les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Delperdange, Claude

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14
AuteurMessage
lepaysan



Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 18/06/2014

MessageSujet: Re: Delperdange, Claude   Jeu 19 Juin 2014 - 7:18

bernarddeboussu,
je ne sais pas si la personne est une homonyme ou si c'est une erreur d'impression, mais dans ma mémoire sa date de naissance était le 16 septembre 1960; son lieu de naissance m'a aussi beaucoup surpris, son père était originaire de Havelange et sa mère du cote de Namur
je sais aussi qu'elle avait 2 frères dont un est decde
Revenir en haut Aller en bas
Robert du Bois



Nombre de messages : 711
Date d'inscription : 18/11/2013

MessageSujet: Re: Delperdange, Claude   Jeu 19 Juin 2014 - 7:48

De toutes façons on sait bien qu'il s'agit d'une homonymie qui a été confirmée par le fils de Claude Delperdange.
Revenir en haut Aller en bas
Robert du Bois



Nombre de messages : 711
Date d'inscription : 18/11/2013

MessageSujet: Re: Delperdange, Claude   Jeu 19 Juin 2014 - 7:53

Adelp a écrit:
Cette dame n'était pas ma mère.

Voilà le message en question.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Delperdange, Claude   Jeu 19 Juin 2014 - 10:04





Revenir en haut Aller en bas
alain



Nombre de messages : 1633
Date d'inscription : 10/08/2010

MessageSujet: Re: Delperdange, Claude   Jeu 19 Juin 2014 - 10:35

.


Dernière édition par alain le Sam 19 Juil 2014 - 19:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
alain



Nombre de messages : 1633
Date d'inscription : 10/08/2010

MessageSujet: Re: Delperdange, Claude   Jeu 19 Juin 2014 - 14:04

.


Dernière édition par alain le Sam 19 Juil 2014 - 19:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
bernarddeboussu



Nombre de messages : 1114
Localisation : BORINAGE
Date d'inscription : 05/02/2014

MessageSujet: Re: Delperdange, Claude   Jeu 19 Juin 2014 - 16:00

@alain:

C'est drôle de revoir Pique-Pique en pleine ACP...du temps de sa "gloire" passée!  Very Happy 

Et tous ses ancien(ne)s "ami(e)s"!  rendeer king 
Revenir en haut Aller en bas
Et In Arcadia Ego



Nombre de messages : 1141
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: Delperdange, Claude   Jeu 19 Juin 2014 - 16:31

.


Dernière édition par Et In Arcadia Ego le Sam 16 Aoû 2014 - 1:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
alain



Nombre de messages : 1633
Date d'inscription : 10/08/2010

MessageSujet: Re: Delperdange, Claude   Jeu 19 Juin 2014 - 19:30

.


Dernière édition par alain le Sam 19 Juil 2014 - 19:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
bernarddeboussu



Nombre de messages : 1114
Localisation : BORINAGE
Date d'inscription : 05/02/2014

MessageSujet: Re: Delperdange, Claude   Lun 23 Juin 2014 - 14:41

@alain:

L'appartenance au Cercle Ionien ne serait pas étonnante, vu la passion de l'homme pour l'Antiquité...

Je n'ai malheureusement aucune précision à ce propos.  study 
Revenir en haut Aller en bas
Et In Arcadia Ego



Nombre de messages : 1141
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: Delperdange, Claude   Jeu 19 Mar 2015 - 0:09

pierre a écrit:
L.F. Deferm
Nom de Zeus.

Le 29 août 1988, TTH contracte un mariage d'affaires avec la société liégeoise d'informatique Zeus Computers dont le patron, Claude Delperdange, s'était proposé pour reprendre la filiale d'Unisys. Deferm lui avait toutefois damé le pion. Zeus Computers transfère son siège social sur le site de Trident et est recapitalisé : Trident apporte 7 millions, payés cash. Quelques mois plus tard : divorce. Chacun reprend ses billes. Claude Delperdange meurt assassiné par son épouse, d'un coup de fusil de chasse, quelques jours seulement avant que ne disparaisse, également de mort violente, André Cools...

Deferm bénéficiera initialement du soutien actif de «parrains» politiques et de syndicaux liégeois. Le conseil d'administration de TTH reflète cette synergie. Y siègent : Jacques Vandebosch, aujourd'hui bourgmestre socialiste de Seraing, Georges Goldine, libéral, administrateur délégué de la Compagnie Générale des Eaux, Jean Sequaris, social-chrétien, alors vice-président de la SRIW et Georges Viatour, ex-directeur de l'INIEX.

Plus surprenante, la présence de Léo Van Tuyckom, proche du CVP, soupçonné d'être l'un des argentiers occultes du parti social chrétien flamand, et dont le nom émergera lors du krach d'Electrorail.

Van Rossem dixit.
Au printemps 1989, TTH ferme ses portes dans des conditions obscures qui, aujourd'hui encore, interpellent. Trident aurait dû bénéficier des retombées du contrat Agusta. Pour Jean-Pierre Van Rossem, l'homme du Moneytron, Deferm et Mathot, avec la bénédiction de Guy Spitaels, auraient détourné une commission occulte, quelque 165 à 175 millions de francs, versée par Agusta, au nez et à la barbe d'André Cools. Lequel, ayant découvert le pot aux roses, s'apprêtait à endosser la veste du «repenti» et à tout révéler à la Justice. Pris de panique, les deux compères l'auraient expédié en enfer.

Van Rossem n'en a jamais été à une affabulation près. Il n'en demeure pas moins que Deferm entretient de singulières relations avec des individus au passé équivoque. Tel Michel Van der Elst, l'avocat jugé et condamné à 8 ans de prison pour l'enlèvement de Paul Vanden Boeynants et pour ses liens avec la bande Haemers.

«Je gère mes affaires privées. Je place des fonds, j'achète et je vends des actions», se défend Deferm qui, aujourd'hui, a jeté son dévolu sur le Costa Rica. Comme base de repli ?

Sergio Carrozo

Léon-François Deferm. Sa société Trident aurait dû bénéficier des retombées du contrat Agusta.

Voici l'article complet (partie manquante en bleu) :
Source : Trends - 13/03/1995

  • LEON FRANÇOIS DEFERM. Homme d'affaires

    ENTREPRENDRE

    Domicilé à Monaco, Léon-François Deferm séjourne de plus en plus souvent au Costa Rica, sa nouvelle base. De repli ?

    Mes parents «n'étaient guère fortunés», explique Léon-François Deferm. «Je travaillais les week-ends pour me faire un peu d'argent.» A 26 ans, il se lance dans le business et crée une société médicale de promotion, Medical Service, qui rapidement, prospère. Pratiquement au même moment, vers 1970, il fait la connaissance de Guy Mathot, par épouses interposées : «Nos femmes travaillaient toutes deux à Bruxelles pour compte de firmes pharmaceutiques. Un jour, elles se sont présenté leur conjoint respectif. Les couples ont sympathisé.»

    En 1976, Deferm vend Medical Service à des Américains pour la coquette somme de 25 millions de dollars (1 dollar = 37 francs à l'époque), s'installe aux Etats-Unis, y poursuit ses circonvolutions dans le monde de l'industrie et de la finance ; inaugure des bureaux à Londres et New York, dresse des antennes à Singapour, Luxembourg, etc.

    Administrateur de sociétés.

    Au début des années quatre-vingts, il revient en Belgique, hanter les conseils d'administration de plusieurs holdings dont il possède des parts quand il n'en est pas tout simplement le big boss. Il est «administrateur de sociétés» : Socobom, Trident Ventures, Abfin qui deviendra par la suite Abay-T.S. , Intres, etc. Il est également président du Conseil d'administration d'Imsay International, possède des participations dans Amser (Advanced Manufacturing Services), croise l'itinéraire de firmes comme Réforme et Nizet ou Distrimeuse. Sa technique ressemble à celle de Bernard Tapie : reprendre des entreprises boîteuses à peu de frais, les remettre en selle par un traitement de cheval. Et les revendre à bon prix avec à la clef, une substantielle plus-value.

    Deferm n'accumule pas que les réussites. Parmi les revers cuisants : la production des décodeurs pour la chaîne Canal +. Un marché qu'il aurait dû obtenir en association avec la RTBF. Mais qui lui échappera et fera perdre quelques dizaines de millions à la chaîne publique.

    Fin des années quatre-vingts : Unisys décide de se défaire d'une partie de ses activités européennes, parmi lesquelles sa filiale liégeoise, installée sur le site industriel des Hauts Sarts. Léon-François Deferm se propose de sauver l'outil, et par conséquent plusieurs centaines d'emplois. Il rachète l'ensemble pour la somme symbolique de 1.000 francs firme et installations. Unisys garantit pour sa part l'équivalent de 470 millions de francs en heures de travail et une enveloppe sociale de 345 millions destinée à payer une partie des salaires du personnel. Ou, le cas échéant, des préavis. Deferm met sur pied, pour les besoins de la cause, Trident Technology Holding. Et dans l'orbite de TTH, place plusieurs sociétés satellites, telles que Trident Ventures, Trident Manufacturing, Trident Engineering, Sige (Société Intergroup Europe).


    Nom de Zeus.

    Le 29 août 1988, TTH contracte un mariage d'affaires avec la société liégeoise d'informatique Zeus Computers dont le patron, Claude Delperdange, s'était proposé pour reprendre la filiale d'Unisys. Deferm lui avait toutefois damé le pion. Zeus Computers transfère son siège social sur le site de Trident et est recapitalisé : Trident apporte 7 millions, payés cash. Quelques mois plus tard : divorce. Chacun reprend ses billes. Claude Delperdange meurt assassiné par son épouse, d'un coup de fusil de chasse, quelques jours seulement avant que ne disparaisse, également de mort violente, André Cools...

    Deferm bénéficiera initialement du soutien actif de «parrains» politiques et de syndicaux liégeois. Le conseil d'administration de TTH reflète cette synergie. Y siègent : Jacques Vandebosch, aujourd'hui bourgmestre socialiste de Seraing, Georges Goldine, libéral, administrateur délégué de la Compagnie Générale des Eaux, Jean Sequaris, social-chrétien, alors vice-président de la SRIW et Georges Viatour, ex-directeur de l'INIEX.

    Plus surprenante, la présence de Léo Van Tuyckom, proche du CVP, soupçonné d'être l'un des argentiers occultes du parti social chrétien flamand, et dont le nom émergera lors du krach d'Electrorail.

    Van Rossem dixit.

    Au printemps 1989, TTH ferme ses portes dans des conditions obscures qui, aujourd'hui encore, interpellent. Trident aurait dû bénéficier des retombées du contrat Agusta. Pour Jean-Pierre Van Rossem, l'homme du Moneytron, Deferm et Mathot, avec la bénédiction de Guy Spitaels, auraient détourné une commission occulte, quelque 165 à 175 millions de francs, versée par Agusta, au nez et à la barbe d'André Cools. Lequel, ayant découvert le pot aux roses, s'apprêtait à endosser la veste du «repenti» et à tout révéler à la Justice. Pris de panique, les deux compères l'auraient expédié en enfer.

    Van Rossem n'en a jamais été à une affabulation près. Il n'en demeure pas moins que Deferm entretient de singulières relations avec des individus au passé équivoque. Tel Michel Van der Elst, l'avocat jugé et condamné à 8 ans de prison pour l'enlèvement de Paul Vanden Boeynants et pour ses liens avec la bande Haemers.

    «Je gère mes affaires privées. Je place des fonds, j'achète et je vends des actions», se défend Deferm qui, aujourd'hui, a jeté son dévolu sur le Costa Rica. Comme base de repli ?

    Sergio Carrozo

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Delperdange, Claude   Aujourd'hui à 21:01

Revenir en haut Aller en bas
 
Delperdange, Claude
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 14 sur 14Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14
 Sujets similaires
-
» NOISOT (Claude) Capitaine GARDE IMPERIALE Fixin 21
» Claude Poher : "Les ovni ? Les scientifiques s’en moque
» La propulsion des ovnis et les thèses de Claude Poher- Auguste Meessen
» DALLEMAGNE (Claude) - Général de division - Nemours (S-et-M)
» Méditation de Claude Artur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Who's who :: les suspects-
Sauter vers: