les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le Mirano

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
michel
Admin


Nombre de messages : 7138
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Le Mirano   Jeu 30 Aoû 2007 - 14:58

Le Mirano était une boîte de nuit branchée à Bruxelles (chaussée de Louvain) où se déroulait un trafic de drogue important. Une instruction judiciaire fut ouverte suite au décès par overdose d'un habitué. Treize personnes furent inculpées dans cette affaire dont le gérant C. Il existait aussi un volet "moeurs" dans ce dossier mais le dossier fut classé.

Selon Herwig Lerouge, Juan mendez aurait affirmé que l'affaire du Mirano était une clef pour comprendre les TBW.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)


Dernière édition par michel le Mar 9 Mar 2010 - 10:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
undercover

avatar

Nombre de messages : 2173
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: Le Mirano   Jeu 30 Aoû 2007 - 21:30

Il n'est pas le seul à avoir trouvé ce "coté intéressant" à cette boite.
Lors de l'affaire D. on en reparla...si j'ai bon souvenir.

Pour l'affaire moeurs, elle a été classée effectivement, mais le dossier n'était pas inintéressant. Une personne citée dans celui ci, ex avocat eut mal à partir avec la justice quelques années plus tard, pour viol de mineur et proxénétisme, etc...si j'ai bon souvenir Very Happy

Hasard or not hasard...?
Revenir en haut Aller en bas
Anonymou
Invité



MessageSujet: Re: Le Mirano   Jeu 30 Aoû 2007 - 21:33

Ce dossier est LA pierre angulaire de pas mal d'autres ( y compris autour de l'affaire Van Hees via les punks arrêtés dans un premier temps puis libérés )
Revenir en haut Aller en bas
undercover

avatar

Nombre de messages : 2173
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: Le Mirano   Jeu 30 Aoû 2007 - 22:40

Christine V fréquentait elle le mirano?
Revenir en haut Aller en bas
Anonymou
Invité



MessageSujet: Re: Le Mirano   Jeu 30 Aoû 2007 - 23:02

undercover a écrit:
Christine V fréquentait elle le mirano?
Bonne question à laquelle je n'ai pas encore de réponse. En aurais-je d'ailleurs seulement des bribes un jour ?
Ce dossier " Mirano " est celui sur lequel des infos sont quasi inaccessibles. D'ailleurs, peu de doc le concernant.
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7138
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Le Mirano   Ven 31 Aoû 2007 - 10:50

Il me revient aussi qu'un collaborateur de l'homme d'affaires Léon-François Deferm a été impliqué dans des affaires de "cocaïne-party" à Bruxelles. Encore le Mirano?

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
undercover

avatar

Nombre de messages : 2173
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: Le Mirano   Sam 15 Sep 2007 - 19:27

Ce dossier semble effectivement important à plus d'un titre...
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7138
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Le Mirano   Mer 22 Avr 2009 - 13:17

Club Mirano
De snuivende jetset

Onder de rubriek 'Het relatienetwerk van M. Nihoul' vermeldt het commissierapport onder meer de Brusselse dancing Le Mirano. In het kader van haar zoektocht naar bescherming had de commissie goede redenen om zich te interesseren voor de Mirano. Kort voor hij werd vermoord, wees FN-ingenieur Juan Mendez de Mirano aan als de sleutel tot de opheldering van de aanslagen van de Bende van Nijvel. In haar rapport blijft de commissie echter op de vlakte. 'De heer Nihoul kwam er ook vaak', staat er zuinigjes. In de eerste helft van de jaren tachtig werd een opmerkelijk groot aantal prominente figuren van de Brusselse jetset, zowel uit de zakenwereld als het uitgaansleven, strafrechtelijk vervolgd. Heel wat strafonderzoeken, die het Brusselse parket toen opende, liepen ook uit op veroordelingen. Enkele namen: wapenhandelaar Roger Boas van de firma Asco, de bekende jeansfabrikant Pierre Salik, graaf Hervé d'Ursel en zijn schoonbroer baron Benoit de Bonvoisin, graaf Richard van Wijck, graaf Giorgio Gherardi Dandolo, vastgoedmakelaar Ado Blaton, ex-minister Jacques Van Offelen, Fernand Ullens de Schooten, Freddy Liénard, beleggingsadviseur Léo Levy. Later zou ook de meest vooraanstaande van allemaal, minister van staat Paul Vanden Boeynants, veroordeeld worden. Bijna al deze mensen hadden gemeenschappelijke kenmerken: ze hadden een aanzienlijk vermogen, ze werden een na een veroordeeld voor het opzetten - via stromannen - van grootscheepse fraude-operaties om de fiscus te bedriegen en, last but not least, ze kenden elkaar allemaal.

Hun namen prijkten alle in het jaarboek van de leden van de Cercle des Nations, een selecte club gevestigd in een imposant gebouw in de Franklin Rooseveltlaan, tegenover de ULB in Brussel. De pronkerige salons van deze Cercle - waar geen vrouwen waren toegelaten - vormden in de periode 1970-1985 zowat het hoofdkwartier van de deftige politieke rechterzijde. Wekelijks werd er gedineerd en geconfereerd met de top van de zakenwereld en de diplomatie, samen met figuren van extreem-rechts en de onderwereld. Het zou vele jaren duren vooraleer de onderzoeksrechters en parketmagistraten van Brussel tot de slotsom kwamen dat achter de schermen van de Cercle des Nations in werkelijkheid een criminele bende opereerde die haar tentakels uitstrekte tot ver in de bankwereld, de politiek en ook het Brusselse uitgaansleven. Het uitgaansleven van de jongere generatie uit de betere Brusselse kringen van die jaren speelde zich vooral af in een drietal privéclubs: de Mirano, een dancing in Sint-Joost-ten-Node, het Circus in Ukkel en de Parc Savoy in Brussel. Deze laatste club, oorspronkelijk opgericht door VdB's boezemvriend en vastgoedkoning Charly De Pauw, werd geleid door André Blaton. De Parc Savoy fuseerde later met de firma Codenat. Die stond toen al jaren in voor het restaurant van de Cercle des Nations.

Op wandelafstand van het parlement

De zonen en dochters van heel wat bekende zakenlui uit het entourage van Paul Vanden Boeynants en zijn politieke vrienden bezochten deze drie privéclubs. Heroïne en cocaïne gingen er vlot van hand tot hand. Dat er in die kringen veel geld circuleerde sprak vanzelf. Soms werden er in dit milieu ook criminele plannetjes beraamd, zoals de poging tot ontvoering van de zoon van Charly De Pauw, die uiteindelijk toch mislukte maar wel de aandacht trok van de justitie. Een van de leden van de Cercle des Nations die in dit milieu privé-seksfuiven organiseerde en er ook cocaine in omloop bracht was C. Die was destijds de directeur van het cosmeticabedrijf Laboratoire du Docteur Renaud. Cryns was een medestichter van de Parc Savoy. Een van de dealers die hij goed kende, Alexis Alewaeters, stond ook bekend als organisator van speciale seksfuiven en in 1985 werkte hij ook een tijdlang als bediende bij de firma Cadreco, het kantoor voor juridisch advies van Annie Bouty. C was niet alleen samen met de families De Pauw en Blaton en baron Benoit de Bonvoisin een veel gezien aanwezige op de seksfuiven in de Parc Savoy. Men trof hem, deels met dezelfde mensen, ook aan in de Mirano, op amper vijfhonderd meter van het parlement. In 1985 werkte Cryns ook een tijdje als een soort pr-agent voor een gerenommeerd restaurant, gelegen in het Terkamerenbos. Hij was toen ook nog altijd een discreet organisator van speciale fuiven waar cocaïne gesnoven werd.

Heel wat figuren uit de adel, het zakenleven, alsook ook de theater- en de filmwereld bezochten toen de Mirano. Maar op 14 april '85 overleed in dit milieu plots Jean-Jacques B. aan een overdosis. Hij had een cocktail ingeslikt bestaande uit cocaïne, heroïne, alcohol en geneesmiddelen. B. was de schoonzoon van een hooggeplaatst Brussels magistraat en dit keer kreeg de zaak dus wel een gerechtelijke staart. C, organisator van de 'feestjes' in de Mirano, en een reeks rijkeluiszonen werden, samen met enkele dealers, ondervraagd en aangehouden. Onderzoeksrechter Bellemans schreef ook een internationaal aanhoudingsbevel uit tegen Sammy Pavel, toen al een wereldwijd bekend filmregisseur. Hij had, zo luidde de aanklacht, vanuit Rio de Janeiro een lading cocaïne naar C verstuurd. Het onderzoek spitste zich toe op de cocaïnehandel die via Cryns ook vertakkingen had naar Nederland. Op 24 februari '86 stonden in deze cocaïnezaak in Brussel tenslotte dertien personen uit voornoemde Brusselse salons terecht. Onder hen C, Pavel, Alewaeters en Eric Verhaeghe de Naeyer. Deze laatste, telg uit een bekend adellijk geslacht, was al enkele jaren eerder als bendeleider betrokken geweest bij overvallen, onder meer op een bank, die met dure wagens waren gepleegd, "voor de kick". In een verslag over dit proces citeerde De Morgen op 26 februari 1986 de openbare aanklager. Die zei over de toen 39-jarige C dat deze "over ontzettend grote inkomsten beschikte en vaak bij hem thuis fuiven organiseerde waarop talrijke jongeren, ook minderjarigen, werden uitgenodigd". Ook daar werd uiteraard cocaïne gesnoven. Heel wat jongeren had C voordien via de Mirano leren kennen. Aan het slot van het proces, in oktober '86, kreeg C tenslotte drie jaar effectieve celstraf, Pavel twee jaar met uitstel, Alewaeters zag zich bedacht met vijf jaar cel, Stéphane Devriendt met drie jaar met uitstel, Jacques De Windt, een antiquair, met achttien maanden.

http://www.bendevannijvel.com/motief/club_mirano.html

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)


Dernière édition par michel le Mar 9 Mar 2010 - 10:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7138
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Le Mirano   Mer 22 Avr 2009 - 13:20

Traduction de l'article ci-dessus (traduction faite par lagloupette02) :
Club Mirano

La Jetset qui sniffait

Sous la rubrique "Le réseau de relations de Michel Nihoul", le rapport de la commission cite notamment le dancing bruxellois Le Mirano. Elle avait de bonnes raisons de s'intéresser au Mirano dans sa recherche de protections. Peu avant son assassinat, l'ingénieur de la FN Juan Mendez indiquait que le Mirano était la clef du mystère des tueries du Brabant Wallon. Dans son rapport, la commission reste toutefois assez vague. "Monsieur Nihoul s'y rendait souvent" est il sobrement mentionné. Dans la première moitié des années 80, un nombre considérable de personnages connus de la jet set bruxelloise, tant du milieu des affaires que de celui de la nuit, furent l'objet de poursuites pénales. Beaucoup de ces enquêtes ouvertes par le parquet de Bruxelles aboutirent à des condamnations. Quelques noms : Le trafiquant d'armes Roger Boas de la firme Asco, Pierre Salik, le fabriquant de jeans bien connu, le comte Hervé d'Ursel et son beau-frère le baron Benoît de Bonvoisin, le comte Richard van Wijck, le comte Giorgio Gherardi Dandolo, l'agent immobilier Ado Blaton, l'ex-ministre Jacques Van Offelen, Fernand Ullens de Schooten, Freddy Liénard, le conseiller en investissements Léo Levy. Plus tard, le plus connu d'entre eux, le ministre d'Etat Paul Vanden Boeynants, serait, lui aussi, condamné. Ils avaient presque tous un point commun : ils disposaient d'un pouvoir considérable, ils furent condamnés l'un après l'autre pour l'organisation – par le biais d'hommes de paille – de fraudes dans le but de tromper le fisc, et, last but not least, ils se connaissaient tous.

Leur nom apparaissait déjà dans la liste des membres du Cercle des Nations, un club sélect établi dans un immeuble imposant de l'avenue Franklin Roosevelt, face à l'ULB à Bruxelles. Les fastueux salons de ce Cercle – où les femmes n'étaient pas admises – formaient le quartier général de l'extrême droite bien pensante. On y dînait chaque semaine, on y rencontrait le top des hommes d'affaires et de la diplomatie. Tout cela se mélangeait à l'extrême-droite et au milieu Il faudrait des années avant que les juges d'instruction et les magistrats arrivent à la conclusion qu'une bande criminelle agissait sous couvert du Cercle des Nations. Cette bande étendait ses tentacules dans le monde bancaire, la politique et la vie nocturne bruxelloise. Les lieux de sortie privilégiés de la jeunesse dorée bruxelloise étaient au nombre de trois : le Mirano, un dancing à St-Josse-ten-Noode, le Circus à Uccle et le Parc Savoy à Bruxelles. Ce dernier, qui avait été fondé par Charly Depauw, le roi de l'immobilier bruxellois et grand ami de Vanden Boeynants, était dirigé par Ado Blaton. Le Parc Savoy fusionna plus tard avec la firme Codenat. Cette entreprise s'occupait depuis des années du restaurant du Cercle des Nations.

A quelques pas du parlement

Ces clubs étaient fréquentés par nombre de fils et filles d'hommes d'affaires connus issus de l'entourage de Vanden Boeynants et ses amis politique. L'héroïne y circulait. Il va de soi qu'il y circulait également beaucoup d'argent. On y concevait aussi des plans criminels, tels que la tentative d'enlèvement du fils de Charly Depauw, qui rata mais éveilla l'intérêt de la justice. L'un des membres du Cercle des Nations qui organisait des partouzes dans ce milieu et fournissait de l'héroïne était C. Il était à l'époque le directeur de l'entreprise de cosmétiques "Laboratoire du Docteur Renaud". C était l'un des cofondateurs du Parc Savoy. L'un des dealers qu'il connaissait bien, Alexis Alewaeters, était également connu comme organisateur de partouzes et, en 1985, il travailla aussi pendant un moment chez Cadreco, le bureau de conseil juridique d'Annie Bouty. C n'était pas seulement une figure bien connue des partouzes, avec les familles Blaton, De Pauw et le baron Benoit de Bonvoisin. On le retrouvait, avec le même entourage, au Mirano, à quelque cinq cent mètres du parlement. En 1985, C exerça également les fonctions de public relations pour un restaurant réputé du bois de La Cambre. Il était, au même moment, l'organisateur discret de fêtes où on sniffait de la cocaïne.

Beaucoup de membres de la noblesse, ainsi que du milieu du cinéma et du théâtre fréquentaient le Mirano. Mais le 14 avril 1985, Jean-Jacques B. décéda subitement d'une overdose. Il avait succombé à un cocktail de cocaïne, héroïne, alcool et médicaments. B. était le gendre d'un magistrat bruxellois haut placé. Cette fois l'affaire connut des suites judiciaires. C, l'organisateur des "fêtes" et plusieurs fils de la bourgeoisie bruxelloise furent interrogés et arrêtés. Le juge d'instruction Bellemans établit également un mandat d'arrêt international à l'encontre de Sammy Pavel, mondialement connu comme cinéaste. D'après le mandat, il avait envoyé, depuis Rio de Janeiro, de la cocaïne à C. L'enquête s'est focalisée sur ce trafic qui avait des ramifications en Hollande, via C. Le 26 février 1986, 13 personnes qui fréquentaient ces salons se trouvaient devant la justice. Parmi eux C, Pavel, Alewaeters et Eric Verhaeghe de Nayer. Ce dernier, descendant d'une famille noble bien connue, avait déjà été impliqué quelques années auparavant dans des hold-ups, entre autres d'une banque, qui avaient été commises avec des voitures coûteuses. Dans un rapport à propos de ce procès, de Morgen citait le procureur. Il disait à propos de C, âgé à l'époque de 39 ans, qu'il "disposait de revenus énormes et qu'il organisait souvent des fêtes chez lui, où de nombreux jeunes, y compris des mineurs, étaient invités". Là aussi on sniffait de la coke. Beaucoup de jeunes avaient fait la connaissance C au Mirano. Au bout du procès, en octobre 1986, C a écopé de trois ans de prison ferme, Pavel de deux ans avec sursis, Alewaeters de cinq ans, Stéphane Devriendt de trois ans avec sursis, Jacques De Windt, un antiquaire, de dix huit mois.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)


Dernière édition par michel le Mar 9 Mar 2010 - 12:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7138
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Le Mirano   Mer 22 Avr 2009 - 13:48

Toujours sur l'affaire du Mirano :
Le 16 février 1997, dans le bureau du commissaire Zimmer, se trouvent quatre hommes, adultes, qui pleurent ensemble. Autour de la table sont assis Yves Zimmer lui-même, Michel Bourlet, Marc Toussaint et un truand qui veut rester anonyme "VM1". Ce jour-là a lieu la cinquième audition. Le gangster met son cœur à nu. A neuf ans, venant d’une famille brisée, il s’est retrouvé dans une maison d’accueil à Mont-Saint-Guibert, où un juge de la jeunesse venait régulièrement le chercher pour le livrer dans de jolies villas près de Bruxelles. « Pendant quatre ans, jusqu’à ses treize ans, la plupart des week-ends du petit VM1 ont été placés sous le signe des abus sexuels », raconte Toussaint. « Il a vu des meurtres d’enfants, il apprenait que des “invités”, fraîchement initiés mais récalcitrants, perdaient la vie dans de mystérieux accidents de la route. Plus tard, il s’est retrouvé dans une maison d’accueil à Brasschaat, et là aussi, le juge de la jeunesse venait le chercher. »
VM1 parle aussi de ses années au Mirano. « Je devais aller chercher des enfants, puis les faire boire ou les droguer, pour les amener ensuite dans la partie privée où l’on abusait d’eux. » Même si à première vue, la vie de VM1 semble très éloignée de l’affaire Dutroux, le lien avec les dossiers X est vite fait. Le Mirano faisait partie des lieux de rencontre par excellence d’un grand nombre des personnes importantes citées par les témoins X. Dans le même milieu, on retrouve quelques marchands d’armes et autres personnages de la pègre. Un dangereux cocktail de criminalité et de bonnes réputations.
Pendant le procès du Mirano, qui a eu lieu en 1986, il est apparu que le suspect principal, C., faisait cueillir des petits garçons à la place Fontainas à Bruxelles. On parlait alors de grandes quantités d’images que C. aurait réalisées de ses « clients ». Le parquet de Bruxelles est cependant resté aveugle à tout ce qui n’avait aucun rapport direct avec la consommation de cocaïne. Lors de l’audience, la juge Claire de Gryse a dit sans sourciller qu’elle n’avait même pas regardé les images saisies « parce que tout le monde m’a assuré qu’il n’y avait rien là-dedans qui puisse choquer même un capucin ». Etrange. Au cours de ce même procès, l’avocat général Talon a déclaré que C. avait avoué lors de l’enquête que des enfants faisaient office « d’attraction spéciale » lors des soirées cocaïne au Mirano.
Philippe C. n’était pas le premier venu. En 1985, il a créé la SA Parc Savoy, avec de grandes pointures du secteur immobilier et de l’entourage direct de l’ancien premier ministre Paul Vanden Boeynants. Il est apparu que cette société, qui avait pour but d’exploiter des bars et des restaurants et d’organiser « des réunions culturelles et sociales », était liée au très influent Cercle des Nations. Ce club privé comptait parmi ses quatre-vingt-un membres fondateurs de nombreux nobles, hommes d’affaires, banquiers, diplomates et politiciens, dont certains noms sont cités par les témoins X.
Un des treize condamnés au procès du Mirano était Alexis Alewaeters. Il a écopé de cinq ans de prison. Alewaeters est une vieille connaissance de Michel Nihoul, qui lui a prêté, en 1993, une Porsche qu’il n’a jamais revue. Lorsqu’en 1980, Alewaeters, très jeune à l’époque, a ses premiers ennuis avec la justice, c’est Annie Bouty qui vole à son secours. Via sa société Cadreco, elle tente d’accélérer sa libération conditionnelle et lui fournit un avocat : Didier de Quévy. On retrouve encore Alexis Alewaeters comme gérant temporaire de la station-service de Casper Flier à Anthée, où Michel Lelièvre a également travaillé.


Source : livre Les dossierx X.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)


Dernière édition par michel le Mar 9 Mar 2010 - 12:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7138
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Le Mirano   Mar 28 Avr 2009 - 11:28


_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7138
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Le Mirano   Mar 28 Avr 2009 - 11:29


_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7138
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Le Mirano   Mar 28 Avr 2009 - 11:30


_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7138
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Le Mirano   Mer 13 Mai 2009 - 9:52

Extrait du rapport parlementaire dutroux-Nihoul :

En 1985, l'association Cadréco, dirigée par Mme Bouty et M. Flier, s'est portée caution d'un
condamné, M. A.A., dans le cadre de sa libération conditionnelle.
A la suite d'un décès par overdose, survenu en1985, une instruction judiciaire est ouverte dans un
milieu qui avait pour caractéristique commune de fréquenter un certain établissement et de consommer de la cocaïne. Parmi les treize prévenus qui furent jugés, le 24 mars 1986, par le tribunal correctionnel de Bruxelles, figurent MM. A.A. et Ph.C. qui furent condamnés respectivement à cinq ans d'emprisonnement et à trois ans d'emprisonnement avec sursis. En appel, les deux personnes précitées,ont vu leur condamnation confirmée sauf que M. Ph.C. a été privé du bénéfice du sursis (date de l'arrêt de la cour d'appel: le 8 octobre 1986). Le pourvoi en cassation a été rejeté par un arrêt du 9 janvier 1987.
Les faits infractionnels évoqués dans ce dossier sont de deux natures différentes. Il y a d'abord des
faits liés à la drogue (trafic et détention) qui se sont passés entre 1983 et le milieu de l'année 1985. Ce
sont ces faits qui ont été jugés.

Il y a ensuite des faits de moeurs qui n'ont pas fait l'objet d'une poursuite pénale dans ce dossier. Il
s'agit notamment:
- des photos d'adolescents prises pas surprise alors que ces derniers étaient sous la douche dans un
club sportif. M. Ph.C. avoue avoir pris ces photos;
- des allégations relatives à l'organisation de partouzes, avec la présence éventuelle de mineurs,
par le directeur d'une agence de mannequins.

La lecture du dossier laisse apparaître que les faits de moeurs qui y sont rapportés n'ont guère été exploités au niveau de l'enquête. Ce ne sont pourtant pas les raisons qui manquaient.
La commission a appris, au cours d'une audition,qu'un témoin avait déclaré dans le cadre du dossier
de l'enquête sur l'assassinat de l'ingénieur de la FN, Juan Mendez, le 7 janvier 1986, que M. Ph. C. était décrit comme un «drogué et un trafiquant d'enfants»,

La commission se demande s'il ne faut pas parler de phénomène d'estompement de la norme dans le
dossier de la « cocaïne dorée »,

Parmi les clients qui fréquentaient l'établissement figurait, à côté de membres du milieu criminel, Michel Nihoul.

La commission s'est également intéressée à deux avocats: l'un d'eux avait défendu les intérêts de
M. A.A., l'autre entretenait des contacts avec M.Ph.C.
Ces deux avocats ont eu, par la suite, des problèmes d'ordre disciplinaire et/ou pénal.
La commission s'interroge à ce sujet (voir infra).

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7138
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Le Mirano   Ven 15 Mai 2009 - 11:31

Pendant le procès du Mirano, qui a eu lieu en 1986, il est apparu que le suspect principal, Philippe
C., faisait cueillir des petits garçons à la place Fontainas à Bruxelles. On parlait alors de grandes
quantités d’images que C. aurait réalisées de ses «clients». Le parquet de Bruxelles est cependant
resté aveugle à tout ce qui n’avait aucun rapport direct avec la consommation de cocaïne. Lors de
l’audience, la juge Claire de Gryse a dit sans sourciller qu’elle n’avait même pas regardé les images
saisies «parce que tout le monde m’a assuré qu’il n’y avait rien là-dedans qui puisse choquer même
un capucin».37 Etrange. Au cours de ce même procès, l’avocat général Talon a déclaré que Philippe
C. avait avoué lors de l’enquête que des enfants faisaient office «d’attraction spéciale» lors des
soirées cocaïne au Mirano.38


Source : les dossiers x

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
undercover

avatar

Nombre de messages : 2173
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: Le Mirano   Mer 20 Mai 2009 - 10:55

michel a écrit:
Pendant le procès du Mirano, qui a eu lieu en 1986, il est apparu que le suspect principal, Philippe
C., faisait cueillir des petits garçons à la place Fontainas à Bruxelles. On parlait alors de grandes
quantités d’images que C. aurait réalisées de ses «clients». Le parquet de Bruxelles est cependant
resté aveugle à tout ce qui n’avait aucun rapport direct avec la consommation de cocaïne. Lors de
l’audience, la juge Claire de Gryse a dit sans sourciller qu’elle n’avait même pas regardé les images
saisies «parce que tout le monde m’a assuré qu’il n’y avait rien là-dedans qui puisse choquer même
un capucin».37 Etrange. Au cours de ce même procès, l’avocat général Talon a déclaré que Philippe
C. avait avoué lors de l’enquête que des enfants faisaient office «d’attraction spéciale» lors des
soirées cocaïne au Mirano.38


Source : les dossiers x

On y venait chercher des gosses en Rolls, à une certaine époque. La cocaine etait sur le siege. La personne fut interpellée, sauf erreur.
Mais qui était ce encore ?
Revenir en haut Aller en bas
AC30



Nombre de messages : 423
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Le Mirano   Mer 20 Mai 2009 - 11:01

interpelée et relachée ? ou interpelée et transférée au parquet ?
Revenir en haut Aller en bas
undercover

avatar

Nombre de messages : 2173
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: Le Mirano   Mer 20 Mai 2009 - 11:13

AC30 a écrit:
interpelée et relachée ? ou interpelée et transférée au parquet ?

IL faudrait rechercher cela. Je pense que la personne a été vu plusieurs fois et interpellée. Elle a été mise à disposition du parquet , à l'époque. Cela ne devrait pas etre dur de retrouver la trace de ca.
Mais bon....
Revenir en haut Aller en bas
AC30



Nombre de messages : 423
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Le Mirano   Mer 20 Mai 2009 - 18:41

mais bon... quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
AC30



Nombre de messages : 423
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Le Mirano   Ven 22 Mai 2009 - 12:49

On venait chercher les gosses en Rolls, il devait avoir un paquet de pognon le gars qui venait chercher les gosses.
Revenir en haut Aller en bas
undercover

avatar

Nombre de messages : 2173
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: Le Mirano   Mer 27 Mai 2009 - 10:30

scratch scratch scratch
Heu...oui.
Quoi qu'il n'avait pas de chauffeur et conduisait lui-meme . Very Happy Very Happy Very Happy

Mais y a t il un lien ?
Cela démontre plusieurs choses.
Le probleme de la prostitution de mineurs sur cette place n'est pas récent.
Qu'il ne s'agit pas uniquement d'ouvriers qui consomment ces enfants.
On en revient à ce dossier intéressant de H.H.
Où avait il donc trouvé ces mineurs qui travaillaient pour lui ?
Qui se trouvait sur son agenda ?
Qui l a intercepté et pourquoi ?
Remember... study study study
Revenir en haut Aller en bas
AC30



Nombre de messages : 423
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Le Mirano   Mer 27 Mai 2009 - 19:13

je ne remember rien, là je suis largué. H.H. ?
Revenir en haut Aller en bas
billbalantines



Nombre de messages : 1380
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Le Mirano   Jeu 28 Mai 2009 - 21:10

AC30 a écrit:
je ne remember rien, là je suis largué. H.H. ?
Hedwig Huybrechts, de mémoire un gendarme arrêté et condamné. Il proposait de jeunes ados de l'Est (roumains, tsiganes) à des mecs qui payaient pour en abuser. Le gendarme travaillait sur catalogue. Mais il s'agissait d'une mercedes et pas une Rolls et cela se passait sous le parking voitures 'Monnaie' près de Brouckère.
Revenir en haut Aller en bas
AC30



Nombre de messages : 423
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Le Mirano   Jeu 28 Mai 2009 - 23:59

Merci Bill, je resitue, mais quel rapport avec le mirano ?
Revenir en haut Aller en bas
billbalantines



Nombre de messages : 1380
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Le Mirano   Ven 29 Mai 2009 - 23:34

AC30 a écrit:
Merci Bill, je resitue, mais quel rapport avec le mirano ?

Aucun a priori. Donc mieux vaut revenir au fil...
Le mirano.
On y danse on y danse... (encore aujourd'hui d'ailleurs)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Mirano   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Mirano
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Saint Jérôme Emilien Fondateur d'Ordre, Saint Jean de Matha Prêtre et fondateur des Trinitaires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: AXES D'ENQUÊTE :: Explorer les affaires connexes aux tueries du Brabant? :: Autres affaires-
Sauter vers: