les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Toumaniantz, Heinrich (Guenaldy Sokolovski)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
michel
Admin


Nombre de messages : 7023
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Toumaniantz, Heinrich (Guenaldy Sokolovski)   Sam 16 Aoû 2008 - 20:35

EVE a écrit:
Genial , merci
Cette personne a une vie tellement particulière !!
Pas de bio ou plus de détails sur sa vie qu un article ??????

L'article qui j'espère sera traduit assez vite donne déjà pas mal d'éléments;

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
lagloupette02



Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 08/10/2007

MessageSujet: Re: Toumaniantz, Heinrich (Guenaldy Sokolovski)   Dim 31 Aoû 2008 - 22:46

gigike a écrit:
michel a écrit:
Dans le chapitre consacré aux tbw dans son dernier livre (Les grands dossiers criminels en Belgique), René Haquin cite comme suspect possible le nom d'un certain Toumanianz, un truand probablement liquidé et qui aurait été enterré dans un bois à Herverlee.

Tourmanianz ... introuvable sur google
je n'imagine pas Hakin donner les véritables noms des participans aux sorties terroristes, il aurait signé son arrêt de mort et pourtant très tôt bcp étaient au courant... lis sur ce forum "un débat sur une chaîne de TV entre un procureur et jean gol... le procureur disait : nous connaissons le nom du géant mais gol ne lui en laissa plus placer une..."

In L'affrontement – Michel Graindorge – Ed. Vie ouvrière – 1981

p. 172 – […]

Je reprends la parole. Je réexplique aussi calmement que possible combien pour moi "l'épisode Ghassoul" est significatif. Il s'agissait, ni plus ni moins, à l'instar de l'Allemagne Fédérale, de criminaliser notre bureau d'avocats. Ne lit-on pas, par exemple, dans une certaine presse qu'un de mes amis Heinrich Toumaniantz, ancien détenu, a été exécuté par Somville, un détenu en cavale qui , lui-même, vient d'être abattu – il y a peu – par la brigade Dyane ? […]

p. 177 - […]

Aux alentours de Noël, j'apprends l'arrestation, à Nice, de Robert Van Oirbeek. La même presse relance les rumeurs sur le terrorisme, sur l'exécution sommaire d'Heinrich Toumaniantz, sur les connexions entres diverses évasions de détenus et notre bureau d'avocats.[…]

p. 184 - […]

Toumaniantz, par tout ce que je peux en savoir, avait tenté de quitter la prison la tête haute en y décrochant pour la première fois en Belgique une licence en droit. […]
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7023
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Toumaniantz, Heinrich (Guenaldy Sokolovski)   Mar 2 Sep 2008 - 12:58

Voici la traduction promise (effcetuée par lagloupette02)

Cette femme était-elle le géant de la bande du Brabant wallon ?
Si à l'occasion vous voyez une charmante vieille dame installée à une terrasse à Marbella, grande, qui sirote un thé, songez-y : il s'agit peut-être du "géant" de la bande des tueurs du Brabant wallon. Histoire d'Heinrich Toumaniantz, alias Guenaldy Sokolovski, alias Genady diLonghi, alias…
"Mesdames, n'ayez pas peur. Tout ce que je veux, c'est le coffre fort. Je ne veux pas vous blesser."
"Mais monsieur, nous n'avons pas la clef. C'est le gérant qui la possède, et ils est déjà rentré chez lui."
"Où habite-t-il ?"
"C'est assez compliqué."
Aucune violence lors de ce tiger-kidnapping qui a eu lieu dans la banlieue de Bruxelles en 1972. Les caissières ont décrit leur agresseur comme "charmant", "aimable" et "spécial". On a également eu l'impression qu'elles sont montées dans sa voiture sans menace. Elles s'étaient proposées collectivement comme otages, avaient traversé toute la ville et avaient désigné la maison du gérant. Le gérant ne tarissait pas d'éloges, lui non plus, au sujet du bandit qui s'excusait de toues les inconvénients qu'il occasionnait. Il avait un je ne sais quoi, quelque chose de féminin. Un truand aussi sympathique, on n'en rencontre pas tous les jours. Il s'est fait prendre. Avec son 1,92 mètre, et du fait qu'il habitait le quartier, l'enquête n'a pas été bien compliquée. Il s'appelait Heinrich Toumaniantz. Né le 2 janvier 1942 à Homberg, en Allemagne sous le nom de Guenaldy Sokolovski. Dans un "In memoriam", La Dernière Heure écrivait fin 1979 "D'après des enquêteurs qui avaient eu affaire à lui, c'était un génie. Son QI dépassait tous les records connus".
Heinrich, comme dans Himmler
"C'était déjà frappant à l'époque", déclare Jean B., qui avait rencontré Toumaniantz en 1963 au Centre de Guidance, un home pour enfants du juge à Uccle. "Il savait tout, avait déjà tout lu. Il avait 17 ans et dès le premier jour, il dominait le groupe, y compris l'éducatrice." Jean B., âgé maintenant de 62 ans, qui devint plus tard lui aussi un bandit, nous montre quelques photos jaunies. "Il était le plus grand d'entre nous, il voulait toujours nous divertir. Il chantait, se déguisait. Des petits chapeaux, des robes, des lunettes. Il empruntait des chaussures à talons à nos éducatrices. Sur certaines photos, vous le voyez déboucher des bouteilles de champagne. Ce n'est pas un hasard. Ce n'était pas n'importe quel champagne, c'était le meilleur. Nous devions faire les emplettes, et Guenaldy nous montrait comment nous y prendre : détourner l'attention, cacher des bouteilles dans votre manteau." Il est presque impossible de dire si le personnage de la photo est un homme ou une femme. En 1963, ce n'était pas hoogdagen pour les transsexuels.
"Personne ne songeait à faire une remarque. Oui, une fois. Il a rossé le jeune homme. Après cela, tout le monde voulait être son ami. Quand il se fâchait, il explosait littéralement. Guenaldy Sokolovski s'enfuit du home en 1963 parce que la direction lui refusait la permission de voir se mère. Elle se trouvait dans un hôpital à Watermael-Boitsfort. "Il était un enfant de la guerre, elle était allemande. Elle s'était prostituée. Vous voyez le tableau. " D'après sa carte d'étranger, Guenaldy était le fils de Max Sokolovski, un soldat de l'Armée Rouge arrivé en 1945 en Allemagne. Sa mère s'appelait Erna Schlumova et habiterait jusqu'à sa mort l'avenue Air Marshal Coningham à Ixelles. Elle a perdu la garde de son fils en 1963, à la suite de quoi Guenaldy a été adopté par un certain Barouir Toumaniantz, dont il n'a rien reçu d'autre qu'un nouveau nom. "Il a pu se choisir un prénom", déclare B. "Il a choisi Heinrich, comme Heinrich Himmler, le cerveau de l'holocauste. Était-il nazi ? Aucune idée, à mon avis il ce nom était une provocation. Celui qui, à l'époque, s'appelait Adolf, Rudolf ou Heinrich trouvait cela épouvantable. Lui voulait faire le contraire."
12 ans de prison
En 1964, Toumaniantz commence des études de polytechnologie (?) à l'ULB. Il a quelques amis dans le milieu gay bruxellois, joue quelques rôles dans des sociétés théâtrales et enregistre un 45 tours sous le nom de Genaly diLonghi. Un flop. A la mort sa mère, il hérite de 600.000 francs. "Il a dépensé cet argent en trois jours", déclare sa demi-sœur Tamara Toumaniantz, lorsqu'elle est entendue, en 1986, dans l'enquête sur les tueurs du Brabant wallon. Il ne porte que des chemises Yves Saint Laurent, va chez le coiffeur avenue Louise. Trente ans avant que les magazines pour homme en parlent, il utilise des crèmes de beauté. Il les utilise également en prison et entretient ses codétenus du plaisir d'avoir une peau parfaite. Après le tiger-kidnapping, il est reconnu comme l'auteur de dizaines d'attaques. En 1973, il est condamné à 12 ans de prison.
Le monde carcéral belge n'a jamais connu de détenu plus exemplaire. Toumaniantz commence des études de droit à Leuven Central en 1973. Il devient le premier et unique juriste qui ait acquis son diplôme en prison. Libéré anticipativement en 1979 et commence un stage au bureau de l'avocat Pierre Chômé. En prison, le gangster-étudiant a rencontré de bons et de moins bons compagnons. Parmi les bons : Anne Lavenne, la fille d'un professeur de Louvain qui est visiteuse de prison. Dès qu'il est libéré, Lavenne l'accueille à la maison. Elle habite encore chez sa maman, Ghislaine Steyaert, Terbankstraat à Heverlee. (…) Elle lui prête 100.000 francs, qui sont aussitôt dépensés, explique la sœur d'Anne, Dominique. "Il a dépensé 2000 francs pour une barquette de champignons dans un magasin de spécialités à Bruxelles. Au début, il était aimable. Plus tard, il est devenu très dominateur. Il se voyait comme le centre de tout, comme Dieu."
Une villa pleine de gangsters
Parmi les moins bons amis, on compte Robert Van Oirbeeck, alias Le Petit Robert. Quand, le 17 août 1979il s'échappe de la prison de Liège avec quatre co-détenus, parmi lesquels Yvan Somville et Michel Anthemus, il sait où aller : dans la villa de Steyaert, âgée de 53 ans à l'époque. Sa villa est soudain envahie par la crème de la pègre. Toumaniantz semble disposer de suffisamment de charisme pour la persuader qu'il s'agit de braves types. Pendant des semaines, la femme pourvoit à l'entretien des gangsters les plus recherchés de Belgique. C'est ainsi qu'il devient chef de bande. Il organise des hold-up, repère des itinéraires pour fuir et gère de l'argent, ce qui n'est pas son fort. Début octobre, il entre en conflit avec Somville : celui-ci lui tire une balle dans le testicule droit. Ceux qui l'ont bu après cela disent qu'il boitait.
Le 14 octobre 1979, Ghislaine Steyaert entre en clinique pour un lifting. Toumaniantz la conduit et ils conviennent qu'il ira la rechercher cinq jours plus tard. Elle ne le revoit plus jamais. Le 28 novembre, Somville est arrêté lors d'un cambriolage à Heverlee. Il abat deux gendarmes, devient l'homme le plus recherché de Belgique et est abattu le 11 décembre 1979 parla gendarmerie à Ganshoren. Somville ne peut plus rien raconter, c'est dommage parce que Van Oirbeeck et Anthemus prétendront par après qu'il a liquidé Toumaniantz. Le corps aurait été enterré dans le bois de Bertem, où le parquet de Louvain commence à creuser. Mais aucune trace du cadavre.
Retour en ville ?
Dans le courant de l'été 1980, une femme commet un hold-up dans un bureau de change Boulevard Adolphe Max à Bruxelles. La police poursuit l'attaquant qui tire des coups de pistolet. La police riposte, la balle effleure l'épaule de l'auteur, qui parvient à s'échapper via un parking. C'est bizarre : d'après les agents, il s'agissait de "quelqu'un d'environ 1,90 mètre". Le 18 novembre 1981, l'exploitant d'une agence bancaire se fait surprendre. (…) Son agresseur est un homme de plus d'1,90 mètre qui "s'était déguisé en femme". Un jour plus tard, c'est au tour d'un magasin de journaux de se faire attaquer par "une femme déguisée en homme". A nouveau : 1,90 mètre. "C'était lui", déclare B. "Tout le milieu bruxellois le savait : il est de retour".
Les bandits connus qui mesurent 1,90 mètres ne sont pas si nombreux. C'est pourtant ce genre de personnage que les enquêteurs des tueries du Brabant wallon recherchent depuis 1982. Que sait-on de ce géant qui a été vu dans nombre d'attaques de grands magasins et qui est devenu le plus grand mythe criminel ? Il boitait, disent plusieurs témoins. Parfois, on dit aussi "Il avait l'air un peu efféminé". Peu après que la bande ait assassiné huit personnes au Delhaize d'Alost le 9 novembre 1985, le bureau central d'enquête diffuse l'avis de recherche 8181 à l'attention de tous les services de police "Les noms suivants sont ressortis comme ceux des auteurs potentiels". Suivent huit noms. L'un des huit est Heinrich Toumaniantz. Il n'était pas mort alors ?
Des camps d'entraînement
En mars 1986, le juge d'instruction Troch de Termonde arrête le gangster Philippe De Staerke et l'inculpe de l'attaque d'Alost. Les enquêtes de son équipe ont montré que De Staercke était allé observer le Delhaize à Alost. L'homme n'aillait jamais à Alost, il n'avait rien à y faire, mais y a passé quelques heures à observer les entrées et les sorties. Jusqu'au jour où l'enquête a été retirée à Freddy Troch, cela semble être la seule piste concrète que la justice ait jamais suivie. Le témoignage de Leopold Van Esbroek est crucial. Le lieutenant de De Staerke déclare que fin 1984 il a été approché par Jean Bultot, l'ancien directeur de la prison de St Gilles, qu'on a vu récemment la fameuse vidéo dans la confiture. Avec son aide, la bande avait volé des kasbons à Wieze. D'après Van Esbroeck, en 1984 Bultot était la recherche de types expérimentés qui voulaient participer à des "attaques fictives" (schijnovervallen) sur des grands magasins. L'idée était : abattre un maximum de monde et semer la terreur. Mais, précise plus tard Van Esbroeck, n'était pas seul. Deux rencontres eurent lieu, Bultot était chaque fois accompagné d'une autre personne : Heinrich Toumaniantz. Van Esbroeck l'avait connu à la prison de Louvain et se souvenait comment il rendait dingue toute l'aile avec son installation stéréo et sa prédilection pour Bach et Mozart.
Dans une audition du 2 juin 1986, Van Esbroeck déclare : "la deuxième fois que j'ai parlé avec Bultot et Toumaniantz des camps d'entraînement et d'actions paramilitaires sous forme de hold-up, se situe vers le début septembre 1985. J'avais l'impression que Toumaniantz parlait de faits qui étaient attribués aux tueurs du Brabant wallon. Toumaniantz m'a alors dit que Bultot était responsable pour les entraînements et les formations. "Quelques procès-verbaux de 1986 montrent comment la cellule Delta recherche des vieilles connaissances de Toumaniantz en 1986 pour trouver une réponse définitive à la question : vit-il encore actuellement ou non ? Yvon Dubois, un ancien codétenu de Toumaniantz raconte alors comment il a rencontré Ghislaine Steyaert : "Elle me dit qu'il n'était pas mort, mais qu'il vivait en Espagne, où il vivait avec une comtesse." Ghislaine Steyaert elle-même, entendue le 7 mai 1986, déclare "Lors des attaques du Brabant wallon, j'avais l'impression que le "géant" était Toumaniantz. Il est colérique, mégalomane et extrémiste à condition qu'il y ait de l'argent à gagner.
La femme a été arrêtée fin 1979 comme complice de Van Oirbeeck, et s'était obstinément tue à propos de Toumaniantz. Elle prétendait ne rien savoir à son sujet. Sept ans plus tard, elle raconte autre chose "A mon retour – après le lifting – il était parti. J'ai remarque également qu'une de mes valises avait disparu. Ses vêtements avaient aussi disparu, ainsi que ses chaussures." Autre chose : le passeport de son fils. Dans son audition, Tamara Toumaniantz dit être au courant de contacts entre son demi-frère et un avocat homo de Bruxelles, qui auraient eu lieu en 1985. Le PV déclare "Elle ne croit pas qu'il soit décédé. D'après elle il est trop malin pour se faire prendre. S'il est toujours vivant, elle suppose qu'il est parti vers l'Amérique ou le Portugal." Et "Pense que Heinrich ne reculerait pas devant de la chirurgie plastique".
"Sa vie était un perpétuel déguisement.", déclare B. "Pour une personne normale, quand vous n'avez pas eu de nouvelles pendant trente ans, vous en concluez qu'elle est décédée. Il était radicalement le contraire d'une personne normale. Je me le représente maintenant comme une gentille petite vieille, quelque part dans un appartement à Marbella. Il doit avoir 62 ans, comme moi. Pour la première vague d'attaques des tueurs du Brabant wallon, en 82 et 83, il s'agissait de banditisme pur. La plupart des morts sont survenues lors des trois dernières agressions, en 1985. Là il s'agissait de terrorisme pur. Ces dernières opérations ont-elles été menées "sur commande" et, j'imagine, contre payement ? Guenaldy en rêvait depuis l'enfance : devenir une femme. Mais une telle opération coûte très cher."
Tout va dans une seule direction
Depuis quelques années, la cellule tueurs du Brabant wallon fonde tous ses espoirs sur des techniques de recherche qui n'existaient pas à l'époque : analyse d'ADN, détecteur de mensonges, géo-profiling. Il s'agit d'une technique développée par le FBI qui permet de mettre en carte le rayon d'action de meurtriers grâce à différentes données. Une telle technique pouvait-elle aider à démasquer les tueurs 26 ans après les faits ? Peut-être bien. Les tueurs du Brabant wallon font partie de notre mémoire collective du fait des bains de sang qu'ils ont provoqués. Ce qu'on oublie trop souvent c'est qu'elles ont commencé par discrètement par un vol d'un fusil de chasse (eendengeweer) à Dinant en mars 1982. Quelques vols de voitures et d'armes ont suivi. Un plan concret existait-il dès ces jours-là pour y aller avec une telle audace ? Si non, la cellule tueurs du Brabant wallon pense qu'il faut admettre que les tueurs du Brabant wallon se souciaient moins, au début, des indices qu'ils pouvaient laisser. Les géo-profileurs ont établi une carte des tout premiers crimes. On ne peut presque pas échapper à la conclusion. A l'origine, il ne s'agissait pas d'une "bande des tueurs du Brabant wallon", mais plutôt d'une "bande d'Ixelles". Beaucoup d'indications renvoient vers l'avenue Armand Huysmans, transversale par rapport à l'avenue de l'Université, où Toumaniantz a demeuré pendant des années.
Eddy Vos : "Notre attention a été récemment attirée par des posts sur Internet. Il existe des sites où les présumés membres de la bande des tueurs du Brabant wallon où ils s'échangent toutes sortes de petites informations. Sur ces sites, on a affirmé que Toumaniantz serait encore en vie et qu'il résiderait en Espagne. Mais échanger des infos sur Internet c'est facile naturellement."
Vous n'y croyez pas ?
"Ho, si quelqu'un peut me dire où se trouve Toumaniantz, je prends l'avion le lendemain pour une commission rogatoire. Nous ne perdrons pas une seconde".
Correspond-il (ou elle) au tableau ?
"Disons que je meurs d'envie d'avoir un peu d'ADN de Toumaniantz. Si vous avez la moindre idée de l'endroit où il se trouve, appelez-moi. Même la nuit.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)


Dernière édition par michel le Mar 2 Sep 2008 - 20:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
EVE



Nombre de messages : 566
Age : 95
Localisation : BANDANEIRA
Date d'inscription : 12/03/2007

MessageSujet: Re: Toumaniantz, Heinrich (Guenaldy Sokolovski)   Mar 2 Sep 2008 - 17:57

MERCI !
quoi qu il en soit , personnage étonnant !!
Revenir en haut Aller en bas
pierre



Nombre de messages : 547
Localisation : charleroi
Date d'inscription : 30/08/2006

MessageSujet: Re: Toumaniantz, Heinrich (Guenaldy Sokolovski)   Jeu 4 Sep 2008 - 1:48

décidément rien n'ais simple dans cette affaire
merci pour la traduction
Revenir en haut Aller en bas
http://soscharleroi.com
michel
Admin


Nombre de messages : 7023
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Toumaniantz, Heinrich (Guenaldy Sokolovski)   Dim 19 Oct 2008 - 18:01

Je reproduis ici une partie de l'extrait du MORGEN publié il y a quelques semaines :
En mars 1986, le juge d'instruction Troch de Termonde arrête le gangster Philippe De Staerke et l'inculpe de l'attaque d'Alost. Les enquêtes de son équipe ont montré que De Staercke était allé observer le Delhaize à Alost. L'homme n'aillait jamais à Alost, il n'avait rien à y faire, mais y a passé quelques heures à observer les entrées et les sorties. Jusqu'au jour où l'enquête a été retirée à Freddy Troch, cela semble être la seule piste concrète que la justice ait jamais suivie. Le témoignage de Leopold Van Esbroek est crucial. Le lieutenant de De Staerke déclare que fin 1984 il a été approché par Jean Bultot, l'ancien directeur de la prison de St Gilles, qu'on a vu récemment la fameuse vidéo dans la confiture. Avec son aide, la bande avait volé des kasbons à Wieze. D'après Van Esbroeck, en 1984 Bultot était la recherche de types expérimentés qui voulaient participer à des "attaques fictives" (schijnovervallen) sur des grands magasins. L'idée était : abattre un maximum de monde et semer la terreur. Mais, précise plus tard Van Esbroeck, n'était pas seul. Deux rencontres eurent lieu, Bultot était chaque fois accompagné d'une autre personne : Heinrich Toumaniantz. Van Esbroeck l'avait connu à la prison de Louvain et se souvenait comment il rendait dingue toute l'aile avec son installation stéréo et sa prédilection pour Bach et Mozart.
Dans une audition du 2 juin 1986, Van Esbroeck déclare : "la deuxième fois que j'ai parlé avec Bultot et Toumaniantz des camps d'entraînement et d'actions paramilitaires sous forme de hold-up, se situe vers le début septembre 1985. J'avais l'impression que Toumaniantz parlait de faits qui étaient attribués aux tueurs du Brabant wallon. Toumaniantz m'a alors dit que Bultot était responsable pour les entraînements et les formations. "Quelques procès-verbaux de 1986 montrent comment la cellule Delta recherche des vieilles connaissances de Toumaniantz en 1986 pour trouver une réponse définitive à la question : vit-il encore actuellement ou non ? Yvon Dubois, un ancien codétenu de Toumaniantz raconte alors comment il a rencontré Ghislaine Steyaert : "Elle me dit qu'il n'était pas mort, mais qu'il vivait en Espagne, où il vivait avec une comtesse." Ghislaine Steyaert elle-même, entendue le 7 mai 1986, déclare "Lors des attaques du Brabant wallon, j'avais l'impression que le "géant" était Toumaniantz. Il est colérique, mégalomane et extrémiste à condition qu'il y ait de l'argent à gagner
.

Monsieur Bultot,

Connaissiez-vous ce Toumaniantz?

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
Jean Bultot



Nombre de messages : 80
Date d'inscription : 11/01/2007

MessageSujet: Re: Toumaniantz, Heinrich (Guenaldy Sokolovski)   Dim 19 Oct 2008 - 20:41

J ai connu Toumaniantz comme détenu et rien de plus. je n ai jamais eu aucune relation avec lui apres sa liberation.
Comme je vois que vous avez une bonne documentation, vous comprendrez le but de van Esbroeck si vos pouvez avoir accès a sa déclaration du 8 avril 1986 ou 1987 a Termonde. Apres m avoir charge au maximum, Van Esbroeck declare qu il n a rien a voir avec l extreme droite et qu il a sa carte du parti socialiste( une bonne recrue pour les affaires) et ensuite apres ses declarations incroyablement mensongeres (cibles d enfant dans mon club de tir, Bouhouche qui s entraine dans ma cave puis plus tard membre de mon club, monopoly avec chambre a gaz) il demande qu on lui remette la prime du Delhaize....
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7023
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Toumaniantz, Heinrich (Guenaldy Sokolovski)   Lun 20 Oct 2008 - 12:35

Merci Monsieur Bultot pour ces informations.

Vous serait-uil possible de nous faire un court portrait (physique et psychologique) d'Heinrich Toumaniantz? L'homme me semble intéressant et la cbw aimerait l'entendre.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
Jean Bultot



Nombre de messages : 80
Date d'inscription : 11/01/2007

MessageSujet: Re: Toumaniantz, Heinrich (Guenaldy Sokolovski)   Lun 20 Oct 2008 - 13:23

michel a écrit:
Merci Monsieur Bultot pour ces informations.

Vous serait-uil possible de nous faire un court portrait (physique et psychologique) d'Heinrich Toumaniantz? L'homme me semble intéressant et la cbw aimerait l'entendre.
Je l ai peut etre vu une ou deux fois, désolé mais totalement impossible d en parler. Pour votre information, il rentrait, donc sortait aussi, plus ou moins trente détenus par jour a la prison de Saint Gilles. N'oubliez pas que Saint Gilles n est pas une prison où on purge sa peine, sauf pour les semi libertés et semi détention. Je pense me souvenir qu il etait au Centre d orientation penitentiaire dirige par un docteur psychiatre megalomane Dr de Waele, mais nous n avions que tres peu de contact avec ces detenus.
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7023
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Toumaniantz, Heinrich (Guenaldy Sokolovski)   Mer 28 Jan 2009 - 14:39

Dans les commentaires de l'article d'agora vox :
http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=50652

J’avais adoré cette histoire à cette époque j’étais au Zaïre et c’était un important sujet de conversation avec les Flamands et les Wallons du Kivu. On disait d’ailleurs: les tueurs fous du Brabant wallon !
Il y a eu aussi l’hypothèse que le géant était d’origine arménienne et qu’il aurait agi par vengeance après une blessure par balle aux testicules qui l’aurait rendu impuissant.


Dans les milieux belges au Zaire dans les années 80, il était déjà question d'un géant blessé aux testicules. Son nom prêtant à confusion, on disait un Arménien. Mais il s'agissait sans aucun doute d'Heinrich Toumaniantz.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
deach



Nombre de messages : 340
Date d'inscription : 29/12/2007

MessageSujet: Re: Toumaniantz, Heinrich (Guenaldy Sokolovski)   Mer 28 Jan 2009 - 15:24

Est ce que ce Heinrich ne serait pas dcd ?
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7023
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Toumaniantz, Heinrich (Guenaldy Sokolovski)   Mer 28 Jan 2009 - 15:38

deach a écrit:
Est ce que ce Heinrich ne serait pas dcd ?

Bien malin celui qui pourrait y répondre...

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
deach



Nombre de messages : 340
Date d'inscription : 29/12/2007

MessageSujet: Re: Toumaniantz, Heinrich (Guenaldy Sokolovski)   Mer 28 Jan 2009 - 17:20

J'ai lu quelque part que l'on avait recherché son corps du côté d'Heverlée ???
Revenir en haut Aller en bas
EVE



Nombre de messages : 566
Age : 95
Localisation : BANDANEIRA
Date d'inscription : 12/03/2007

MessageSujet: Re: Toumaniantz, Heinrich (Guenaldy Sokolovski)   Mer 28 Jan 2009 - 19:25

il a tres probablement ete executé par Turato , Somville et Van Ooirbeek le 16 oct 79 (?)
Revenir en haut Aller en bas
Henry



Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: Toumaniantz, Heinrich (Guenaldy Sokolovski)   Mer 28 Jan 2009 - 20:58

EVE a écrit:
il a tres probablement ete executé par Turato , Somville et Van Ooirbeek le 16 oct 79 (?)
Van Ooirbeek dit "le petit Robert" pourrait nous le dire maintenant qu'il y a prescription.
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7023
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Toumaniantz, Heinrich (Guenaldy Sokolovski)   Mer 12 Aoû 2009 - 12:22



Source : Le Soir, 16 mai 1973

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toumaniantz, Heinrich (Guenaldy Sokolovski)   Mer 12 Aoû 2009 - 15:29

michel a écrit:
Je reproduis ici une partie de l'extrait du MORGEN publié il y a quelques semaines :
Yvon Dubois, un ancien codétenu de Toumaniantz raconte alors comment il a rencontré Ghislaine Steyaert : "Elle me dit qu'il n'était pas mort, mais qu'il vivait en Espagne, où il vivait avec une comtesse.".

Sait-on de quelle comtesse il s'agirait? Parce que si c'est de la comtesse de Romanones dont on parle, on est reparti pour un tour du côté de la grande conspiration. Cette dame fut un des agents les plus célèbres de l'OSS puis de la CIA pendant la guerre froide.
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7023
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Toumaniantz, Heinrich (Guenaldy Sokolovski)   Ven 14 Aoû 2009 - 14:38

Plusieurs choses intéressantes dans cet article. Tout d’abord, Toumaniantz était inscrit à la faculté polytechnique de l’ULB qui était à l’époque (et encore toujours probablement) le must des études universitaires réservées aux « matheux ». Toumaniantz était effectivement un homme d’une grande intelligence. Hélas pour lui, sa condamnation lors du procès mettra fin à cette carrière. Il passera une licence de droit en prison.
Son père Max Sokolovski a perdu la vie. Son père adoptif décédera également et il vivra avec sa mère. Peut-on trouver là une explication de son parcours criminogène et de son « narcissisme égocentrique » auxquels on rajoutera son côté androgyne qui devait être difficile à vivre durant une période de sa vie ? Seul un spécialiste en santé mentale pourrait y répondre. On y rajoutera qu’il est né d’une mère allemande qui est venue en Belgique après la guerre et qui sera obligée se prostituer pour survivre. On peut imaginer que cette femme seule avec son fils a dû subir un véritable rejet.
Toumaniantz n’hésitait pas à brandir une arme si nécessaire et brûlait les véhicules après usage (comme les tueurs plus tard).
Le premier substitut était un certain Jaspar (le même qui s’occupera dans les années 80 de plusieurs gros dossiers ?). Un avocat général qui va requérir une lourde peine alors que les amis de Toumaniantz estimaient qu’il pouvait se réintégrer dans la société avec les soins requis. Il fut condamné à 12 ans de prison. Il dût en ressentir une haine féroce contre la société.

Toumaniantz a grandi et vécu dans un terreau propice à fabriquer un truand de grande envergure.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 1388
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Toumaniantz, Heinrich (Guenaldy Sokolovski)   Sam 15 Aoû 2009 - 9:54

n'était-ce pas son supposé corps que la Cellule de Jumet voulait faire exhumer pour vérification.... tâche que refusa un procureur ?

Qu'en est-il advenu de cette péripétie ?
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7023
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Toumaniantz, Heinrich (Guenaldy Sokolovski)   Sam 15 Aoû 2009 - 11:14

michel-j a écrit:
n'était-ce pas son supposé corps que la Cellule de Jumet voulait faire exhumer pour vérification.... tâche que refusa un procureur ?

Qu'en est-il advenu de cette péripétie ?

Il y a eu des fouilles dans un bois (Héverlee?) pour retrouver son corps. Encore faut-il pour retrouver un corps que le mort soit...mort.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7023
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Toumaniantz, Heinrich (Guenaldy Sokolovski)   Sam 15 Aoû 2009 - 13:52

Jacques B. a écrit:
michel a écrit:
Je reproduis ici une partie de l'extrait du MORGEN publié il y a quelques semaines :
Yvon Dubois, un ancien codétenu de Toumaniantz raconte alors comment il a rencontré Ghislaine Steyaert : "Elle me dit qu'il n'était pas mort, mais qu'il vivait en Espagne, où il vivait avec une comtesse.".

Sait-on de quelle comtesse il s'agirait? Parce que si c'est de la comtesse de Romanones dont on parle, on est reparti pour un tour du côté de la grande conspiration. Cette dame fut un des agents les plus célèbres de l'OSS puis de la CIA pendant la guerre froide.

J'espère que la CBW a au moins essayé d'en savoir plus!

il est vrai aussi qu'à sa sortie de prison Toumaniantz a partagé la vie d'une dame plus âgée que lui et qui lui payait tout ce dont il avait besoin (voiture de sport,...). Qu'il ait eu ensuite une liaision avec une riche comtesse cadre bien avec le personnage.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toumaniantz, Heinrich (Guenaldy Sokolovski)   Sam 15 Aoû 2009 - 16:04

La comtesse de Romanes née Aline Griffith, recrutée, selon elle et d'autres, par l'OSS sous le nom de code Butch (elle ne doit pas aimer car dans ses livres elle devient Tiger) s'est toujours entourée de personnes très étranges. Le problème est que tous ce qu'elle écrit apparait comme un mélange de demi-vérités et de mythomanie qui ne facilite pas la compréhension du personnage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toumaniantz, Heinrich (Guenaldy Sokolovski)   Sam 15 Aoû 2009 - 16:04

correction: Comtesse de Romanones.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toumaniantz, Heinrich (Guenaldy Sokolovski)   Sam 15 Aoû 2009 - 18:24

J'essaye de trouver où se seraient connus ses parents et où serait né Sokolovski/Toumaniantz. Le problème c'est qu'il y a sept Homberg en Allemagne. Quelqu'un pourrait-il aider? Je poste une carte avec les Homberg que j'ai trouvé et la localisation du SIR (Service Internationale de Recherche) de Bad Arolsen qui contient les archives de la déportation.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toumaniantz, Heinrich (Guenaldy Sokolovski)   Sam 15 Aoû 2009 - 21:46

Sur cette photo sont placées les sept Homberg (en jaune) et les instalations des Stalag VI (orange), IX (bordeaux) et XII (rouge).
Si le père de Toumaniantz fut prisionnier soviétique, je crois qu'il a dû sortir d'un de ces camps.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Toumaniantz, Heinrich (Guenaldy Sokolovski)   Aujourd'hui à 5:00

Revenir en haut Aller en bas
 
Toumaniantz, Heinrich (Guenaldy Sokolovski)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Heinrich Himmler
» Heinrich Müller, chef de la Gestapo
» Heinrich Schliemann
» Heinrich Rudolf Hertzfleur
» August Gustav Heinrich von Bongard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Who's who :: les suspects-
Sauter vers: