les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 S.G.R.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
michel
Admin


Nombre de messages : 7021
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: S.G.R.   Mar 26 Juin 2007 - 10:27

Le Service général de renseignement (SGR) était le service de renseignements militaire belge.

Ce service n'a jamais reçu d'informations exploitables sur les tbw. Il est vrai que le SGR estimait que l'affaire n'entrait pas dans le domaine de ses compétences.

En juin 1994, le SGR est devenu le SGRS (Service Général de Renseignement et de Sécurité) qui dépend du Ministère de la Défense.


_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
undercover



Nombre de messages : 2173
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: S.G.R.   Mar 26 Juin 2007 - 11:45

Je me pose la question sur l'exactitude de l'information.
Il me semble que le sgr a été entendu sur différents points concernant les tueries.
Des réponses ont été données, donc ils avaient des informations.
N'oublions pas que la gendarmerie était un Corps militaire, et que les gendarmes tels Bouhouche, BR, etc...étaient militaires.
Ils ont longtemps été suspectés.
Donc SGR avait un intéret à avoir des info.
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7021
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: S.G.R.   Mar 26 Juin 2007 - 11:52

Je pense que le SGR estimait au départ que le dossier tbw était un dossier qui devait être traité par la police. Le SGR ne voyait aucune intention subversive dans les tbw. Du moins au départ. Le dossier Tueries de la SGR était en fait constitué de dossiers individuels de certains militaires. Ce dossier fut consulté en son temps par Schot.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
Henry



Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: S.G.R.   Mar 26 Juin 2007 - 11:53

undercover a écrit:

Donc SGR avait un intéret à avoir des info.
Mais peut-être pas de les divulguer.
Revenir en haut Aller en bas
undercover



Nombre de messages : 2173
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: S.G.R.   Mar 26 Juin 2007 - 11:57

michel a écrit:
Je pense que le SGR estimait au départ que le dossier tbw était un dossier qui devait être traité par la police. Le SGR ne voyait aucune intention subversive dans les tbw. Du moins au départ. Le dossier Tueries de la SGR était en fait constitué de dossiers individuels de certains militaires. Ce dossier fut consulté en son temps par Schot.

Je dois devenir un peu idiot.
Schot est responsable POSA. Il n'a donc rien à voir avec des enquêtes. Consulter des dossiers pour surveiller, OK. Mais pas de devoir d'enquete.
Quoi que,...mais c'est une autre histoire.

Pour le SGR, je pense qu'il faut arréter de prendre les gens pour des cons.
Vous pensez que leur QI est si peu élevé ?
Lors des officiers supérieurs sont mis sous écoute et surveillés 24 heures sur 24; vous pensez franchement que le SGR reste tranquille dans son bureau? A quoi on servi les gendarmes du SDRA ? A boire le café ?
A moins qu'il s'agissait d'une histoire de c...?
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7021
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: S.G.R.   Mar 26 Juin 2007 - 12:00

Schot à l'époque était à la CBW je pense.

Il faudrait savoir à partir de quel moment on s'est intéressé aux gendarmes comme suspect. Ceux que vous citez avaient quitté la gendarmerie assez tôt.
Je redis que le SGR avait des dossiers individuels et que Schot les a parcourus.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
undercover



Nombre de messages : 2173
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: S.G.R.   Mar 26 Juin 2007 - 12:04

Henry a écrit:
undercover a écrit:

Donc SGR avait un intéret à avoir des info.
Mais peut-être pas de les divulguer.

Bien sur Henri.
Les services de renseignements sont rarement des bavards.

Ne pensez vous pas que ces sujets ont motivés SGR :
Vol des telex à l' OTAN . Non?
Mort de Latinus ?
Vol d'armes à l' ESI ?
Attentat contre Vernaillen ?
Vol d'armes dans différentes casernes ?
Recherche d'information dans le nucleaire par des Target ?
Groupe G ?
Groupe M ?
Groupe des 12 ?
Voyage de certains ministres dans des pays de l'Est ?
Trafic d'armes vers des puissances étrangères ?
etc...
Revenir en haut Aller en bas
Henry



Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: S.G.R.   Mar 26 Juin 2007 - 12:08

Surement Under mais plus prosaïquement, je voulais dire qu'il devait être difficile pour eux d'admettre que la gendarmerie (corps militaire à l'époque était infiltrée à mort par toutes les tendances.
Revenir en haut Aller en bas
undercover



Nombre de messages : 2173
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: S.G.R.   Mar 26 Juin 2007 - 12:12

michel a écrit:
Schot à l'époque était à la CBW je pense.

Il faudrait savoir à partir de quel moment on s'est intéressé aux gendarmes comme suspect. Ceux que vous citez avaient quitté la gendarmerie assez tôt.
Je redis que le SGR avait des dossiers individuels et que Schot les a parcourus.

Et alors ? Il les a parcouru. Bien. Il n'est pas le seul, selon moi.
Mais vous ne répondez pas au reste.

Pensez vous sincèrement, ou plutot est il crédible de penser que SGR ne se soit pas occupé des affaires susmentionnées, ainsi que d'autres ?

Je peux vous dire que quand SGR parle dans une reunion, les autres se taisent (c'est imagé, mais ainsi)
Pourquoi le comité R a été créé ?
Pourquoi les difficultés avec SGR et le magistrat à la tête du comité R dans les premiers temps ?
Pourquoi des dossiers civils chez SGR ?
etc...?
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7021
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: S.G.R.   Mar 26 Juin 2007 - 12:16

Si je vous comprends bien, le SGR est plus puissant qu'on ne l'imagine?

Je constate simplement (ce n'est pas une critique) que le SGR a comme les autres échoué dans l'affaire des tbw.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
undercover



Nombre de messages : 2173
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: S.G.R.   Mar 26 Juin 2007 - 12:23

michel a écrit:
Si je vous comprends bien, le SGR est plus puissant qu'on ne l'imagine?

Je constate simplement (ce n'est pas une critique) que le SGR a comme les autres échoué dans l'affaire des tbw.

Deux choses :
SGR n'est pas une asbl de quartier. Je ne sais pas ce que vous imaginez, mais effectivement SGR, c'est quelque chose d'important.

Pour l' "echec" ; vous savez il faut voir par quel bout de la lorgnette vous regardez.
Selon que vous etes au milieu d'un champ de bataille, ou pres des officiers sur la colline; la vision de choses est bien différente.
En plein champ de bataille vous voyez vos compagnons mourir les uns apres les autres; et sur la colline les officiers observent la victoire qui est proche grace à des renforts qui arrivent au loin.

Qu'est ce qu'un échec pour des services de renseignements ?
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7021
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: S.G.R.   Mar 26 Juin 2007 - 12:24

Et qu'est-ce une victoire pour un SR?

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
undercover



Nombre de messages : 2173
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: S.G.R.   Mar 26 Juin 2007 - 12:29

michel a écrit:
Et qu'est-ce une victoire pour un SR?
Les missions du SGRS sont déterminées à l'article 11 de la "Loi organique des services de renseignement et de sécurité" du 30 novembre 1998 (Moniteur Belge du 18 décembre 1998).
Revenir en haut Aller en bas
Anonymou
Invité



MessageSujet: Re: S.G.R.   Mar 26 Juin 2007 - 12:50

michel a écrit:
Schot à l'époque était à la CBW je pense.Il faudrait savoir à partir de quel moment on s'est intéressé aux gendarmes comme suspect. Ceux que vous citez avaient quitté la gendarmerie assez tôt.
Je redis que le SGR avait des dossiers individuels et que Schot les a parcourus.
Et à quel moment dans l'affaire Dutroux, il a laissé entendre qu'il pourrait y avoir des personnalités sur les pseudo cassettes ( en bout de film ) du célèbre pédophile belge..
Revenir en haut Aller en bas
undercover



Nombre de messages : 2173
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: S.G.R.   Mar 26 Juin 2007 - 12:54

Ha ?
Il y a deux lots de cassettes, il faudrait savoir desquelles vous parlez.
Elles ont été visionnées du coté de Charleroi par deux unités distinctes.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymou
Invité



MessageSujet: Re: S.G.R.   Mar 26 Juin 2007 - 13:06

[ Qu'a donné l'exploitation des cassettes ? A première vue, rien. Des copies ont été faites et les cassettes originales ont été rendues plus tard à Dutroux, à l'exception de 3 d'entre elles, déposée au greffe du palais de justice de Charleroi. Mais sur le disque dur du BCR, la commission d'enquête parlementaire découvre un document qui indique que les commandants Legros et Schot (responsables " Othello " à Charleroi) auraient donné un coup de téléphone au 1er maréchal des logis chef Debled du BCR le 13 décembre 1995 à 11h, c'est-à-dire pendant la perquisition de Marcinelle et en temps réel" On peut y lire : " From Comdt Schot : Suite aux perquisitions, une cinquantaine de cassettes ont été saisies. Sur chaque fin de cassettes sont enregistrées des scènes pornos filmées en direct. A contrôler (victime reconnaissable ??) Journal Du Mardi (4-10 janvier 2000). ]
Revenir en haut Aller en bas
Anonymou
Invité



MessageSujet: Re: S.G.R.   Mar 26 Juin 2007 - 13:17

undercover a écrit:
...... A quoi on servi les gendarmes du SDRA ? A boire le café ? A moins qu'il s'agissait d'une histoire de c...?
Descendez un peu sur le planché des vaches Under!
J'ai connu personnellement des gens du SDRA. Ils ont quitté la BSR pour ce service. Par idéal, croyez-vous? Non, mais parce que c'était le service père-père sans week-end etc...
Revenir en haut Aller en bas
billbalantines



Nombre de messages : 1380
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: S.G.R.   Mar 26 Juin 2007 - 13:27

Robert Beijer a écrit:
undercover a écrit:
...... A quoi on servi les gendarmes du SDRA ? A boire le café ? A moins qu'il s'agissait d'une histoire de c...?
Descendez un peu sur le planché des vaches Under!
J'ai connu personnellement des gens du SDRA. Ils ont quitté la BSR pour ce service. Par idéal, croyez-vous? Non, mais parce que c'était le service père-père sans week-end etc...

Connais le père Noel, mais le 'père-père' scratch study santa
Revenir en haut Aller en bas
Anonymou
Invité



MessageSujet: Re: S.G.R.   Mar 26 Juin 2007 - 13:33

Et le père pète ? Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
undercover



Nombre de messages : 2173
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: S.G.R.   Mar 26 Juin 2007 - 13:35

Robert Beijer a écrit:
undercover a écrit:
...... A quoi on servi les gendarmes du SDRA ? A boire le café ? A moins qu'il s'agissait d'une histoire de c...?
Descendez un peu sur le planché des vaches Under!
J'ai connu personnellement des gens du SDRA. Ils ont quitté la BSR pour ce service. Par idéal, croyez-vous? Non, mais parce que c'était le service père-père sans week-end etc...

Effectivement j'ai vu un nom ou l'autre dans votre listing de ce genre de flic du SDRA.
Mais vouloir faire croire qu'ils sont des ronds de cuir, tous ?
Redescendez sur terre, bob.
Je peux vous présenter quelques personnes qui n'ont rien de rond de cuir.
Revenir en haut Aller en bas
undercover



Nombre de messages : 2173
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: S.G.R.   Mar 26 Juin 2007 - 13:55

Bobby a écrit:
[ Qu'a donné l'exploitation des cassettes ? A première vue, rien. Des copies ont été faites et les cassettes originales ont été rendues plus tard à Dutroux, à l'exception de 3 d'entre elles, déposée au greffe du palais de justice de Charleroi. Mais sur le disque dur du BCR, la commission d'enquête parlementaire découvre un document qui indique que les commandants Legros et Schot (responsables " Othello " à Charleroi) auraient donné un coup de téléphone au 1er maréchal des logis chef Debled du BCR le 13 décembre 1995 à 11h, c'est-à-dire pendant la perquisition de Marcinelle et en temps réel" On peut y lire : " From Comdt Schot : Suite aux perquisitions, une cinquantaine de cassettes ont été saisies. Sur chaque fin de cassettes sont enregistrées des scènes pornos filmées en direct. A contrôler (victime reconnaissable ??) Journal Du Mardi (4-10 janvier 2000). ]


Michel Bouffioux en ligne
22-02-2005
Affaire Dutroux et consorts (200404)

Chronique "Si on me laisse dire", publiée dans le quotidien belge "La Dernière Heure" en marge du procès de Marc Dutroux et consort

Sexe, mensonges (?) et vidéo (34 - Le 20 avril 2004)

Hier, deux policiers nous ont parlé d’une enquête impeccable. Celle qui a consisté, à partir d’une cassette vidéo saisie chez Marc Dutroux, à l’incriminer dans une affaire de viol. Celui d’Henrietta P., une jeune slovaque qui avait eu le malheur de croiser sa route, une nuit de juin 1995. N’exagérons rien, les investigations dont je vous parle ici ne nécessitaient pas le talent d’un Sherlock Holmes ou d’un Columbo. Mais bon : le travail a été fait consciencieusement et complètement. On ne saurait trop le souligner dans ce dossier qui a témoigné de tellement de lacunes.

Sur la cassette saisie, les images saisies montrent une jeune fille nue, allongée sur le dos, genoux relevés. Paraissant droguée, elle gémit et pleure. On voit la main d’un homme qui ausculte son corps. Filmée dans un véhicule, cette scène ne laisse pas de doute sur les sévices sexuels dont la victime a été l’objet. Cette dernière présente plusieurs particularités physiques et vestimentaires qui sont autant d’indices pour l’identifier. En plus, elle s’exprime dans une langue étrangère aux consonances slaves.

Fort de cette découverte, les enquêteurs de Neufchâteau n’auront aucun mal à faire le rapprochement avec des informations qui se trouvaient antérieurement dans leur dossier. A savoir la dénonciation par les autorités slovaques d’un viol commis le 4 juin 1995 dans les environs de Topolcany, une région souvent fréquentée par Marc Dutroux. Méthodiquement, ils recenseront tous les objets apparents sur les images. Ceux-ci apparaissent sur d’autres films de Dutroux et la même cassette recèle d’autres séquences qui montre la maison de Marcinelle. Bref, après ce travail, ce Dutroux est complètement confondu. Il a beau nier le viol d’Henrietta P. : les preuves rassemblées l’accablent.

Tout cela serait fort bien si cette enquête impeccable n’avait pas été faite avec près de quatre années de retard ! En effet, la cassette dont il est ici question avait été saisie… le 13 décembre 1995 lors des perquisitions de René Michaux et consorts à Marcinelle. Vous vous souvenez ? C’était l’époque de l’opération Othello, celle où l’ex-gendarmerie travaillait en secret sur Marc Dutroux et son implication éventuelle dans l’enlèvement de Julie et Melissa. Quoi ? Michaux a saisi une cassette avec des images de viol et il ne s’en est pas rendu compte? Et bien oui, puisque, dit-il, ses supérieurs lui ont intimé l’ordre de ne pas regarder les cassettes saisies chez Dutroux. Qui a alors regardé cette cassette en 1995? Des membres d’un service spécialisé de la gendarmerie à Bruxelles. Ah bon ? Et il n’on rien vu ? Et bien oui, diront les pandores de ce service. Cette cassette sera déposée le 23 mars 1996, au greffe du tribunal correctionnel de Charleroi. Le 28 août 1996, après l’arrestation de Dutroux, elle sera transférée au parquet de Neufchâteau mais plutôt que d’être déposée au greffe chestrolais, elle prendra illico la direction des locaux de la BSR de Bastogne.

On ne parlera plus de cette pièce à conviction jusqu’en janvier 1999. C’est à ce moment qu’elle est déposée officiellement au greffe de Neufchâteau. Un mois plus tard, le gendarme Barthelemy la regardera et, surprise, voilà donc que l’on découvrira –enfin!- le viol de Melle Palusova.

Je ne peux m’empêcher de terminer par une petite considération sur l’ex-BCR de la gendarmerie. Car lui aussi est intervenu dans le parcours chaotique des cassettes, dont celle contenant les images du viol. Le 15 décembre 1995, le sous-lieutenant Remue, de la «Cellule Disparition», avait donné l’ordre de copier tous les films saisis chez Dutroux, deux jours plus tôt. Mais, finalement, cela n’aurait pas été fait. Ah bon ?

22-02-2005, 11:47:41 michelbouffioux
source : http://michelbouffioux.skynetblogs.be/post/948500/affaire-dutroux-et-consorts-200404


Alors elles sont copiées ou pas copiées ?
Car il existerait une copie au parlement ?
Revenir en haut Aller en bas
undercover



Nombre de messages : 2173
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: S.G.R.   Mar 26 Juin 2007 - 13:59

Citation :
Qu'a donné l'exploitation des cassettes ? A première vue, rien. Des copies ont été faites et les cassettes originales ont été rendues plus tard à Dutroux, à l'exception de 3 d'entre elles, déposée au greffe du palais de justice de Charleroi.
Il s'agit des cassettes de la première perquisition ?
Revenir en haut Aller en bas
Anonymou
Invité



MessageSujet: Re: S.G.R.   Mar 26 Juin 2007 - 14:01

L'admin pourra certainement juger de l'oppotunité de déplacer le fil

Cassettes: le Capharnaüm ! - Rapport du comité P dans l'affaire Dutroux( 07/08/2000 )

Le comité P - la police des polices - chargé par le procureur général de Liège de mener une enquête approfondie relative à l'exploitation qui a été faite des cassettes vidéo saisies en décembre 1995 chez Marc Dutroux et à des dysfonctionnements éventuels vient de rendre son rapport. Il est détonant.

L'enquête du comité P démarre après qu'un membre de la BSR de Bastogne, chargé de visionner 3 des 95 cassettes vidéo saisies le 13 décembre 1995 chez Dutroux, à Marcinelle, eut constaté que les deux cassettes de duplication censées etre des copies conformes des originales avaient été amputées de plusieurs scènes: notamment celles où l'on voit Marc Dutroux effectuer des travaux dans sa maison de Marcinelle ou celles d'une jeune fille nue filmée les jambes écartées. Des scènes filmées par un amateur qui paraissaient avoir échappé à tous les enquêteurs... jusqu'au début 99!

L'enquête du comité P devait expliquer ces cafouillages. Elle en découvrira bien d'autres.

95 cassettes vidéo sont saisies le 13 décembre 1995 chez Dutroux, à Marcinelle. Elles sont emportées en vrac dans une manne et une caisse. Un inventaire de saisie est établi. Vu le nombre de cassettes à visionner, le temps que cela va prendre et les moyens disponibles, il est décidé de ne pas les visionner sur place. Deux jours plus tard, elles sont acheminées au Centre audiovisuel (CAVC) de la gendarmerie. Le CAVC est chargé de faire procéder au visionnage et à la copie de toutes les cassettes vidéo.

Le visionnage de l'ensemble des cassettes est réalisé par le CAVC du 18 janvier au 30 janvier 1996. Quatre copies VHS seront effectuées par le CAVC: Nul ne se souvient de ce que contenaient ces quatre copies, dit le rapport. Sauf un opérateur qui se souvient d'un échange de voitures, d'un voyage en autocar et d'une séquence dans une chambre. Lors de son passage devant la commission d'enquete, il avait également parlé d'images pornographiques.

A l'exception de trois cassettes et de deux duplications, toutes les cassettes sont rendues à l'avocat de Dutroux, sur décision du juge d'instruction, le 20 mars 1996. Le 26 aout, vu les développements de l'enquete, les 5 cassettes restantes sont transférées au palais de justice de Neufchâteau. Répertoriées sous le numéro 1558/96, elles ne seront enregistrées au greffe que le 21 janvier 1999, deux ans et demi plus tard...

Jusqu'au 1er février 1999, ces cassettes n'ont été vues que par des techniciens. Aucun enqueteur ne les a jamais visionnées. L'enqueteur a déclaré s'etre fié à ce que lui avait dit l'opérateur du CAVC par téléphone et reconnaitra ne pas avoir visionné lui-meme, ni les cassettes ni les copies réalisées. Plus fort encore: les images amateur - qui, au fond, présentaient le plus d'intéret - n'ont été vues par personne, meme pas les techniciens du CAVC, jusqu'au moment où un gendarme les a visionnées à la demande du juge d'instruction en 1999.

Quant à la cassette vidéo (de type 8 ou super-Cool qu'un agent de la police de Charleroi s'est fait remettre par l'épouse de Dutroux à une date inconnue mais à la meme période et qu'il a déposée à une date inconnue à la BSR, il n'a pas été possible d'en déterminer le sort. Elle n'a pu etre ni identifiée ni retrouvée... Philippe Crêteur ( La Dernière Heure )
Revenir en haut Aller en bas
undercover



Nombre de messages : 2173
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: S.G.R.   Mar 26 Juin 2007 - 14:11

Il semble que l'article parle de la première vagues de cassettes saisies. Mais les journalistes...
Le patron du comité P en 2000, c'est bien le colonel B ?
Le même colonel responsable du BCR lors de l'affaire ?

Il vérifie son propre travail en fait ? Very Happy Very Happy Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Anonymou
Invité



MessageSujet: Re: S.G.R.   Mar 26 Juin 2007 - 14:17

Et vui
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: S.G.R.   Aujourd'hui à 10:39

Revenir en haut Aller en bas
 
S.G.R.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Who's who :: Organisations-
Sauter vers: