les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Degrelle, Léon

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18, 19  Suivant
AuteurMessage
HERVE



Nombre de messages : 13566
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Degrelle, Léon   Mar 26 Juin 2018 - 10:21


Sur l'ACJB (Action Catholique de la Jeunesse Belge), voir (à partir de 8'09")

https://www.youtube.com/watch?v=pWIz-YFaWxk&t=52s





Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13566
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Degrelle, Léon   Mar 26 Juin 2018 - 13:42


Les Tueurs fous du Brabant
De Gilbert Dupont, Paul Ponsaers




_ _ _

Ce n'est pas la seule fois que Michel Cocu en a parlé...

Le soir, 1/3/84




_ _ _

Selon Michel Libert, Michel Cocu connaissait Paul Latinus ...

Pour information :

L'enquête criminelle sur les "tueurs du Brabant": enquête parlementaire sur ...
De Adrien Masset




(...)




Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13566
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Degrelle, Léon   Mar 26 Juin 2018 - 16:36


http://www.slate.fr/story/146589/leon-degrelle-guignol-dans-la-ss

Léon Degrelle, un guignol belge dans la SS qui fascinait l'extrême droite française

Antoine Bourguilleau — 17 juin 2017 à 12h18 — mis à jour le 18 juin 2017 à 9h16

(...)

_ _ _


https://www.dailymotion.com/video/x5f2sqj

Axel Loustau, Frédéric Chatillon et le SS Degrelle

(1992)

Voir aussi :

https://blogs.mediapart.fr/vilmauve/blog/100416/quand-axel-loustau-se-faisait-dedicacer-le-livre-de-lancien-ss-leon-degrelle

Les images viennent sans doute de

https://www.youtube.com/watch?v=sNxxKUsdVbY





Axel Loustau se faire dédicacer, en 1992, le livre de Léon Degrelle, en lui adressant une poignée de main et un « mon Général, c’est un très grand honneur »

https://fr.wikipedia.org/wiki/Axel_Loustau

(...)  Axel Loustau est né le 17 février 1971 à Issy-les-Moulineaux dans les Hauts-de-Seine. Son père est Fernand Loustau, ami de Jean-Marie Le Pen. Ancien parachutiste et partisan de l’Algérie française, Fernand Loustau est également un ancien actionnaire de National-Hebdo et a créé la société de gardiennage Normandy SA en 1977. Il est mort en 1993  (...)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fr%C3%A9d%C3%A9ric_Chatillon


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13566
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Degrelle, Léon   Mar 26 Juin 2018 - 19:03


Pour en revenir à Cocu - Latinus, un message de Michel Libert ...

_ _ _

Monsieur, le bonsoir.

Cocu ? ... Comme précédemment déjà explicité ...

Je n'aurais jamais eu connaissance de son existence si Paul Latinus n'avait pas, un jour, plaisanté en usant de son nom, lorsqu'il m'a parlé de sa collaboration avec nos réseaux (svp ... ne parlons pas de WNP exclusivement ... merci).

Je l'ai cité, sans détour, dans le schéma offert au juge Lyna.

Nous (les réseaux, tous confondus) fournissions des gardes-du-corps, notamment pour VDB, Noël de Burlin, Faez-al Ajjaz et d'autres personnalités encore. Cocu faisait-il, à l'origine, partie de l'un de ces "délégués" à la sécurité ? ... Ceci expliquerait cela ...

Le sujet de Adriano Vittorio ne me parle pas plus que cela et j'évite de remuer des souvenirs qui pourraient être influencés par tout ce que j'ai lu dans la presse et en vos colonnes. J'ai entendu parlé, à l'époque, d'un certain "Vito" ... faisant partie d'une "clique" de chauffeurs de taxi disponibles en cas de besoin. Serait-ce un diminutif de celui dont question ?

Quant au VDO, ce sigle m'était inconnu jusqu'à le croiser en vos colonnes. Vous admettrez, à présent, avec tout le recul objectif que l'on doit s'accorder eut égard à tous les détails convergents, que le WNP en tant que tel , au tiers de son terme de formation, n'est pas autre chose qu'un modeste surgeon de quelque chose de plus élaboré. La GAP était déjà un satellite. Le VDO ne serait-il pas un parèdre ? ...qui plus est, si on ne s'étonne plus de croiser à nouveau sempiternellement les mêmes protagonistes "Décideurs". J'éviterai, ainsi, de citer le terme de "Chef(s)", terme qui met mal à l'aise certaines personnes dans le cadre de considérations médiatiques particulières.

TC

ML

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13566
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Degrelle, Léon   Mer 27 Juin 2018 - 12:48


https://www.youtube.com/watch?v=8bJmCHCXYNo

Léon Degrelle sur Jean-Marie Le Pen :





Pour information...

https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2007-1-page-37.htm#no7

Le Monde du 21 janvier 1992 rappelle le casier judiciaire de Jean-Marie Le Pen : menaces de mort proférées à l’encontre d’un commissaire de police (1960), coups et blessures volontaires (avril 1964, janvier 1969), édition de disques de chants nazis (1968), incitation à la haine raciale (mars 1986, novembre 1987, mars 1991). Le même journal relance à plusieurs reprises la polémique sur l’usage de la torture par Jean-Marie Le Pen lorsqu’il combattait en Algérie, en 1957.

https://www.lemonde.fr/archives/article/1992/01/21/les-condamnations-de-jean-marie-le-pen-un-casier-judiciaire-charge_3874006_1819218.html?xtmc=le_pen_menaces&xtcr=1

Les condamnations de Jean Marie Le Pen - Un casier judiciaire chargé

Le Monde | 21.01.1992 à 00h00

La carrière politique de M. Jean-Marie Le Pen est émaillée de nombreux démêlés avec la justice. Qu'il s'agisse de menaces de mort (proférées à l'encontre d'un commissaire de police, janvier 1960) ou de coups et blessures volontaires (avril 1964, janvier 1969), le président du Front national a souvent dû rendre compte de ses actes devant un tribunal.

Condamné en 1968 pour avoir édité des disques de chants nazis, M. Le Pen l'a été pour divers propos relevant de la provocation à la discrimination raciale en mars 1986, novembre 1987 et mars 1991.

Cependant, en juillet de la même année, il a été relaxé du chef d'injure envers un ministre de la République, M. Michel Durafour, qu'il avait qualifié de " Durafour crématoire ".

_ _ _

Je pense toujours  que c'est Jean-Marie Le Pen qui est derrière "J-M P" dans le schéma de Paul Latinus, même si Jean-Marie Le Pen était opposé à la franc-maçonnerie (mais peut-être pas à la "P2").

A noter aussi : la Grande Loge nationale française (GLNF, qui fut soutenue par Lyman Lemnitzer à Paris) a été la seule fédération maçonnique à refuser d'appeler à voter contre Jean-Marie Le Pen au second tour de la présidentielle de 2002.  

Pour information sur la GLNF :

https://books.google.be/books?id=-lGKnKYrj1IC&pg=PT77&lpg=PT77&dq=glnf,+Lemnitzer&source=bl&ots=38DLxw7vs5&sig=ir-ZtZMsKWEdaPNN_jTAwO7LJ-M&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiYpZXb7_PbAhXFaFAKHUHrDx0Q6AEILzAB#v=onepage&q=glnf%2C%20Lemnitzer&f=false

Sur Lyman Lemnitzer :

http://adeyinkamakinde.blogspot.com/2013/07/general-lyman-lemnitzer-troubling-legacy.html

Dans le schéma de Paul Latinus :





Daniel Féret était un proche de Paul Latinus ...





Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13566
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Degrelle, Léon   Dim 1 Juil 2018 - 18:36


Sur Maurice Schot :

https://fr.scribd.com/document/240522075/A31-N-22-9-86

A31 N°22 (9.86)

(...)





(...)


Note : sur le CEDI, voir Nicolas de Kerchove d'Ousselghem, très proche collaborateur de Paul Vanden Boeynants puis de Jean Gol ; il a écrit un livre avec le général Robert Close.

_ _ _ _ _

https://fr.scribd.com/doc/264194904/L-Ordre-Nouveau

L'Ordre Nouveau

(...)





(...)





(...)


Note : Albert De Vleeschauwer, très proche de Léopold III et de André Moyen ...


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13566
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Degrelle, Léon   Sam 7 Juil 2018 - 12:36


Il est parfois difficile de savoir où poster un message.

Il serait logique de mettre ici ce qui concerne Otto Skorzeny vu ses liens avec Léon Degrelle en Espagne.

Ceux qui ont lu le livre suivant, qui vient de sortir, savent que Otto Skorzeny a été très lié à Robert Solborg, un correspondant important de André Moyen. Il y a donc plusieurs messages relatifs à Otto Skorzeny sur le fil de discussion "André Moyen" (un personnage qui me semble de plus en plus suspect).

The Skorzeny Papers: Evidence for the Plot to Kill JFK
De Ralph Ganis

https://books.google.be/books?id=CBmxDgAAQBAJ&pg=PT203&lpg=PT203&dq=Robert+solborg,+Paris&source=bl&ots=xw38MBZ9MT&sig=c_T1PxuU2O-_lIuhehQBW4IzAMI&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiEhLbW7orcAhVFalAKHYi7DR4Q6AEIMzAB#v=onepage&q=%22Robert%20solborg%22&f=false

https://www.amazon.com/Skorzeny-Papers-Evidence-Plot-Kill/dp/1510708413


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13566
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Degrelle, Léon   Mar 10 Juil 2018 - 12:35

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13566
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Degrelle, Léon   Mar 10 Juil 2018 - 12:59


Sur Skorzeny and "Werwolf" :

https://www.fold3.com/image/232064545










(...)





(...)

_ _ _ _ _

Il est intéressant de noter que le centre de formation est à NEUSTRELITZ.

On retrouve en effet ce nom dans le document suivant :


https://www.cia.gov/library/readingroom/docs/RUDL%2C%20KARL_0007.pdf






Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13566
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Degrelle, Léon   Mar 10 Juil 2018 - 14:00

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13566
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Degrelle, Léon   Mar 10 Juil 2018 - 14:40


Dans les interrogatoires de Otto Skorzeny, il est question de la "légion Wallonie" à partir de

https://www.fold3.com/image/1/231904583





Il est notamment question d'un certain "Dethier" que l'on retrouve aussi dans

Moi, fuhrer des Wallons !
Eddy de Bruyne

https://books.google.be/books?id=bIMnDAAAQBAJ&pg=PT106&lpg=PT106&dq=dethier,+degrelle&source=bl&ots=BZVP8mSIIj&sig=c4UVyetcCA37dWApkQvtEPPTugA&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwj0zZaEyZTcAhUhMuwKHQ7dCl8Q6AEwAHoECAIQAQ#v=onepage&q=dethier&f=false





En fait, tout le passage est intéressant :






Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13566
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Degrelle, Léon   Mer 11 Juil 2018 - 13:18


Léon Degrelle et la Légion Wallonie : La fin d'une légende
Eddy de Bruyne









Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13566
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Degrelle, Léon   Mer 11 Juil 2018 - 13:48


Il est question de Otto Skorzeny et de Léon Degrelle dans le livre suivant :

The Beast Reawakens: Fascism's Resurgence from Hitler's Spymasters to Today ...
Martin A. Lee
(1997)





(...)






(...)






Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13566
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Degrelle, Léon   Mer 11 Juil 2018 - 14:27


Sur Otto Skorzeny, en français :

http://salon-litteraire.linternaute.com/fr/histoire/review/1802499-skorzeny-chef-des-commandos-de-hitler

Plus récent (mais pas encore lu entièrement) :

https://books.google.be/books?id=CBmxDgAAQBAJ&pg=PT29&lpg=PT29&dq=skorzeny+papers&source=bl&ots=xw39HtY5LZ&sig=2zCcEK8CgIOY6AcBrSpv6SVaKSw&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiA8KmIhpfcAhVNalAKHc44B8kQ6AEIbjAO#v=snippet&q=Skorzeny&f=false

(il ne semble pas être question de Léon Degrelle mais bien de Robert Solborg, bien connu de André Moyen)

Note : Robert Solborg a aussi été en Suède ...

https://imsvintagephotos.com/index.php?route=product/search&search=solborg&description=true








Plus tard, Robert A. Solborg sera membre de la "Fraternité Mondiale" dont la section belge fut créée par ... Pierre Bonvoisin :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fraternit%C3%A9_mondiale

http://search.archives.jdc.org/multimedia/Documents/Geneva45-54/G45-54_ORG/G45-54_ORG_052/G45-54_ORG_052_0323.pdf#search='world%20brotherhood'





Pierre Bonvoisin, anobli en 1955, est le père de Benoît de Bonvoisin.

Parmi les "sponsors" américains : William Joseph Donovan, inspirateur de la création de la CIA...

On connaît les liens ultérieurs entre Benoît de Bonvoisin et André Moyen (contact de Robert A. Solborg) : faux du KGB, etc

Il est aussi question de Robert A. Solborg à la page 18 du fil de discussion sur André Moyen.

Voir également :

http://content.time.com/time/magazine/article/0,9171,934927,00.html

Il est vrai que Henry Luce ("Time") est aussi membre de "Fraternité Mondiale".


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13566
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Degrelle, Léon   Jeu 12 Juil 2018 - 11:20


Léon Degrelle et Otto Skorzeny ont donc été en contact lors de la bataille des Ardennes (Battle of the Bulge).

Intéressant de noter qu'on y retrouve aussi un "mystérieux" Fritz Kraemer.

Un certain Fritz Kraemer a été le mentor de Henry Kissinger et de Alexander Haig.

Officiellement :

https://en.wikipedia.org/wiki/Fritz_G._A._Kraemer

http://www.henryakissinger.com/eulogies/100803.html

Certaines personnes se sont interrogées sur Fritz Kraemer (et son fils Sven Kraemer), notamment Mae Brussell (https://en.wikipedia.org/wiki/Mae_Brussell) :

https://deeppoliticsforum.com/forums/showthread.php?7002-Mae-Brussell-Fritz-Kraemer-and-Gladio#.W0ccQMIyWpo

(...)  Sven Kraemer, I said for years, is the liaison of NSC to the President. I assumed that Sven took the messages home to daddy, who then gave the walking orders. He's with Daniel Graham of S.D.I., and Fred Ikle, the man who worked with Col. North. They made these independent organizations, that appear humanitarian, to have the military assist in overthrowing Nicaragua. And then later, I'm sure, to invade Cuba. And they were all a part of the invasion of Grenada.

(...)  Now who is this Fritz Kraemer? Why do I keep talking about Fritz Kraemer? I'm going to run through a few questions and points about Fritz Kraemer that some of you remember and have, but I owe it to the new listeners to understand [some things] about Fritz Kraemer.

In all of the biographies and autobiographies of Henry Kissinger and Alexander Haig, they refer to one man, Mr. Fritz Kraemer, as the man responsible for their careers; they give him credit. In our Army he left as a lieutenant, and he made this General (Haig) and this powerful Henry Kissinger.

In all of the policies, where Henry Kissinger has moved to as Secretary of State, in National Security, in the State Department, or with Nelson Rockefeller in the Council on Foreign Relations, or the Trilateral Commission — there has been blood and chaos wherever he has his influence.

(...)  Wherever the countries were overthrown the narcotics followed. When it was in Southeast Asia in Laos, the opium started coming in. The people involved with the Contragate; defendants in the Christic Institute [lawsuit]: General Secord, General Singlaub, Thomas Clines, and Theodore Shackley from the CIA — were all involved with opium traffic in Southeast Asia in Laos, and in the Nugan Hand Bank, and bringing opium and narcotics into the United States. Kissinger made policies of narcotics in Asia in this way.

In Iran he helped Nelson Rockefeller and the CIA with the first coup overthrowing Mossadeq and putting in the Shah of Iran. The Shah was a great drug trafficker.

Via Marseilles and the French connections in Pakistan, when Bhutto was killed and Zia took care of the drug traffic they became one of the largest drug dealers in the world. Henry Kissinger changed that government.

He worked closely with the escape of Klaus Barbie, was with him after the war in Germany, and was instrumental in contacts and politics in Bolivia when Barbie began to instigate his ascendancy in the cocaine traffic — after Richard Nixon came to power — out of Bolivia.

South Korea and Japan have used Ryoichi Sasakowa, the old Kuomintang gang, the China Lobby, to get power through narcotics, and so forth.

Wherever Kissinger has had policies in Southeast Asia, Iran, Pakistan, Bolivia, Brazil, South America, Central America, and the Middle East — it had to do with the escalation, into our banks, of about 80 billion dollars of narcotics and drug money coming in, thanks to these policies.

Henry Kissinger had a long association with Hitler's top Generals — even though he was young — after World War Two. He was in the U.S. Army: C.I.C., the Intelligence Corps, the 970th division, in charge of Klaus Barbie in 1945.

(...)  Kraemer came from a wealthy German family in the chemical dyes and paraffin industry in Germany. Probably I.G. Farben because they had the monopoly on the dyes and chemicals before, during, and after the war. He came from a family of a monarchist. His son, Sven Kraemer, was in Nazi Germany during the war. Fritz Kraemer picked up his family after the war and brought them to the United States where his military-political career moved on.

He came to the United States originally in 1943 while his wife and son and mother were living in Nazi Germany. He joined the United States Army Intelligence and he recruited Henry Kissinger, who was also in the United States Intelligence. Fritz Kraemer and Henry Kissinger were stationed over in Oberammergau when the war was over. And as I say, Kissinger then went on to Harvard, and Kraemer went to the Pentagon. Both were in the Battle of the Bulge at the same time that the Waffen SS had Hitler's top Generals in the Battle of the Bulge. And one of Hitler's top Generals was named Fritz Kraemer.

The background I've given you, just a few sentences, is about the Fritz Kraemer who currently runs the National Security Council. That's his background; how he came to America, just in a few sentences, written by Nick Thimmesch.

Adolf Hitler had a Fritz Kraemer, I learned, as I began to study this other Fritz Kraemer. Adolf Hitler had three important men around him, the most important at the end of World War Two. One was a General Fritz Kraemer, one was Sepp Dietrich, and the other was Otto Skorzeny. The liaison between those men and Adolf Hitler and the Vatican was Richard von Wiezsacker, whose son is now the current President of Germany.

When the Battle of the Bulge was over and America won the war, by May of 1945, all three of these men important to Hitler, were taken prisoner together: Kraemer, Dietrich, and Skorzeny. All three were in charge of the Battle of the Bulge for Hitler after the war. And all three were stationed in the exact locations of Henry Kissinger and Fritz Kraemer, who were German, who wore American military uniforms, and were located in the same location as Hitler's agents.

I'll take a one minute break and continue with the overlapping of these persons. There is one name and two persons, and I think it's one name and one person. That's why it's important to pursue this particular problem.

(...)  In 1944, one year after Kraemer and Kissinger meet, is when Otto Skorzeny started training 400 Nazi Werewolf recruits for the Fourth Reich.

By May 1943, the powers that be in Germany and the United States knew that Hitler couldn't win the war against Russia. Skorzeny was instrumental in setting up 400 future Nazi Werewolfs that they would use after the war.

And in 1944, Kraemer, Kissinger, and Skorzeny were in that same battle scene in the Bulge stalling the war until Martin Bormann's treasures and money could be taken out of there.

Now 1948, when Kraemer becomes Plans Officer for the Pentagon, we soon have the confrontation with North and South Korea. And in 1950, with the excuse of North Korea being invaded by communists from above, this country (USA) announced that they would bring in Germans, including Otto von Bolschwing, whose name appears in the organization he set up later in 1986 with General Secord, Helene von Damm, and Mr. Albert Hakim connections.

Otto Skorzeny, in 1949, went to Argentina where he was with Eva and Juan Peron and the top Nazis and had access to the Bormann funds to rebuild the Nazi empire.

1950, as the Cold War went on, brought in Otto von Bolschwing. In his likes, John J. McCloy released the top Nazi war criminals.

In 1954 Reverend Sun Myung Moon connects with Ryoichi Sasakawa and begins the World Organization for media persons, for scientists, and for papers like the Washington Times. And Moon becomes a large instrumental figure with the World Anti-Communist League and with the right wing network throughout the world.

(...)

_ _ _

http://www.maebrussell.com/Fritz%20Kraemer/Fritz%20Kraemer%20on%20Trial.html





https://fr.wikipedia.org/wiki/Proc%C3%A8s_du_massacre_de_Malmedy

Le même ou pas ?

https://www.c-span.org/video/?15043-1/strategic-weapons-changing-world





(aux côtés de Daniel O. Graham ... secte Moon, "guerre des étoiles", ami de Alexander Haig, John Singlaub ... et membre de l'IEPS présidée par Robert Close, assisté de Armand De Decker et Yves du Monceau de Bergendal).




Dernière édition par HERVE le Jeu 12 Juil 2018 - 13:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13566
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Degrelle, Léon   Jeu 12 Juil 2018 - 12:55

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13566
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Degrelle, Léon   Jeu 12 Juil 2018 - 14:38


Léon Degrelle et François Genoud...

L'Extrémiste: François Genoud, de Hitler à Carlos
De Pierre Péan







_ _ _

Note : sur François Genoud et Paul Dickopf, voir

https://www.dailymotion.com/video/x1td0y5

Aptes au Service - Les recrues Fascistes et Nazies de la CIA

_ _ _

(...)



(...)




Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13566
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Degrelle, Léon   Jeu 12 Juil 2018 - 16:06


François Genoud était aussi un ami de Otto Skorzeny ...


https://books.google.be/books?redir_esc=y&hl=fr&id=recDAAAAMBAJ&q=skorzeny#v=snippet&q=skorzeny&f=false

Mother Jones Magazine
mai 1987





Il est intéressant de noter que Amaudruz et Genoud résidaient tous les deux à Lausanne ...

Il en est aussi question dans

b... comme barbouzes
Patrice Chairoff
(1975)

(pages 403 et 404)

Au cours du premier trimestre 1971, un chef de groupe du S.A.C., Alain Schoetel, alias Alain Maurin, alias Bernard-Philippe de Gavarny, effectue de nombreux voyages en Suisse romande et dans le Haut Adige italien. A Lausanne, Schoetel rencontre à de nombreuses reprises le professeur G.A. Amaudruz, animateur d'un mouvement extrémiste de droite à ramifications internationales regroupant des nostalgiques de la "Grande Allemagne" et du "Reich millénaire". Certains de ces groupes disposent au Tyrol du Sud et en Autriche de dépôts d'armes datant du second conflit mondial, en parfait état de conservation et libres à la vente (...)

Le matériel doit être livré à Udine, en Italie, non loin de la frontière autrichienne ; le règlement intervient par l'intermédiaire de la Banque Commerciale Arabe, à Genève  (...) Le fondateur de la Banque Commerciale Arabe, François Genoud, est un ami politique du professeur Amaudruz. François Genoud, légataire du ministre de la Propagande, le Dr Joseph Goebbels, est aussi l'éditeur des "Lettres de Martin Bormann à sa femme" et des "Ecrits" d'Adolph Hitler. Il est connu pour ses relations étroites avec les groupes d'extrême-droite italiens et autrichiens, plus enclins à l'action directe qu'à la discussion. En France, François Genoud est fort lié avec l'ancien secrétaire général du S.A.C., Jean-Marie Tiné, et avec le chef des chargés de mission, Le Maignien, ce qui lui a permis de jouer un rôle de premier plan dans le financement des réseaux Foccart en Afrique.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13566
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Degrelle, Léon   Jeu 12 Juil 2018 - 18:21


François Genoud et Léon Degrelle...

https://www.la-croix.com/Archives/1996-01-26/Histoire-_NP_-1996-01-26-404534

Histoire

LABEVIERE Richard , le 26/01/1996 à 0h00

Ses éclaircissements sur la jeunesse de François Mitterrand (1) ont fait événement. Pierre Péan raconte aujourd'hui une vie très convoitée par de nombreux biographes et « services spéciaux » : celle de François Genoud (2), « banquier suisse », nazi jamais repenti, qui tire les ficelles du terrorisme international ; bref, le Suisse le plus surveillé depuis 1934.

A 80 ans, l'homme a voulu se mettre en règle avec l'Histoire et lever le voile sur les tribulations d'une vie marquée par l'admiration de l'homme qui a ordonné la « solution finale ».

Le croissant et la croix gammée

A la fin d'octobre 1932, ce jeune Suisse romand de 17 ans qui effectue un apprentissage dans une fabrique de papiers peints à Bonn rencontre Adolf Hitler. « Je lui ai dit quelques mots, notamment mon grand intérêt pour le national-socialisme, raconte Genoud. C'est avec votre génération que nous construirons une Europe fraternelle, m'a-t-il dit. A l'époque, on parlait beaucoup de lui. C'était mon héros... Ça l'est toujours. »

Avec cette poignée de main et ce bref échange, la vie de Genoud vient de basculer...

Rejeton de l'austère bourgeoisie lausannoise _ son père est commerçant et franc-maçon _ il entreprend, avec un ami admirateur du national-socialisme comme lui, une aventure automobile dans les roues de la « Croisière jaune ».

Antisioniste sans être antisémite

Au cours de ce voyage, ils font une autre rencontre déterminante, celle du grand mufti de Jérusalem. « Vous, jeunes francophones, amis du nationalisme arabe et de l'islam, leur dit-il, vous devez penser à la libération du Maghreb dominé par la France et l'Italie. « Ces quelques mots restèrent gravés dans nos coeurs ; ils ont profondément influencé nos vies », ajoute Genoud. L'alliance du croissant de la cause arabe et de la croix gammée est scellée, par « antisionisme et non par antisémitisme », rectifie constamment Genoud.

Survient la guerre. Genoud adhère au Mouvement national suisse qui déclare qu'il y a urgence à nouer de « loyales relations d'amitié avec l'Allemagne et l'Italie, puissances actuellement maîtresses de l'Europe nouvelle en train de naître ».

Par l'intermédiaire d'un certain Dickman, en réalité Paul Dickopf, qui deviendra président d'Interpol après la guerre, il entre au service de l'Abwehr (les services de renseignements allemands) et collabore parallèlement avec les services de renseignements suisses.

A la Libération, on le retrouve à Bruxelles où il distribue des colis de la Croix-Rouge suisse, s'occupe d'édition, fréquente assidument les nostalgiques de la collaboration et Léon Degrelle dont il devient l'ami intime.

Il devient aussi actionnaire d'une banque, la Martan (Maroc-Tanger) fournissant à des banques suisses les montages d'évasion fiscale en faveur de déposants français, dont les fonds avaient été bloqués aux Etats-Unis pendant la guerre.

« Hitler, mon héros ! »

Genoud a commencé son noir parcours comme membre de l'Organisation Gehlen qui organise la fuite des dignitaires nazis. « Il y a un côté « visiteur de prison » chez François Genoud, ajoute Péan. On dirait que toute sa vie a été bâtie sur une volonté systématique de se trouver à contre-courant ou du mauvais côté de l'Histoire. » C'est ainsi qu'il passera une bonne partie de sa vie à racheter les droits des écrits de Bormann, avec l'aide de Paula Wolf, la propre soeur du Fuhrer, le testament de Hitler et les droits de Goebbels.

Engagé dans les mouvements nationaux marocain et algérien, il participe, en juin 1958, à la création de la Banque commerciale arabe (BCA), ayant pour objectif de financer le commerce entre la Suisse et les pays arabes.

En coulisses, il participe à la phase finale des accords d'Evian en 1962 et sera de toutes les crises de la « révolution algérienne ». Grâce à la BCA de Genoud, le pouvoir algérien crée en 1963 la Banque populaire arabe (BPA) dont le banquier suisse prend la présidence. C'est l'instrument bancaire du FLN. Genoud se retrouve au milieu d'une implacable bataille pour le pouvoir entre le président Ben Bella et son principal adversaire Mohammed Khider qui a pris la contrôle de la BCA/BPA.

« Le cerveau occasionnel »

Aujourd'hui, si l'histoire très complexe du « trésor du FLN » n'a pas encore livré tous ses secrets, Genoud précise que, « au départ, 42 millions de francs suisses étaient déposés à la BCA : 10 ont servi à l'augmentation de capital datant de 1964 ; deux ont été virés sur un compte à numéro en Algérie ; six sont allés à Aït Ahmed ; six à Boudiaf ; Bitat, Lebjaoui et Khider en ont récupéré chacun une partie qui a servi à payer des armes destinées au maquis de Kabylie ». Englué dans cette affaire, Genoud trouve une porte de sortie en direction de la lutte palestinienne.

Il fait ainsi la connaissance de Georges Habache, le chef du Front populaire de la libération de la Palestine (FPLP) et Waddi Haddad, le chef logistique des opérations terroristes.

Durant l'été 1968, un jeune étudiant se présente à Bassam Abou Charif, le chargé des relations publiques de Waddi Haddad. Il s'appelle Ilitch Ramirez Sanchez, connu aujourd'hui sous le nom de « Carlos ». Se multiplieront ainsi les contacts avec les Irlandais, la Fraction armée rouge allemande et « bien d'autres combattants »...

François Genoud se définit comme ayant été chargé des relations publiques de Waddi Haddad en Europe. « Il n'était donc pas totalement faux de vous présenter comme un cerveau du terrorisme international ? lui demande Péan. Oh! répond Genoud, un cerveau occasionnel... »

« Je les ai bien emm... »

Genoud se trouva bel et bien impliqué dans l'aile dure de la lutte palestinienne, celle qui est responsable d'une quinzaine de détournements d'avions.

En février 1972, c'est lui, personnellement, qui met à la poste de Cologne les lettres revendiquant le détournement d'un avion de la Lufthansa.

Avec Jacques Vergès, Genoud organise la défense de l'ex-capitaine SS Klaus Barbie, puis celle du terroriste le plus recherché du monde, le célèbre Carlos auquel on impute plus de 80 morts, arrêté au Soudan le 15 août 1994 par les services français. « Je serais heureux d'arriver à votre âge avec seulement un dixième de votre esprit indomptable, lui écrit Carlos, et je veux que vous sachiez que je vous admire sincèrement, que je vous fais confiance, et que votre amitié me tient à coeur. »

Durant cette longue carrière, les contacts avec la police fédérale suisse n'ont jamais cessé. Un de ses officiers dit : « On aurait aimé le coincer... mais il n'y en a jamais eu assez... » Des propos dont ambigus aux résonances très actuelles en ce qui concerne la mansuétude helvétique dont jouissent aujourd'hui certains « réseaux dormants » et structures de financement des Groupes islamiques armés (GIA)! Genoud conclut : « Je remercie mon grand-père de nous avoir faits suisses, car on peut dire merde au reste du monde. Si je n'étais pas en accord avec Dieu, je faisais en sorte de l'être avec les lois suisses. Là-dessus, j'ai toujours eu la conscience tranquille. La Suisse m'a tenu lieu de base arrière. » Et quand Péan lui parle de la surveillance constante dont il a fait l'objet depuis 1934, François Genoud marmonne sobrement : « Je les ai bien emmerdés. »

Richard LABEVIERE

(1) Réédités au Livre de Poche, 590 p., 46 F.

(2) L'Extrémiste _ François Genoud, de Hitler à Carlos, de Pierre Péan, Fayard, 430 p., 150 F.

H « Ah ! quels titres », du 25 janvier (France 3 à 23.20) abordera le cas Genoud et France 2 diffusera le 19 février à 22.30 un documentaire de Pierre Péan et Christophe Nick.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13566
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Degrelle, Léon   Ven 13 Juil 2018 - 11:17


https://fr.wikipedia.org/wiki/Stefano_Delle_Chiaie

(...)

Après la tentative de coup d'État à Rome du 8 décembre 1970 (golpe Borghese) menée avec Junio Valerio Borghese, ancien homme de main de Mussolini, il s'enfuit en mars 1971 vers l'Espagne franquiste, comme Vincenzo Vinciguerra. Là-bas, il se lie avec des hommes qui participeront ensuite aux GAL, les escadrons de la mort anti-ETA, ainsi qu'avec le Belge Léon Degrelle.

(...)

il y rencontre, en avril 1974 à Santiago, et avec Valerio Borghese, Manuel Contreras, le chef de la DINA, la police politique de Pinochet

(...)

Lors des funérailles de Franco, à Madrid, le 20 novembre 1975, il rencontre à nouveau Manuel Contreras, ainsi que Pinochet (...)   Il croise aussi, lors de cet enterrement, Yves Guérin Sérac, qui a mis en place l'Aginter Press, une agence de mercenaires, dans le Portugal de Salazar, et qui a émigré en Espagne après la « révolution des œillets » d'avril 1974

(...)

« Les rapports entre Avanguardia nazionale et Pinochet ont été instaurés par le prince Borghese, qui a présenté Stefano Delle Chiaie à Pinochet. C'était un rapport politique, en ce sens qu'Avanguardia nazionale apportait son appui à la Dina en Europe. Il pouvait s'agir de renseignements, de propagande et éventuellement d'actions d'un genre particulier. L'une d'entre elles a été la tentative d'assassinat de Bernardo Leighton

(...)

_ _ _

http://www.parlamento.it/776?shadow_organo=405513

http://www.parlamento.it/service/PDF/PDFServer/DF/16061.pdf

http://www.parlamento.it/service/PDF/PDFServer/DF/16063.pdf


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13566
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Degrelle, Léon   Ven 13 Juil 2018 - 17:53


https://www.diploweb.com/Grece-Aube-doree-de-l-ombre-a-la.html#nb10

(...)

[10] Deux membres d’Aube dorée (Christos Pappas et Dimitris Zoumpoulis) sont également recrutés par Léon Degrelle pour participer à une organisation internationale du fascisme. En outre, on retrouve dans ce groupe Stefano delle Chiaie (ex-MSI, militant fasciste international) ou Michael Kühnen.

(...)

_ _ _

https://fr.wikipedia.org/wiki/Michael_K%C3%BChnen


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13566
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Degrelle, Léon   Ven 13 Juil 2018 - 18:16


Je ne suis pas certain de la fiabilité de la source mais il y a des hypothèses intéressantes ...

http://www.agora-erasmus.be/Manipulation-par-la-terreur-non-a

(...)

Madrid, la plaque tournante

Le fait que Schacht soit devenu, après 1948, le principal « administrateur » des avoirs des SS et autres transferts financiers hors de l’Allemagne nazie, prouve bien son rôle actif dans la réalisation des décisions prises à la conférence de Strasbourg en 1944 (voir première partie). Après tout, pendant son séjour de onze mois en prison, il était sous le contrôle direct de la direction SS. Pour consolider les avoirs SS dispersés, Schacht sera aidé par Skorzeny qui, à son tour, amènera à Madrid le dirigeant des Waffen SS belges, Leon Degrelle, pour en faire son principal adjoint. Au début des années 50, Schacht et Skorzeny effectueront de fréquents « voyages d’affaires », à travers l’Europe et l’Amérique latine, ainsi que dans les pays arabes, l’Iran et l’Indonésie.

Une partie de l’argent des SS envoyé à l’étranger servira à bâtir l’organisation internationale « Odessa » composée d’anciens SS. Autour d’elle, seront créées nombre d’organisations néo-fascistes en Europe et en Amérique latine.

Mais l’« Odessa » de Skorzeny peut aussi compter, dans plusieurs pays européens, latino-américains et arabes, sur un dense réseau de membres et de sympathisants dans les partis « bourgeois », les ministères, organisations religieuses, services de renseignement, syndicats de police et forces armées. Les activités d’« Odessa » s’étendent aussi au trafic d’armes international, au déploiement de mercenaires et à la mouvance du crime organisé.

Durant les décennies qui suivent, à travers des coups d’Etat, des purges d’opposants, des insurrections et opérations de rébellion et de sape, voire dans des assassinats spectaculaires - comme le rôle de « Permindex » dans l’assassinat du président américain John Kennedy - on relèvera constamment des traces des structures SS de Skorzeny. Exemple type de leur modus operandi, elles joueront un rôle aussi bien dans le FLN algérien que dans l’OAS qui vise à renverser ou assassiner le général de Gaulle.

Réactivation des réseaux SS

Avec le déclenchement de la Guerre froide, les services de renseignement anglo-américains s’intéressent plus que jamais aux structures de Skorzeny. La mentalité et l’expérience de ces anciens SS les prédestinent aux « opérations clandestines » qui, selon Allen Dulles, doivent être au centre de l’activité du renseignement américain. Des milliers d’anciens Waffen-SS allemands, ou d’Européens de l’Est ayant fait partie des Waffen-SS, qui se sont installés plus tard en Europe de l’Ouest, aux Etats-Unis, au Canada ou en Australie, seront recrutés pour mener une guerre de sape et des opérations de déstabilisation dans la sphère d’influence soviétique.

A noter que les SS qui, jusqu’en 1942, se vantaient de leurs traits « nordiques », furent assez vite « internationalisés ». En plus des unités ouest-européennes et scandinaves des Waffen-SS, il y aura aussi des unités baltes, ukrainiennes, hongroises, croates, serbes, bosniaques, albanaises et caucasiennes.

Les anciens membres des Waffen-SS installés à partir de 1945 dans des pays occupés par les Soviétiques, revêtent alors une grande importance pour le renseignement anglo-américain, soit en restant sur place en tant qu’agents clandestins, soit en émigrant à l’Ouest. Ils doivent former, dans le cadre d’« opérations clandestines », une infrastructure militaire et politique secrète, destinée à déstabiliser des régimes communistes en Europe de l’Est et du Sud-Est.

Au cours de la première moitié des années 50, notamment après le passage à Moscou du Britannique Kim Philby, les services de renseignement communistes furent en mesure de détruire la plupart de ces cellules clandestines. Par contre-coup, l’influence des organisations d’émigrés est-européens installés à l’Ouest, qui abritaient aussi d’importants contingents d’anciens Waffen-SS, augmenta.

A l’initiative d’Allen Dulles, le Comité national de l’Europe libre (CNEL) est fondé, en partie avec la fortune des SS. Officiellement organisation privée, il s’agit en fait d’une opération du renseignement anglo-américain destinée à soutenir les activités des groupes d’émigrés d’Europe de l’Est.

La connexion arabo-musulmane est une autre composante majeure de cette structure des SS. La division albanaise des Waffen-SS « Skanderberg » et la division bosniaque « Handschar » voient le jour avec la participation active du Moufti de Jérusalem, Amin Mohamed Al Husseini. Après la guerre, avec l’aide des services de renseignement anglo-américain, celui-ci s’installe au Caire où il reprend sa collaboration avec Skorzeny, François Genoud et les structures SS à travers le monde arabe.

En même temps, certains courants du renseignement anglo-américain établissent en Europe de l’Ouest le réseau de Skorzeny, sous forme de partisans clandestins pouvant être activés dans l’hypothèse d’une invasion soviétique de l’Europe de l’Ouest. L’existence de ce réseau, nom de code « Gladio », fut révélée au grand public pour la première fois en 1991, dans une déclaration publique du Premier ministre italien, Guilio Andreotti.

Au fil des années, les rangs de « Gladio » furent rajeunis par de jeunes recrues, venant avant tout des milieux néo-fascistes et d’extrême-droite. Ce fut un important réservoir pour le recrutement de terroristes destinés à alimenter la « stratégie de tension » de 1969 à 1982. Et c’est encore là que nous trouvons la « mère » des réseaux terroristes impliqués dans la phase actuelle de la «stratégie de tension».

_ _ _

Sur "Gladio" :

https://www.youtube.com/watch?time_continue=112&v=yIIU9713Wck

Le réseau Gladio - Quand la CIA fabriquait le terrorisme en Europe...


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13566
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Degrelle, Léon   Sam 14 Juil 2018 - 10:36


https://www.delpher.nl/nl/kranten/view?query=Degrelle%2C+Skorzeny&coll=ddd&sortfield=date&identifier=ddd%3A010851227%3Ampeg21%3Aa0066&resultsidentifier=ddd%3A010851227%3Ampeg21%3Aa0066







_ _ _ _ _ _

https://nl.wikipedia.org/wiki/Paul_van_Tienen

Paul van Tienen (Yogyakarta, 10 januari 1921 – La Manga del Mar Menor, ca. 1995) was een Nederlandse Untersturmführer en extreemrechts politicus.  (...)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jos%C3%A9_Moscard%C3%B3

José Moscardó Ituarte, né à Madrid le 26 octobre 1878 et mort dans cette même ville le 12 avril 1956, était un militaire espagnol. (...)

https://fr.wikipedia.org/wiki/National-Zeitung

National-Zeitung est un magazine allemand, fondé en 1950 par Gerhard Frey.


_ _ _ _ _ _

https://www.cia.gov/library/readingroom/docs/DEGRELLE,%20LEON_0010.pdf





(...)





(...)





_ _ _






(...)





(...)





(...)





_ _ _


https://www.cairn.info/load_pdf.php?ID_ARTICLE=CRIS_642_0001


CRISP | « Courrier hebdomadaire du CRISP »
1974/16 n° 642-643 | pages 1 à 43







Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13566
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Degrelle, Léon   Sam 14 Juil 2018 - 11:49


https://www.delpher.nl/nl/kranten/view?query=Degrelle%2C+Skorzeny&coll=ddd&sortfield=date&identifier=ddd%3A010950786%3Ampeg21%3Aa0028&resultsidentifier=ddd%3A010950786%3Ampeg21%3Aa0028








_ _ _ _ _


https://www.nytimes.com/1951/05/29/archives/fascists-clinging-to-hope-of-coming-back-to-power-movement-raises.html

Fascists Clinging to Hope Of Coming Back to Power; Movement Raises Its Heads in Various Lands on Lines of Communism

By C.L. SULZBERGER SPECIAL TO THE NEW YORK TIMES.MAY 29, 1951

PARIS, May 28--As an international political force fascism was crushed in 1945. Only in Spain and certain Latin American countries does any official sympathy for that atrophied ideology linger on.

(...)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13566
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Degrelle, Léon   Sam 14 Juil 2018 - 12:12


https://fr.wikipedia.org/wiki/Groupe_Naumann

Le « groupe Naumann », en allemand Naumann-Kreis, est un groupe d'anciens nazis gravitant autour de Werner Naumann dernier secrétaire d'État du ministre de la propagande Joseph Goebbels.

Leur but était d'infiltrer les rouages de la nouvelle république allemande et d'en perturber le fonctionnement.

Ce réseau a été démasqué et fait l'objet de plusieurs ouvrages historiques.

(...)


https://www.delpher.nl/nl/kranten/view?query=Degrelle%2C+Skorzeny&coll=ddd&sortfield=date&identifier=ABCDDD%3A010832271%3Ampeg21%3Aa0006&resultsidentifier=ABCDDD%3A010832271%3Ampeg21%3Aa0006








(...)

_ _ _ _ _

https://www.delpher.nl/nl/kranten/view?query=Degrelle%2C+Skorzeny&coll=ddd&sortfield=date&identifier=ddd%3A010951500%3Ampeg21%3Aa0176&resultsidentifier=ddd%3A010951500%3Ampeg21%3Aa0176








_ _ _ _ _


Voir aussi :

https://www.delpher.nl/nl/kranten/view?query=Degrelle%2C+Skorzeny&coll=ddd&sortfield=date&identifier=ddd%3A010732434%3Ampeg21%3Aa0013&resultsidentifier=ddd%3A010732434%3Ampeg21%3Aa0013

https://www.delpher.nl/nl/kranten/view?query=Degrelle%2C+Skorzeny&coll=ddd&sortfield=date&identifier=ddd%3A011202285%3Ampeg21%3Aa0001&resultsidentifier=ddd%3A011202285%3Ampeg21%3Aa0001

https://www.delpher.nl/nl/kranten/view?query=Degrelle%2C+Skorzeny&coll=ddd&sortfield=date&page=2&identifier=ddd%3A011202286%3Ampeg21%3Aa0029&resultsidentifier=ddd%3A011202286%3Ampeg21%3Aa0029


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Degrelle, Léon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Degrelle, Léon
Revenir en haut 
Page 17 sur 19Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18, 19  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Who's who :: Autres-
Sauter vers: