de garage, à Koekelberg, un homme vêtu de noir aavit surgi et lui avait tiré une balle dans la tête.

Le tueur n'a pas été identifié. Il ne le sera probablement jamais. Puisque celui que le ministère public a renvoyé aux assises pour avoir tiré sur Mariavelle, Constantino Ordonez, a été acquitté. Un doute subsistait quant à sa participation à ce meurtre. Il a bien reconnu avoir été sollicité pour cela, mais il a précisé qu'il avait décliné l'invitation.




UNE PANOPLIE D'ENQUÊTEURS




Dès les premiers moments de l'enquête, plusieurs services de police se sont retrouvés sur les lieux, certains officiellement, d'autres par proximité avec les acteurs du meurtre. Car tant André De Bever que Guy Mariavelle étaient des informateurs de la BSR et de la PJ. Il a été dit, également, que De Bever avait tenté d'orienter l'instruction vers de fausses pistes, celle du règlement de comptes du milieu. Des liens ont été faits avec d'autres affaires criminelles où Guy Mariavelle était impliqué. Il avait d'ailleurs reçu des menaces juste avant d'être assassiné.

Huit ans après les faits, lors du procès en assises, les carences de l'instruction se sont révélées aux yeux du jury qui, lors de sa délibération, a passé en revue toutes les pièces du dossier. Le président de la cour, Pierre Saint-Remy, a tenté de dissiper tant bien que mal ce brouillard. Lors de son réquisitoire, l'avocat général Pierre Rans a reconnu qu'il n'y avait pas suffisamment d'éléments dans le dossier pour condamner la quatrième accusée, Yasmina Charbonnel, la compagne de Tino Ordonez. Puis les avocats de la défense sont parvenus à mettre en évidence d'autres failles conduisant aux acquittements de Delongueville et d'Ordonez.

Il restait donc André De Bever, le commanditaire de l'assassinat. Selon l'avocat général, il voulait posséder l'argent de Guy Mariavelle, la femme de Guy et son commerce. Le mobile du crime était donc limpide. Et Pierre Rans de requérir au moins 20ans de réclusion en fonction du mal irréparable infligé à la victime .

Vendredi, les trois avocats d'André De Bever, M es Isabelle Wolters, Didier De Quévy et Danny Spreutels, se sentaient un peu seuls à la défense. Ils ont plaidé l'amour qu'il ressentait pour Josiane Delongueville, son sens social, sa détermination dans le travail. Et, depuis huit ans, il en a fait du chemin.

Dans la salle, ses proches étaient tous en larmes. Lui-même, à qui le président a donné la parole en dernier lieu, n'a pu aligner deux mots. C'est en pleurs qu'il a dit faire confiance au jury. Plus de deux heures après, il était condamné à 15ans de réclusion.

Un arrêt qui n'aura pas d'implications financières. Car l'argent de Mariavelle était déjà dissipé depuis longtemps, dans la faillite de son commerce, dans la nature (le cash conservé dans des coussins a été perdu!) et investi pour ce qui est du pécule placé au Luxembourg sur un compte commun ouvert avec Josiane Delongueville.





JEAN-PIERRE BORLOO
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7257
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Frédéric Godefroid   Jeu 24 Juil 2014 - 16:39

En cherchant "fredo" avant hier je tombe sur un UBU ds laquel on lisait des choses sur le commandant de garde a la gendarmerie du temps du vol à L"ESI  ...mais où


Est ce que FREDO avait été gendarme avant d'aller ala PJ ?

the missing link ?


Citation :
il fut révoqué en 1983 pour avoir exploité un club privé où on se livrait à la prostitution


aucune idee si c'est au printemps ou plus tard....?

Si Fredo a fait l'enquete du Tumuli SANTANA c'est du au fait que hoeilaert -koldam tombait sous l'arrondissement bruxelles?

mais FREDO a aussi moité fait les perqui ds le troonstraat où on a vu le SANTANA qu'une demie heure avant WAVRE  et cette adresse était ds un clampin de bou .

alors fredo ancien  gendarme ou non ?
Revenir en haut Aller en bas
stoukette69



Nombre de messages : 184
Age : 47
Localisation : Nivelles
Date d'inscription : 21/02/2012

MessageSujet: DH 3 NOV 2014   Mar 4 Nov 2014 - 14:05

Tueries du Brabant, un ex-truand parle: "C'était décidé en haut, il y avait même des magistrats"

FAITS DIVERS Ses aveux sur P.-V. en 2014 : "J’ai le sentiment d’avoir été proche des auteurs des faits du Brabant wallon".
À un an et 5 jours de la prescription, la Cellule Brabant Wallon interroge à tour de bras. Si les noms de Tinck et Michel Libert ont fuité, ce sont des dizaines de témoins qui sont entendus depuis les derniers mois, dont ce sexagénaire que voilà assis devant nous. Voilà ce qu’il a confié aux policiers et qui figure mot à mot dans son audition : " J’ai le sentiment d’avoir été proche des auteurs des faits du Brabant wallon".

Trois raisons de l’écouter. Il appartient au Milieu, il a fait 20 ans de taule. À la différence d’autres, il fuit la pub et souhaite rester anonyme. Enfin, celui qu’il met en cause est un ami d’enfance, qu’il connaissait du temps où ils fréquentaient l’athénée de Forest. Il est devenu gangster, l’autre flic. Puis le flic a mal tourné et est devenu braqueur. Et les deux se sont retrouvés à Louvain-Centale. Et c’est là que se passent les confidences.

http://www.dhnet.be/actu/faits/tueries-du-brabant-un-ex-truand-parle-c-etait-decide-en-haut-il-y-avait-meme-des-magistrats-5457e39b3570fe7cfbfa9ff9
Revenir en haut Aller en bas
Et In Arcadia Ego



Nombre de messages : 1141
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: Frédéric Godefroid   Mar 4 Nov 2014 - 14:25

J'ai l'impression d'avoir déjà entendu (ou plutôt lu) cela... scratch
Revenir en haut Aller en bas
Henry



Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: Frédéric Godefroid   Mar 4 Nov 2014 - 14:53

Et dans la suite de l'article, on parle de Frédo (cela va faire plaisir à K) qui dit avoir peur de parler.
Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 1388
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Frédéric Godefroid   Mar 4 Nov 2014 - 16:05

Ouais !... Mais peut-être que Fredo "fuit aussi la pub" Rolling Eyes

Un argument vraiment très "intelligent" pour convaincre de parler ceux qui croient détenir une parcelle de vérité... "Ah ! Vous êtes venus vous faire de la pub ?" Interrogera le planton à la porte d'entrée.

Trrrrrrrrrèèèèèèèèèèès encourageant comme perspective d'accueil !

Va savoir si ceux qui ont piqué le portail de Dachau ne voulaient pas remplacer "arbeit" par "pub" ??
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7257
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Frédéric Godefroid   Mar 4 Nov 2014 - 16:18

les duponts de chez DH ont suivi un cours de neerlandais

ils ont lu les dernieres pages de Beetgenomen de hilde GEENS.


Dernière édition par K le Mar 4 Nov 2014 - 20:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Belgium10point



Nombre de messages : 66
Date d'inscription : 28/03/2014

MessageSujet: Re: Frédéric Godefroid   Mar 4 Nov 2014 - 16:59

Dupont nous rabâche les oreilles avec de vieux rossignols qui ne mènent nulle part. Qu'il foute une fois pour toute la paix à Bultot et qu'il fasse une vraie enquête journalistique plutôt que de trainer au bar de la PJ !
Revenir en haut Aller en bas
Feu Follet



Nombre de messages : 643
Age : 50
Localisation : Charleroi
Date d'inscription : 08/01/2010

MessageSujet: Re: Frédéric Godefroid   Mar 4 Nov 2014 - 17:25

Effectivement, rien de bien neuf.  Toujours le même sentiment de déjà vu, de mystère insondable...

Eric Lammers dit aussi avoir sans doute approché ou fréquenté les tueurs.  Et c'est probable, pour tous les gens faisant partie des bandes périphériques démantelées à l'époque, dans le milieu classique comme dans les milices d'extrême-droite.
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7022
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Frédéric Godefroid   Mar 4 Nov 2014 - 19:13

Pour info, l'article de la Dh a été fusionné avec le fil sur Godefroid.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7022
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Frédéric Godefroid   Mar 4 Nov 2014 - 19:29

Il semblerait que Godefroid soit mort... Quant à l'accusateur, il doit s'agir de dikke Léopold...

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 2325
Age : 58
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: Frédéric Godefroid   Mar 4 Nov 2014 - 19:43

Sur une éventuelle implication dans la bande de F.G. de Français, lire:

La montée au ciel du «diable» marseillais .Marc Monge a été tué le 8 janvier. Retour sur 47 années bien remplies.
1 février 2000 à 22:30
Par HENRY Michel
Libération
Marseille de notre correspondant

Marc Monge? «C'était évident qu'il allait bouffer du macadam», dit un policier marseillais. «Il était en train de foutre le merdier partout», ajoute un collègue. Même s'il n'était pas le «parrain du Vaucluse» parfois décrit, les enquêteurs parlent de lui comme d'un sérieux voyou, «plus noir que noir», dit Gérard Guilpain, le patron du SRPJ marseillais. Grande gueule, Monge, 47 ans, qui contrôlait les machines à sous dans le Vaucluse, est mort, le 8 janvier, à Saint-Ouen, en banlieue parisienne.
Série noire. Il se rendait à un rendez-vous, en confiance, «il avait baissé la garde, mais l'ami qui l'a attiré là n'était plus un ami», ricane un enquêteur. Le lendemain, même scène, sur la corniche marseillaise. Roger Spanu, dit «Roger Lunettes», 36 ans, qui faisait un peu le proxo, un peu les Bingos, «un cran au-dessus de Monge», venait de voir à la télé l'OM ramasser 3-0 à Bastia, sale soirée. Il sortait de la pizzeria chic de sa concubine, la Dolce Vita. Deux motards et sept balles de 11,43 plus tard, il n'en est pas revenu.
Pour Monge, les enquêteurs auraient presque trop de pistes, trop de gars qui lui en voulaient. Pour Spanu, c'est l'inverse, ils pataugent un peu. «Les machines à sous, les femmes, le jeu? On ne sait pas trop.» Quant à lier les deux affaires, ils ne s'y risquent pas. Sauf à prédire ceci: «On est dans un système qui va générer d'autres règlements de comptes.» Héritage. Depuis le flingage de Jean Toci, héritier de Gaëtan Zampa, en mai 1997, le Sud-Est en compte déjà plus d'une vingtaine, dont la majeure partie non élucidée. «J'en aimerais encore dix de plus», rigole un policier. Dans les Alpes-Maritimes et le Var, ça s'est un peu calmé, par manque de combattants. Dans les Bouches-du-Rhône et le Vaucluse, ça continue, faute d'un parrain qui contrôlerait son monde. «Les moyennes cylindrées s'entretuent dès qu'elles se gênent, dit un policier. Sans compter les jeunes trous du cul qui veulent flinguer des vieux beaux.» Responsables? Les machines à sous, qui ont remplacé les filles dans l'ordinaire du voyou. Le Bingo ne tombe jamais malade, ne balance pas aux flics et, en plus, le risque légal est minime. Reste le risque létal: la moindre querelle de territoire se finit au 11,43. «On peut faire tuer un caïd pour 50 000 balles par n'importe quel excité venu d'Europe de l'Est», assure un policier.
Hérédité. Pour Marc Monge, la clé du meurtre est forcément dans sa vie. Résumé: né le 12 mai 1952 à Carpentras, de Serge et Ginette, inhumé le 20 janvier 2000 au cimetière de la ville. Il laisse quatre enfants, dont un fils, Marc junior, qui, le lendemain de l'enterrement, fêtait, si l'on peut dire, son premier anniversaire. Le père de Monge, qui était au SAC, a fini sa carrière en 1977, en cadavre carbonisé, dans une forêt. A 27 ans, Marc se signale au grand public par un duel au 7,65 dans une pizzeria; rien de grave, encore. C'est en 1983 que son destin bascule, sans qu'il n'y soit pour grand-chose.
Deux de ses potes, Daniel Scotti et Johnny Chicin, préparent une bombe pour faire sauter un bar, rue du Dragon à Marseille. Mais l'engin leur explose à la figure. Deux morts, et une sacrée pétarade: comme la bombe a éclaté tout près de la synagogue, entre les deux tours des élections municipales, le maire socialiste Gaston Defferre va en faire une histoire politique, pour se rallier le vote de la communauté juive et renverser la vapeur face à Jean-Claude Gaudin, qui menace de le détrôner. Coïncidence, on trouve des affiches de Gaudin dans la Peugeot 104 appartenant à l'ex-femme de Monge. La presse defferriste conclut à l'attentat antisémite orchestré par la droite. Le temps qu'on découvre l'entourloupe, Gaston a été réélu.
Coup dur. Monge n'a pas pigé grand-chose, mais sa légende est faite. Au point que sa maman doit corriger le Provençal, qui, à l'époque des faits, avait vu le fiston poursuivi pour viol: «Sa maman a tenu à nous préciser hier soir que Marc n'avait jamais été inculpé pour ces méfaits, mais que c'était son père, Serge, qui, en 71, avait purgé une peine de prison pour viol"»
Après ça, Monge, dit «le diable», ou «le blond», reprend sa vie de voyou qui monte en graine jusqu'au fichier du grand banditisme. Vols, agressions, cambriolages, recel de tableaux volés" En 1986, coup dur: lors d'un fric-frac à Monteux (Vaucluse), il tombe à travers une verrière, se fracture les cervicales. Paralysé, et interpellé. Quand il ressort, c'est pour filer en Belgique, où on l'arrête en septembre 1989, avec deux balles dans l'épaule, cadeau des gendarmes belges. Extradé, il reste huit ans en prison. D'abord, pour des hold-up en Belgique, où Monge travaillait avec Frédéric Godfroid, un commissaire de PJ belge devenu truand. Ensuite, pour une histoire de stups, à Marseille. Monge importait d'Espagne du haschich planqué dans le réservoir d'une Citroën CX. Parfois, le shit était impropre à la consommation, car il sentait trop le gasoil. En tout, 175 kilos, et une condamnation à dix ans de prison, en 1993.
En février 1997, Monge recouvre la liberté. Pas la sécurité: sept mois plus tard, on lui tire dessus, à la sortie d'une boîte de Malataverne (Drôme). Sa compagne est grièvement blessée, pas lui. Un temps soupçonné des faits, Paul Faruggia, dit Petit Paul, sera finalement blanchi, mais tombera lors d'un règlement de comptes, le 1er octobre 1999.
«Opportunités». Evidemment, tous les regards convergent alors vers Monge. Dans l'hécatombe qui frappe, il est souvent le bénéficiaire des places laissées manquantes. Homme culotté, qui sait profiter des «opportunités»? Ou grand ordonnateur? Il n'y a jamais eu de preuves contre lui. «Il ne pouvait pas supporter qu'on lui impute tous les assassinats», dit son avocat de Carpentras, Me Michel Roubaud. Pour ce dernier, Monge restait «un artisan de la délinquance, un voyou atypique qui avait conservé une façade sociale affichée, communicatif et sympa». Il avait notamment aidé à l'implantation d'une épicerie sociale à Carpentras. Est-il tombé parce qu'il avait trop d'appétit? Par vengeance? Ou parce qu'il naviguait entre deux eaux, plus vraiment un petit insignifiant, pas encore un gros intouchable? Depuis sa mort, et celle de Spanu, c'est calme. Jusqu'au prochain.

Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7257
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Frédéric Godefroid   Mar 4 Nov 2014 - 20:34

Citation :
Qu'il foute une fois pour toute la paix à Bultot



je me suis jamais interessé à ce blageur jusqu'au moment où j'ai appris que par au moins trois occasions  il a relancé la piste de Bruno VD pour Wavre .

Qu'il explique une fois pour tout pourqoui il a fait cela car Bruno est abattu après avoir été indiqué comme étant impliqué ds les affaires  à Coveliers (1988)et


substitut Lijsebeth (nov 1985)
et

au commission rogatoire au Paraquay 198x)


on peut les traiter tous de cons et les filer de fausses informations mais Lijsebeth est devenu après
patron de la SURETE  et Bultot gardien du cimetière  .

puis RIP.

....
pe on lui a souflé des infos sur Wavre par Delhuven,Doss. ou Zim. ? ou cela vient de Fredo ? Moyen  ?

Bruno n'est en rien équivalent au photos robot établies par le TBW , ni par l'age , ni par la posture .

Bultot est en plein santé , ....Bruno est mort et Piavaux et Guy, et Van Cuts aussi ,   tous assassinés
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7257
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Frédéric Godefroid   Mar 4 Nov 2014 - 20:52

et fredo bon copain était ds plein des les recherches et perquisitions pour cet affaire de Wavre entre autre à l'avenue du TRONE où il perquisitionnne 83a et pas B.
et par hasard cette adresse est dans le clampin de Bou sous le nom de "STILLEMANS"

d'ailleurs l'adresse en face de  chez le proprio de l'Austin volé semble aussi dans ce carnet d'adresses.  .

puis le soir de Wavre ds le garage du beau site on arrête presque Bruno avec un vietnamien avec qui Beijer fait du commerce plus tard par hasard

le troisième larbin present semble  être un fiston d'un juge.

Est-ce  cet info que Bultot voulait monnayer contre une fuite ou liberation ?


Dernière édition par K le Mar 4 Nov 2014 - 20:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7022
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Frédéric Godefroid   Mar 4 Nov 2014 - 20:58

Je confirme : Godefroid est mort il y a plusieurs années. Dikke léopold semble vraiment obsédé par Godefroid et Bultot. Veille rancune?

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
Henry



Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: Frédéric Godefroid   Mar 4 Nov 2014 - 21:40

michel a écrit:
Je confirme : Godefroid est mort il y a plusieurs années. Dikke léopold semble vraiment obsédé par Godefroid et Bultot. Veille rancune?
Dikke Léopold était très copain avec Godfroid dont j'ignorais totalement le décès mais il en voulait énormément à Jean Bultot.
il représente le mec qui mélange beaucoup de faux avec un peu de vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Frédéric Godefroid   Aujourd'hui à 9:13

Revenir en haut Aller en bas
 
Frédéric Godefroid
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Entraide Santé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: AUTRES AFFAIRES CRIMINELLES :: Autres grandes affaires criminelles-
Sauter vers: