les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Lettre à Van Parijs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anonymou
Invité



MessageSujet: Lettre à Van Parijs   Jeu 26 Juil 2007 - 16:56

Beijer Robert Verviers, le 22 août 1997
Chée de Heusy 81
4800 Verviers


Monsieur Van Parijs
Président de la Commission
Parlementaire(bis) sur les tueries du Brabant




Monsieur le Président,




Par la présente, je souhaite vous faire part de mon exaspération, de mon écœurement, face aux accusations portées contre moi par différents témoins appelés à déposer devant votre commission, et face au retentissement qui y est apporté par certains médias.

Certes, c’est uniquement par ces mêmes médias que je suis tenu informé de l’avancement de vos travaux, aussi je vous prierai de m’excuser si je ne suis pas parfaitement au fait de ce qui se dit lors des auditions auxquelles vous procédez.

En premier lieu, j’aimerais formuler une remarque d’ordre générale. Je ne connais pas les statuts de votre commission, mais j’ai cru comprendre qu’elle disposait des pouvoirs d’un juge d’instruction. Or, ce magistrat instruit normalement à charge et à décharge, et ce n’est apparemment pas ce qui se passe devant votre commission. Depuis plusieurs mois, mon nom est régulièrement cité devant votre commission, et certains témoins m’accusent des pires crimes en se lançant dans des hypothèses et des spéculations dépourvues de tout fondement. Les médias répercutent ces auditions sans aucune réserve. Tout cela contribue à créer dans l’esprit du public un préjugé de culpabilité contre lequel je ne puis me défendre.

Vous n’ignorez pas que je suis incarcéré. Derrière les murs de ma prison, je ne puis me faire entendre. Je ne dispose pas des moyens dont ont pu bénéficier le ministre Di Rupo ou le commissaire De Vroom quand ils ont dû se battre pour sauvegarder leur honneur, également sali devant une commission parlementaire. Comment puis-je me défendre dans une lutte aussi inégale ?

Les déclarations de ces témoins, qui affirment sans prouver, ont une influence certaine et regrettable sur l’opinion publique, et les membres de ma famille le vivent au quotidien. Par exemple, les congés pénitentiaires auxquels je suis admissible depuis le 24 mai 97, m’ont été refusés par le ministre de la justice et reportés sine die dans l’attente de la fin des travaux de votre commission. Alors qu’il est à noter que monsieur Bouhouche en dispose depuis plus de 22 mois. Deux poids, deux mesures !

J’ai été jugé et condamné par une cour d’assises au cours de débats contradictoires. Mais contre les accusations portées quotidiennement à mon encontre, je n'ai aucun moyen de défense, et j’ai le sentiment que mes accusateurs en profitent.

C’est pourquoi, Monsieur le Président, je souhaiterais pouvoir rectifier toutes ces déclarations incongrues et tendancieuses qui me portent directement préjudice. Je conçois fort bien que votre commission n’accepterait pas de m’entendre en audience publique. Mais ne me serait-il pas possible de m’expliquer verbalement avec l’un ou l’autre de vos commissaires qui pourraient me rencontrer ? Je me ferais un devoir de répondre de façon précise à tout ce qui a été dit. Je vous éclairerais, point par point, et avec rigueur, sur tous les événements dans lesquels j’ai été abusivement mis en cause.

Vous en avez déjà eu un exemple avec la lettre que je vous ai adressée au sujet des noms de prostituées se trouvant dans le listing de l’agence A.R.I.

Au cours des travaux de votre commission, vous avez entendu le Juge d’Instruction Hennart. Voilà un homme qui a enquêté sur l’affaire Mendez, dans des circonstances tout à fait exceptionnelles. On lui a attribué un bureau spécial à Nivelles, on l’a déchargé de ses autres dossiers et on lui a attribué une équipe d’au moins 10 enquêteurs. Il a travaillé sur ce dossier plus de quatre ans. Cet homme s’est attaché avec la pugnacité et la rigueur qui le caractérisent à m’enfoncer au maximum. Je peux vous affirmer et l’acte d’accusation (270 pages) en fait foi qu’il a tout fait pour m’attribuer un maximum de faits délictueux. On sait cependant ce qu’il en est resté à la fin du procès d’Assises. Je vous rappelle que les trois plus graves infractions criminelles qui ont permis de faire passer ma peine de 10 à 14 ans sont un faux en écriture, un recel criminel et un vol qualifié d’une maison communale. Je pense donc que monsieur Hennart est le mieux placé pour parler de moi dans votre affaire. Or, il a déclaré et à deux reprises devant votre commission, qu’il n’y avait pas de rapport entre l’affaire Mendez et les tueries du B.W. Mais comme cela n’arrange pas certains, on feint d’ignorer ce qu’il a dit. Qui va-t-on croire si on ne peut croire un juge aussi intègre que monsieur Hennart? Certes, l’homme déplaît par son orgueil et sa suffisance. Oui il a des intuitions, oui il en tient compte dans ses démarches. Mais finalement, il ne retiendra que ce qui se raccroche réellement aux faits. Tout comme en science, on ne peut s’approcher de la vérité, du réel qu’en s’en tenant à l’expérimentation et aux faits, en matière d’enquête judiciaire, il faut à un moment donné savoir revenir et s’arrêter aux faits et rien qu’aux faits.

Le lendemain de l’audition du juge Hennart, monsieur Doraene de la PJ est venu se mettre publiquement en valeur et régler quelques comptes avec monsieur Bouhouche et ce, par commission interposée. Il faut savoir que monsieur Doraene qui a toujours été convaincu de la culpabilité de monsieur Bouhouche dans la mort de Mendez, n’a pas «digéré» l’acquittement de ce dernier. Il n’a donc pas hésité à utiliser la malhonnête intellectuelle pour tenter d’impliquer monsieur Bouhouche (et donc moi-même, puisqu’il y a longtemps qu’on ne fait plus la différence !) dans les affaires qui vous occupent et ce, en invoquant une vingtaine d’indices qui relieraient selon lui, le dossier Mendez à celui des tueries. Il a fait fort monsieur Doraene, lui qui a pourtant une bonne connaissance du dossier ! Il sait pertinemment bien que les éléments qu’il invoquait ne sont pas nouveaux, datent tous de 1988, et que ces éléments ont tous étés vérifiés un par un par le juge Hennart. Mais, monsieur Doraene les présente à nouveau comme pistes possibles. Ce faisant, non seulement, il agit de la façon la plus pernicieuse qui soit, mais il mène manifestement votre commission vers des fausses pistes. Car enfin, se faire mousser publiquement, c’est une chose ; régler ses comptes avec Bouhouche en est une autre; mais faire dévier les travaux de votre commission pour des motifs aussi vulgaires, alors qu’il est lui-même un enquêteur professionnel, cela me paraît de la plus extrême gravité. Et évidemment, cet homme peut agir en toute impunité, puisqu’il sait que ni monsieur Bouhouche ni moi-même ne sommes en mesure de venir infirmer publiquement ses accusations mensongères.

Si votre commission s’est donnée pour but la recherche de la vérité, elle ne peut se contenter d’affirmations et d’hypothèses unilatérales. Indépendamment de toute présomption d’innocence, il me semble qu’il est de votre mission d’entendre toutes les personnes susceptibles de vous éclairer. Cela me permettra aussi de dissiper tous les soupçons qui m’accablent injustement depuis ces derniers mois.

J’ose espérer, Monsieur le Président, que vous-même et les membres de votre commission réserverez à la présente, une suite utile.

Veuillez croire, Monsieur le Président, en l’expression de ma plus haute considération.

JE N'AI JAMAIS EU DE REPONSE BIEN SÛR

Etonnant, pour des gens en quête de vérité....
Revenir en haut Aller en bas
 
Lettre à Van Parijs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une lettre soi-disant ummite: un stupide canular!
» 1ière lettre de Saint Jean (Texte et avec audio)
» Lettre aux Galates (Texte et avec audio)
» Lettre d'un ami !
» [Salon] Histoire & Géo -Lettre-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: DOCUMENTATION SUR LES TUERIES DU BRABANT :: Documentation :: Autres documents et sites web-
Sauter vers: