les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Trente-six (36) aveux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
mdanielsUK



Nombre de messages : 2
Localisation : Hasselt Belgium - London United Kingdom
Date d'inscription : 24/01/2006

MessageSujet: Trente-six (36) aveux   Mar 24 Jan 2006 - 14:03

Les veuillez le texte améliorer si la traduction serait non-correcte

Michel COCU, Michel BAUDET et Adriano VITTORIO : Ceux-ci 3 ont juste quelque chose trop ou trop peu dit.

Ceci va au sujet du hold-up sur le Delhaize dans la chute de gène (11 Feb 83), au sujet du meurtre (03 Mar 83) sur le gérant du Colruyt dans les halls et au sujet du slachtpartij au Colruyt dans Niivel (16-17 Sep 83). Dans les quatre (4) ans, qui ont soupçonné toutes sortes d'ont été interrogés sa ils quelques-uns trois (3) cette aux aveux ont passé. Ils ont fait naturellement qu'en dessous très : les individus qui sont accusés avoir participé à une série hold-ups avec lequel tue au total vingt-huit (28) sont tombé il n'est pas interrogé par les inspecteurs de la police judiciaire dans un tea-room. Autres déclarations ont été faites sans que quelques-uns aient été exercés très moraux ou physiques. C'est entre autres le cas pour Michel BAUDET qui a laissé comprendre les membres de famille, à avoir appartenu à la bande criminelle le plus sanguinaire de l'histoire belge. Même l'argent pour Michel COCU. Il auprès de la légion d'étranger a été à ce moment-là, il la discussion similaire proclamée à un certain Etienne DELESPESSE.

Faits vers les aveux sur différents la gendarmerie et la police interroger. Dans l'aveu précis bouleversant de Michel COCU, Michel BAUDET comme est appelé des premiers. Au slachtpartij dans Nijvel, avec lequel a été exécuté dans la nuit de 16 le 17 septembre 1983 trois (3) personnes, selon Michel COCU, au total neuf (9) personnes ont participé. Cinq (5) de neuf (9) les vesten pare-balles ont porté. Michel COCU a laissé tomber les noms suivants : Robert BECKER, Jean-Claude FRANçOIS, Michel BAUDET, Josiane DEBRUYN, Jean-Claude ESTIEVENART, Jean-Louis DRAMAIX et Adriano VITTORIO. Ainsi il a entre autres donné la bande à cela au bord de quatre (4) voitures s'est déplacé. Michel COCU a eu lui au sujet du Saab 900 le turbo qui Adriano VITTORIO début juin qui a volé l'an, dans un garage dans Eigenbrakel. Adriano VITTORIO aura été assis avec Robert BECKER dans cette voiture. Michel COCU parle ensuite encore d'un BMW dans lequel lui et Michel BAUDET se sont assiss. Josiane DEBRUYN et Jean-Claude FRANçOIS s'est trouvés dans un Peugeuot 604 le turbo. Le dernier véhicule de cela a été utilisé pour l'expédition vers le Colruyt dans Nijvel, a été un lourd Bedford camion qui a été administré le garagiste Francesco NARDELLA. Ce dernier n'a pas attendu, loin de Nijvel, une fumée d'abord de l'autoroute E19, le retour de la bande. Ce camion a dû devoir recharger par la panne les voitures touchées .
Dans son premier (Nov 83) passés aux aveux, Michel COCU raconté cela Michel BAUDET, Adriano VITTORIO, Josiane DEBRUYN et Jean-Claude ESTIEVENART au slachtpartij au Colruyt dans Nijvel a participé. Quelque chose il reconnaît plus tard avoir tiré sur la gendarmerie risque dans laquelle WM LACROIX et WMMORUE était assise, et cela il a été accompagné, à côté des personnes plutôt mentionnées, de Kaçi BOUAROUDJ. Il ajoute à cela que rien ne arrive sont si un Mercedes blanc n'a pas émergé à l'improviste à la station-service du Colruyt. Michel COCU précise qu'il s'est trouvé à ce moment au volant du BMW. Michel BAUDET avait été indiqué comme uitkijkpost et lui Robert BECKER qui a ouvert comme premier le feu, à ce moment-là encore sans toucher quelqu'un , serait été. De même que Michel COCU prétend cela le couple du Mercedes par Jean-Claude ESTIEVENART a été abattu, et cela lors de l'arrivée d'un Rijkswachtwagen, de Adriano VITTORIO a terminé le travail et WM MORUE a encore donné le coup de feu de miséricorde avec les mots "un flik moins". WM LACROIX qui s'est tenu pour mort confirmera plus tard la prononciation. Michel COCU indique aussi l'endroit à où un combat de feu dans la règle a surgi plus tard avec la police de Eigenbrakel. SUR quelques nuances après, les aveux de Michel COCU aussi votent au-dessus avec les déclarations de Adriano VITTORIO. Adriano VITTORIO, avec le surnom King Kong, admet un chargeur vide avoir tiré en direction du Mercedes et avec sa riot-gun sur le Eigenbrakelse police avoir tiré . Il joint à cela encore en juin dans Eigenbrakel les bouteilles d'oxygène a volé et dans même commune un chien de berger allemand a tué lors du vol du Saab 900 le turbo du garage de Michel JADOT.

Dans ces aveux, un certain Willy DE SCHEPPER jusqu'deux fois à (2) est appelé ; certain L. retourne trois (3) fois ; Jean-Louis DRAMAIX six (6) fois est appelées ; Robert BECKER & Josiane DEBRUYN onze (11) fois ; le garagiste Francesco NARDELLA prévient quatorze (14) fois ; l'Algérien Kaçi BOUAROUDJ encore quelque chose plus : être le nom quinze (15) fois est mentionnées ; Jean-Claude ESTIEVENART trente (30) fois prévient ; Michel BAUDET, trente-deux (32) fois ; Jean-Claude FRANçOIS atteint le score alarmant trente-quatre (34), mais de il est dessiné Michel COCU couvert et Adriano VITTORIO qui tous les deux mais trente-cinq fois la plus gentille sont mentionnés ! Michel COCU admet qu'il a effectivement administré le Peugeuot 504 qui a été volé le 28 janvier dans la fois d'eau Bosvoorde, au cours de l'hold-up armé sur le Delhaize dans la chute de gène (11 Feb 83). Michel BAUDET, Kaçi BOUAROUDJ, Josiane DEBRUYN, Jean-Claude ESTIEVENART et Adriano VITTORIO les noms eux la partie à ce hold-up. Josiane DEBRUYN continuée dans la voiture serait et Adriano VITTORIO avec sa riot-gun dans le plafond du supermarché et sur un automobiliste ces ils ont fait feu la route ont voulu barrer. Michel BAUDET est le rôle, tout comme chez le Colruyt dans Nijvel, restreint continuent à tenir à l'oeil à ou aucune police ou la gendarmerie ne sont arrivés. Michel COCU explique également cela 9mm d'un pistolet le Kaçi BOUAROUDJ comme armé premier a sorti suivis par Adriano VITTORIO et alors par Jean-Claude ESTIEVENART cette un peu est venu plus tard parce qu'il a lancé un coup de feu en direction de la voiture de Jacques C. Michel COCU indique enfin, aussi qu'adriano VITTORIO, avant impossible en battant deux (2) vitres la pièce avec le kolf de sa riot-gun ait fait le Peugeuot 504 quitter, la recherche des empreintes de doigt éventuelles et un coup de feu ait chassé par la vitre arrière de la voiture. Ce precisering correspond entièrement aux constatations effectuées.

Au wedersamenstelling dans Nijvel du slachtpartij au Colruyt, Kaçi BOUAROUDJ et Jean-Claude ESTIEVENART prétend cela Adriano VITTORIO aurait fait les savoir qu'ils seraient étés avec la signature de leurs déclarations respectivement le negenentwintigste (29) et le trentième (30) victime du doders brabançon.

Le résumé par mdanielsUK

Text Original:

Michel COCU, Michel BAUDET en Adriano VITTORIO: Deze 3 hebben net iets te veel of te weinig gezegd.

Dit gaat over de hold-up op de Delhaize in Genval (11 Feb 83), over de moord (03 Mar 83) op de gerant van de Colruyt in Hallen en over de slachtpartij aan de Colruyt in Nijvel (16-17 Sep 83).
In de vier (4) jaar dat allerlei verdachten verhoord werden zijn zij de enige drie (3) die tot bekentenissen zijn overgegaan.
Natuurlijk deden ze dat onder druk: individuen die ervan beschuldigd worden deelgenomen te hebben aan een reeks hold-ups waarbij in totaal achtentwintig (28) doden vielen worden niet door de rechercheurs in een tea-room ondervraagd.
Andere verklaringen werden afgelegd zonder dat enige morele of fysieke druk werd uitgeoefend. Dat is ondermeer het geval voor Michel BAUDET, die familieleden liet verstaan, behoord te hebben tot de meest bloeddorstige criminele bende uit de Belgische geschiedenis.
Het zelfde geld voor Michel COCU. Toen hij bij het Vreemdelingenlegioen was, verkondigde hij gelijkaardige praat aan een zekere Etienne DELESPESSE.

Terug naar de bekentenissen gedaan op verschillende Rijkswacht en Politie verhoren.
In de ontstellend precieze bekentenis van Michel COCU, wordt Michel BAUDET als een van de eersten vernoemd. Aan de slachtpartij in Nijvel waarbij in de nacht van 16 op 17 september 1983 drie (3) personen werden geëxecuteerd, hebben volgens Michel COCU in totaal negen (9) personen deelgenomen. Vijf (5) van de negen (9) droegen kogelvrije vesten.
Michel COCU liet hierbij de volgende namen vallen: Robert BECKER, Jean-Claude FRANçOIS, Michel BAUDET, Josiane DEBRUYN, Jean-Claude ESTIEVENART, Jean-Louis DRAMAIX en Adriano VITTORIO.
Zo gaf hij ondermeer aan dat de bende zich aan boord van vier (4) wagens verplaatste. Michel COCU had het over de Saab 900 Turbo die Adriano VITTORIO begin juni, dat jaar, in een garage in Eigenbrakel had gestolen.
Adriano VITTORIO zou samen met Robert BECKER in deze wagen gezeten hebben. Michel COCU heeft het verder nog over een BMW, waarin hijzelf en Michel BAUDET hadden plaatsgenomen. Josiane DEBRUYN en Jean-Claude FRANçOIS bevonden zich in een Peugeuot 604 Turbo. Het laatste voertuig dat voor de expeditie naar de Colruyt in Nijvel gebruikt werd, was een zware Bedford vrachtwagen die bestuurd werd door garagehouder Francesco NARDELLA. Deze laatste wachtte, niet ver van Nijvel, op een parkeerstrook van de snelweg E19, op de terugkeer van de bende. Die vrachtwagen moest dienen om de door pech getroffen wagens op te laden.

In zijn eerste (Nov 83) afgelegde bekentenissen, verteld Michel COCU dat Michel BAUDET, Adriano VITTORIO, Josiane DEBRUYN en Jean-Claude ESTIEVENART aan de slachtpartij aan de Colruyt in Nijvel hebben deelgenomen. Iets later erkent hij geschoten te hebben op de Rijkswacht wagen, waarin WM LACROIX en WMMORUE zaten, en dat hij vergezeld was, naast de eerder vermelde personen, van Kaçi BOUAROUDJ.
Hij voegt hieraan toe dat er niets zou gebeurt zijn indien niet onverwacht een witte Mercedes was opgedoken aan het tankstation van de Colruyt. Michel COCU preciseert dat hij zich op dat moment aan het stuur van de BMW bevond. Michel BAUDET was aangeduid als uitkijkpost en het zou Robert BECKER geweest zijn die als eerste het vuur heeft geopend, toen nog zonder iemand te treffen.
Alsook beweert Michel COCU dat het paar uit de Mercedes door Jean-Claude ESTIEVENART werd neergeschoten, en dat bij aankomst van een Rijkswachtwagen, Adriano VITTORIO het werk heeft afgemaakt en WM MORUE het genadeschot gaf met de woorden "Nog een Flik minder". WM LACROIX die zich voor dood hield zal later de uitspraak bevestigen.
Michel COCU duidt ook de plaats aan waar nadien een vuurgevecht in regel ontstond met de Politie van Eigenbrakel.
OP enkele nuances na, stemmen de bekentenissen van Michel COCU ook overheen met de verklaringen van Adriano VITTORIO. Adriano VITTORIO, met de bijnaam King Kong, geeft daarbij toe een lader leeg geschoten te hebben in de richting van de Mercedes en met zijn riot-gun op de Eigenbrakelse Politie geschoten te hebben. Hij voegt hier nog aan toe in juni in Eigenbrakel zuurstofflessen heeft gestolen en in diezelfde gemeente een Duitse herdershond gedood heeft bij de diefstal van de Saab 900 Turbo uit de garage van Michel JADOT.

In deze bekentenissen wordt een zekere Willy DE SCHEPPER tot tweemaal (2) toe genoemd; een zeker L. keert drie (3) keer weer; Jean-Louis DRAMAIX wordt zes (6) maal vernoemd; Robert BECKER & Josiane DEBRUYN elf (11) keer; de garagehouder Francesco NARDELLA komt er veertien (14) keer in voor; de Algerijn Kaçi BOUAROUDJ nog iets meer: zijn naam wordt vijftien (15) keer vermeld; Jean-Claude ESTIEVENART komt er dertig (30) keer in voor; Michel BAUDET, tweeëndertig (32) keer; Jean-Claude FRANçOIS bereikt de verontrustende score van vierendertig (34), maar hij wordt afgetekend verslagen door Michel COCU en Adriano VITTORIO, die beiden maar liefst vijfendertig keer vermeld worden!

Daarbij geeft Michel COCU toe dat hij inderdaad de Peugeuot 504 bestuurde, die op 28 januari gestolen werd in Watermaal Bosvoorde, tijdens de gewapende overval op de Delhaize in Genval (11 Feb 83). Michel BAUDET, Kaçi BOUAROUDJ, Josiane DEBRUYN, Jean-Claude ESTIEVENART en Adriano VITTORIO namen allen deel aan deze hold-up. Josiane DEBRUYN zou daarbij in de wagen gebleven zijn en Adriano VITTORIO zou met zijn riot-gun in de zoldering van de supermarkt en op een automobilist gevuurd hebben die hun de weg wou versperren. Michel BAUDET zijn rol, zou net zoals bij de Colruyt in Nijvel, beperkt blijven tot het in de gaten houden of geen Politie of Rijkswacht aankwamen.
Ook verklaart Michel COCU dat de met een 9mm pistool gewapende Kaçi BOUAROUDJ als eerste is buitengekomen gevolgd door Adriano VITTORIO en dan door Jean-Claude ESTIEVENART die een beetje later kwam omdat hij een schot had afgevuurd in de richting van de wagen van Jacques C Tenslotte geeft Michel COCU ook aan dat Adriano VITTORIO, vooraleer de Peugeuot 504 te verlaten, het opsporen van eventuele vingerafdrukken onmogelijk heeft gemaakt door twee (2) ruiten stuk te slaan met de kolf van zijn riot-gun en een schot joeg door de achterruit van de wagen. Deze precisering klopt volledig met de uitgevoerde vaststellingen.

Bij de wedersamenstelling in Nijvel van de slachtpartij aan de Colruyt, beweren Kaçi BOUAROUDJ en Jean-Claude ESTIEVENART dat Adriano VITTORIO hen had laten weten, dat ze met het ondertekenen van hun verklaringen respectievelijk het negenentwintigste (29) en dertigste (30) slachtoffer zouden worden van de Brabantse doders.

Samenvatting Door mdanielsUK
Revenir en haut Aller en bas
jack



Nombre de messages : 109
Date d'inscription : 27/11/2005

MessageSujet: Re: Trente-six (36) aveux   Mar 24 Jan 2006 - 14:35

Merci Daniel, mais çà c'est la piste boraine.
Revenir en haut Aller en bas
Ella



Nombre de messages : 80
Date d'inscription : 11/12/2005

MessageSujet: Re: Trente-six (36) aveux   Mar 24 Jan 2006 - 14:41

Merci Daniel,

J'ai toujours voulu consulter un résumé concernant cette filière.
Revenir en haut Aller en bas
mdanielsUK



Nombre de messages : 2
Localisation : Hasselt Belgium - London United Kingdom
Date d'inscription : 24/01/2006

MessageSujet: Re: Trente-six (36) aveux   Mar 24 Jan 2006 - 17:07

Peut être que dans la deuxième vague des holds-up qui commence à faire en 1985 nous avec "CopyCats" du premier eu attaqué qui est imputé probablement les plus élevée au groupe "Filiere Boraine" de Adriano VITTORIO ? la 2ème vague des attaques est effectuée plus hardiment et davantage militairistische d'une manière. Dans la première série d'attentats, peut être vus clairement que les attaques ont été plus faire pour l'argent avec les montants de 600.000 Bfr et de plus avec les victimes assez faibles avec lesquelles 2ème la vague a été à tuer le lac faire et la violence alors pour l'argent.

Après les déclarations (et aussi unique) des monsieur criminels Michel COCU, Michel BAUDET et Adriano VITTORIO, la base tactiques de la première vague attaque est effectuée dans 2ème avec uniquement la différence que tirer direct afin de tuer et militairistische la manière dont les attaquants le travail est allée a été. Ceci peut ressortir des témoins déclarations.

Je croire fort que après le les arrestation van le de la bande "Filiere Boraine" la vague arrêter. Après le pause de deux ans, la technique a été arrêtée par un autre groupe qui a l'd'accès jusqu'aux détails des premiers attentats...

Un sommaire duquel la différence peut être constituée :

Waver, le 30 septembre 1982 l'hold-up sur l'épi de trafic d'armes fluet Dekaise. Le policier Claude Haulotte obtient un coup de feu dans la tête. Il est la première victime mortelle. Le butin qui jour : quinze armes sous lesquelles quelques prototypes qui les marchandises destinées pour la gendarmerie. Lors d'une poursuite, les membres de bande prennent les gardes de royaume en dessous du feu.

Beersel, le 23 décembre 1982 le cambriolage nocturne dans le restaurant Auberge du Chevalier. Le gardien de maison José Van Den Eynde (70) est torturé et est assassiné. Le butin : les cigarettes, une tourte, le café et quelques-uns bouteilles champagne. Mons, le 12 janvier 1983 le chauffeur de taxi Constantin Angelou bruxellois est assassiné avec la même arme il a été utilisé que dans Beersel. Angelou et Van Den Eynde ont été les connaissances et ont fréquenté les environnements ensemble extrêmes droite, ainsi ressort des pièces du dossier de bande.

Genval, le 11 février 1983 l'hold-up sur Delhaize. Pas de victimes. Butin : 692.384 francs.

Ukkel, le 25 février 1983 l'hold-up sur Delhaize. Un clients est blessés. Butin : 600.000 francs.

Halle, le 3 mars 1983 l'hold-up sur le Colruyt. Le détenteur de succursale pour faire un faux pas ouvre l'armoire d'incendie sur le commandement. Un membre de bande le fusille tout près ensuite sans occasion claire. Butin : 704.077 francs.

Houdeng, le 7 mai 1983 l'hold-up sur GB. Pas de victimes. Butin : 865.433 francs.

Temse, le 10 septembre 1983 le cambriolage dans la société de textile Wittock-Van Landeghem. Le veilleur Jos Broeders est fusillé de près. Sa femme Linda Van Huffelen est blessé lourdement par les balles. Butin : sept secrètement pour la gendarmerie prototypes évolués des vesten pare-balles. Normalement peuvent uniquement les gardes de royaume ont attribué qu'ils se trouvaient là.

Nijvel, le 17 septembre 1983 le vol nocturne dans le Colruyt. Pour un tour de tank le Jacques Fourez (49) arrêté et est maîtresse Elise Dewit (49) de près est abattu. La bande effectue cette nuit encore une sorte attaque paramilitaire sur une patrouille. Le garde de royaume Marcel Morue (30) est tué . La bande arrache les armes de service et un walkie-talkie . Le butin consiste par ailleurs en pralines, café, boisson et regard huile fort.

Ohain, le 2 octobre 1983 le cambriolage dans l'auberge leçon Trois Canards. Le patron Jacques Van Camp est torturé et est terminé avec un coup de feu de nuque. Jacques Fourez est souvent venue dans l'auberge.

Beersel, le 7 octobre 1983 l'hold-up armé sur Delhaize. Il ressemble la répétition générale ce que deux ans plus tard la marque commerciale est de la bande. Le détenteur de succursale Freddy Vermaelen est tué, deux délicats touchent blessés. Butin : 1,3 le million franc Belge.

Anderlues, 1er décembre 1983 le raid sur la bijouterie du couple Jean Szymusik (43) polonais et Maria Krystina Slomka trois (38). membres de bande entrent l'affaire et commencent tout de suite à tirer. L'homme et la femme sont assassinés. Butin : quelques réveils et ce que les bijoux bon marché. Cette action suit peu après l'arrestation de Michel Cocu et Adriano Vittorio, dans à qui le Nijvelse procureur Deprêtre aperçoit les leaders de la bande. Dubbele le meurtre n'a été possible plus qu'énième un provocatie à l'adresse de la Justice, style : "Vous a on s'est trouvé."


Pause...

Eigenbrakel, 27 septembre '85 le début "des deux vagues extrêmement sanglante". Encore plus de lors d'actions précédentes la bande formé comme un militaire commando de meurtre opère maintenant. Dans le Delhaize, un enfant de douze est utilisé comme bouclier humain. Lors de la fusillade, qui suit, trois morts tombent : Roger Engelbienne (45), Ghislain Platane (39) et Bozidar Djuroski (43). ce dernier sauvent la vie de son fils de dix-sept ans en allant au cours de la pluie de balle sur le parking au dessus de lui se trouver. Butin : 200.000 francs.

Overijse, le 27 septembre 1985 pas encore le halfuur ne frappent plus tard la bande dans le Delhaize dans Overijse. Aussi, ici les meurtres clairement unique organisation est. les chutes cinq morts : Cvp-gemeenteraadslid Luc Bennekens (31), Jean-Pierre Busiau, Leon Finné (55), Stephan Notte (14) et pour Rosa Van Kildonck (37). butin : de nouveau des 200.000 francs pauvre.

Aalst, 9 novembre 1985 l'hold-up sur Delhaize. Le dernier est le plus sanglant. Huit gens sont fauchés : Dirk Nijs, est dochtertje aulne Nijs (9), Marie-Jeanne Van Mulder, Georges le smet, Jan Palsterman, Gilbert de la pierre (43), Thérèse Van Den Abiel (39), et Rebecca de la pierre (14). ce trois dernier gens appartient à la même famille. Uniquement leur fils de neuf ans survit aux balles. Le butin dans Aalst : 737.777 francs.

Rosière, le 7 janvier 1986 le meurtre sur Fn-ingenieur Juan Mendez. Chez lui, il a été volé en mai 1985, brièvement pour le début de la deuxième vague, des lourdes armes de feu. Mendez suspectement ouvertement le BOB'er Madani Bouhouche bruxellois, lors à qui quelques-uns ont été retrouvé plus tard de ces armes. Au sujet de la question de savoir, si ce dernier meurtre sur le conto de la bande peut être écrit, la discussion existe depuis des années.
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7209
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Trente-six (36) aveux   Mer 25 Jan 2006 - 10:54

Merci à mdaniels pour ses messages.

Il démontre bien que Michel Cocu a lancé beaucoup d'accusations sur beaucoup de monde (trop de monde). On retiendra aussi qu'il lance le nom de Robert Becker dit "Baloo". Ce même Becker fut reconnu par des témoins de la tuerie de Tamise.

Autre élément troublant : Cocu a signalé que Vittorio avait déclaré lors de l'attaque au sujet des gendarmes : "Ah, les salauds, ils ont des UZI". Cette phrase fut aussi entendue par le gendarme survivant...

Il serait intéressant aujourd'hui encore que les Borains s'expliquent sur leurs aveux : Furent-ils arrachés sous la torture? Ont-ils reçus des confessions des vrais tueurs? Furent-ils simplement témoins de ces faits?
Revenir en haut Aller en bas
nobody

avatar

Nombre de messages : 962
Date d'inscription : 14/07/2006

MessageSujet: Re: Trente-six (36) aveux   Dim 16 Juil 2006 - 19:35

Les hommes de l'ordre ont parfois les mains legeres, donc les aveux, c'est mieux si il y a des éléments probants.
Revenir en haut Aller en bas
rob1



Nombre de messages : 134
Date d'inscription : 05/09/2007

MessageSujet: Re: Trente-six (36) aveux   Lun 8 Oct 2007 - 18:08

michel a écrit:
Autre élément troublant : Cocu a signalé que Vittorio avait déclaré lors de l'attaque au sujet des gendarmes : "Ah, les salauds, ils ont des UZI". Cette phrase fut aussi entendue par le gendarme survivant...

En même temps il suffit que les interrogateurs aient connu ce détail du témoignage du gendarme blessé (Lacroix), l'aient communiqué à Cocu lors des interrogatoires pour qu'il soit repris dans un PV "d'aveux" signé de l'intéressé. Cocu (ou un autre borain) a-t-il donné d'autres éléments que "seuls les tueurs auraient pû connaître" ?
Revenir en haut Aller en bas
Anonymou
Invité



MessageSujet: Re: Trente-six (36) aveux   Mar 9 Oct 2007 - 5:21

rob1 a écrit:
En même temps il suffit que les interrogateurs aient connu ce détail du témoignage du gendarme blessé (Lacroix), l'aient communiqué à Cocu lors des interrogatoires pour qu'il soit repris dans un PV "d'aveux" signé de l'intéressé. Cocu (ou un autre borain) a-t-il donné d'autres éléments que "seuls les tueurs auraient pû connaître" ?
Oui, il aurait donné la couleur des bonbonnes de gaz ammenées sur place dans l'affaire du Colruyt!!!
Seuls les auteurs pouvaient donner ce genre de détails.

Le problème, c'est que quand on lui a posé cette question, l'homme était déjà passé plusieurs fois devant les bobonnes de gaz en question, lesquelles étaient saisies dans les locaux de la GD !

Tu parles d'une enquête .... Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7209
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Trente-six (36) aveux   Sam 20 Oct 2007 - 16:43

Déclaration du commissaire George Marnette :

«On a même fait des filatures sur des haut placés: Finalement, ça n'a rien donné. La théorie des prédateurs, je n'y ai jamais beaucoup cru. Le banditisme est tellement pourri: il y aurait eu des balances. Je vois (le commissaire) Tilmant sortir rayonnant d'une audition avec l'ancien flic de la filière boraine.Michel C. l'avait prévenu: De toute façon, il y a des gens au-dessus de nous et ces gens-là, vous n'y arriverez jamais.»

Le mêmes aveux de Cocu ont été faits à Gérard Bihay et ses collègues. que savait exactement Michel Cocu?

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
journalistefrançais



Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: adriano vittorio : un type qui en sait bcp   Ven 30 Jan 2009 - 0:25

Bonsoir, j'ai travaillé durant quelques mois pour un journal de Maubeuge et j'ai étudié en détail, le profil du présumé meneur de la filière boraine. Adriano VITTORIO, puisque c'est de lui dont il s'agit, vit encore a Maubeuge aujourd'hui. Je me pose la question : sachant qu'il est en trés mauvaise santé, est_ce lui qui aurait récemment "rencardé" la cellule de JUMET concernant le ferrailleur d'Elouges ? Au moment des faits, la femme d'Adriano, possédait une épicerie à 6 km de la frontière, d'où la tentative de lui imputer certaines affaires, dont l'attaque de l'épicerie Piot à Maubeuge en Août 82 où des bidons d'huile et des bouteilles de champagnes avaient été subtilisées. On s'est peu attardé sur cette affaire, pourtant elle recéle bien des indices intéressant sur le mode opératoire de ces truands, et leurs localisations futures, sachant que la route qui part de Mons pour Maubeuge (17 KM) méne directement à la place des Nations. Pour moi, les tbw avaient leur base arriére dans la région de Lobbes, coin boisé, qui était connue à l'époque pour abriter nombres de marginaux. Certes, Adriano Vittorio connaissait bien les lieux et la place des Nations, mais le reste est sujet à caution. Je doute de son implication. Le costume qu'on a taillé pour ce monsieur, me semble bien trop grand pour lui. Pourquoi d'ailleurs ce titre de "meneur", vu qu'il ne l'était pas dans les faits ? A l'époque, ce restaurateur était surtout connu pour ses faillites retentissantes, et pour passer ses journées dans les bars de la frontière où on lui avait donné le surnom de King_Kong, plus en raison de son physique imposant, qu'autre chose. Dans son casier judiciaire : des affaires de chéques sans provision ! Certains rapportent qu' il aurait échauddé alors, des projets de hold_up, tous avortés. Plus troublant : il aurait donné avant même l'expertise balistique de Dery, la chronologie exacte des coups de feux tiré le 16 septembre 83 au Delhaize de Nivelles; les magistrats de l'époque avait fini par conclure qu'il ne pouvait que se trouver sur les lieux ! ! !
Aprés coup, il a expliqué que sa version lui avait été soufflé par les enquéteurs. Mais cela reste troublant. Estievenard a tjs paru bcp plus dangereux. Genre coq de village, voleur, aimant la castagne et se plaisant a faire le coup de poing, et prêt a dégainer. Lui quand il tirait ce n'était pas pour la galerie. Mais hableur, donc il aurait du parler ? On dit que sa femme en avait une peur bleue; d'ou l'affaire du ruger, les faits lui ont donné partiellement raison. En 99, il tire sur des portiers d'une discothéque à Hornu, et en 2006, on le soupçonnait d'avoir incendié un logement lui appartenant pour cause de loyer non payé. Bilan : un mort.
Cocu présente un profil encore plus tordu, assez trouble. Bref cette bande a sans doute des choses à se reprocher, de là, à en faire, collectivement, des tireurs dingues...Je penche pour la thése de membres ayant appartenu de façon isolé au TBW de la première vague. Par la suite et aprés avoir bénéficié Adriano Vittotio s'est tjs refusé au test du polygraphe qui aurait pu l'innocenter. Cela pose question. Auparavant il a donné le nom de l'auteur de la tuerie de Nivelles information qu'il aurait recueillie lors de son séjour à Forest : un certain v toxico, mort d'overdose a Bruxelles le 3 Décembre 83. C'est un autre détenu qui lui aurait donné l'info. Pourquoi cette piste n'a t-elle pas été exploitée ? Que faisait Deprêtre à l'époque ? ? ? C'est fou....
Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 1470
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Trente-six (36) aveux   Ven 30 Jan 2009 - 10:44

J'ignore à quelle époque vous avez rencontré Vittorio, mais avant les tueries il avait déjà subi une opération aux poumons peu compatible avec des "exploits sportifs".
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7209
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Trente-six (36) aveux   Ven 30 Jan 2009 - 10:45

Vittorio en effet était malade (poumons, jambes?). mais d'après les enquêteurs c'est lui qui parlait le plus lors des interrogatoires avant de se rétracter.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
piotr



Nombre de messages : 126
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Trente-six (36) aveux   Ven 30 Jan 2009 - 12:03

peut-être pas un bon sportif mais un lien entre différents milieux
Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 1470
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Trente-six (36) aveux   Ven 30 Jan 2009 - 12:25

Possible si c'est au SAC que vous songez... et la piste est (à mon sens) des plus intéressantes à étudier... Mais au travers de Vittorio ???... Maintenant, le personnage le plus à même de répondre à ces questions (SAC nord) a tiré sa révérence depuis plusieurs années ; cancer... Et l'individu prétendant lui succéder a malencontreusement croisé la trajectoire d'une balle qui lui a un tant soit peu pulvérisé le cervelet avant d'embrasser ses fonctions... Fil coupé, donc.

J'ai rencontré Vittorio et j'ai pu m'entretenir assez longuement avec lui... Tout le monde peut faire erreur, bien entendu, mais pour ma part sa participation active à ce mic mac relèverait du rêve... Maintenant, qu'Adriano ait pu recueillir des confidences de la part de participants ou d'éléments periphériques est bien entendu possible.

Vous savez, approcher le climat d'ambiance de l'époque m'apparait aujourd'hui très difficile... Le plus formidable travail à porter au crédit de la cellule de Jumet est bien d'avoir épuisé ces pistes farfelues nées de "la bonne volonté" d'individus croyant "savoir".

Maintenant, concernant d'autres individus ayant approché Vittorio, il serait très intéressant de se pencher sur leurs relations de l'époque. Par recoupements, il serait peut-être possible de flairer la piste des marionnettistes.

Les individus capables d'abattre de sang froid, homme, femme et enfants compris, hors des contextes de la guerre, ne sont (fort heureusement) pas courants... Mais trouver ce type d'individus capable d'agir et de se taire (ne pas se vanter), de multiplier les risques juste pour "le fun"... je ne peux me résoudre à y croire !... trop gros !... Des tueurs pathologiques, j'en ai rencontré quelques uns... mais s'ils avaient "d'énormes balloches", celles-ci envahissaient surtout leur boite cranienne !

Ces actions étaient trop bien ordonnées pour relever d'une délinquance basique.
Revenir en haut Aller en bas
piotr



Nombre de messages : 126
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Trente-six (36) aveux   Ven 30 Jan 2009 - 12:34

je pense en effet que ce monsieur faisait un lien vers l'organisation que vous dites, mais également une autre, plus germanophile voire germano-manipulée, du plat pays. Je dois avoir qq docs sur lesquels l'on pourrait se pencher, à ce sujet, que je posterai lundi sur l'autre forum. en tout cas des pistes possibles vers qui vous dites, les marionnettistes.
Revenir en haut Aller en bas
piotr



Nombre de messages : 126
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Trente-six (36) aveux   Ven 30 Jan 2009 - 13:01

A ce sujet des liens germanophiles, un monsieur brouette a également été peu sondé, si je puis dire. Et bien sûr un monsieur karl. on est ici à la croisée de divers trafics et cures hospitalières en camps d'entraînement.
Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 1470
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Trente-six (36) aveux   Ven 30 Jan 2009 - 13:33

Je vois à quel microcosme vous faites allusion... mais si les abords de la gare du Nord et "ses" bistrots pour militaires désoeuvrés pouvaient accueillir "discrètement" ces messieurs, je les vois assez mal avoir fréquenté les clubs proches de la Bourse, les salons du Hilton, ou celui bien plus "classieux" du Westminster hôtel (ou son "Crocodile Club" en sous-sol)... Là où, introduit auprès de filières d'extrême droite, il était banal de voir se cotoyer de hauts fonctionnaires d'Etat et des trafiquants de pierres précieuses, d'armes ou de drogue (les 2 allant souvent de paire) ou des agents "secrets" arborant pratiquement leur drapeau sur la poche de poitrine ; avec possibilité d'acquérir (contre "petits services occasionnels) des instruments aussi performants que des "Key Universal Opener" capable de faire béer jusqu'à des coffres-forts sans le moindre soucis... haute technologie jadis "exclusivement réservée" aux SR américains... une exclusivité s'étendant très largement aux "amis sympathisants" dès qu'il s'agissait d'oeuvrer pour "le bien du monde". lol!
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7856
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: V mort 3 decembre 1983   Sam 4 Juil 2009 - 14:38

notre membre journalisteFrançais écrit

Citation :
Par la suite et aprés avoir bénéficié Adriano Vittotio s'est tjs refusé au test du polygraphe qui aurait pu l'innocenter. Cela pose question. Auparavant il a donné le nom de l'auteur de la tuerie de Nivelles information qu'il aurait recueillie lors de son séjour à Forest : un certain v toxico, mort d'overdose a Bruxelles le 3 Décembre 83. C'est un autre détenu qui lui aurait donné l'info. Pourquoi cette piste n'a t-elle pas été exploitée ? Que faisait Deprêtre à l'époque ? ? ? C'est fou....

C'est fou mais personne n'a lu ou n'a réagi!

ce V qui est mort c'est qui?

Vincent louvaert c'etait 10 novembre 1983

et bruno Van deuren c'ect 23 decembre 1988

qui était ce personnage?
Revenir en haut Aller en bas
AC30



Nombre de messages : 415
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Trente-six (36) aveux   Sam 4 Juil 2009 - 17:09

K a écrit:
notre membre journalisteFrançais écrit

Citation :
Par la suite et aprés avoir bénéficié Adriano Vittotio s'est tjs refusé au test du polygraphe qui aurait pu l'innocenter. Cela pose question. Auparavant il a donné le nom de l'auteur de la tuerie de Nivelles information qu'il aurait recueillie lors de son séjour à Forest : un certain v toxico, mort d'overdose a Bruxelles le 3 Décembre 83. C'est un autre détenu qui lui aurait donné l'info. Pourquoi cette piste n'a t-elle pas été exploitée ? Que faisait Deprêtre à l'époque ? ? ? C'est fou....

C'est fou mais personne n'a lu ou n'a réagi!

ce V qui est mort c'est qui?

Vincent louvaert c'etait 10 novembre 1983

et bruno Van deuren c'ect 23 decembre 1988

qui était ce personnage?

Van Deuren assassiné, par mort d'overdose.
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7856
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Trente-six (36) aveux   Sam 4 Juil 2009 - 19:16

.


Dernière édition par K le Sam 20 Déc 2014 - 22:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
alain



Nombre de messages : 1586
Date d'inscription : 10/08/2010

MessageSujet: Re: Trente-six (36) aveux   Lun 16 Juin 2014 - 15:44

journalistefrançais a écrit:
Bonsoir, j'ai travaillé durant quelques mois pour un journal de Maubeuge et j'ai étudié en détail, le profil du présumé meneur de la filière boraine. Adriano VITTORIO, puisque c'est de lui dont il s'agit, vit encore a Maubeuge aujourd'hui. Je me pose la question : sachant qu'il est en trés mauvaise santé, est_ce lui qui aurait récemment "rencardé" la cellule de JUMET concernant le ferrailleur d'Elouges ? Au moment des faits, la femme d'Adriano, possédait une épicerie à 6 km de la frontière, d'où la tentative de lui imputer certaines affaires, dont l'attaque de l'épicerie Piot à Maubeuge en Août 82 où des bidons d'huile et des bouteilles de champagnes avaient été subtilisées. On s'est peu attardé sur cette affaire, pourtant elle recéle bien des indices intéressant sur le mode opératoire de ces truands, et leurs localisations futures, sachant que la route qui part de Mons pour Maubeuge (17 KM) méne directement à la place des Nations. Pour moi, les tbw avaient leur base arriére dans la région de Lobbes, coin boisé, qui était connue à l'époque pour abriter nombres de marginaux. Certes, Adriano Vittorio connaissait bien les lieux et la place des Nations, mais le reste est sujet à caution. Je doute de son implication. Le costume qu'on a taillé pour ce monsieur, me semble bien trop grand pour lui. Pourquoi d'ailleurs ce titre de "meneur", vu qu'il ne l'était pas dans les faits ? A l'époque, ce restaurateur était surtout connu pour ses faillites retentissantes, et pour passer ses journées dans les bars de la frontière où on lui avait donné le surnom de King_Kong, plus en raison de son physique imposant, qu'autre chose. Dans son casier judiciaire : des affaires de chéques sans provision ! Certains rapportent qu' il aurait échauddé alors, des projets de hold_up, tous avortés. Plus troublant : il aurait donné avant même l'expertise balistique de Dery, la chronologie exacte des coups de feux tiré le 16 septembre 83 au Delhaize de Nivelles; les magistrats de l'époque avait fini par conclure qu'il ne pouvait que se trouver sur les lieux ! ! !
Aprés coup, il a expliqué que sa version lui avait été soufflé par les enquéteurs. Mais cela reste troublant. Estievenard a tjs paru bcp plus dangereux. Genre coq de village, voleur, aimant la castagne et se plaisant a faire le coup de poing, et prêt a dégainer. Lui quand il tirait ce n'était pas pour la galerie. Mais hableur, donc il aurait du parler ? On dit que sa femme en avait une peur bleue; d'ou l'affaire du ruger, les faits lui ont donné partiellement raison. En 99, il tire sur des portiers d'une discothéque à Hornu, et en 2006, on le soupçonnait d'avoir incendié un logement lui appartenant pour cause de loyer non payé. Bilan : un mort.
Cocu présente un profil encore plus tordu, assez trouble. Bref cette bande a sans doute des choses à se reprocher, de là, à en faire, collectivement, des tireurs dingues...Je penche pour la thése de membres ayant appartenu de façon isolé au TBW de la première vague. Par la suite et aprés avoir bénéficié Adriano Vittotio s'est tjs refusé au test du polygraphe qui aurait pu l'innocenter. Cela pose question. Auparavant il a donné le nom de l'auteur de la tuerie de Nivelles information qu'il aurait recueillie lors de son séjour à Forest : un certain v toxico, mort d'overdose a Bruxelles le 3 Décembre 83. C'est un autre détenu qui lui aurait donné l'info. Pourquoi cette piste n'a t-elle pas été exploitée ? Que faisait Deprêtre à l'époque ? ? ? C'est fou....
.


Dernière édition par alain le Sam 20 Déc 2014 - 16:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
bernarddeboussu



Nombre de messages : 1102
Localisation : BORINAGE
Date d'inscription : 05/02/2014

MessageSujet: Re: Trente-six (36) aveux   Lun 16 Juin 2014 - 17:23

@alain:

Il s'agit de faits qui se sont déroulés le samedi 3 juillet 1999 à l'aube, sur le parking du dancing "Le Boléro" (ex "Punch"), rue de la Corderie, à HORNU.
Les portiers ont voulu interdire l'accès de l'établissement à ESTIEVENART qui a sorti une arme et blessé lesdits portiers, heureusement sans trop de gravité.
Le Parquet est descendu sur les lieux (Juge d'Instruction Pierre PILETTE, de MONS).
ESTIEVENART était alors âgé de 54 ans.
Il avait été "blanchi" par la Cour d'Assises de MONS en mai 1988 pour les faits relatifs aux TBW mais condamné pour divers petits braquages.
L'individu était très violent.

En ce qui concerne l'incendie d'un logement, c'est bien plus grave et dénote une personnalité psychopathe marquée.
Un homme d'une trentaine d'année, Mickael N., lui devait soi-disant de l'argent.
ESTIEVENART et un complice plus jeune se rendent dans l'appartement pour récupérer la dette et veulent s'emparer d'un magnétoscope et de divers objets.
Le jeune Mickael N. s'y oppose et les trois hommes discutent devant un verre.
ESTIEVENART verse des médicaments dans la boisson de Mickael, en l'occurrence des TEMESTA et des VALIUM en quantité.
Tout en continuant à discuter, ils attendent l'endormissement de Mickael. Lorsqu'il sera bien endormi, il poussera le sadisme jusqu'à manger des provisions présentes au domicile de sa victime.
ESTIEVENART aspergera ensuite l'infortuné avec du pétrole (on découvrira des traces d'accélérants en divers endroits) et mettra le feu avant de se retirer avec son complice.
L'immeuble ne s'embrasera heureusement pas du fait des matériaux utilisés et l'incendie s'arrêtera au pauvre Mickael, qui périra, selon l'autopsie, d'asphyxie. On retrouvera son corps calciné.
ESTIEVENART se pendra dans sa cellule en 2006, la veille de sa comparution en Assises.
Le complice est, quant à lui, toujours incarcéré.

A méditer: ESTIEVENART portait diverses cicatrices de blessures par balle sur le corps...  scratch 
Revenir en haut Aller en bas
alain



Nombre de messages : 1586
Date d'inscription : 10/08/2010

MessageSujet: Re: Trente-six (36) aveux   Lun 16 Juin 2014 - 17:33

.


Dernière édition par alain le Sam 20 Déc 2014 - 16:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
bernarddeboussu



Nombre de messages : 1102
Localisation : BORINAGE
Date d'inscription : 05/02/2014

MessageSujet: Re: Trente-six (36) aveux   Lun 16 Juin 2014 - 17:58

@alain:

Du temps du "Punch", c'était un établissement des plus corrects.
Par la suite, il y a eu plusieurs propriétaires successifs et c'est finalement devenu "ingérable".
De plus, il y avait énormément de problèmes (bagarres, problèmes de parking, ... et à plusieurs reprises des agressions avec coteaux et armes à feu...dont ESTIEVENART!)

Dommage, il faudrait avoir accès au dossier ... pour les blessures par balle présentées par ESTIEVENART!  scratch 
Revenir en haut Aller en bas
Robert du Bois



Nombre de messages : 686
Date d'inscription : 18/11/2013

MessageSujet: Re: Trente-six (36) aveux   Lun 16 Juin 2014 - 19:24

@ bernarddeboussu

Voulez-vous dire que les blessures par balle d'Estiévenart pourraient provenir de l'arme du policier Nevens lors de la tuerie d'Alost ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Trente-six (36) aveux   

Revenir en haut Aller en bas
 
Trente-six (36) aveux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Sainte Christine et commentaire du jour "Cent, ou soixante, ou trente pour un"
» Trente trois points destructeurs pour les catholiques
» l'allemagne des années trente
» Les trente batailles du sergent Denis Moreau
» En garde à vue, les aveux ne sont pas des preuves

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: AXES D'ENQUÊTE :: Les axes exploités :: La filière boraine-
Sauter vers: