les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Kintex

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
michel
Admin


Nombre de messages : 7022
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Kintex   Mar 28 Aoû 2007 - 17:29

La Kintex était une société d'armement dépendante du SR bulgare. Cette firme fut très active dans les années 70 et 80 dans le trafic d'armes et de drogue. Le trafic de drogue était destiné à destabiliser les pays de l'OTAN. Le chiffre d'affaires de cette firme était d'environ 20 milliards de dollars en 1982. Cette firme fut pointée du doigt par les enquêteurs de la BSR de Wavre s'occupant e.a. de l'attaque de l'armurerie Dekaize.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
undercover



Nombre de messages : 2173
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: Kintex   Mar 28 Aoû 2007 - 22:13

N'y a t il pas une fonctionnaire de l'ambassade qui a eu des ennuis avec tous ce beau monde? Myrian Coen me semble t il...
Hasard or not hasard ?
Revenir en haut Aller en bas
Anonymou
Invité



MessageSujet: Re: Kintex   Mar 28 Aoû 2007 - 23:44

Vous visez ces affaires de visas, Undercover ?

Attention, les récentes confidences d'enquêteurs faites à BR relativement à une piste drogue, Monsieur BR n'y croit pas.
Revenir en haut Aller en bas
undercover



Nombre de messages : 2173
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: Kintex   Jeu 30 Aoû 2007 - 21:25

Entre nous, Charlyn , je me fiche de ce qui croit en quoi.

Madame M. C. est quelqu'un de crédible, même si elle a pas mal de défauts.
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7022
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Kintex   Ven 31 Aoû 2007 - 11:36

undercover a écrit:
N'y a t il pas une fonctionnaire de l'ambassade qui a eu des ennuis avec tous ce beau monde? Myrian Coen me semble t il...
Hasard or not hasard ?

Sale affaire que celle-là. Voilà une diplomate qui dévoile un trafic de visas est qui a des problèmes. Mais cela nous éloigne de la Kintex des années 80, non?

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
René De Witte



Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Kintex   Mar 4 Sep 2007 - 0:01

A propos de Kintex:


http://www.bendevannijvel.com/downloads/poorlog.pdf


source: P-magazine
Revenir en haut Aller en bas
pol
Invité



MessageSujet: Re: Kintex   Mar 4 Sep 2007 - 0:38

J'ai fais la traduction avec BABEL FISH silent
Merci Monsieur DE WITTE.
Cools avait donc en sa possession 5 jours avant son meurtre une liste de politiciens corrompus.
Mr DE WITTE ces noms sont-ils connus et de quel avocat parlez-vous?
Le collaborateur de Bull est-il toujours en vie?
Revenir en haut Aller en bas
pol
Invité



MessageSujet: question supplémentaire pour Monsieur DE WITTE   Mar 4 Sep 2007 - 0:48

Avez-vous eu connaissance des rapports entre Delperdange WNP et COOLS André?
Revenir en haut Aller en bas
René De Witte



Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Kintex   Mar 4 Sep 2007 - 0:52

Cools avait donc en sa possession 5 jours avant son meurtre une liste de politiciens corrompus.

Lire: Guns, Lies and Spies, Chris Cowley, 1992.


Mr DE WITTE ces noms sont-ils connus

Non.


et de quel avocat parlez-vous?
permettez-moi de ne pas répondre, mais l' avocat était très bien placé.


Le collaborateur de Bull est-il toujours en vie?
Aucune idée.
Revenir en haut Aller en bas
René De Witte



Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Le Financieel-Economische Tijd du 12 décembre 1992   Mar 4 Sep 2007 - 1:00

"Zwijggeld voor Belgische politici bij PRB-leveringen aan Irak
"Superkanon-ingenieur onthult in boek Guns, Lies and Spies:
LONDEN (tijd) - Chris Cowley, de ingenieur die samen met de in Brussel vermoorde Gerald Bull het Iraakse "superkanon ontwikkelde, heeft de Amerikaanse "Irakgate-kommissie de namen geleverd van de personen die in het kader van het projekt "zwijggeld ontvingen. "In de lijst staat onder andere in detail welke Belgische politici en topkaderleden bij PRB en de Generale Maatschappij kommissies ontvingen, zegt Cowley. Het gaat overigens om dezelfde dokumenten die hij vorig jaar aan de vermoorde socialistiche voorman André Cools overhandigde.
DS
De Belgische explosievenproducent PRB geraakte in 1988, toen nog in handen van Generale-dochter Gechem, betrokken bij het Projekt Babylon, de naam waaronder de Space Research Corporation (SRC) van Gerald Bull een 1.000mm-kanon ontwikkelde. In dat jaar werd een kontrakt ondertekend tussen de Iraakse tussenpersoon Shabib Azzawi en PRB om via Jordanië explosieven te leveren voor het zogenaamde "superkanon.
De exportlicenties voor het transport werden afgeleverd door de bevoegde Belgische ministeries, het krediet werd gegarandeerd door de Delcredere-dienst en de explosieven werden voorjaar 1989 vervoerd door een C130-vliegtuig van het Belgische leger. Niemand die destijds leek te twijfelen aan Jordanië als eindbestemming, al waren er experts genoeg die onmiddellijk hadden kunnen zeggen dat Jordanië over geen 1.000mm-artillerie beschikte.
Uit het zopas verschenen boek "Guns, Lies and Spies legt Chris Cowley uit hoe vermoedelijk een en ander mogelijk werd gemaakt. Als antwoord op zijn vraag hoe de Belgische luchtmacht tot het transport bereid kon gevonden worden, citeert hij een onderhandelaar van PRB als volgt: "Ik bel gewoon mijn vriend de minister van defensie en die organizeert alles wel. Wij doen dat dikwijls. Je zal een beetje meer betalen, maar het goedje zal op tijd aankomen. Dat "beetje meer blijkt nadien 25.000 dollar in goudstaven te zijn. In 1989 was Guy Coëme minister van defensie.
De levering van maart 1989 moest de eerste in een lange reeks over verschillende jaren worden. Dit feit wordt ten stelligste bevestigd door Gerald James, de ex-voorzitter van het defensiebedrijf Astra dat eind 1989 PRB van Gechem overnam. Voor het gedekt houden van de leveringen aan Irak, die overigens volgens de auteur pasten in een wereldwijde "samenzwering op topniveau, dienden volgens Cowley en James doorlopend "kommissies betaald te worden.
Cowley beschikt over een lijst met namen, bedragen en buitenlandse bankrekeningen die hij formeel in verband brengt met die steekpenningen. Hij maakte de gegevens over aan de zogenaamde Gonzalez- of Irakgate-kommissie, de kommissie die de wapenleveringen van de VS aan Irak onderzoekt. "Als de informatie in Groot-Brittannië of België wordt bekend gemaakt, gebeurt er toch niets, is Cowleys stelling. "De personen waarom het gaat zijn zo machtig dat het beter is dat de Amerikaanse regering zegt wie het zijn.
Cowley bezorgde vorig jaar ook de namenlijst aan de intussen vermoorde socialistische topman André Cools. Cowley ontmoette Cools voor het eerst en volledig toevallig toen hij in 1988 met Gerald Bull een Brussels restaurant binnenstapte. Bull stelde Cools aan Cowley voor als "een goede vriend van hem. Cowley stuurde Cools in juli 1991 de lijst omdat hij in de socialistische minister van staat de geschikte persoon zag om de informatie aan te vullen. Enkele weken later werd Cools met twee pistoolschoten vermoord.
Revenir en haut Aller en bas
René De Witte



Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Kintex   Mar 4 Sep 2007 - 1:01

Astra-management ging bij de duivel te biechten over PRB
PRB loste vuile klussen op voor Brits defensieministerie
LONDEN (tijd) - "PRB móest kapot, toen wij bekend hadden gemaakt dat in het orderboek van het bedrijf kontrakten met Irak zaten. Wij hadden immers de tip opgelicht van een internationaal netwerk dat op de hoogste politieke en financiële niveaus toegedekt werd gehouden. Aan het woord is Gerald James, ex-voorzitter van de Britse defensiegroep Astra die in 1989 het explosievenbedrijf van Generale-dochter Gechem overnam.
Meer diversifikatie
Gerapporteerd
Belgische overheid
Gerald James en Astra-bestuurder Chris Gumbley werden kort na de overname van PRB verguisd voor hun slechte beleid. Hadden ze met PRB immers geen bedrijf in huis genomen dat hoegenaamd niet aan de gestelde verwachtingen voldeed? "PRB was een perfekt leefbaar bedrijf met kwalitatief hoogstaande produkten, weerlegt James. "Vlak na de overname hebben wij echter voor 35 miljoen pond aan kontrakten op een totaal van zon 90 miljoen moeten schrappen omdat ze in verband stonden met de verkoop van explosieven aan Irak. Het jaar nadien zou er zelfs 50 miljoen via dergelijke kontrakten bij PRB zijn binnengekomen.
De overname van PRB kaderde in de politiek van Astra om in Groot-Brittannië een harde konkurrentie aan te gaan met Royal Ordnance, tot halfweg de jaren 80 als staatsbedrijf de belangrijkste leverancier van het Britse leger. Bij de privatizering van Royal Ordnance werd echter vanuit het Britse ministerie van defensie de belofte geformuleerd dat die markt zou opengesteld worden voor vrije konkurrentie.
Astra kochte verschillende defensiebedrijven in Groot-Brittannië en de Verenigde Staten om als volwaardige konkurrent met Royal Ordnance in de ring te stappen. Al spoedig bleek echter dat er tussen Royal Ordnance en het ministerie een geheime overeenkomst was gemaakt waarbij 80 procent van de bestellingen toch aan Royal Ordnance zou toekomen. Voor de overige 20 procent gold vrije konkurrentie, maar ook hier mocht Royal Ordnance weer meedingen.
Astra begon uit te kijken naar meer diversifikatie om Royal Ordnance toch de loef te kunnen afsteken. "In 1988 werden wij benaderd door het makelaarshuis PaineWebber met de vraag of wij geïnteresseerd waren in PRB, aldus Gerald James. Belangstelling was er wel degelijk en de onderhandelingen gingen van start met Jean Duronsoy, gedelegeerd bestuurder van Gechem, zijn financieel direkteur René Grégoire en zijn juridisch adviseur Philippe Jous. Maar er waren ook verschillende vergaderingen met Hervé de Carmoy, gedelegeerd bestuurder van de Generale Maatschappij, Generale-voorzitter Etienne Davignon en Georges Ugeux, financieel direkteur van de Belgische holding.
Bij de onderhandelingen vroeg Astra om een blik te mogen werpen op de lopende kontrakten van PRB. Dat werd echter geweigerd met het argument dat Astra hieruit een commercieel voordeel zou kunnen halen als de overname niet doorging. Op belofte van geheimhouding kreeg het in opdracht van Astra werkende accountantsbureau Stoy Hayward uiteindelijk inzage in de kontrakten. De bevinding was dat de door Gechem voorgespiegelde winst kon kloppen.
Op 11 september 1989 werd de overname beklonken. "De dag dat wij het geld op de tafel legden, zeiden Philippe Glibert en Guy Cardinael, twee managers van PRB, dat er kontrakten in het orderboek zaten voor Jordanië, verklaart James. "Toen wij vroegen wat het was, antwoordden zij dat het voor een erg groot kanon was. En ze voegden eraan toe dat het eigenlijk voor Irak was.
Kort voor de overname afgerond was, had Astra-bestuurder Chris Gumbley een ontmoeting met Roger Harding tijdens de Naval Equipment Trade Exhibition in Portsmouth. Harding was Deputy Director of Sales van het Britse ministerie van defensie en zei gehoord te hebben dat Astra PRB wilde overkopen. Hij gaf Gumbley de raad goed uit te kijken. Zonder meer.
Voor James en Gumbley werd echter kort na de ondertekening van het kontrakt duidelijk waar Harding op gealludeerd had. Harding werd gekontakteerd en er werd in extenso gerapporteerd over de kontrakten met Jordanië. Bij de vergadering was ook een zekere Primrose aanwezig, een man waarvan superkanon-ingenieur Chris Cowley in een gesprek met deze krant ten stelligste wilde bevestigen dat hij voor de Britse inlichtingendienst werkt, ook al werd hij tijdens de vergadering voorgesteld als een verkoopsagent van het ministerie van defensie.
Voor de omzetcijfers van Astra hadden Gumbley en James eigenlijk een fatale beslissing genomen, maar vanuit een vorm van Britse burgerzin was het ogenschijnlijk de juiste beslissing. Hoe fout die beslissing was, mag intussen duidelijk geworden zijn na de ontdekking in Groot-Brittannië van de mate waarin de Britse overheid en de inlichtingendiensten in het afgelopen decennium een onafgebroken stroom van defensieleveringen aan Irak willens en wetens toegedekt hield.
Gumbley en James kregen slecht beleid aangewreven toen het financiële débacle van PRB zijn volle omvang kreeg en werden binnen de kortste keren buitengewerkt. Volgens James ligt de ware reden voor hun gedwongen vertrek echter elders: "Wij moesten weg omdat we iets opgegraven hadden en klaarblijkelijk was men bang dat er nog meer aan het licht zou gebracht worden. Bijvoorbeeld de geheime kontrakten tussen PRB en IMS, een defensiebedrijf onder de verantwoordelijkheid van het Britse ministerie van defensie.
Chris Cowley geeft tekst en uitleg bij de relatie tussen PRB en IMS: "IMS nam allerhande kontrakten aan die ze als overheidsbedrijf niet kon uitvoeren om het ministerie van defensie niet in opspraak te brengen. Die kontrakten werden doorgespeeld naar PRB en stonden daar bekend als joker contracts.
Zowel Cowley als James zijn ervan overtuigd dat men op de hoogste niveaus van de Generale Maatschappij wist in welk netwerk PRB paste. Hervé de Carmoy wordt in deze zaak als een sleutelfiguur gezien. De Carmoy was voor zijn intrede als gedelegeerd bestuurder van de Generale gedelegeerd bestuurder bij de Britse Midland Bank, met de hoogste bevoegheden in de internationale divisie van de financiële instelling. De Midland Bank leunt van oudsher dicht aan bij de commerciële transakties van het Britse ministerie van defensie. James noemt het absoluut geen toeval dat de overname-onderhandelingen rond PRB begonnen toen De Carmoy gedelegeerd bestuurder van de Generale Maatschappij werd.
Het is overigens een opvallend gegeven dat de Generale Maatschappij de grootste belangstelling aan de dag leek te leggen voor de hoorzittingen in Groot-Brittannië van het Select Committee, de parlementaire kommissie die in de voorbije maanden de verwevenheid van Britse politici met wapenleveringen aan Irak blootlegde. Tijdens de zittingen nam de advokaat Andrew Davis van het advokatenbureau Slaughter & May steeds ijverig notities. De advokaat liet zich aan James ontvallen dat hij in opdracht van de Generale Maatschappij de zaak volgde.
"Wij hebben de Generale Maatschappij nog een voorstel gedaan kort nadat bleek in welke financiële moeilijkheden PRB zou verglijden door het wegvallen van de kontrakten met Jordanië, zegt James. "Ons voorstel was dat de Generale voor 30 procent zou gaan deelnemen in Astra. Op die manier hadden ze mogelijk nog de lening van de Generale Bank aan PRB kunnen redden. Maar uiteindelijk zijn ze daar niet op ingegaan. Omdat Stephen Kock hen vertelde dat niet te doen. Stephen Kock was een non-executive director van Astra, die als advizeur ook verbonden is aan Midland Bank. Kock was overigens de enige bestuurder die na de volledige machtswissel bij Astra op zijn stoel bleef zitten. Voor James is het duidelijk dat PRB failliet móest.
En dan is er nog het boter op het hoofd van de Belgische overheid. Chris Cowley zegt over gedetailleerde informatie te beschikken omtrent wie "kommissies ontving om de verkoop van explosieven aan Irak mogelijk te maken. Verklaart dit waarom de Belgische overheid nooit gehoor gaf aan de formele vraag van de Britse ambassade in Brussel om de exportlicenties van PRB op te schorten? Die vraag werd eind 1989 geformuleerd op aanstichten van een Brits parlementair, nadat Astra de kontrakten met Jordanië had aangegeven. Het Vlaamse parlementslid Hugo Coveliers stelde nu al geruime tijd geleden een parlementaire vraag naar het uitblijven van dat antwoord aan justitieminister Melchior Wathelet. Het antwoord laat nog steeds op zich wachten.
Bij de Belgische gerechtelijke politie ligt er nog altijd een "informatief dossier over PRB open. "Dit kan je niet ernstig nemen, zegt Chris Cowley. "Na heel wat tribulaties en uitstel hebben ze mij een zogenaamd verhoor afgenomen. De enige twee vragen die ze me stelden waren of ik Gerald Bull kende en of ik wist op welke datum Bull vermoord was.DS
Revenir en haut Aller en bas
undercover



Nombre de messages : 2173
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: Kintex   Sam 15 Sep 2007 - 19:37

michel a écrit:
undercover a écrit:
N'y a t il pas une fonctionnaire de l'ambassade qui a eu des ennuis avec tous ce beau monde? Myrian Coen me semble t il...
Hasard or not hasard ?

Sale affaire que celle-là. Voilà une diplomate qui dévoile un trafic de visas est qui a des problèmes. Mais cela nous éloigne de la Kintex des années 80, non?

non Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7022
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Kintex   Dim 16 Sep 2007 - 16:34

Les Bulgares ont gardé longtemps de mauvaises habitudes. En 1992, le gouvernement Dimitrov chuta à cause d'un scandale dû à des exportations illégales d'armes dans lesquelles étaient impliquées des membres du nouveau SR Service de Renseignements national qui avait succédé à DS (ancien service de renseignements).

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7022
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Kintex   Mar 18 Sep 2007 - 12:37

Les Bulgares ont vraiment du mal à se débarrasser de leurs vieux démons...

Les Bulgares pris de vertige face à leur passé communisteLAURE MANDEVILLE. Publié le 18 septembre 2007Actualisé le 18 septembre 2007 : 07h35 Le président Gueorgui Parvanov (à droite, avec Vladimir Poutine en mars 2003) a nié avoir sciemment collaboré avec la police secrète.

Deinov/AP



Le président Gueorgui Parvanov (à droite, avec Vladimir Poutine en mars 2003) a nié avoir sciemment collaboré avec la police secrète.

Deinov/AP
.

Les autres titres
Les Bulgares pris de vertige face à leur passé communiste L’Irak veut expulser l’armée privée Blackwater Iran : le chef de l’AIEA appelle au calme Crash en Thaïlande : trois Français tués La Belgique menacée par une lente dislocation Israël aurait bombardé des cibles nucléaires en Syrie Le nouveau pied de nez de Lougovoï aux Britanniques Otages : Sarkozy prêt à se rendre en Colombie Sarkozy bouscule les idées reçues en Europe Retour | Rubrique InternationalLe président, Gueorgui Parvanov, et plus de cent trente politiciens en vue sont sur la liste des collaborateurs de l'ex-police secrète totalitaire.


COMME PARTOUT à travers l'Europe de l'Est, c'est dans la douleur, la polémique et d'inévitables règlements de comptes politiques que la Bulgarie se penche sur son passé communiste, et tout particulièrement sur la collaboration de ses élites avec l'ancienne police politique totalitaire. Il y a quelques jours, la commission chargée depuis le printemps de révéler les dossiers des anciens agents des services sous le communisme a rendu public les noms de quelque 139 députés, anciens ou actuels, ayant collaboré à des degrés divers.


Parmi les révélations les plus retentissantes, on trouve au premier rang le nom de l'actuel président de la République, Gueorgui Parvanov, accusé, par les documents publiés, d'avoir été un ancien collaborateur de la sinistre Darjavna Sigurnost. L'ancien premier ministre socialiste Jean Vedenov, aux affaires entre 1995 et 1996, mais aussi le président du parti de la minorité turque Ahmed Dogan, membre de la coalition au pouvoir, et le vice-président de l'Assemblée nationale, Younal Loutfi, figurent également parmi les anciennes « taupes ». De même que Georges Gantchev, leader de la formation politique Business Bloc bulgare, Ventsislav Varbanov, conseiller du chef de l'État, ou Evgueni Kirilov, député européen. Des membres de la société civile connus, comme Todor Kolev, un acteur de renom longtemps symbole de la transition démocratique, ou encore Galaktion, métropolite de Stara Zagora, sont également concernés... Dix-neuf députés de la législature actuelle sont sur la liste, dont six du groupe parlementaire de la gauche (Coalition pour la Bulgarie) ; quatre du Mouvement des droits et libertés qui représente la minorité turque, quatre du parti nationaliste Ataka ; et enfin deux de l'Union populaire bulgare, qui a été le fer de lance de la bataille pour la décommunisation de la vie politique à Sofia...


« La 16e république d'URSS »


« Cette cascade de noms n'est pas étonnante, confie le politologue russe Arkadi Vaksberg, observateur averti de la scène bulgare. Si dans des pays comme la Pologne, une partie importante de la population n'a jamais collaboré avec la police secrète communiste, en Bulgarie cette collaboration était totale. J'ai coutume de dire que plus d'une personne sur deux, une et demie sur deux (!), avait des liens avec les services de sécurité ! On ne le cachait pas, c'était considéré comme glorieux. » Pays le plus soviétisé de tout le Pacte de Varsovie, la Bulgarie était même appelée ironiquement la « 16e république d'URSS », en raison des liens étroits entre le parti, le KGB bulgares et le grand frère soviétique. « Les élites intellectuelles rêvaient d'Occident, mais la machine d'État, elle, était entièrement sous contrôle », explique Vaksberg.


Cette profonde imprégnation explique que la « décommunisation » ait eu autant de mal à se frayer un chemin dans la Bulgarie post-soviétique. Après une période de lustration vigoureuse, engagée en 1992 par les libéraux, les Bulgares firent rapidement machine arrière, refermant au bout d'un an à peine les sacro-saintes archives de la sécurité d'État.


Resté à l'état de serpent de mer pendant les 15 dernières années, le débat a brusquement resurgi à la fin de l'année 2006, avec la présentation d'un projet de loi sur la réouverture des archives des services secrets. À la veille de la discussion du texte, le directeur de ce fonds resté inaccessible, Bojidar Doitchev, mourait dans de mystérieuses circonstances. Une source à la Commission européenne, qui fut la première à annoncer la nouvelle, parla de « meurtre » dans une conversation avec des journalistes.


Réseaux du KGB soviétique


Mais après deux jours de silence, le parquet et le ministère de l'Intérieur bulgares évoquaient un suicide « pour raisons personnelles ». Selon le service de Radio Liberté, nombre de personnes au fait de la polémique sur les archives sont persuadées que Bojidar Doitchev fut en réalité assassiné. Avait-il lu dans les fameux dossiers des informations trop explosives pour rester en vie ? Les archives secrètes des services bulgares contenaient-elles notamment des informations sur l'attentat contre le pape Jean Paul II, que certaines forces ne souhaitent toujours pas voir divulguer ? Et permettraient-elles de mettre à jour les réseaux que le KGB avait créés en Bulgarie, et qu'il peut avoir conservé de manière dormante ?


Citant l'expert Evgueni Dimitrov, qui fit partie d'une des multiples commissions de déclassification, la journaliste Tatiana Vaskberg estime que les informations détenues par la police secrète sur les réseaux d'entreprises privées créées à l'Ouest et en Bulgarie dans les années 1980 par les services bulgares pourraient expliquer l'intensité du débat sur les archives et le cadavre de M. Doitchev. La loi sur la déclassification a en tout cas été votée en décembre 2006. Et la commission ad hoc fonctionne depuis le mois d'avril. L'opposition espère en tirer profit pour déstabiliser l'équipe au pouvoir. Mais cette dernière - Parvanov en tête - affirme vouloir elle aussi ouvrir tous les dossiers pour ne plus être l'otage du passé communiste. Le président a d'ailleurs contre-attaqué, en faisant publier son dossier sur Internet, et en niant avoir sciemment collaboré. Accusé d'avoir rédigé des rapports destinés à la police secrète, cet ancien historien rétorque qu'il n'en savait rien.


Source : http://www.lefigaro.fr/international/20070918.FIG000000213_les_bulgares_pris_de_vertige_face_a_leur_passe_communiste.html

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
undercover



Nombre de messages : 2173
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: Kintex   Mar 18 Sep 2007 - 12:51

La Kintex n'apparaitrait pas dans le dossier de la diplomate??? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
st@rik



Nombre de messages : 61
Localisation : brabant wallon
Date d'inscription : 07/03/2007

MessageSujet: les services bulgares   Mar 18 Sep 2007 - 17:52

ne faisaient rien sans l'approbation des russes
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7022
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Kintex   Mar 18 Sep 2007 - 19:13

undercover a écrit:
La Kintex n'apparaitrait pas dans le dossier de la diplomate??? Very Happy

Il faudrait lui poser la question.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
billbalantines



Nombre de messages : 1380
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Kintex   Dim 19 Sep 2010 - 19:07

michel a écrit:
La Kintex était une société d'armement dépendante du SR bulgare. Cette firme fut très active dans les années 70 et 80 dans le trafic d'armes et de drogue. Le trafic de drogue était destiné à destabiliser les pays de l'OTAN. Le chiffre d'affaires de cette firme était d'environ 20 milliards de dollars en 1982. Cette firme fut pointée du doigt par les enquêteurs de la BSR de Wavre s'occupant e.a. de l'attaque de l'armurerie Dekaize.

Je pense qu'il serait pas inutile d'essayer de suivre cette piste mais en commençant par une ligne du temps rigoureuse. Besoin pour cela des méninges et de la documentation des forumeurs.
Quant parle-t-on publiquement pour la 1ere fois de la 'Kintex' en Occident? Livres? articles de presse? Je suggère que chacun livre les dates de ses documents.
Les Bulgares confirment-ils aujourd'hui la réputation 'sulfureuse' de cette organisation?
Balfroid en parle à la commission enquête TBW 1 ? Mais avant cela?
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7022
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Kintex   Lun 20 Sep 2010 - 12:56

Très difficile d'obtenir des infos en français sur la Kintex bulgare.

a lire cependant le livre de Claire sterling : le temps des Assassins (sur le tentative d'assassinat de Jean-Paul II). Quelques infos s'y trouvent sur la Kintex.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
mel



Nombre de messages : 16
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 12/02/2009

MessageSujet: Re: Kintex   Jeu 28 Oct 2010 - 23:58

La Belgique est souvent citée dans les documents publiés en langue anglaise sur la Kintex.

=> ... jusqu'en janvier 98 (cela ne nous permet pas de remonter plus haut dans le temps), un certain nombre de sociétés de cargos, basés à l'aéroport d'Ostende, allaient chercher des armes en Bulgarie et à destination de l'Afrique ... Source: http://www.unhcr.org/refworld/publisher,HRW,,BGR,3ae6a7f80,0.html
Paragraphe sur les compagnies de transport

=> ... depuis le début des années 70 un flux de contrebande (drogue, cigarettes de contrebande contre armes) existait entre la Bulgarie et la Turquie et ensuite entre la Turquie et le monde arabe notamment via la Kintex ... de grandes quantités d'armes furent fournies aux terroristes turcs par la Bulgarie. Ces armes provenaient principalement de Belgique, France et d'Italie ... Source: http://www.novinite.com/view_news.php?id=91087

Au fait, aucun fil sur Viktor Bout ? Il a pourtant aussi été basé à Ostende à un moment donné, non ?

Revenir en haut Aller en bas
mel



Nombre de messages : 16
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 12/02/2009

MessageSujet: Re: Kintex   Ven 29 Oct 2010 - 0:10

Et aussi:

... au milieu des années 80, la Kintex, a été identifiée par des fonctionnaires de l'Ouest, comme étant une société d'import-export impliquée dans les milieux de la drogue et du terrorisme ... Ses activités concernaient de l'équipement de sport et de chasse, d'explosifs pour le secteur des mines et constructions mais la société était supposée être un maillon des services secrets bulgares soupçonnés d'être des facilitateurs pour le transport de drogue via la Belgique. C'est ainsi que l'Administration américaine de Lutte contre la drogue a estimé qu'à cette époque là 75% de la totalité de la drogue entrée illicitement en Europe, l'avait été via la Kintex et la Bulgarie ...
Source: The War on drugs , an international encyclopedia - Ron Chepeziuk

Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 1388
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Kintex   Ven 29 Oct 2010 - 8:25

La Kintex (et les SR de tutelle) chapeautait aussi une flotte de camions T.I.R facilitant ce trafic. Une fois l'astuce éventée par les douanes, ils ont changé de méthode. Ce trafic se faisait en étroite collaboration avec des Turcs installées en Belgique et Allemagne... des Turcs (pour l'encadrement) appartenant pour beaucoup aux Loups Gris.
Revenir en haut Aller en bas
VicarInAspic



Nombre de messages : 194
Date d'inscription : 10/10/2010

MessageSujet: Re: Kintex   Ven 29 Oct 2010 - 10:33

Claire Sterling (Readers Digest) était une des 'tamed journalists' (journalistes domestiqués)
au service de la machinerie PR de la CIA. Tout comme Arnoud de Borchgraeve et mme Claire Booth Luce (TIME Magazine, WACL) et les Moonies (Washington Times)...etc
Agça n'avait rien avoir avec la Bulgarie / KGB. Propagande anti-coco, tout comme la publicité énorme pour le roman anti-coco, devenu best-seller, 'Archipel Gulag'.
KINTEX=GLOBUS

Source: Herman,E. Brodhead,F. 'Rise and Fall of Bulgarian Connection' . 1986

http://select.nytimes.com/gst/abstract.html?res=F40E17FA3D5A167493C5AB1789D95F438785F9&scp=17&sq=c.i.a%20established%20many%20links%20to%20journalists&st=cse
Revenir en haut Aller en bas
billbalantines



Nombre de messages : 1380
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Kintex   Sam 30 Oct 2010 - 23:47

VicarInAspic a écrit:
Claire Sterling (Readers Digest) était une des 'tamed journalists' (journalistes domestiqués)
au service de la machinerie PR de la CIA. Tout comme Arnoud de Borchgraeve et mme Claire Booth Luce (TIME Magazine, WACL) et les Moonies (Washington Times)...etc
Agça n'avait rien avoir avec la Bulgarie / KGB. Propagande anti-coco, tout comme la publicité énorme pour le roman anti-coco, devenu best-seller, 'Archipel Gulag'.
KINTEX=GLOBUS

Source: Herman,E. Brodhead,F. 'Rise and Fall of Bulgarian Connection' . 1986

http://select.nytimes.com/gst/abstract.html?res=F40E17FA3D5A167493C5AB1789D95F438785F9&scp=17&sq=c.i.a%20established%20many%20links%20to%20journalists&st=cse
Je pense aussi que la Kintex pourrait avoir été une grosse manipulation. Mais alors intéressant de découvrir chez nous qui a orienté vers cette piste...
J'ai trouvé aussi trouvé trace de la Kintex dans le livre autobiographique du marchand d'armes Georges Starckmann. Il parle notamment de la Belgique aussi. Je vous livrerai bientôt le paragraphe. Mais faudrait que quelqu'un me rappelle en MP comment mettre sur le site un document scanné...j'ai oublié.
Revenir en haut Aller en bas
VicarInAspic



Nombre de messages : 194
Date d'inscription : 10/10/2010

MessageSujet: Re: Kintex   Dim 31 Oct 2010 - 10:11

Quant aux trafics de drogues/armes par KINTEX (GLOBUS), là il y en certainement eu.
Les pays de l'est avaient besoin de 'devises dures' pour le commerce avec l'ouest.
J'ai lu qqpart que la CIA y aurait acheté des milliers de AK47 pour les Mujahedins en Afghanistan.

Quant à Claire Sterling, elle avait publié un livre sur le terrorisme international dans lequel elle 'démontre' que la source unique du terrorisme mondial était l'URRS. Ceci confirmait la nouvelle doctrine du 'state sponsored terrorism' qui était à la mode et qui avait été décreté à Jerusalem en 1979 par le fameux 'Jonathan Institute'. Ce qui donna un nouveau élan à la guerre froide + à la 'nouvelle' guerre prometteuse contre le terrorisme, qui remplaça celle contre les drogues. Après le collapse de l'URRS l'objet de la guerre contre le terrorisme a pu être déplacé vers l'Islam, sans problème. The $how must go on!

http://www.powerbase.info/index.php/Jonathan_Institute,_extract_from_The_%22Terrorism%22_Industry
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Kintex   Aujourd'hui à 9:12

Revenir en haut Aller en bas
 
Kintex
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Who's who :: Organisations-
Sauter vers: